Politique

Quand les Imbonerakure réaffirment leur soutien

28/08/2017 Agnès Ndirubusa 35

Les jeunes affiliés au parti Cndd-Fdd ont organisé qu’ils ont appelé l’Imbonerakure Day. Une occasion de montrer leur attachement au président Nkurunziza. L’opposition parle de manipulation.

Démonstration de force des Imbonerakure samedi 19 août à Gitega

Plus de 8 mille Imbonerakure ont investi les rues de Gitega le samedi 19 août. C’est du moins une estimation faite par le Cndd-Fdd. Paralysant la ville, ils ont marché à grand coup de slogans. Histoire de rappeler à qui veut l’entendre qu’ils règnent en maîtres.

Un évènement qui coïncidait parfaitement avec l’anniversaire des deux ans après l’élection de 2015. Qui a débouché sur l’investiture du président Pierre Nkurunziza, échappé de justesse à un putsch. Un mandat jugé illégale et illégitime par l’opposition.

Deux ans après, ça se fête. Quoi de mieux pour les Imbonerakure de montrer l’attachement qu’ils portent à leur maître. Ils ont ainsi pu lui offrir en cadeau une sculpture avec un message qui n’est pas anodin. « Hangama ku ngoma » signifiant « restez au pouvoir à jamais.»

En tout cas, cette rencontre avait été savamment orchestrée. Une grosse campagne de publicité avait envahi les média ainsi que les réseaux sociaux. « L’Imbonerakure Day et ces invités de marque. » Une délégation étrangère de plusieurs pays a même fait le déplacement. Turquie, Cameroun, Tchad, Cameroun, la République démocratique du Congo, la Tanzanie, le Congo, le Soudan ainsi que le Soudan du Sud.

Le président Pierre Nkurunziza s’est dit ravi que cette délégation étrangère se soit associée aux Imbonerakure du Burundi. De son côté le secrétaire général du parti, Evariste Ndayishimiye a indiqué qu’il était fier de cette jeunesse attachée aux valeurs républicaines.

En parlant de valeurs, la communauté internationale a une toute autre opinion des Imbonerakure. Elle les qualifie de milices. Le Cndd-Fdd l’a toujours rejeté, parlant plutôt de jeunes patriotiques et pacifiques. Le parti au pouvoir promet d’autres démonstrations de force chaque année, au rythme de l’aigle.


>>Réactions

Domitien Ndayizeye : « A moins que ce parti n’ait rien à proposer à la jeunesse. »

Domitien Ndayizeye

Pour l’ancien président de la République, ces marches manifestations prouvent que le Cndd-Fdd a une conception erronée de la démocratie. Selon lui, ce parti devait concéder plus de respect des droits de l’Homme et de libertés aux autres. « Or, le pays court vers un parti Etat. C’est qui est bien dommage. » Domitien Ndayizeye indique également qu’appeler la jeunesse dans les rues est une perte du temps. Il faut plutôt les mettre à contribution pour développer ce pays. « A moins que ce parti n’ait rien à lui proposer. »

Abel Gashatsi : « Le Cndd-Fdd est dans son droit»

Abel Gashatsi

Le président du parti Uprona indique que le Cndd-Fdd est dans son droit d’organiser ces marches manifestations. « A condition que cela se fasse dans le calme. Et qu’aucune menace ou autres mots blessants ne soient proférés. » Et d’indiquer que l’Uprona prévoit aussi une démonstration de force des jeunes de Rwagasore, les JRR. « Espérons que nous bénéficierons de la même faveur que les Imbonerakure.»

Gilbert Bécaud Njangwa : « C’est la force du parti Cndd-Fdd »

Gilbert Bécaud Njangwa

Le président de l’Onelop Burundi voit dans l’Imbonerakure Day la force du parti Cndd-Fdd. Selon Gilbert Bécaud Njangwa, organiser une démonstration n’est pas un problème. C’est un droit de tout parti politique. Un état de droit doit respecter cette liberté et ouvrir l’espace politique.

