home_center

Seven Services : du mobilier sur mesure…et plus

Détenteur d’un master en Management, Ingénierie des Services et Patrimoines Immobiliers à Paris, Emile Ndabituyimana, du haut de 29 ans, vient de lancer Seven Services, une entreprise touche à tout dans l’immobilier.

« Nous proposons des meubles adaptés aux besoins de nos clients », assure Jean-Marie Ndabituyimana (à gauche)

« Nous proposons des meubles adaptés aux besoins de nos clients », assure Jean-Marie Ndabituyimana (à gauche)

Que propose Seven services ?

Seven services est une entreprise multiservice ouverte il y’a un mois. Elle se spécialise dans la logistique immobilière à savoir la conception des plans de maisons, l’équipement et le design intérieur. Seul l’un des trois services prévus, International Mob Design, tourne aujourd’hui. Il propose et produit tout ce qui est équipement d’intérieur : meubles, décoration, etc.

Pourquoi avoir choisi le nom de «Seven Services»?

Le chiffre 7 a été choisi parce que nous travaillons sept jours sur sept. C’était le nom idéal pour notre entreprise.

Quel a été le déclic pour créer Seven Services ?

L’idée de me lancer dans l’entrepreunariat m’est venue au moment où je fréquentais l’école française de Bujumbura. Des forums des métiers y étaient organisés chaque année. Dans ces derniers, des professionnels d’entreprise expliquaient leur domaine d’activités. Et là j’ai eu envie de faire quelque chose en immobilier. Après le baccalauréat, j’ai donc continué mes études en France avec l’idée de créer un jour une entreprise.

Fils d’un menuisier, peut-on dire que vous suivez les traces de votre père
?
Mon père, employé de la SOSUMO (Société Sucrière du Moso), pratiquait la menuiserie le weekend. Avec l’aide de mon frère, il a conçu la charpente des maisons annexes dans notre parcelle. Mon amour du bois vient certainement de là.

Vos études en France ont-elles renforcé l’idée de créer Seven Services ?

Faire un master en immobilier était un choix. J’ai conçu mon projet en France. Je participais également à des compétitions toujours en immobilier avec d’autres étudiants ayant l’idée de créer une entreprise. Et cela m’a permis d’améliorer mon projet. Je suis rentré au Burundi en octobre dernier pour mettre sur pied Seven services.
En 2010, j’étais revenu à Bujumbura pendant les vacances et j’en avais profité pour faire une étude de terrain. A l’époque, je m’étais rendu compte que les entreprises étaient mono service, d’où l’idée de faire une entreprise à plusieurs volets, qui parte de la conception de plans jusqu’à l’équipement d’une maison.

Que fournit Seven Services?

Notre service International Mob Design, propose à nos clients différents modèles de canapés, sofas, bureaux, de meubles-télés, etc. Nous conseillons également nos clients pour tout ce qui est design de l’intérieur, le choix de la peinture, la couleur des rideaux, la restauration de meubles, ….

Quelle est la touche personnelle d’IMD ?

Nous utilisons un logiciel de conception de plans pour fabriquer des modèles de meubles personnalisés répondant aux besoins de nos clients. L’idée est de donner au client le moyen de participer à la conception de son produit, et donc de savoir à l’avance à quoi ressemblera son meuble. Nous offrons en outre un service après vente, et une garantie de six mois, ce qui crée une certaine confiance entre l’entreprise et la clientèle.

Quel est le premier produit que vous avez conçu ?

Un canapé. Je l’ai fait gratuitement pour ma mère (à la retraite), et j’en suis fier. A cet instant, je travaillais encore à son domicile. J’y avais provisoirement installé mon atelier de menuiserie. Ma mère m’avait attribué un espace où je pouvais travailler.

Où trouvez-vous la matière nécessaire à la fabrication de ces canapés ?

J’ai des fournisseurs qui me livrent de bonnes planches d’eucalyptus. J’ai aussi des fournisseurs en matelas et en tissus.

Vous avez eu des commandes avant de vous installer dans vos nouveaux locaux sis avenue de France no 5, comment vos clients ont-ils connu Seven services ?

J’ai mis sur Facebook une photo du «modèle-cadeau» de canapé fait pour ma mère. Des gens ont aimé et bientôt des personnes sont venues me demander si je pouvais réaliser le même modèle ou en faire d’autres

A combien se vendent vos canapés ?

