http://www.iwacu-burundi.org/wp-content/uploads/2016/12/Mail-Room-VA-7dec.pdf
Politique

Une probable coalition de l’opposition qui ne dit pas son nom ?

01-12-2014

Depuis peu, une certaine opinion évoque la signature d’un accord entre Agathon Rwasa, Charles Nditije et Dr Jean Minani, à l’insu de l’ADC-Ikibiri dont M. Rwasa est membre. Pourtant, ces derniers le nient. Ils indiquent qu’il s’agit d’une simple déclaration d’intention pour un vaste rassemblement de l’opposition.

>>> La déclaration de la discorde

Agathon Rwasa : « L’idée de constituer un vaste rassemblement est mon souhait le plus ardent, mais elle n’est pas mon invention. »

Agathon Rwasa : « L’idée de constituer un vaste rassemblement est mon souhait le plus ardent, mais elle n’est pas mon invention. »

A l’origine, explique Agathon Rwasa, se réclamant président du parti FNL, une déclaration par rapport à une probable distribution d’armes et un entraînement paramilitaire des jeunes Imbonerakure à l’est de la RDC.
« Certains leaders de l’ADC sont venus me voir. Il était question de sortir une déclaration pour dénoncer et demander une enquête internationale », précise M. Rwasa. Il rétorquera que les questions de sécurité et de mauvaise gouvernance ne sont pas l’apanage de tel ou tel autre parti ou groupe d’individus, mais l’affaire de tout le monde.
La déclaration au nom de l’ADC, poursuit-il, ne pouvait pas porter loin : « Le pouvoir estimera que ce sont toujours les mêmes qui font du bruit et n’y attachera pas de l’importance. » C’est pour cette raison, insiste-t-il, qu’il plaidait pour associer d’autres leaders politiques.
Après plusieurs concertations entre eux, souligne M. Rwasa, des leaders de l’opposition se sont concertés : « Ils se sont convenus en outre de mettre leurs forces ensemble lors des prochaines élections et éviter de partir en solo ou en ordre dispersé. » Selon lui, l’objectif visé est de constituer une véritable force politique qui rassure le peuple burundais et la communauté internationale, une force capable de provoquer le changement lors des prochaines élections.

Cette initiative, indique M. Rwasa, il l’a toujours soutenue depuis le fiasco électoral de 2010.

Des principes de base d’abord

Pour lancer l’union des opposants, il est élaboré un projet de déclaration des partis et organisations politiques de l’opposition burundaise. Ils s’engagent à participer aux élections avec une plateforme commune, un candidat unique aux Présidentielles et des listes communes aux Communales et Législatives.

De surcroît, cette déclaration ouvre un partenariat avec toutes les forces qui aspirent au changement. Ainsi, en appellent-ils à l’adhésion de toutes les couches politiques et sociales y compris le parti CNDD-FDD.
« Il ne restait que la signature de ce document», lâche M. Rwasa. Pour montrer sa conviction en cette union de l’opposition, Agathon Rwasa va signer le premier en date du 19 novembre 2014. Il attendra ses compagnons de l’ADC en vain.

Au moment où nous mettons sous presse, six partis ont déjà signé cette déclaration de l’union de l’opposition et confirmé leur adhésion : il s’agit du FNL (camp d’Agathon Rwasa), Uprona (camp de Charles Nditije), Sahwanya Frodebu Nyakuri Iragi rya Ndadaye, Paside, AV Intwari et le Raddès.

Issa Ngendakumana, secrétaire général du parti Sahwanya Frodebu Iragi rya Ndadaye, confirme l’adhésion de son parti à l’union de l’opposition : « Nous sommes pour le vaste rassemblement de l’opposition. » Il dit que son parti a toujours défendu cette idée, ce qui a été la pomme de discorde entre son président le Dr Jean Minani et Léonce Ngendakumana, président de l’ADC, le 3 octobre 2014 à Ego Hôtel (les deux héritiers de feu président Ndadaye devraient signer un accord de réconciliation et de réunification mais ce fût un échec, ndlr).