Faustin Ndikumana : « Ils instrumentalisent les jeunes»

Faustin Ndikumana

Celui qui milite pour le changement de mentalités parle d’une classe politique à court de vision. « Ils n’ont pas de solution concrète aux nombreux défis auxquels la jeunesse fait face. Pour compenser, ils instrumentalisent les jeunes.» Faustin Ndikumana évoque une façon d’empêcher la jeunesse de voir dans quelle posture dangereuse se trouve le pays. Et de conclure : « Ces actes sont plus enclins à provoquer des violences dans l’intérêt d’un groupe, plutôt que celui du pays.»

Analyse: Imbonerakure Day, what else?

Redorer l’image des Imbonerakure, longtemps ternie, c’est l’objectif du parti au pouvoir. L’étiquette des anciens combattants de la rébellion Cndd-Fdd les colle à la peau. Ils sont souvent associés aux mots tels que torture et terreur envers la population. Une sorte de police parallèle qui fait la loi dans le pays, selon des organisations qui militent pour les droits de l’Homme. Certains rapports de l’Onu sont allés jusqu’à les qualifier de milices.
Un cliché qu’il faut donc à tout prix effacer de l’esprit de la communauté internationale. Et les présenter comme étant des jeunes tout ce qu’il y a de plus ordinaire.

Une opération bien aidée par la délégation venue de l’étranger pour participer à cet ‘Imbonerakure Day’. Ces jeunes appelés en renfort pour soutenir le parti de l’aigle dans sa campagne d’’humaniser’ l’image de ses jeunes. « Ils ont pu se rendre compte d’eux-mêmes que les Imbonerakure sont comme eux, ils seront nos ambassadeurs à l’étranger, » a déclaré un des leaders du parti. Un message que ne manquera pas de capitaliser le Cndd-Fdd. Il dira également qu’il n’est pas isolé. « Le Burundi a des amis, n’en déplaise aux Occidentaux qui ont gelé l’aide au gouvernement burundais. »

L’Imbonerakure Day c’est aussi l’image du président Nkurunziza recevant ce tambour avec l’appel spécifique au président à rester longtemps aux commandes. Le parti se prépare déjà pour les élections. Et l’allégeance de ces jeunes donne un aperçu sur qui ils désirent voir au palais présidentiel en 2020. De quoi aiguiser les appétits présidentiels du chef de l’exécutif. Et de refroidir les ambitions des autres Bagumyabanga par la même occasion.
En tout cas, une partie de la population regarde du coin de l’œil ces jeunes qui squattent chaque week-end les rues. Des manifestations en veux-tu, en voilà qui commencent à faire beaucoup, selon certaines langues. D’autres les trouvent amusants. « Cette fois-ci ils marchent pourquoi, qu’est ce qui s’est passé ? »

Marcher ou courir c’est bon pour la santé. Néanmoins, la jeunesse burundaise affronte plusieurs autres défis dont le chômage. 6 jeunes sur 10 sont sans emploi. Elle a besoin de travail, des investisseurs et des capitaux pour se lancer. Et elle a le droit de vouloir plus, d’exiger plus.

Forum des lecteurs d'Iwacu

35 réactions
  1. Gacece

    Donc tu ne sais même pas ce que cela veut dire? Qui t’as dit d’aller allumer des feux?

  2. Banza

    @Ramazani
    L’ami d’un misanthrope l’est sûrement quelque peu.
    Sa jubilation lorsqu’il sent que des humains vont s’entredéchirer n’est donc pas surprenante.

  3. Gacece

    @roger crettol
    Ah oui!?… Nous y voilà! Parce que vous parliez d’ordre démocratique respectueux des droits de l’homme dans vos sarcasmes?

  4. Gacece

    Aucune étoile! Même pas un écusson, aucune uniforme! Mais puisque vous tenez à me collez le titre, à quoi bon essayer de vous convaincre du contraire? Je n’ai pas le choix de jouer le jeu. Et il m’arrive de très bien jouer parfois!

    En quoi vos histoires de cadavres me concerne?

  5. Lieutenant General Goliate Nikiza

    General Gacece, je ne t’ai pas demande d’allumer le feu ! Car les foyers d’incendie sont deja assez nombreux et il n’est pas question d’en ouvrir d’autres.
    Retourne dans la caserne tout de suite.