Cela dépend du produit. Nous avons par exemple vendu 1.500.000fbu un canapé Madrid de 13 places.

Un canapé «Madrid» ? C’est-à-dire ?

C’est un meuble de style européen qui arbore un look chic et design. Un modèle qui combine ergonomie et esthétique. Preuve que la beauté et le confort peuvent aller de pair.

Combien avez-vous d’employés?

Nous avons commencé à quatre. En un mois, nous sommes passés à dix sept salariés à temps plein, dont 12 menuisiers.

Quels sont vos critères d’embauche ?

Les critères changent selon les postes. Mais je priorise la rigueur, l’adaptabilité, avoir un bon relationnel, être curieux et aimer apprendre.

Votre service International Mob Design est-il rentable ?

Je suis incapable de mesurer ça pour l’instant. Mais en un mois, on a déjà livré cinq canapés et cinq commandes sont en cours. Je peux oser dire que ça l’air de bien marcher. Je paie mes salariés, les fournisseurs et le loyer de notre local.

Quelles ont été les difficultés pour lancer l’entreprise ?

La grande difficulté a été de trouver des amis ou des collègues susceptibles de m’aider à monter ce projet, parce que tout seul je ne pouvais pas y arriver financièrement. J’ai finalement convaincu trois de mes amis et aujourd’hui nous sommes associés dans cette aventure.

L’entreprise c’est aussi la concurrence…

Plus il y a la concurrence, plus on essaie de prouver ce dont nous sommes capables. Elle nous pousse à nous améliorer.

Quels sont vos projets d’avenir ?

D’ici trois semaines, nous aimerions mettre en place une seconde activité, Archiseven Service, qui s’occupera de la conception des plans et des études de faisabilité. Nous aimerions également lancer dans quelques mois un service de sécurité incendie avec des détecteurs d’incendie. Ce marché est quasiment vierge ici au Burundi. Notre but est de nous imposer au niveau régional.

Que conseillez-vous aux jeunes qui veulent se lancer ?

Au début j’ai eu peur de me jeter à l’eau. Mais le challenge a été le plus fort. L’idée d’être indépendante a primé sur toutes mes craintes. Aux autres jeunes, je dis de ne pas craindre les échecs. Ce n’est pas toujours évident de monter une entreprise mais c’est si bon de voir son projet se concrétiser et évoluer.


Jean Marie NdabituyimanaBio express

Né à Mutakura le 5 juillet 1985, Emile Ndabituyimana est quatrième d’une fratrie de cinq enfants. Il a fait le primaire à l’école Stella Matutina. Après le cycle inférieur au Lycée du Lac Tanganyika, il décroche son baccalauréat à l’école française de Bujumbura. En 2007, il commence sa licence en Logistique Humanitaire à l’Institut Bio force Développement à Lyon. Des études qu’il complétera en 2010 avec un master en Management, Ingénierie de Services et Patrimoines Immobiliers à l’Université Paris-Est Marne-La-Vallée. Après 3 ans de travail comme ingénieur conseillé chez Vinci Facilities, il rentre au pays. En dehors de Seven Services, il aime la cuisine, le karaté et tout ce qui est activité culturelle comme le cinéma, la lecture…


Témoignages

«Emile est courageux et patriote »

Jean Marie Bucumi, ami, et associé d’Emile Ndabituyimana chez Seven services comme membre de la direction financière loue sa détermination.

« Il avait cette idée de lancer sa propre boîte il y’a plus de cinq ans et il n’a jamais lâché l’affaire », dixit, Jean Marie Bucumi

« Il avait cette idée de lancer sa propre boîte il y’a plus de cinq ans et il n’a jamais lâché l’affaire », dixit, Jean Marie Bucumi

«J’ai rencontré Emile en 1999 au lycée, il était alors un photographe amateur », raconte, Jean Marie. Une histoire d’amitié et de fraternité est née « Il avait cette idée de lancer sa propre boîte il y’a plus de cinq ans et il n’a jamais lâché l’affaire », souligne M. Bucumi.

Au travail, affirme Jean Marie Bucumi, Emile est déterminé, «« Il n’a pas eu peur de revenir au pays pour créer Seven Services malgré un contexte tendu»

Connaissant les pourtours de ce projet, M. Bucumi se joint alors à M. Ndabituyimana comme membre de la direction financière pour démarrer Seven Services.

