http://www.iwacu-burundi.org/wp-content/uploads/2016/09/US-ADVERT-26-SEPT-O-7-OCT.pdf
Culture

Quand le parler d’outre Kanyaru s’invite dans le discours officiel

Les mots du kinyarwanda sont de plus en plus présents dans le discours officiel burundais. Simple effet de mode ou perte graduelle de l’identité culturelle burundaise ? De quoi faire retourner Ntahokaja dans sa tombe.

Banderole à l’entrée du palais de la justice ©Iwacu

Banderole à l’entrée du palais de la justice ©Iwacu

« Inama rukokoma !» Passe encore si le mot kinyarwanda « rukokoma » était seulement utilisé par un médium, fût-il d’une grande audience. Mais qu’il soit même écrit sur une banderole publicitaire, à l’entrée du Palais de la justice, c’est le comble d’une distraction imputable aux responsables de la communication au ministère de la Justice.

Telle est la réaction d’un habitant de la capitale qui, lors du sport dominical, s’était arrêté au niveau de l’immeuble abritant la Cour Suprême et le Parquet Général de la République pour lire les inscriptions en kirundi sur la banderole à son entrée. Ce qui l’a choqué ?  L’emploi du mot rwandais rukokoma, pour  «Inama  Rukokoma », soit l’équivalent de l’expression « Etats généraux » en … kinyarwanda.

Il y a quelques temps, le mot « rukokoma » sonnait étrange à l’oreille des Burundais. Aujourd’hui, à la faveur du matraquage médiatique, le mot commence à se faire accepter. Il est même en passe de supplanter son équivalent en kirundi « kaminuza ».
Jérôme Niyonzima, professeur de langue au Département de Langue et Littérature Africaines à l’Université du Burundi et journaliste, donne un corpus assez long de mots en kinyarwanda devenus vocabulaire courant de certains Burundais. Il cite par exemple « Gukemura ikibazo (résoudre un problème), abashakashatsi (chercheurs), gahunda (rendez-vous).»
Le professeur demande de les expurger du kirundi pour utiliser respectivement les vocables « gutorera umuti ikibazo, abatohoza , isango. »
Il donne d’autres kinyarwandismes à élaguer : « vy’umwihariko (en particulier), umushinga w’itegeko (projet de loi), mu mateka y’Uburundi (dans l’histoire du Burundi) …» Il recommande l’usage des mots et expressions purement kirundi : « ku giti ciwe, integuro y’itegeko, muri kahise k’Uburundi … »
Le professeur va jusqu’à bannir les mots et expressions couramment utilisés par les populations du nord du Burundi : « Mur’aho (bonjour), Abarundi bagomba gutahura (les Burundais doivent comprendre).» Il suggère vivement l’emploi de « mwaramutse , Abarundi bategerezwa gutahura.»

Par quelles voies le kinyarwanda infiltre le kirundi ?

Selon Jérôme Niyonzima, le premier universitaire à avoir présenté son mémoire en kirundi, les nordistes ont déjà intégré dans leur vocabulaire tout un arsenal de mot rwandais qu’ils répandent à travers tout le pays. Les musiciens burundais adoptent des kinyarwandismes, soit pour leur sonorité ou par snobisme. Bien plus, les vocables ou tournures en kinyarwanda qui passent à travers la radio sont rapidement adoptés par certains Burundais. La Bible utilisée par les églises protestantes contient beaucoup de kinyarwandismes que pasteurs et fidèles ressassent surtout dans les moments de culte. Enfin, «nombre de Burundais en voyage, ne serait-ce que d’une semaine au Rwanda, au retour au pays, ont déjà adopté le parler d’outre Kanyaru et vont même jusqu’à feindre d’avoir oublié la langue maternelle », déplore le professeur. Pourtant, il souligne que les réfugiés rwandais ont préservé jalousement leur langue maternelle et leur culture contre l’influence du kirundi pendant plus de 25 ans d’exil dans notre pays.

Quelques pistes de solutions

M. Niyonzima va au-delà des seuls kinyarwandismes et formule des recommandations générales pour la redynamisation du kirundi.
Ce puriste propose  des Etats généraux du kirundi et de la culture burundaise et un programme d’éducation à l’amour de la langue maternelle. «L’original  des textes votés à l’Assemblée nationale devrait être en kirundi conformément à la Constitution », insiste Jérôme Niyonzima.
« Comment se fait-il que les expatriés délivrent leur message dans leur langue mais que les officiels burundais s’expriment dans des langues étrangères dans des cérémonies officielles ! », s’indigne -t-il avant de poursuivre : «  Il est impératif que les discours officiels se préparent d’abord en kirundi avant d’être lus au public ». Il plaide pour l’instauration de l’Académie du kirundi dont les membres seraient entre autres les professeurs d’université dans le département de langues et littérature africaines, les membres issus des bureaux pédagogiques de l’enseignement et autres experts du kirundi.

