Archives

Six clefs pour comprendre le malaise à l’armée

05/10/2015 Abbas Mbazumutima 15
Accès réservé aux membres du Club des amis d'Iwacu

Pour accéder à l’ensemble de nos contenus numériques, abonnez-vous et devenez membre du Club des amis d’Iwacu

Votre abonnement vous donne accès à :
  • Toutes nos archives numériques (10 ans), soit près de 15.000 articles
  • Un moteur de recherche avancé, simple d'utilisation et performant
  • Notre newsletter quotidienne et nos alertes
  • Nos publications imprimées en accès numérique dès leur parution
  • Nos éditions spéciales imprimées et en ligne

Soutenez une presse indépendante et de qualité !

Abonnez-vous maintenant !

Consultez nos offres et bénéficiez de l’information la plus complète sur le Burundi

Forum des lecteurs d'Iwacu

15 réactions
  1. Jambo

    Sans aucun doute, l’armée actuelle déjà divisée se disloquera bientôt pour ensuite se reconstituer en une armée unie et nationale après le changement qui viendra au bon moment.

  2. Stan Siyomana

    @Mutana M.
    Ici vous semblez accuser l’opposition politique burundaise (et peut-etre meme certains pays/puissances etrangeres) de promettre/offir des gains materiels/DES CHOSES ALLECHANTES a certains militaires burundais mais vous oubliez que c’est avant tout le Gouvernement burundais en place/au pouvoir qui tient deja les ficelles de la bourse des depenses publiques dans LE BEAU PAYS DE MWEZI GISABO.

  3. PCE

    @ Mutana M. et Gaheto
    Vous devez certainement être ou bien un ignorant ou un mauvais lecteur ou alors un mauvais connisseur des arcanes politiques burundaises ou alors tout en même temps. Voudriez vous donc répondre à mes questions ? Qui sont les principaux officiers harcelés par le pouvoir de Bujumbura ? les CNDD , les FAB ou les FNL ? Ou bien sur les FAB et les FNL bien sur et bon nombre sont tutsi ? Ignoriez vous donc que les officiers FAB sont principalement tutsi ? Je n’y change rien
    @ Gaheto Je n’ai jamsi dit que seuls les ex fab vont envoyés en Somalie . Cependant la guerre est une “boucherie”comme disaitVictor Hugo , on y part sans jamais être sur d’en revenir . Mais il y un autre argument , il y a des burundais qui n’ont plus rien et qui sont prêts à offrir leur vies et faire vivre leurs familles . Après tout ca vaut mieux que mourrir au Burundi . Il faudrait être particulièrement vicieux pour ne pas comprendre cela.

  4. gaheto

    wewe wiyita PCE nibaza ko ufise amacakubiri akomeye cane,none muri Somalie hajayo aba EX FAB gusa? heba
    iyo manipilation yanyu.tugonbu bumwe mubarundi bose,nomubasirikare bacu.

  5. Mutana M.

    «Il y a dans ce corps, des membres qui se voient promettre des choses alléchantes et qui acceptent facilement”. C’est exactement le cas pour le Gnl Niyombare. Bamubwira ngo Nkuru ntaco amurusha. No yoberwa n’ubu président. Ngo ni Intore! None inda ndende ihumira indya.

  6. Mutana M.

    “Affaiblir” les ex FAB?. Donc ce sont eux seulement qui partent en somalie? Je ne les savais pas.

  7. MANA

    Monsieur le Président : nous vous saurions gré de bien vouloir revenir aux sources de la sagesse : https://www.youtube.com/watch?v=GkSjDP3g-yo