  6. RUGAMBA RUTAGANZWA

    Abel Gashatsi : « Le Cndd-Fdd est dans son droit»
    Gilbert Bécaud Njangwa : « C’est la force du parti Cndd-Fdd »
    Honte à vous chers Messieurs… ! On savait que vous étiez des valais du parti au pouvoir mais jusqu’à soutenir les Imbonerakure là je n’en reviens pas… ! Les Imbonerakure ne sont ni plus ni moins qu’une milice dressée pour terroriser et menacer tous ceux qui ne pensent pas comme le parti dont ils sont issus. Les exemples ne manquent pas mais le dernier en date ce sont les menaces proférées par un certain Ndayizeye à l’encontre de l’ancien président de la République Domitien NDAYIZEYE. Je pense que tous ceux qui ont entendu ces conneries là (passez-moi le terme) étaient sous le choc. Mais quelle arrogance mais en même temps quel manque de tact et de stratégie de communication ? Une vraie honte nationale et même internationale où un soi-disant responsable politique de haut niveau menace ouvertement un ancien président au cours d’une démonstration soi-disant de force des fameux Imbonerakure…. ! Sous d’autres cieux, ce Monsieur-là aurait déjà été entendu par le Procureur General… ! Je passe sous silence toutes les exactions et violations de droits de la personne humaine y compris le droit à la vie que cette milice commet sans être inquiétée. La stabilité socio-politique du Burundi passera nécessairement par la dissolution ou la neutralisation des Imbonerakure dont les agissements et les comportements nous rappellent les Interahahmwe de sinistres mémoires.

  7. roger crettol

    @ Gacece

    Peu importe dans lequel de vos ensembles arbitraires vous me rangez. Ni pour moi, ni pour votre pays.
    Mais quel ordre moral préconisez-vous ?
    Aveuglément pour le gouvernement et le CNDD-FDD ? Ou plutôt pour un ordre démocratique respectueux des droits humains, à construire patiemment ? N’est-ce pas là la question à débattre ?

  8. Gacece

    @roger crettol
    Quel ensemble?

  9. Mayugi

    @ Gacece
    Mon Généralissime, les cadavres des jeunes qui ont été jetés dans des sacs dans les rivières du Nord du pays, c’est du concret. Il paraît d’ailleurs que le fameux commandant de camp qui a donné l’ordre d’éliminer ces « obstacles » – mes remerciements à Mafero – continue de percevoir sa solde, dans un salon feutré de la région. Et qui a refusé de le coffrer pour qu’il réponde de ses actes ? Dis-nous-le Général Gacece, toi qui semble être dans le secret des dieux.
    En passant, moi je n’ai pas d’ennemis politiques au Burundi ni chez nos dirigeants actuels ni chez les membres de l’opposition. Je les aime tous. Je suis juste un citoyen. Et j’aimerais que mon pays passe d’un État policier à un État citoyen. Voilà. En passant, combien d’étoiles avez-vous mon Général Gacece? Simple curiosité.

  10. Gacece

    @Lieutenant General Goliate Nikiza
    Puisque vous y tenez tant, voici mon deuxième ordre :
    Désormais, à chaque fois que vous allez émettre un commentaire, que ce soit à l’oral ou à l’écrit, ou même en pensée, que vous changiez de pseudo ou pas, dans ce site ou ailleurs, vous allez commencer et terminer vos commentaires par ce cri de ralliement :

    Shiiiii!… Shiiiii!… Shiiiii!… SHIRIRAAAA!!!

    Inutile de préciser que vous ne devez en aucun cas parler en mal des Imbonerakure, de leur parti et leurs dirigeants ou de ceux qui les soutiennent.

    C’est un ordre!

  11. juju

    Gacece, si ton objectif etait de « me jouer dans la tete », tu as reussi (meme si pas clair ce que tu veux dire). En effet tu as un nouvel ami meme s’il s’appelle juju. Pour dire que tes paroles sont forts.
    Est-ce que c’est toi qui est devenu General? Si oui felicitations mon ami.

  12. juju

    Quel message?