>>> Rwasa accuse : « Les ambitions dépassent la logique »

Agathon Rwasa ne mâche pas ses mots. Au lieu que l’ADC avance, elle recule à cause des calculs mesquins. D’après lui, certains individus au sein de cette coalition estiment que plus le cercle s’arrondit, moins seront leurs intérêts.

« Cette soi-disant nouvelle coalition est une invention de l’ADC Ikibiri », accuse M. Rwasa. Si la logique est de mettre ensemble les forces, Agathon Rwasa se demande comment une déclaration d’intention diviserait des gens : « Pourquoi cette hypersensibilité pour quelque chose de plus-value ? »

Lors de l’évaluation de la feuille de route à Gitega, démontre-t-il, tous les partis politiques de l’opposition ont formé un bloc ensemble pour dénoncer les exactions de la CENI et du pouvoir : « On ne s’est pas proclamé de l’ADC et ça a bien marché. » Des fois, analyse l’ancien chef rebelle, les ambitions dépassent la logique du combat qu’ils veulent mener.

Le changement que le peuple burundais souhaite aujourd’hui, s’inquiète-t-il, ne peut pas être en faveur d’un groupe de gens ou de partis politiques, mais en faveur de tout le monde : « Il faut dépasser toutes les barrières puisqu’après tout, nous défendons la même cause. »

La question ethnique : une vieille histoire

D’après une certaine opinion, le mariage entre M. Rwasa et M. Nditije est contre nature. Pourtant, le leader historique des FNL rassure : « Il y a 34 ans, nous ne nous sommes pas battus contre l’Uprona mais contre l’Etat. » Rwasa Agathon précise que c’était d’ailleurs le cas pour tous les gouvernements qui se sont succédé : « Tous les régimes nous ont combattus. Maintenant, c’est le parti CNDD-FDD, majoritairement hutu, qui est aux affaires. Est-ce pour autant qu’il nous facilite la tâche ? »

Pour le besoin de la cause et pour trouver une solution au problème de gouvernance et tous ses corollaires, M. Rwasa estime que les Burundais doivent dépasser tout ce qui les a divisés.

Problème d’appellation ou d’autres mobiles ?

« Notre intention n’a rien à voir avec telle ou telle autre appellation », réplique le leader historique des FNL. Pour lui, il ne faudrait pas chercher à bloquer tout un processus pour une histoire de nom.

Par ailleurs, le leader charismatique des FNL précise que toute l’opposition ne doit pas nécessairement porter le nom de l’ADC-Ikibiri. Cette question, regrette-t-il, ne devrait même poser de problèmes : « Il faut tout simplement nous asseoir ensemble et trouver une formule qui nous convient tous. » Et si ça marche tant mieux.

Avant que l’ADC ne soit créée, il indique que les gens étaient dans leurs partis respectifs et à un certain moment, ils ont décidé de mettre leurs forces ensemble : «Pourquoi aujourd’hui, nous appréhendons les mêmes questions différemment? » Selon lui, il y a un hic, cet argumentaire d’appellation ne tient pas debout : « Avancer que le nom de l’ADC est ancré dans l’esprit de la population n’est que pure mensonge et spéculation. »

Tant de questions chez M. Rwasa : Qu’est-ce qui est difficile à expliquer ? Qui ne peut pas comprendre que le contexte politique peut faire changer le nom ?

Quand l’ADC a été créée, observe-t-il, nous avions des partis. Pourtant, des militants ont adhéré.

Sa candidature, objet de contestation ?

D’après des sources fiables, la candidature d’Agathon Rwasa ne fait pas l’unanimité au sein de l’ADC Ikibiri, d’où chercherait-il à se positionner ailleurs. Interrogé, M. Rwasa souligne qu’il est parmi les personnes qui souhaitent changer la situation.