  8. PCE

    Nous savons tous ce qui mine l’armée burundaise – si on peut toujours parler d’une armée- son principal talon d’achille est le régime en place . Il faudrait qu’on nous explique certaines choses :
    1 Pourquoi les es FAB et ex FNL et en particulier les tutsi sont maltraités ? En soumettant les ex fab à tous les brimades possibles et imaginables , le pouvoir de Bujumbura croit les affaiblir , en réalité il forme un front commun contre lui , car ils se sentiront unis dans le malheur. Ils n’ont rien à perdre , sauf la vie .
    2 Pourquoi les soldes des militaires partis en Somalie ne sont pas réglés? En décidant de ne pas les virer – et sans explication valable- le régime en place croit affaiblir les ex fab ou tutsi . Eh non il affaiblit tout le monde hutu et tutsi compris et se rend de plus en plus impopulaire , un jour le vase sera plein et va déborder de colère . Sous le régime Bagaza , un jour les hommes de troupe furent pris de colère , ils occupèrent alors le rond point du Novotel en réclamant un meilleur solde. On rapporte alors que Bagaza aurait dit ” Bahe amazi” ( lancez sur eux des camions anti incendies) , il a changé d’avis rapidement et il a augmenté leurs soldes , les hommes de troupe ont regagné les casernes. Aujourd’hui les ex fab sont harcelés , le régime le paiera cher. Ceci n’est pas un jugement de valeur ce n’est qu’un jugement d’existence , mais très peu de militaires parlent publiquement , nous le savons bien qu’ils le sont ils le disent dans le cercle familial et certains entre eux .Rappelons nous que lorsqu’un burundais ne dit rien ce n’est pas parce qu’il n ‘ a rien à dire mais parce qu’il ne veut laisser transparaitre ce qu’il ne peut dire pour des raisons de sécurité.
    Le problème de l’armée est le pouvoir politique , c’est pour la première fois que cela se passe au Burundi.
    3 En choisissant de déplacer certains camps militaires , les populations de bujumbura qui y voyaient un certain rempart contre les exactions de la police s’en trouvent terrifiés , ce n’est ni pour la rassurer encore moins l’armée elle même . Et si on accordait à ces camps militaires davantage d’espace pour agir ? Qui aurait le plus de regret ? Comme il faut tout délocaliser il faudrait aussi délocaliser la RTNB , elle qui est toujours la cible des putschistes de tout acabit ! Délocaliser les services de la présidence , des services de renseignements

  9. Cette politique de division ne vous amenera pas nul part. Le compte a rebours a commence, on suit ou on ne suit pas. La loi en avant et le respect des institutions.

  10. Le Gén. NIYOMBARE, lorsqu’il était encore au service en tant que responsable des services secrets, avait déjà prédit cette désintégration des FDN si son chef P.N. ne renonçait pas à ses ambitions de 3ème mandat. Il n’a pas été entendu, et voilà, nous sommes déjà dédans.

    Ndi LOLOLO,
    Umugumyabanga

  11. Gezaho

    Je préfère le Mali au Burundi.

  12. MUGABARABONA

    Adieu la grande muette et bonjour les dégâts.

  13. burunwa

    A lire cet article du journal iwacu, je peux dire que finally le Burundi n’a plus d’armée. Surtout quand je me rappelle que le Ministre est un civile, et que le CEM est un Général qui vit en cachette pour etre recherché par des gens qu’il ne maitrise plus!

  14. Gezaho

    Baratuza n’y peut rien. Le règlement militaire lui interdit de démissionner de son poste de porte parole. La réalité actuelle ne lui permet pas d’etre informé sur les motifs des différentes mesures prises par Nkurunziza contre l’armée.

  15. George Ndahendekire

    Bravo! Des fois nous autres Burundais nous sommes nos pires ennemi. Meme si on n’aime pas les regimes il y a des institutions qui doivent etre en dehors du debat politique notamment l’armee. Car lorsque l’armee se desintegre C’est le Mali, la RCA ou encore pire la Somalie. Donc arretons avec nos histoires plutot encourageons les forces de defense a reste united. Par contre il faut des reformes a la police et la SNR

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Editorial de la semaine

Cacophonie dans un ministère

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur Cacophonie dans un ministère

Qu’est-ce qui se passe réellement entre le ministre ayant l’Aménagement du Territoire dans ses attributions et son directeur général de l’Urbanisme et de l’Habitat ? Dans son communiqué du 29 mai, Madame le directeur général met en demeure les acquéreurs (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

CBX Useronline

554 utilisateurs en ligne