Politique

Rutana : des Imbonerakure agressent une députée

Godeberthe Hatungimana de la coalition Amizero y’ Abarundi dit qu’elle a été agressée à Jomati à Rutana par une bande des jeunes du parti Cndd-Fdd. Les responsables de ce parti et l’administration évitent de se prononcer sur ce cas.

Godeberthe Hatungimana : « Il me sera difficile de croire que nos membres et sympathisants vivent tranquillement sur leurs collines.

D’après la députée, tout a commencé samedi 21 octobre quand, avec ses amis, ils reviennent d’une visite familiale à Jomati, commune Rutana. Selon ses propos, un certain Désiré Nduwimana (leader communal des jeunes du parti au pouvoir) accompagné par une dizaine des Imbonerakure, leur intime l’ordre de s’asseoir par terre et s’expliquer pourquoi ils sont sur les lieux. Elle a décliné en vain son identité. Visiblement le groupe de Désiré Nduwimana, serait très en colère. Les jeunes s’en sont pris à la députée et à ses compagnons. Ils leur ont dit qu’ils ne sont pas autorisés à tenir des réunions et qu’ils se préparent à perturber la sécurité. « Ils m’ont même empêchée d’approcher ma voiture. Quand j’ai essayé d’ouvrir la portière, ils ont tout de suite commencé à frapper mes compagnons. Ils ont même ligoté un membre de la famille à qui nous venions rendre visite.»

Terrorisée, elle aurait contacté l’administrateur communal et la police pour sauver sa peau. Cependant, l’arrivée de l’administrateur n’a pas changé la situation. Selon des témoins, ces jeunes étaient sur le point d’en découdre avec ces habitants de Jomati qui avaient l’audace d’accueillir la députée chez eux sans les aviser. Les coups pleuvaient sur ses amis.

« En un clin d’œil, ils avaient déjà ligoté un parmi nous et voulaient nous embarquer dans la camionnette de l’administrateur. » Pour camoufler, poursuit-elle, l’administrateur a fait semblant de négocier avec le chef de la bande. C’est ainsi qu’il a évacué la députée et ses amis au chef-lieu de la province.

Silence chez les officiels

Contactés, dans la plus grande discrétion, certains membres du parti Cndd-Fdd à Rutana, ont dénoncé l’agression verbale et l’obstruction physique dont a été victime la députée. « C’est honteux et déshonorant pour notre province .Je comprends mal comment on s’attaque à une femme en plein jour devant ses amis, en plus une députée », s’indigne un quadragénaire qui affirme avoir honte de certains dirigeants communaux des Imbonerakure. Et à Caroline (un nom d’emprunt pour sa sécurité) de déplorer pourquoi il n’y a pas eu des mesures disciplinaires ou des punitions pour ces agresseurs.

« Si cette affaire passe inaperçue dans notre parti, personne n’aura plus d’autorité sur nos jeunes. »
Pour les autorités provinciales, c’est le silence. Ni l’administrateur communal de Rutana, que la députée accuse d’être de mèche avec ceux qui l’ont attaquée, ni le secrétaire provincial du Cndd-Fdd, personne n’a voulu s’exprimer. Ils ont tous indiqué qu’ils étaient en déplacement. Quant au gouverneur, il a refusé trois fois en l’espace de deux jours. Deux réponses : « Je n’ai pas assez d’informations. J’ai un calendrier très chargé. »

Forum des lecteurs d'Iwacu

8 réactions
  1. Barasukana Gacece Jackson

    Iyaba Prosper vyari gupfuma?

  2. Karanga

    @ Ndayicariye P.Claver
    S’agit il vraiment de vous ? Le Ndayicariye du CENI ? Alors si c’est vous je vous crache dessus. J’accepte qu’on me juge

  3. Rurihose

    Pauvre Burundi de mon coeur.
    Il paraît qu’ils désarment même les militaires.
    Tontons macoutes ou Interahamwe.
    Both unfortunately

  4. Ndayicariye P Claver

    Vous avez raison Monsieur Roger.
    Je confirme que la revision du fichier electoral est deja avancee.

  5. zegenyuka

    ha haha ! imbones zarenze ihaniro basha none dukore gute ?

  6. roger crettol

    Pourquoi en faire toute une histoire ?

    C’est simplement que la campagne électorale a déjà commencé, et que, pendant la campagne électorale, la liberté de réunion est suspendue. Suspendue au bon vouloir de la jeunesse d’un parti, ou de l’administrateur communal, qui ne manquera pas de vous renseigner.

    Faut-il maintenant que je signe de mon nom, ou de celui de mon pseudo, JerryCan ? Cette folle et navrante histoire mérite mieux, une signature plus en adéquation avec mon irritation. Je signe donc,

    Têtes-à-gifles, votre dévoué serviteur.

  7. James

    Madame la Députée, je ne peux que regretter que le Burundi soit devenu une jungle mais c’est le prix à payer quand vous occupez des sièges non mérités. On vous a trompé en vous donnant des sièges alors que vous n’avez pas participé aux élections. Qu’est-ce que vous croyiez? C’était purement et simplement votre mort politique.

  8. Prophète

    Ivyabaye irwanda muri 94 birashoboka muburundi
    Ces paysans batuba umushinga mateka bazokuba umunyagihugu

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Editorial de la semaine

De la ténacité à l’hémicycle

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur De la ténacité à l’hémicycle

Mardi 11 septembre, les parlementaires se réunissent à l’hémicycle de Kigobe. Ils débattent le deuxième rapport de la Commission d’enquête des Nations Unies sur la situation des droits de l’Homme au Burundi du 5 septembre. Ce dernier a accusé Bujumbura (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

CBX Useronline

363 utilisateurs en ligne