Il rappelle qu’il s’est consacré au changement de gouvernance de ce pays pendant un quart de siècle : « Je ne suis pas entré en politique par spéculation. J’ai accepté toutes les souffrances que différents régimes m’ont imposées et m’imposent toujours. » Pour la bonne cause, conclut-il, il faut endurer jusqu’au bout du compte pour que des générations futures vivent mieux que nous. → Lire la suite

  29   Vos commentaires
  1. Wazamani

    Courage les gars, pour changer les choses en 2015. Nduwimana vous a divisés en pensant qu’il va tout gagner avec son parti DD. Comme l’idée d’unité au combat a déjà germé dans vos têtes, je vous encourage à bien la mûrir. Quand on veut, on peut; soyez fermes et convaincus que le changement est possible. Quant à dire que l’UPRONA et le FNL ( allusion faite à NDITIJE-RWASA) ne peuvent jamais se coaliser, je rappelle à Bamvuginyumvira et cie que tout dépend du contexte historique: ainsi, sans que personne ne s’y attende, les Communistes, les bourgeois et les féodaux se sont mis ensemble en Europe pendant la guerre mondiale pour contrer l’hégémonie nazie; américains et soviétiques se serreront la main à Berlin en 1945, après la défaite irréversible du fascisme allemand. Face aux forces du mal DD, rien ne doit être ménagé et personne ne doit être écarté du plan de sauvetage de notre pays.

  2. KABADUGARITSE

    Rwasa! Continuez de rêver mais les autres ne rêvent pas. Vous avez tout oublié? Eux, pas.

    Et en avez-vous informé vos bases respectives? Vous auraient-elles donné leur accord? Oui en effet, la politique c’est beaucoup plus de rêves qui finissent par devenir réalité. Mais à quel prix? Je ne pense pas que cet homme du Sud vous ouvrira toutes les portes qui mènent à son antichambre. Vous risquez de rééditer un « 2010 » bis.-

  3. Vuvuzela

    Beaucoup de choses ont change depuis l’arrivee au pouvoir des DD. Entre autres choses: la « beaute des Tutsis » qui a change de camps, ou une ressemblance entre Hutus et Tutsis. Pourquoi?

    • Murundi

      Ton commentaire est une connerie Vuvuzela, les Burundais ont toujours été les mêmes, se sont toujours ressemblés, et à travers différents régimes ils ont connus le même prblème, celui du manque de leadership visionnaire.

  4. Baraguhenda Rwasa bashaka kugufungisha, abo baporona murikumwe turabazi. Quelle garantie qu’on te donne car ils jouent une grande malignite. J’aime cela sans penser a aller dans la foret ou prendre la fuite quand on vient de semer le desordre. Ariko Rwasa umenye ko ABARUNDI BATARIBAGIRA, c’est dans le pays du Canada ou dans une province au CANADA ou ils ont ecrit sur la plaque de leurs voitures: « JE ME SOUVIENS ». Je pense que les burundais n’ont pas encore oublie et ils ne feront plus jamais cette erreur de donner un pays a un parti qui n’a pas de force. Plus jamais cela. Encore on va se voir purchase comme dans les forets , dans des marecages, ….Leone , Minani, ils ont la nostalgie de fuire encore et etre heberges dans les ambassades. Ils savent cela, mais a cause de leurs ventres , de leur ego, ils ne raisonnent plus. Que Dieu aide les enfants du Burundi.

    • Pepe,
      Extrémiste ridicule et carrément à la limite de la démence.
      Je suis sure que t’es parmi les rares petits malins qui ne se rappellent de la fraternité et de l’union des hutus qu’à la veille des élections. T’était ou lors de l’exécution de safisha et autres atrocités ? Qu’as-tu dis ou fais pour soutenir les opposants qui sont pourchassés dans tous les coins du pays ? Tout cela doit en réalité te laisser indifférent voire même content mais paradoxalement maintenant tu veux leur rappeller que leur ennemis est le tutsi n’est-ce pas ? Hahaha..
      L’amour des dirigeants a toujours été pour les leurs directs ainsi que leurs courtisans et que tu ne veuilles ou pas
      ben la majorité des hutus et des burundais en générale ne sont plus derrières tes DD ventriotes qui n’ont comme seul soucis et idéologie remplir leur ventre et tu seras d’accord avec moi (ou pas) qu’avec votre bilan en 9 ans vous battez tous les records en manque de scrupule et retenue dans la gestion des fonds publiques. Beaucoup de voix commencent d’ailleurs à se lever dans votre camp pour refuser de porter le chapeau des âneries dont tu es parmi les rares burundais batabinona.