  13. roger crettol

    @ Gacece

    Je me demande pourquoi « on » a fait aux Imbonerakure une si mauvaise réputation. N’est-il pas parfaitement naturel que la jeunesse d’un parti promette joyeusement d’engrosser les jeunes femmes « de l’opposition » ? N’est-ce pas là son plus strict droit, à cette jeunesse du CNDD-FDD ?

    Vraiment, j’ai de la peine à comprendre mes co-européens qui s’offusquent de ces démonstrations de maturité politique…

    Au souverain pouvoir du Burundi, qui peut assez bien ce qu’il veut, mais n’en voit pas les conséquences génératrices de longs conflits futurs, manque la faculté de penser hors des étroites limites du clan et d’une mission divine fantasmée et non-négociable.

    Zazie, au secours !

  14. Muhima Mweru

    Mr./Me mon oeil, je crois que tu fais partie de ses Imbonerakure ou un des manipulateur de ces jeunes gens, la vérité est tout autre, le CNDD FDD a transformé une partie de la jeunesse Burundaise en une milice pour les utiliser à ses fins et les a pousser à devenir des petits sociopathes, et les sociopathes ne sentent pas la culpabilité, ni de la honte,ni de remords ou de l’embarras à propos de tout ce qu’ils font de mal, c’est pourquoi ils se sentent normal. Ainsit il y a deux verités contradictoires, celle que vous voulez faire croire et celle de la realité des faits.

  15. Gacece

    @Mayugi et @Mafero
    Réactions typiques de gens qui redoutent de voir un argument contraire au leur… ou au leure!

    Je sais que c’est difficile pour vous, mais… ARRÊTEZ DE ME PRÊTER DES INTENTIONS!!! Non, je ne suis pas d’accord avec l’usage de la violence, en quoi que ce soit!… Pour autant que vos histoires soient véridiques.

    Mais la question de Mayugi prouve à suffisance le point que je voulait démontrer à @Gisagara :

    S’il est vrai que haïr les dirigeants d’un pays ne signifie pas qu’on aime pas ce pays, il est également vrai que haïr les dirigeants d’un pays ne signifie pas qu’on aime ce pays pour autant!

    La vrai question est : « Qu’est-ce qu’on fait pour son pays pour démontrer qu’on l’aime? » Le reste n’est que de la frime!

    Laissez de côté vos dogmes sans queue ni tête s’il vous plaît!

  16. Lieutenant General Goliate Nikiza

    General Gacece Lionel est charge de s’assurer que les souhaits exprimes par les Imbonerakure lors de cette manifestation soient realises.

    Dans ce nouveau role, il sera epaule par le caporal chef Juju Jackson, JJ pour les intimes.

  17. Gacece

    @roger crettol
    Karakúrya? Il y a ceux qui peuvent ce qu’ils veulent, ceux qui veulent ce qu’ils peuvent, ceux qui ne veulent pas ce qu’ils peuvent… et ceux qui ne peuvent pas!… et le comble, c’est que dans tout ce beau monde, il n’y a que deux ensembles!

    Quel est le votre?… Le troisième?

  18. Mafero

    @Mayugi. J’anticipe la réponse que Gacece va te donner: En politique, il faut savoir éliminer les obstacles. Son semblable, si pas lui, l’a dit un jour.

  19. Stan Siyomana

    POPULISME QUAND TU NOUS TIENS!!!
    Ce soutien (inconditionnel?) au president Petero Nkurunziza (de la part des Imbonerakure) montre bien que le populisme existe bel et bien au Burundi SOUS LA DICTATURE DU 3 EME MANDAT PRESIDENTIEL.
    Les politiciens utilisent la strategie de populisme « to be everything, not to all but to a defined group of men and women WHO REPOSE AN IRRATIONAL AND EXAGGERATED TRUST IN THE LEADER. It is at the expens of politics, the economy, clean government, civil society and relations with other states… »
    (Voir John Lloyd (Reuters). From Putin to Zuma to Trump, voters put personality over policy. http://www.moneyweb.co.za, 12 august 2017).

