http://www.iwacu-burundi.org/wp-content/uploads/2016/09/ICCO-15-O-22-TDRs-Evaluation-a-Mi-Parcours-MAVC-Final.pdf
Sécurité

Une ambulance suspecte

Une ambulance est stationnée à l’hôpital Prince Régent Charles, depuis ce dimanche 4 janvier 2015. Deux cercueils sont à bord et contiendraient deux corps de militaires de la Monusco.

L'ambulance contenant les deux cerceuils des militaires blancs qui auraient été tués dans un accident d'helicoptère ©Iwacu

L’ambulance contenant les deux cerceuils des militaires blancs qui auraient été tués dans un accident d’helicoptère ©Iwacu

Sur les deux portières de l’ambulance, il est écrit « commune de Kadutu don du gouverneur de province ». Selon des sources sur place, l’ambulance est arrivée sur place vers 16 h. Il y avait à bord trois personnes d’origine congolaise, dont un chauffeur et un médecin, ainsi que deux cercueils qui contiendraient deux cadavres de militaires blancs de la Monusco.

Arrivés sur place, le médecin congolais a demandé à un médecin de garde que les deux cadavres soient conservés à la morgue. Mais celui-ci leur a demandé d’aller chercher un document appelé « expertise de mort en dehors de l’hôpital » avant que les cadavres soient conservés à la morgue.

Fâchés, ces Congolais seraient partis au BSR pour chercher ledit document, mais ne l’ont pas eu. Par après, ils sont partis. Selon les mêmes sources, ces Congolais auraient dit que ces militaires sont morts lors d’un accident d’avion en RDC dans la localité de Minembwe. Toutefois, personne n’explique comment ils ont pu traverser la frontière sans être accompagné par une délégation de la Monusco.

  11   Vos commentaires
  1. ngabire

    Hanyuma ngo SINDUHIJE aca hehe mu kujabuka? urugo rutagira umugabo nta kitarukengera, uwushatse arinjira agakora ico ashaka akisohokera, nakamaramaza nta nuwo bivuga ukuntu binjiza ibiziga ata ngorane ariko ibije gukiza abenegihugu bakabibuza, akarorero ,amata, ibitenge, ni bindi bidandazwa vyodufasha. ndabasavye mumbwire ubwoko bwabantu bitwa ngo bakingiye imbibe z’UBURUNDI aho nta blague muzoba mukoze.

  2. K.T

    Cette situation est honteuse. Comment se fait-il qu’il n’y ait pas de policier pour vérifier « le contenu » de cette voiture? Les journalistes d’IWACU pourraient contacter la police avant de livrer une information incomplète. Nous attendons la suite de cette histoire.

  3. duciryaninukuri

    Demain bonjour la psychose , il faut élargir kwa le gentils nous ne méritons encore les afthermaths pareils de la guerre!

  4. yegeyege

    The story about the death of two MONUSCO white soldiers needs to be verified. As you know that the UN doesnt dispose or expose his workers that way. There’s a cat hidden on the issue. Why cant Iwacu call 00243818906000 and ask to talk to the force commander or the force chief of staff.

  5. Nwari

    Hooooo uburundi urababaje ntawutagukengera !!kubera ubugugu bwabagutwara yoooo !!!wovuga gute ko bareganye urubibe ??atawubasuzumye?? Hanyuma mukavuga ko mwogwanya (ebola) yaaaa jewe nubu ndibaza ko arabagwayi ba Ebola bazanye turindindire muzoba mubarira

  6. On dirait qu’il y a un truc qui ne va pas bien chez Iwacu ces jours !

  7. Anonyme

    Que se passe t-il au Burundi. Qu’est-ce que certaines personnes sont en train de préparer? J’ai peur!

  8. Mutima

    Iwacu… Vous aussi!
    Comment est-ce qu’une ambulance stationnée devant un hôpital peut devenir suspecte!… Quoi de plus normal!?

    Espérons que vous avez plus convaincant que ça! Sinon ça commence mal, mais attendons! Peut-être que c’est moi qui suis trop vite!…

    • Rubis

      L’info est claire, ahubwo ni wewe utari clair, travailles-tu au SNR ? Va kuri internet uje kuri Prince Régent !

    • Amédé

      Mutima, sur ce point tu as raison. Tu parles trop vite.

      • Bizimana

        Wigize ibarabara bagucako, simple is that!
        Wosigura gute ko une ambulance immatriculee a l’ etranger ait pu passer les frontieres sans un controle aussi bien de ses passagers que de « sa cargaison ».
        Surtout s’ ils’ agit des corps sans vie?? On ne  » depose  » pas ( c’est le cas) des corps humains dans une morgue, comme si c’ etait un colis a la poste, nahone usabwa gushirako timbre na adresse..
        Voila le paradoxe bdais.. shame shame!!

Publicité