      Humura ton souhait de rassembler les hutus par de tels absurdités est finie car ils sont une minorité (dont toi peut être) à avoir profités de votre pouvoir et par contre beaucoup à en avoir soufferts dont les fans de Rwasa et ça, ils ne vont pas l’oublier aussi tu peux me croire.

      Seuls des incapables à raisonner correctement peuvent penser qu’un pouvoir peut avantager, protéger une ethnie au dépend d’une autre et ce n‘est pas les tutsi de Mwaro, Muramvya, et Ngozi qui me contrediront.
      Je te suggère de continuer vos magouilles avec la CENI sinon ça ne marchera pas avec un tel slogan.

      Conseil d’ami !!!

      • Wazamani

        Très bonne réponse à Pepe, cher Nzobandora. Les théories ethnistes des DD ne tiennent plus la route, avec tout le sang des Hutu versé depuis 2005. C’est un slogan anachronique.

      • @ Nzobandora,

        Un Leader est une personne qui ne voit pas ses propres intérêts mais les intérêts de la population, Il ne doit pas abandonner sa vision et il prêt à mourir pour sa vision. Dans d’autres termes, un leader c’est serviteur de son peuple. Personnellement si je regarde au Burundi une personne qui a ces qualités, il n’y a pas aucune personne dans notre classe des politiciens qui remplissent ces qualités. Depuis notre indépendance, deux leaders probables auraient peut être rempli ces critères si les sanguinaires les auraient laissé de diriger et terminer leurs mandats (Rwagasore et Ndadaye). Je ne vois pas comment un politicien comme Rwasa pourrait faire une coalition avec l’Uprona en oubliant les textes de leurs idéologies, ce qu’il clamait quand il était dans la foret? Quel leadership. Je ne vois pas comment Mina ni pourraient faire une coalition avec l’Uprona? Ils oublient très vite. Quel Changement le Frodebu va nous amener ? Envoyer encore son peuple dans le cas des refugies? Depuis 1972-2000, le taux d’éducation disons au niveau universitaire a connu une hausse papable. Jamais connu depuis l’indépendance. Alors, tu vas me dire qu’il n’y a pas eu au moins de changement? A moins que tu veux maintenir toujours l’Apartheid en s’appuyant sur certains burundais ventriotes comme Rwasa, Nditije, Léonce, Minani , Sinduhije et c. Des décennies dans les cas des refugies pour former des analphabètes c’est ça que tu prônes. Revenons sur Sinduhije, quel leadership qu’il a. Un homme sans tempérament, sans contrôle, qui a laissé ses membres ne prison et puis il a pris fuite, souviens toi de la définition du leadership. Rappelles toi de son comportement sur l’émission Kabizi. Cales hommes modèles que tu veux nous amener? NYangoma et Nditije, les régionalistes à exposants. On ne fait pas le changement pour le changement, on doit penser d’abord. Étant donné qu’il n’y a pas un politicien qui a un projet de société solide dans l’opposition, je pense que le peuple va tourner encore vers FDD, qui peut au moins assurer leur sécurité et leurs enfants aller à l’école. Merci Pour le sondage que tu as fait pour savoir que les burundais ne vont pas voter le CNDD-FDD tout en espérant que ton échantillon est représentatif. Surtout, ne te fies pas de la population de Bujumbura Mairie car ce n’est pas un bon échantillon. Ou Bien que ça ne soit pas un outil que vous allez utiliser pour appeler l’ONU au secours qu’on a volé les élections comme en 2010.
        Alors quel choix faire vu qu’on n’a pas de un vrai au Burundi et plus d’ailleurs on n’en a pas eu? Le choix porterait sur le FDD qui tous les ethnies confondues commencent à tirer les fruits du pays bien que ça soit pas au même degré et ça ne sera jamais. Pourquoi? Car le peuple commence à se sentir sécurisé. Les enfants vont à l’école, et on commence à avoir ce sentiment d’appartenance, comme un citoyen, un burundais. Pas d’étiquette de ZAIROIS ou à la nationalité. Si j’étais un FDD, mon thème pour la campagne serait : JE ME SOUVIENS car on va bâtir sur cette histoire bien qu’elle soit malheureuse.

