Archives

Ruhororo : un « site mémorial » ravive les tensions

Un certain Tharcisse Mpfayokurera aurait cultivé sur une fosse commune où seraient enterrées plus de 20 personnes. Les déplacés de Ruhororo montent au créneau. L’administration promet une solution.
« Les lieux où reposent nos morts ne sont plus respectés », déplore G.M, un habitant du site Ruhororo en province Ngozi. D’après lui, plus de 20 personnes ont été enterrées dans une fosse commune lors de la crise de 1993, sur la colline Mukoni, centre Ragaza dans la zone Ruhoro. Curieusement, témoigne G.B, depuis mars de cette année, un certain Tharcisse Mpfayokurera s’est arrogé le droit d’y cultiver. Comme Iwacu l’a constaté, un champ de haricots à rame se trouve dans cet espace. Le feuillage est vert. Des maisons dans état de délabrement sont également visibles. Les déplacés regroupés dans le site Ruhororo, à plus de 3 km de cette localité révèlent que plus de 20 corps des suppliciés tutsi gisent dans une fosse commune de la place: « Certains ont été enterrés vivants», révèle, J.K de Ruhororo. Pour lui, cette place était sacrée car les gens s’y rencontraient souvent pour se recueillir. Selon M.A, un autre déplacé de Ruhororo, les personnes tuées étaient essentiellement des hommes des collines Mukoni, Ruyaga, Nyamugari et Mutobo. Ces habitants se demandent pourquoi l’administration communale n’a pas réagi alors que cette place était connue de tous.

Un lieu peu connu

Clément Baryakaziri, administrateur de la commune Ruhororo dit ne pas être au courant des gens enterrés dans cette fosse : « Depuis 2005, j’étais conseilleur de l’administrateur mais personne n’a jamais évoqué cette question.» Clément Baryakaziri rappelle que tous les sites ne sont pas encore identifiés dans sa commune. Ce qui est étonnant pour lui, le propriétaire de la parcelle est un déplacé et il a accepté de la vendre sans expliquer au nouveau acquéreur que des gens y sont enterrés. Claude Nahayo, gouverneur de la province Ngozi indique avoir effectué une visite à Ruhororo ce lundi : « Nous avons demandé au comité de sécurité d’identifier, délimiter et clôturer cet espace. » Le gouverneur Nahayo précise qu’aucune activité n’y sera plus exercée en attendant les directives du gouvernement et de la commission vérité-réconciliation. Pour Claude Nahayo, cette question est complexe car même les hutu ont été enterrés dans la même fosse. « Le vendeur et l’acheteur de cette parcelle seront entendus pour rétablir les responsabilités », promet le gouverneur Nahayo. Iwacu a contacté Tharcisse Mpfayokurera, pour savoir pourquoi il a cultivé dans cette place controversée sans succès.

Publicité