  20. Yves

    @Mon oeil : votre exercice de propagande iDDolâtre manque singulièrement d’originalité. Les exactions des Imbonerakure ne sont pas seulement documentées dans tous les rapports provenant des instances internationales, elles le sont également au travers d’articles publiés sur Iwacu. Elles sont le symbole d’un climat d’insécurité et de peur quasi permanente. Conséquence dramatique : l’existence de cette milice (terme correct) entretient le statu quo sur la scène diplomatique, maintenant le Burundi dans son rôle de pestiféré de la communauté internationale et le privant de l’investissement si nécessaire à sa reconstruction. Pour le salut du Burundi, cette « chose » devrait être dissoute sur le champ.

  21. Ramazani

    @banza
    Vous parlez de qui lorsque vous dites « ennemie » et non « ennemi » cher ami misanthrope!!

  22. Mayugi

    @ Gacece
    Dites-moi, est-ce que massacrer des jeunes militants FNL (pour ne citer que ceux-là) et les jeter dans les rivières comme des déchets (comme ce fut le cas à Muyinga) est un signe qu’on aime son pays ?

  23. Banza

    @Ramazani
    Un Everest d’ironie comme flèche (empoisonnée) envoyée à l’ennemie commun à vous deux!

  24. Ramazani

    @crettol
    C’est savoureux , j’adore cet Everest d’ironie

  25. Banza

    @Prophète
    Ah’ubwo nawe umenga ntawayagusumvya!

  26. roger crettol

    Il était grand temps !

    Cela fait trop longtemps que les jeunesses du MSD et celles du FNL historique (courant Agathon Rwasa) occupent l’espace public et inquiètent, et parfois terrifient, la population et les autorités.

    Enfin, une jeunesse saine et porteuse d’espoir s’est levée pour contenir ces manifestations malsaines. On ne peut que se réjouir.

    Et JerryCan n’y manque pas.

  27. Prophète

    Mwitonde ntawasumvya Ble goudhe amanyama nubutwari

  28. Gacece

    @Gisagara
    Pouvons nous nous nous entendre sur une chose? C’est vrai que ne pas aimer ses dirigeants ne signifie pas haïr son pays
    Ma question est celle-ci :

    « Ne pas aimer les dirigeants d’un pays jusqu’à un tel point où on souhaite qu’ils ne réussissent pas, voire vouloir y faire la guerre (commettre des attentats aux grenades inclus), appeler aux sanctions… est-ce toujours aimer son pays? »

    @juju
    Bien vu! Sans plus… on dirait qu’ai j’ai réussi à vous jouer dans la tête!

  29. juju

    Gisagara, j’espere que le General Gacece va lire ton commentaire.

  30. Mon oeil

    Le CNDD FDD a le droit absolu d’organiser l’imbonerakure day, que les jaloux organisent leur propre journée ou aillent se faire cuire un oeuf. Comme toujours Cette chère femme a tout fait avec son clavier pour salir les imbonerakure , chère amie tu devrais être impartiale dans ce que tu rancontes, on dirait que c’est la vieille Domitille qui t’a inspiré ce diatribe. Tous ceux qui ont voulu ternir l’image des imbonerakure en seront pour leurs frais, ils ne sont ni criminels ni génocidaires comme vous l’avez voulu faire croire, tous vos plans ont foirés, il est temps de changer et de ne plus voir le négatif où il y a le positif et vice versa. NON A L’EXTREMISME AVEUGLE.

  31. Jereve

    Dans le paysage politique burundais se distinguent nettement deux classes : il y a les hauts placés, la tête pensante, et une foule compacte de jeunes imbonerakure qui veillent à l’application des décisions dans les masses populaires. Le corps qu’on pourrait qualifier d’intermédiaire – principalement les intellectuels, les fonctionnaires, les hommes et femmes d’affaires, les étudiants, les vénérables bashingantahe, les sages bapfasoni – ont été mis au rencart et réduits au silence. Ce n’est pas faux de dire que la politique actuelle a écarté les imboneza au profit des imbonerakure. Parallèlement, le militantisme a pris de l’avance sur la réflexion et l’action en matière de développement. Dans ces conditions, c’est tromper les gens de dire que le Burundi va dans la bonne direction.

