Politique

Trafic humain : six Burundaises emprisonnées dans les pays du Golfe

21/02/2017 Fabrice Manirakiza 4

Pour la FENADEB, le gouvernement doit s’assurer que les droits des Burundais qui sont notamment en Arabie Saoudite et Oman sont respectés.

Jacques Nshimirimana : «Nous avons des plaintes de six filles emprisonnées en Arabie Saoudite et en Oman.»
Jacques Nshimirimana : «Nous avons des plaintes de six filles emprisonnées en Arabie Saoudite et en Oman.»

«Nous sommes en contact avec les organisations des droits humains dans ces pays et nous suivons de près ce dossier», indique Jacques Nshimirimana Selon le président de la Fédération nationale des associations engagées dans le domaine de l’enfance au Burundi (FENADEB), cinq filles sont emprisonnées à Oman et une autre en Arabie Saoudite. Il fait aussi savoir que deux autres jeunes filles sont revenues, il y a quelques semaines, mal en point du Moyen-Orient. «Elles présentaient des signes de traumatisme.» il dit que trois autres filles sont gravement malades en Arabie Saoudite.

Selon des sources dans ces pays, certaines filles sont arrêtées pour des cas de vol, d’injures ou parce qu’elles ne portent pas de burka. «Ici, les femmes sont jalouses. Elles pensent que nous voulons attirer leurs maris», témoigne une Burundaise qui vit en Arabie Saoudite depuis une année. Toutefois, Jacques Nshimirimana se félicite que depuis la mobilisation de la société civile et le tapage médiatique qui a suivi, les choses commencent à changer, même s’il reste des filles qui sont maltraitées. Le président de la FENADEB souligne qu’ils travaillent de concert avec certaines organisations des droits humains en Arabie Saoudite et en Oman. «Les Burundaises bénéficient d’une assistance de la part de ces organisations.»

«Nous ne sommes pas au courant»

Jacques Nshimirimana fait savoir que les organisations de la société civile ne sont pas contre que des Burundais aillent travailler à l’étranger. «Ce que nous dénonçons est cette exploitation que subissent ces filles.» Pour lui, il faut que le ministère des Affaires étrangères s’entende avec ces pays afin de faciliter le retour au pays des volontaires. «Parfois, on leur refuse de rentrer.» De plus, poursuit-il, le gouvernement doit s’assurer que leurs droits sont respectés et que leur travail soit légalisé. «Parfois, nous rencontrons des difficultés pour suivre ces dossiers car à Oman, le Burundi n’a pas d’ambassade.»

Bernard Ntahiraja, assistant du ministre des Affaires Etrangères, indique qu’ils ne sont pas au courant de ces emprisonnements. Il assure qu’ils vont suivre de près ce dossier. «Généralement, il y a des voies diplomatiques pour résoudre ce genre de questions. Nous avons une ambassade en Arabie Saoudite et un consulat à Oman.» Concernant la proposition de la FENADEB de faire rentrer les volontaires, Bernard Ntahiraja demande à cette organisation de venir leur soumettre cette requête. «Nous sommes prêts à faire tout dans l’intérêt de notre population.»

Quant aux maltraitances qu’endurent les Burundaises dans ces pays du Moyen-Orient, l’assistant du ministre invite les familles des victimes de saisir son ministère. «Une fois que nous avons l’information, nous écrivons aux ministères des Affaires Etrangères de ces pays.» Et d’ajouter que chaque Burundais qui est à l’étranger bénéficie d’une assistance consulaire lorsqu’il rencontre un problème.

Nécessité d’un fonds de prise en charge

Selon Jacques Nshimirimana, il arrive que certaines familles refusent d’accueillir les filles qui reviennent de ces pays du Golfe. «Elles pensent que les filles faisaient de la prostitution là-bas alors que c’est faux.» Du coup, elles se retrouvent laissées à elles seules. «Certaines tentent d’y retourner, d’autres s’adonnent à la débauche.» Comme c’est un problème social, poursuit-il, le gouvernement doit mettre sur pied un fonds de prise en charge des victimes de la traite d’êtres humains.

En attendant, Jacques Nshimirimana indique qu’ils ont ouvert en zone Kinindo un centre d’hébergement d’urgence pour les filles en situation de risque c’est-à-dire ces filles qui reviennent et qui sont rejetées par la famille. «Nous les prenons en charge en attendant la réunification familiale.»

Ces jeunes filles qui reviennent d’Arabie Saoudite indiquent que certaines burundaises sont maltraitées
Ces jeunes filles qui reviennent d’Arabie Saoudite indiquent que certaines burundaises sont maltraitées

Une traite d’êtres humains d’un autre genre

La FENADEB tire une sonnette d’alarme sur une forme de la traite d’êtres humains qui se passe au Burundi surtout dans la capitale Bujumbura. «Nous observons une traite qui touche essentiellement les jeunes filles qui ont échoué l’école fondamentale.» D’après Jacques Nshimirimana, certaines filles décident de se marier rapidement tandis que d’autres sont exploitées sexuellement par des proxénètes. «D’autres se font embaucher comme femme de ménage mais en réalité elles servent d’objets sexuels.»

Le président de la FENADEB demande au gouvernement de se penche sérieusement sur cette question. Ils exhortent aussi les parents à être vigilants et aux enfants de dénoncer ces rabatteurs qui leur promettent monts et merveilles. Et d’annoncer que la fédération a ouvert un numéro WhatsApp qui sert à dénoncer ces cas de traite d’êtres humains. Le numéro est le 75 821 616.

Forum des lecteurs d'Iwacu

4 réactions
  1. Appo

    Et les garcons coment sont ils traités en arabie saoudite?

  2. nunu nado

    Voila l’esclavage sexuel fait pour les burundaises par les burundais.
    What shame!!! Il faut couper les racines d’un arbre si voulez eradiquer sa maladie. Comment ces filles sont arrivees dans ces pays du Moyen Orient? Il y a eu des appats. Des facilitateurs burundais menteurs et manipulateurs.
    Des vendeurs d’ames, d’espoirs qui attirent ces jeunes femmes. Des abuseurs, des malfaiteurs, des proxenetes. Ces bandits sont ceux qui payent leurs passeports, tickets d’avions et les hotels. Ces criminels sont dans notre pays et sont nos freres, peres, meres, soeurs, cousins; sont burundais en general. Alors il faut commencer a punir ces derniers avant de punir ces pauvres femmes ignorantes et sans ressources.
     » Qui virvra verra »!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

  3. RUGAMBA RUTAGANZWA

    On aura tout vu sous le Gouvernement du CNDD-FDD !!

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Editorial de la semaine

Bujumbura vs Kigali : Quand les mots attirent les maux

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur Bujumbura vs Kigali : Quand les mots attirent les maux

Depuis un certain temps, Bujumbura accuse, condamne Kigali. En revanche, Kigali a toujours nié toute implication dans la crise d’un pays voisin, le Burundi. Jusque-là, cela s’exprimait au travers des marche-manifestations et autres expressions à Bujumbura et ailleurs dans des (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

CBX Useronline

371 utilisateurs en ligne