« Un vrai un patriote », estime son associé. « Il est revenu au Burundi dans des moments difficiles en vue de participer au développement de son pays»

«Le sofa commandé satisfait mes attentes»

Yves Munyeshaka, a commandé un sofa chez Seven services. Il avait posé des exigences extrêmement précises !

Mes exigences par rapport à la finition et la confection de l’accoudoir ont été respectées », approuve Yves Munyeshaka

Mes exigences par rapport à la finition et la confection de l’accoudoir ont été respectées », approuve Yves Munyeshaka

«Je voulais un canapé comportant un emplacement pour ranger mes livres et un accoudoir au milieu », raconte, Yves Munyeshaka. «J’ai donc contacté Seven Services pour concevoir le Sofa et j’ai expliqué mes idées à l’équipe de design notamment mes exigences par rapport à la finition et la confection de l’accoudoir. Mes exigences ont été respectées.»

Ce canapé fait sur mesure trône aujourd’hui dans le salon de M. Munyeshaka, avec ses cinq places pour s’asseoir mais aussi une autre plus vaste «qui me permet désormais de faire de la lecture allongé !», se réjouit ce client satisfait.



Conseils d’un professionnel

«Ce jeune entrepreneur a un goût du risque »

Pour Pierre-Claver Nduwumwami, directeur général de la Burundi Business Incubator, Emile Ndabituyimana doit se projeter dans le futur.

« prendre un risque, c’est la caractéristique même d’un entrepreneur », souligne Pierre-claver Nduwumwami, DG de la BBIN

« prendre un risque, c’est la caractéristique même d’un entrepreneur », souligne Pierre-claver Nduwumwami, DG de la BBIN

«Revenir de France avec un master pour débuter une entreprise au Burundi dans le contexte actuel, est ce que j’appelle prendre un risque, et c’est la caractéristique même d’un entrepreneur» souligne le D.G de la BBIN.

Pour M. Nduwumwami, le moment et les conditions de lancement d’une entreprise semblent inappropriés. «La plupart des clients qui pourraient s’offrir ce service que je qualifie de luxueux ont quitté le pays ». Il trouve que mettre sur pied Seven Services est un challenge que le jeune entrepreneur devra relever.

Selon Pierre-Claver Nduwumwami, en lançant son entreprise le jeune entrepreneur doit maintenant «faire abstraction» du marché présent pour se projeter dans le futur. «Les bénéfices ne sont pas immédiats.» Il estime que permettre au client de participer à la conception de son modèle de meuble est un élément innovant dans ce domaine.

Et de conclure sur une note d’optimisme : «Seven services n’a pas besoin d’une centaine de clients, avec peu d’acheteurs, il peut déjà démarrer son affaire.»

  12   Vos commentaires
  1. Crescent Niyontwari

    Chapeau au jeune Emile Ndabituyimana! Un modèle à copier! Comme je voudrais bien voir ce splendide canapé de Munyeshaka Yves commandé chez Seven Services!!!

  2. Claude

    Emile,je peux avoir ton addresse Email please?

    • Emile

      Bonjour,
      c’est ndabituyimana@gmail

      • Claude

        Thanks got it

    • Ben BERA

      ou 7servicesbdi0gmail.com

  3. Marie Claire

    Bravo Mr Emile, tes meubles sont impeccables. J’espere que votre entreprise connaitra des succes !! Bonne chance

    • Emile

      Merci infiniment !

  4. DKN

    Contacts de Seven Services SVP

    • Lei

      Avenue France numéro 5

    • Emile

      Numéro de téléphone : (+257)75482500

  5. Ragiryabohambere

    Bravo à Émile pour la réalisation de tes rêves. J’ avoue que c’est pas facile de commencer un projet au Burundi. c’est un grand risque que tout le monde n,oserait pas s’ aventurer. Pas pcq ne veut pas ou ne peut pas mais pcq les chances ne sont pas équitables actuellement au Burundi où la chasse aux jeunes est a l’agenda du gvt. Toutes mes félicitations vmt. Kwitezimbere ataguhonya abandi. Je termine par ce témoignage : Émile ndamuzi, yamye ari umunyabikorwa, umwana ataraba ubwoko mukugira abagenzi. Ni umurundi( ntiyigeze agendera ubwoko bwiwe). Kandi nizere ko atazohinduka naho aje mumoko mabi. Kandi ndamuhanuye ko ato se laisser influencer par qui qu’ i l soit.ça t’ aiderait pour ton dvpt durable. Merci

    • Emile

      Merci beaucoup !

Publicité