http://www.iwacu-burundi.org/wp-content/uploads/2016/09/ICCO-15-O-22-TDRs-Evaluation-a-Mi-Parcours-MAVC-Final.pdf
Médias

RTNB : des recrutements « abusifs »

Des employés de la Radio Télévision Nationale du Burundi(RTNB) dénoncent une pléthore du personnel qui se répercute sur leurs salaires et postes.

le DG de la RTNB, accusé d’embaucher le personnel pour son appartenance politique.

Le DG de la RTNB, accusé d’embaucher le personnel pour son appartenance politique.

Quelques mois après sa nomination (mars 2015), Jérôme Nzokirantevye, l’actuel Directeur Général(DG) de la RTNB, recrute une vingtaine d’employés, selon une source fiable de la boîte. Par conséquent, les autres travailleurs voient leurs salaires bloqués au niveau du ministère des Finances, au mois d’août. Et pour cause : le budget a été dépassé à cause de ces recrutements « de trop. » Ils ne toucheront leur salaire qu’après un mois de retard.

Pire encore, raconte notre source, le DG continue d’embaucher d’autres journalistes. À cet égard, le témoin confie que le DG a engagé, au cours de ce mois de janvier, une dizaine de travailleurs. Un fait confirmé par plusieurs autres travailleurs. Or, une disposition de la nouvelle loi budgétaire 2016 interdit désormais tout recrutement dans la Fonction publique.

Un employé de la RTNB indique que les compétences professionnelles de certaines nouvelles recrues laissent à désirer. « Ils ont été recrutés pour leur appartenance au parti au pouvoir. »

Encore une mesure au grand dam des employés

Les travailleurs de la RTNB s’indignent également contre la mesure de privation des annales et autres primes contenue dans la loi budgétaire 2016. L’article 22 stipule que les annales et autres primes sont gelées pour toutes les administrations de l’Etat.

Selon eux, il est incompréhensible que cette mesure soit appliquée au sein de la RTNB alors que celle sur le non-recrutement, également indiquée dans ladite loi, est violée.

Des réactions qui tournent au vinaigre

Parce qu’ils ont essayé de réagir sur ce recrutement « de trop », quelques journalistes se sont vus transférés, à leur surprise, dans des services « insignifiants ». En effet, dès le début de ces embauches, le président du Syndicat des Travailleurs de la RTNB a adressé des correspondances au DG, lui faisant part des inquiétudes de ses employés. « Ces correspondances sont restées lettres mortes », se désole un des employés lésés.

Dès lors, ce président du Syndicat des Travailleurs, naguère présentateur du journal télé, a été transféré dans les programmes comme animateur. Un autre du journal radio est désormais dans le service commercial (archives). Notons qu’ils ne sont pas les seuls.

Là où le bât blesse, se lamente un de ces journalistes, c’est que la plupart des journalistes transférés venaient de passer à peu près 20 ans dans le service.

Nous avons essayé de contacter, sans succès, le DG de la RTNB.

  8   Vos commentaires
  1. keza divine

    c’est grave il dirige la RTNB co,,e une bananerie:honte pour la Nation

  2. democrate

    les compétences n ont plus de place dans mon pays c est la descente en enfer

    • nunu nado

      Nous pouvons dire que c’est la bonne gestion pendant les annees d’austerite. Quelle contrariete.

  3. KAREKEZI JEAN

    L’ I.N.S.S. EST PRES A VOUS ACCEUILLIR. VOUS AVEZ DEJA DEPASSE LES 16 ANS DE CONTRIBUTION.
    NE SOYEZ PAS EGOISTES.

  4. Kindros

    Uyo Masahani ariko atera Kajagari

  5. F Publique

    Rien n’a faire dans le system Nkurunziza. Meme tous les autres secteurs vont etre touches par ces ridicules pratiques la ou ce n’est pas deja fait. On veut que les imbonerakure s’imposent partout. Les autres doivent mourir ou quitter le Pays. La nouvelle representation des etudiants a l’Universite du Burundi en est un autre exemple. On s’ imagine l’atmosphere dans laquelle ces pauvres employeurs et syndicalistes, chevronnes travaillent. Ce DG se regarde dans le miroir le matin avant de se rendre au travail avec fierte. Disgusting !

    • Hahahaaah! Les personnes sombres n’ont pas besoin de se regarder dans le miroir car, de toutes les façons, elles ne se verraient pas d’après une loi de l’Optique Géométrique. Par conséquent, il est inutile de s’en dégoûter. Les chevronnés devront faire avec et devront l’être même dans l’art d’accepter l’inacceptable. Bref, c’est la récréation, n’en déplaise à Gaston, mais cette fois-ci ça ne le gêne pas, il n’est pas prêt de siffler la fin.

    • Peter James

      Ça ne m’étonne pas parce que les regimes de Micombero ,Bagaza et Buyoya faisaient la même chose.
      Abo bakozi bakera nibakukuruke babise urwaruka bashaka bamere nka nsanze Thèrence yamaze imyaka 30 aserukira igihugu muri ONU .

Publicité