http://www.iwacu-burundi.org/wp-content/uploads/2016/09/US-ADVERT-26-SEPT-O-7-OCT.pdf
Sports

Rio 2016 : « Le gouvernement doit impérativement mettre la main au porte-monnaie !»

Le Comité National Olympique(CNO) parle du besoin de financement de 144.300$ nécessaires pour le voyage des athlètes burundais pour participer aux jeux olympiques de Rio de Janeiro, au Brésil. Mais, vu la mollesse du gouvernement, il doute de sa bonne volonté pour disponibiliser cette somme à temps.

« Ensemble pour Rio, soutenons notre équipe olympique. »

« Ensemble pour Rio, soutenons notre équipe olympique. »

Sur un total de besoins estimé à 203.000$, le CNO s’est déjà acquitté de 58.700$.Mais le gouvernement n’a encore rien donné.

Selon Salvator Bigirimana, vice-président du CNO, l’appui financier du gouvernement, pour un événement qui ne vient qu’une fois les 4 ans, se devait d’être exemplaire. Constat qu’il n’a pas manqué de souligner durant la soirée organisée à l’Hotel Club du lac Tanganyika, vendredi 2 juin, pour une collecte de fonds pour soutenir ces athlètes.

« Vu le nombre d’athlètes qui seront présents, et des chances qu’ils ont de décrocher une médaille. Le pays doit mettre les bouchées doubles afin de leur assurer des conditions optimales de se surpasser ».

Pourtant, Bosco Hitimana, le ministre en charge du sport, s’est plutôt montré optimiste lors de cette cérémonie. Il a rassuré qu’il n’y a aucune raison de s’alarmer. « Le gouvernement continue à chercher des fonds pour disponibiliser les moyens nécessaires. On a même déjà demandé un budget additionnel à la présidence, on attend la réponse. S’il le faut, on n’exclut pas de s’endetter pour assurer notre participation. Aussi, avec l’aide de certains sponsors, nous espérons atteindre le montant », a-t-il souligné.

« Une médaille, c’est le fruit d’un travail de longue haleine »

« On ne devient pas meilleur en un jour. C’est au prix de tout un résultat d’efforts qu’on éclot au grand jour », indique Dieudonné Kwizera, président de la fédération burundaise d’athlétisme et porte-drapeau lors des JO d’Atlanta en 1996. Il appelle le gouvernement et les sponsors de s’investir afin de promouvoir l’athlète burundais souvent laissé à lui-même.

Même son de cloche pour M.Bigirimana. Il évoque le risque de voir bientôt certains des champions burundais changer de nationalité à cause d’une motivation insuffisante de leurs pays. « Certes participer aux JO pour la 1ère fois reste la consécration suprême. Mais pour nos jeunes athlètes talentueux, une initiative pour les encourager, comme la création d’un compte bancaire pour celui ou celle qui serait couronné, les pousseraient davantage à se sublimer. Et tout le pays y trouverait son honneur », affirme-t-il.

Signalons que sur la liste des 6 athlètes déjà qualifiés pour Rio, vient de s’ajouter une judokate (Antoinette Kasongo dans la catégorie des mi-léger 52 kg) .Elle est invitée par le comité international olympique grâce à sa régularité dans les compétitions internationales. D’autres chances de voir d’autres athlètes être de la fête des Cariocas restent avec les prochains championnats du monde junior prévus au mois de juillet en Pologne.

  1   Vos commentaires
  1. Mutima

    Ariko muratwenza , aba DD muriko murabakora munkovu , babuze n´ayo bashira kumbavu namwe ngo bafinance abaathlètes n´abajudokas !! Je nohanura urya mudada Francina Niyonsaba arondere nationalité vuba na bwango !!

Publicité