Société

Trois mois après l’inondation, l’E.P Kamenge II n’a pas encore été réhabilitée

Depuis la nuit des inondations du nord de Bujumbura (9-10 février dernier), les traces de cette catastrophe restent intactes à cette école. La direction demande une aide consistante pour réhabiliter les locaux.

Trois mois après,  la boue est toujours là, aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur des classes  ©Iwacu
Trois mois après, la boue est toujours là, aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur des classes ©Iwacu

Le bureau de la direction a été détruit complètement, tous les manuels scolaires, les bancs et pupitres, les chaises, les tables ont été emportés par l’eau, toutes les latrines sont bouchées. Les écoliers, de la 1ère à la 6ème année, ont été transférés dans d’autres établissements : lycée municipal de Ngagara, lycée municipal de Kamenge, Ecole fondamentale Kamenge II, E.P Mirango en attendant la réhabilitation. Chaque jour, deux personnes tentent, sans trop de succès, à enlever la boue entassée à l’intérieur des classes. Dehors, la fange dépasse les 30 cm. Cette nuit-là, raconte M. Seseka, l’eau avait dépassé un mètre de hauteur. Tout le monde dormait chez lui et personne n’était capable de faire quoi que ce soit.

Dominique Seseka, le directeur de l’école, regrette la baisse des résultats scolaires. « Certains écoliers sèchent les cours et le trajet pour se rendre à l’école, est devenu long pour eux. » Il remercie la direction provinciale qui leur a donné de nouveaux manuels scolaires qui restaient dans son stock, la municipalité de Bujumbura qui leur a prêté des camions pour dégager la boue, un parlementaire élu en mairie de Bujumbura pour l’octroi des kits scolaires (des cahiers et des crayons).

Toutefois, le directeur de l’école précise que les besoins sont encore nombreux et lance un appel à tout bienfaiteur et, surtout, au ministère de tutelle. « Nous sommes impatiens de voir le retour de nos écoliers. » La représentante du comité des parents, Eugénie Ndikubwayo, se plaint qu’ils sont fatigués. « Chaque parent a déjà donné 1000 Fbu comme contribution pour payer les travailleurs mais, les travaux avancent très lentement. » Iwacu n’a pas pu joindre le directeur provincial en mairie de Bujumbura pris dans une réunion.

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Editorial de la semaine

Malheur aux enseignants qui violent et violentent leurs élèves

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur Malheur aux enseignants qui violent et violentent leurs élèves

L’image est choquante, terrifiante, effrayante. Une fille déchiquetée, l’avant-bras détaché du reste du corps, est allongée sur une civière traditionnelle en rotin. Elle est méconnaissable. Sur les réseaux sociaux, un texte explicatif accompagne le corps tailladé à plusieurs endroits : (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

CBX Useronline

389 utilisateurs en ligne