        • Mon ami Pepe,
          Grandir en maturité politique a beaucoup d’effets et il ya longtemps un tutsi dans un parti hutu ou vice-versa était percu comme umuhemu et ce n’est plus le cas en 2014.
          Au moins on apprend de nos erreurs en se limitant sur la forme du nez du candidat et au moins on peut maintenant voter pour un candidat mudasangiye ethnie.
          A titre d’exemple, uwari lkubaza en 70 les blancs americains qu’ils eliront un jour un president black ils l’auraient linchés sur le champ.
          Les socialistes avaient voter pour chirac juste pour eviter que Le Pen gagnent les presidentielles.

  5. Shaka

    À Ngabire Elyse et Madirisha Édouard d’Iwacu et auteurs du présent article,

    Le 1er décembre est la Journée mondiale du Sida, il n’est pas du tout dédié à la Coalition politique burundaise, svp!!!

  6. Comeka Jean

    Je crois que entre ce que dit Rwasa et ce qui est au fond de son coeur il y a un immense fosse.
    La meilleure facon de rassurer l’autre ethnie est de se reconcilier d’abord avec ses anciens propres combattants et de tendre encore la main a l’Uprona.C’est cela le rassemblement. S’il juge que ce sont des traitres et que Nditije et sa clique valent mieux, soit il est mesquin soit il est malade. Regardez et analysez ses actes et paroles depuis le quart de siecle comme il le dit. Deja le changement de nom palipehutu en FNL lui a ete dur a avaler. Voyez vous!

    • ndababwize ukuri,nahora nanka rwasa,ariko namukunze utyu musi.none rero,nimukomeze iyo opposition yanyu,mwikuremwo mugagaza ngo ntatwaye ntagashoboka.nimwemere mutore umwe,azokwitoza,hanyuma mushireho inzego zituma uwo muzotora akoze ibitashoboka mwasezeranye,izo nzego zimukureho.nukuri mugerageze mubikore uko iyi ntwaro ihave turayihaze.ariko ntimubona aho igihugu kigeze?ntimubona ko kigiye akagirire hari abagabo muriki gihugu?ivyubuhutu nubututsi musige muhira,muduze ikivi uburundi bugarukirwe.nico nagomvye kuvugamutora rwasa,mushireho ivyotuma akurwa mugihe arenze kuvyu mwasezeranye,mutora nditije,mubikoruko nyene.mutora minani,uko nyene.none ntitwifuza ko haba ihinduka?reka rero dutere tuja imbere.bagabo ngira murantahuye.

  7. Kagisye

    Il Faut que Leonce Ngendakumana et Adc Ikibiri font le maximum de retenu pour rejoindre le Groupe de Rwasa Nditije et Minani .Avant l’Adc Ikibiri disait que c’ est Rwasa qui ne voulait pas s associer aux autres mais Rwasa vient de demontrer son Ubushingantahe au yeux du peuples Burundais.Ubu hasigaye ko Adc nayo irekura amazi atararenga inkombe

  8. kimeneke

    Busorongo mwasambuye imigambwe mumpapuro ariko mwibagira imiti yacu buca murya ivyatsi aho Rwasa buca tumwimika ahubwo murondere ubuhungiro hakiri kare

    • mafaranga

      Oya si uko bimeze, Rwasa canke uwundi wese ashizweho ku butegetsi abandi badasangiye ivyiyumviro n’ingiro ntibaca bakumirwa canke babangazwa!

