Afrique de l'Est

Téléphoner sera moins cher dans les pays de l’EAC

Le système de roaming permet d’émettre ou de recevoir un appel téléphonique lorsqu’on se trouve à l’étranger. Les coûts vont être revus à la baisse, une décision qui réjouit les abonnés et les compagnies téléphoniques locales.

Excellent Nimubona : « Il y aura un gain en volume d’appels et d’abonnés. »

Excellent Nimubona : « Il y aura un gain en volume d’appels et d’abonnés. »

Aujourd’hui, si une personne appelle du Burundi vers le Rwanda par exemple, l’interlocuteur en décrochant va payer plus de 500fr bu/min, explique Moise Kwizera, du service roaming de la Compagnie Smart. Si elle appelle du Rwanda vers le Burundi, elle va débourser plus de 1000fr/min. Il précise qu’il n’y aura plus de facturation pour les appels reçus en utilisant ce réseau.

Dans le cadre de l’initiative « Zone de réseau unique/One network Area » la donne va changer. Lors d’une journée sur l’harmonisation des charges en Télécommunication dans l’EAC, organisée à Bujumbura le 22 juillet, Euphémie Nizeye, chef du service encadrement tarifaire et concurrence à l’Agence de Régulation des Communications et Télécommunications donne une petite démonstration pour mieux comprendre : l’appelant paie sa communication à l’opérateur local (0.10 USD/min), lequel reverse à un autre opérateur, d’un autre pays de l’EAC, une taxe de 0.07usd/min de communication, pour avoir permis à son abonné d’utiliser les services de son réseau.

C’est une aubaine pour nous les clients, se réjouit Christelle Harerimana une businesswoman abonnée à Smart et qui se rend, tous les deux mois, au Rwanda. « Je ne peux pas dépasser une semaine en utilisant la carte sim du Burundi. Le coût de mes appels entrants/sortants est exorbitant. Je préfère me rabattre sur MTN (opérateur rwandais). »

Des exemples de la réussite de l’initiative

Moise Kwizera, du service roaming chez Smart, explique qu’un Rwandais payait plus 500 Frw/min via le système roaming dans tout l’EAC mais, désormais il ne paie que 60fr Frw. Au Kenya, avec l’One Network Area (ONA), il y a eu 951% d’augmentation en trafic entrant (10 fois plus), enregistré dans les trois premiers mois de la mise en œuvre. Pour les appels sortants, il y a eu une augmentation de 254 %.

Le Burundi et la Tanzanie traînent les pieds

L’entrée en vigueur de l’initiative ONA était fixée au 1er septembre 2014 pour le Kenya, l’Ouganda et le Rwanda. Cependant, ce calendrier a changé comme suit : Rwanda et Kenya: le 8 octobre 2014, l’Ouganda : le 7 janvier 2015, la Tanzanie et le Burundi avaient promis de lancer le réseau unique le 15 juillet 2015 mais, cet engagement n’a pas été respecté.

Les appels sortants seront presque gratuits, affirme M. Kwizera. « Les communications ne passeront plus via le satellite mais via une jonction directe (qui passent par des infrastructures physiques) ». Les compagnies téléphoniques vont y trouver leurs comptes ainsi que leurs abonnés. Il y aura un gain en volume d’appels et d’abonnés, note Excellent Nimubona, chargé de la communication et des relations publiques à Econet-Leo. Des réunions ont été tenues avec les régulateurs et nous allons l’appliquer comme tout le monde. « Les Burundais doivent s’ouvrir au monde et nous voulons les accompagner. »

Une décision qui vient à point nommé

La décision de cette initiative (Zone de réseau unique/One network Area) a été prise lors du sommet des chefs d’Etat tenu à Nairobi (Kenya) au mois de février dernier. « Nous sommes en train de sensibiliser tous les acteurs (Arct, compagnies téléphoniques, ministère des Finances, celui des télécommunications). Nous attendons de démarrer avec le budget 2016 », a indiqué Léontine Nziyimana, ministre à la présidence chargée des affaires de l’EAC.

Mme Nizeye, de l’Arct, énumère quelques raisons qui ont motivé cette décision. L’absence de transparence tarifaire des services roaming ; le besoin de cultiver la coopération régionale et multirégionale entre opérateurs, régulateurs et gouvernements, de réduire les tarifs du roaming identifiés comme des barrières aux échanges de biens et services ; les Etats membres sont progressivement en train d’éliminer toutes les barrières tarifaires et non tarifaires à ces échanges au sein du territoire douanier ; etc.

  1   Vos commentaires
  1. BUCUMI PIERRE DENIS

    Mise en œuvre de cette décision par le Burundi et la Tanzanie le 15 juillet 2015 alors qu’elle est déjà en cours d’application au Rwanda voisin mais aussi en Ouganda et au Kenya depuis l’an passé. Les citoyens de ces 3 pays louent déjà les avantages qu’ils en tirent. Pour le Burundi et la Tanzanie, c’est finalement le 1er janvier 2016 que ce système de facilité téléphonique dans les pays de l’EAC commencera. Je me demande pourquoi ces deux pays sont toujours à la traine quand il s’agit de mettre en œuvre les décisions prises de commun accord avec les autres partenaires ? Est-ce la corruption qui les gangrène ou leurs responsables politiques n’y voient aucun avantage pour leurs citoyens? En ce qui concerne le Burundi, je reste même très sceptique quant à la date du 1 er janvier 2016 car l’urgence pour le pouvoir Nkurunziza n’est pas de mettre en œuvre des projets de développement mais de résister à ceux qui sont décidés de lui arracher le pouvoir qu’il vient d’obtenir en organisant des élections non crédibles et en se présentant à un 3è mandat probablement illégal et inconstitutionnel… ! Let us wait and see..!

Publicité