  32. Gisagara

    Ce que tu dis est peesque vrai mon cher mais tu oublies qu’on doit appeler un chien par son nom, si quelqu’un joue la politique du ventre c’est un ventriote, s’il ne respecte pas l’humanité res autres c’est un extrêmiste, celui qui lance les grenades sur des innocents est un terroriste, ça c’est un fait remarquable dans la nature humaine. Le terme que je n’accepte pas c’est celui d’ennemi du Burundi ou inyankaburundi car tous les buundais aiment leur pays, ne pas aimer ses dirigeants ne signifie pas qu’on hait son pays.

  33. Gisagara

    Le CNDD FDD a le droit absolu d’organiser l’imbonerakure day, que les jaloux organisent leur propre journée ou aillent se faire cuire un oeuf. Comme toujours Cette chère N a tout fait avec son clavier pour salir les imbonerakure , chère amie tu devrais être impartiale dans ce que tu rancontes, on dirait que c’est la vieille Domitille K. qui t’a inspiré ce diatribe. Tous ceux qui ont voulu ternir l’image des imbonerakure en seront pour leurs frais, ils ne sont ni criminels ni génocidaires comme vous l’avez voulu faire croire, tous vos plans ont foirés, il est temps de changer et de ne plus voir le négatif où il y a le positif et vice versa. NON A L’EXTREMISME AVEUGLE (mon post serait-il publié?).

  34. Hello J'y crois

    se rassembler, marcher dans la rue, scander des slogans sans menaces ni injures, s’entourer d’autres jeunes étrangers n’a jusque là rien d’anormal. c’est le droit que tout citoyen, de la mouvance ou de l’opposition, de la société civile défend bec et ongle. Mais pareille démonstration me plairait plus si, chiffres/indicateurs de dév à l’appui, elle démontrait à suffisance que la politique nationale de l’emploi et/ou de l’auto-emploi a bien marché, que les 6 sur 10 jeunes sans emploi est un mensonge. ces chiffres font, à qui veut les lire, froid au cœur: 44,8% de jeunes avec emploi contre 55,2 % de jeunes sans en milieu rural et 34,6% de jeunes en emploi contre 65,4% de jeunes en chômage en milieu urbain. Nos jeunes méritent mieux!

  35. Aristide

    Si! tout parti politique a le droit de démontrer sa force et de réaffirmer sa ligne. C’est ca la politique compétitive MAIS qui tire sa SEVE dans l’inclusive (la réalité sur terrain). Je suis sur que-dans la logique démocratique, d’autres partis politiques pourraient réunir le même nombre dans une province (et c’est normal car les configurations de l’électorat sont souvent localisées par endroit).. Les élections de 2020 arriveront certes, mais je suis sur et certains que si la compétition est loyale et que toutes les opinions de la population sont représentés à travers les formations politiques( sans radier celles-ci ou celles là pour des raisons électoralistes ou pour des raisons de leadership-chef de fil au vu de l’esprit de paix et de la réconciliation d’Arusha) ou les independants,le peuple (ET LA JE PARLE DU PEUPLE BURUNDAIS, cad toute burundais sans distinction politique,ethnique,regionale,spirituelle,…, saura montrer son choix. c’est ca son vœux. Petit ou grand, influent ou non influent, chaque parti a besoin de participer à la vie du pays. Les termes d’exclusions comme PATRIOTE et non PATRIOTE, AMIS/ENNEMIS DU PAYS,VENTRIOTE/NO VENTRIOTE,TERRORISTE,UMURUNDI AKWIYE,… doivent être utilisés avec modérations surtout que si aujourd’hui on est qualifié de patriote(car les vrais patriotes sont discrets, demain le risque est de se retrouver dans l’autre camp, politique aidant.

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Editorial de la semaine

Guerre des nerfs

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur Guerre des nerfs

La guerre « froide » risque-t-elle de devenir « chaude » ? La question hante obstinément l’opinion qui craint une guerre ouverte entre le Burundi et le Rwanda, deux pays voisins. Depuis la crise burundaise de 2015, une brouille s’observe (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

CBX Useronline

519 utilisateurs en ligne