  9. BIRIHANYUMA

    De grâce, Mesdames et Messieurs les politicien(ne)s de tous bords, si vous voulez être crédibles :

    1. Affichez votre programme politique détaillé pour les 5 (ou même 10) ans à venir que vous nous expliquerez pendant la campagne électorale;

    2. Garantissez (par écrit) à vos électrices/électeurs le respect de leurs droits à vous demander des comptes, régulièrement, sur la mise en application effective dudit programme, conformément aux règles qui régissent LA DEMOCRATIE;

    3. Engagez-vous publiquement (et par écrit aussi), par des mesures concrètes, en quoi vous serez différents des régimes politiques précédents, notamment en respectant les droits humains tant bafoués par les régimes respectifs qui se sont succédé jusqu’à ce jour;

    4. Montrez-nous comment vous comptez vous y prendre pour éradiquer l’IMPUNITE QUI CONTINUE A FAIRE DES VICTIMES, respecter scrupuleusement la séparation des 3 pouvoirs (exécutif, législatif et judiciaire), élever le pouvoir d’achat de la population au moins au même niveau que celui des autres pays de la communauté économique est-africaine, mettre en application une VRAIE CVR , fruit d’une large concertation, et assortie du volet judiciaire, telle que définie par les accords d’Arusha;

    5. Indiquez-nous vos mesures concrètes pour augmenter le taux d’alphabétisation à au moins 95% en 10 ans (ceci n’étant qu’un exemple).

    C’est davantage la clarté des programmes politiques que les têtes des leaders politiques qui feront que les électrices et électeurs accourront en masse pour VOTER POUR UN CHANGEMENT EN 2015 et ainsi espérer améliorer leur quotidien et vivre heureuses/heureux, en sécurité, en démocratie.

    J’ose croire que les Burundaises et Burundais ont mûri politiquement pour ne plus accorder de blanc seing aux « charmeurs professionnels juste le temps d’une campagne » !

    A bon entendeur, salut!

    • Murundi

      Ndakubwire ikintu kimwe, abarundi harya baja kwiyandikisha umwe wese yaramaze kubona uwo azoha ijwi. Inutile de vous fatiquer avec vos théories universitaires

    • Bobo

      @BIRIHANYUMA
      « C’est davantage la clarté des programmes politiques que les têtes des leaders politiques qui feront que les électrices et électeurs accourront en masse pour VOTER POUR UN CHANGEMENT EN 2015 et ainsi espérer améliorer leur quotidien et vivre heureuses/heureux, en sécurité, en démocratie. »
      Je ne crois pas que ça soit tellement compliqué de rédiger un programme politique! Le réaliser c’est une autre affaire!
      Bref: moi je reste comme Thomas: je ne serai convaincu qu’après avoir vu les réalisation des promesses faites.
      On a assez entendu de blabla (Kari akarimi) !!!!

  10. Tuvugukuri

    En analysant les dire de ces trois politiciens,chacun d’eux a son propre raisonement et qui n’ est pa mauvais tout de meme.Mais ces gens de l’ADC ikibiri n’iront nul part je vous rassure si bien sur babandanije muriyo nzira!Rwasa l’ a bien k abo bagabo bagwanira leur interet gusa!

  11. Mutima

    Un melting pot de composantes explosives! Voilà ce dont il s’agit!

    Quand bien même ils devraient réussir à s’entendre, des gens qui ne sont pas capables de s’entendre quand ils n’ont rien, comment voulez-vous qu’ils parviennent à s’entendre quand ils auront quelque chose!

    Rwasa, Minani et Nditije, si on se réfère aux résultats des élections de 2010 et sur les « on-dit », on peut affirmer qu’ils tiennent le plus gros bout du bâton par rapport à l’ADC. Mais ce n’est toujours qu’un mirage! On sait que certains ont perdu des plumes à cause de leur scissions!

    Une ADC sans Rwasa est voué aux gémonies! Un Nditije sans Rwasa l’est également. Il reste Jean Minani qui n’a que quelques députés glanés ici et là, maus qui ne se comptent que sur les doigts d’une seule main.

    Aucun des partis de l’opposition, à part peut-être l’Uprona légal, ne peut clamer avoir une envergure nationale. Rwasa en aurait la capacité, mais il n’a pas de parti! Celui ou celle qui va réussir à l’avoir dans sa formation sera le plus viable, à condition que cela ne soit pas une formation qui « répugnera » ses fidèles, sinon il aura rendu service à Jacques Bigirimana!

    En résumé, Rwsa détient le réel pouvoir parmis tous, mais il donne l’impression de ne pas savoir l’exploiter à son avantage! Tous ces gens devraient aller vers lui et non le contraire! C’est lui qui devrait être mis en svant comme leader! C’est lui qui devrait prendre les décisions et non les autres à sa place!… Mais… il n’a pas de parti

    Et tous le savent! C’est cela le piège!!! Juste au cas où quelqu’un ne l’aurait pas remarqué!…

    Et vous croyez que cette situation profite à qui? Au parti au pouvoir? Certainement!… Mais pensez-y encore!…

    Vivement un réveil!… Ou une prise de « conscience »!

  12. pdf

    tandis que RWASA commence a reflechir en vrai leader de sa communaute.en fin de compte,il est celui qui a su depasse tous les rancoeur pour avancer… chapeau

  13. pdf

    je crois que ubwitonz bwa hon NDITIJE butakiri ubwo gu prouvat il voit l’interet du pys avant ceux des etrangers comme tout bon digne successeur de RWAGASORE qu,il est.adc nayo sinzi ko ari retour d’age canke ko ariho bakija muri adolescence politique.aucun pouvoir de decision en temps reel

  14. Ndayiragije

    Abantu bizera aba polona barantaganje. Ni bansumire inda, il ne faut pas compter sur eux. il suffira que le CNDD- FDD leur rende leur parti, hanyuma babemerere certains postes après 2015 bazoca babata mu mayirabiri. il faudra rester vigilent. Mugabo birshoboka kubizera hamwe bahinduye abarongozi ba uprona, bakayiha nka Tatien Sibomana, ngira ntiyomera nk’aba POLONA bamwe bamwe naciyubwenge batwara kandi si ndi muto.

  15. BUSORONGO

    Mininter na CENI babivuga ngo tera iyo sema
    “M. Bamvuginyumvira considère que messieurs Rwasa et Nditije ne peuvent faire partie d’une coalition de partis politiques puisqu’ils n’ont pas de partis. ”
    « M. Bamvuginyumvira considère que messieurs Rwasa et Nditije ne peuvent faire partie d’une coalition de partis politiques puisqu’ils n’ont pas de partis. »
    Ubu noneho bivuzwe na Bamvuga !
    Nos politiciens n’ont aucune moralité enfin de compte. Ils ne sont même pas capable de garder le cap.

  16. ali

    haaaaahaaaa AKO NAGASEMA NGO UPRONA NA PALIPEHUTU BAJE HAMWE IYO NI BLAGUE HAAAHAAA

    • kigufa

      Ntagasema karimwo uazi ko na Petr Nkurunziza yashoboye kwifatanya na Pierre Buyoya bigashoboka.Ahubwo Leonce ngendakumana nave mukantu gato ka Kibiri aje mubandi si non twebwe aba Namarimwe turashigikiye ingendo yo kwiyunga

  17. nivyo

    1)
    « Mais aussi s’entendre sur les listes communes et le choix d’un candidat unique.  »

    Le choix d’un candidat unique c’est difficile et mais realisable en 5 mois qui restent. Mais les listes communes, je suis sur que on ne pourra pas les faire en moins de 5 mois. Puisque sur une liste si on met un de tel parti, les autres de tel parti crieront famine,…

    2) Mr. BAMVUGINYUMVIRA soulève une question fondamentale de bon sens. MINANI va s’allier avec des gens qui n’ont pas de partis reconnus par le MinInter. Il va les phagocyter. Au moins s’il s’était joint à l’ADC , qui , elle contient des partis politiques agréées. Mais l’ADC lui a claque la porte sous le nez. Alors,…

    • Bobo

      @nivyo
      « Mr. BAMVUGINYUMVIRA soulève une question fondamentale de bon sens. MINANI va s’allier avec des gens qui n’ont pas de partis reconnus par le MinInter. »
      Justement c’est ça qui constitue le deal: dans la coalition Minani apporte la légalité, Nditije apporte les votes (des irréductibles tutsis) et Rwasa complète l’entreprise par ses votes (de ses irréductibles hutus)!
      Si le défi réussit un jour, moi je leur dirais « chapeau bas »!!!!

      • Un trio qui s’en va a la Gouffle, c’est tres malheurur pour eux. Mbabazwa nababakurikira.

Publicité