  49   Vos commentaires
  1. kagabo

    Ururimi rwose ruratira ni ibisanzwe

  2. kagabo

    Hari uwambwiye ngo du point de vue grammatical ikirundi ni ikinyarwanda cononekaye, exemples ni vya, …

  3. Kirikou

    En lisant les commentaires des uns et des autres, il est évident que notre chère langue maternelle se trouve sur une pente linguistiquement dangeureuse. Pour ceux /celles qui aiment emprunter ou qui sont trop influencés par les autres langues de la région, c’est sûr que ce n’est pas politiquement correct mais cela n’est dangereux en rien, surtout quand le mot/les mots empruntés sont précis. Par ailleurs, le danger (linguistique) s’observe plutôt quand des gens, les médias en premier, commencent à inventer ou à faire des traductions littérales (maladroites, dois-je dire !) des vocabulaires d’autres langues qui manquent d’équivalence en Kirundi. Par exemple : Oser dire « …umuntu yafashe umwana ku nguvu… », « …umuntu yafashe igikoko ku nguvu… » etc; (Diable! bisigura ko vyari birekuwe iyo hatabamwo inguvu ?!!), à la place de dire « … yagotse, yamenje, yakoze ibidakorwa,…etc ». Bref, birababaje gusa. Honte à l’élite burundaise !!!

  4. Majaliwa

    Walahi nashangala kabisa, erega indimi siyo problem ahubwo igikomeye nuko izo ndimi zitugirira akamaro, abarundi turakunda guta umwanya kubitaduteza imbere, ubukene buratumaze namwe ngo indimi……ibaze ko ata na academie kirundi ihari, kandi aho mu Rwanda irahari depuis, kira noneho no mu rwanda hariho amajmbo yacu bakoresha kandi kuribo si probleme nkukumbona ngaha vyabaye hatari, bo indimi ahubwo bavuga nyinshi nabonye usanga bamwe bavuga ikigande, abandi ikirundi, abandi lingala,swahili,english na french ariko sindumva bibatera ingorane ahubwo nivyobakoresha biteza imbere

  5. Nzorigenda

    nanje numva ivyo uwomugabo avuze arivyo, reka indimi zikure zitere imbere, ururimi rutiye sukuvuga ko rukenye aahubwo nugukura rukaba dynamique kugira rwikwize, hanyuma muzoze muratembera no hanze murabe nta rurimi rubura ivyo rutira. Gusa nkatwe ngaha abanyarwanda nabarundi on est des heureux freres kukontibidusaba des traducteurs ngo tumenye msg, mbona dusabana abageni bamwe bakavuga ururimi rwabo abandi uko kandi tukumvikana, ahubwtwarahezagiwe reka bikomeze gurtyo

  6. nivyayo

    Emwe nuko mutemera ariko ikinyarwanda ni langue iryoshe kuuga, usanga abarundi benshi bagira tendence yo kuvuga qlq mots rwandais, jewe natangajwe ejobundi Agathon Rwasa kuri BBC, nawe numva yivugira ikinyarwanda, arikoles langues sont dynamique ntimugire ubwoba ikirundi kirahari

  7. Mukanya

    Nta kibi kirimwo ko ururimi rutira. Indimi zose ziratira, igifaransa caratiye « football », « sandwich », « safari » na pili-pili nk’uko umwe yabivuze. Icongereza caratiye, « entrepreneur », « rendez-vous, » « sheriff »(arabe), pizza (italien) n’izindi ndimi zirabikora igikuru ni uko abantu bumwikana kandi bakabana mu mahoro.

  8. Jean Fyina

    Abamenyeshamakuru n’abasigura mu mashengero rukirisu na rusilamu ni  » bihe intege » bareke « gusakuza » mu kinyarwanda, ariko hari ijambo kinyarwanda ryumvikana canke rimenyerewe ryokoreshwa kuko indimi zirarahuranira. Hari amajambo y’ikinyarwanda akoreshwa n’Abarundi Abanyarwanda (Abarwanda) ntibumve ico Nyakarundi yashatse « kugera ho », bagahita bitwengera. Birasetsa pé. Lero Barwanashaka bo hino ya Kanyaru, komeza inzira mwatangiye yo guhohotera ururimi rwanyu kuko rufite imbaraga, yé! Gwose numva ata kibazo, ikinyarwanda ntaco gipfa n’ikirundi kuko jye numva izo ndimi zizinanyi kuva na kera na rindi, ari incyuti. Aho Kanyarwana yatera Nyakarundi, umurundi atacitse imvutu nta mwijima yarafise, ndetse nta n’umubiri yarafite. Ahandi ho uko niko abasoso baaramutsa abatigu. Mu ntambara y’indimi, Abarundi ba kino gihe ntibobura Rugero na Shinge kuko ntibakigira Shinge na Rugero. Si ko disi wé?

  9. Mwarimutwigishije ni uko tutumva! Ikintu kimwe mbona Abarundi dukeneye Ni kimwe gusa: »Rondera ishule ry’Ikirundi gusa ». Muti gute? Ve hasi mukore ibikogwa vy’iterambere , mugire amahinguriro menshi, hanyuma , abanyamahanga baze kugura ivyakozwe . Maze muvyite amazina y’Ikirundi gusa. Ibikurukira muzoheza murabe ingene mugurisha ururimi gw’Ikirundi kidavanze n’ivyo bibatesha umutwe gusa. Erega mu matora ntakibazo co kuvuga canke kwandika Ikirundi birimwo!

  10. JEAN PIERRE

    Barundi, Barundikazi, benewacu… Ikibazo c’ururimi rw’ikirundi kiragoye, kandi igituma ikirundi tukivanga n’izindi ndimi ni ukubera ko ikirundi kiri mu ndimi zikenye, ni ukuvuga ko amajambo yose y’indimi zo hanze ntidushobora kuyaronkera amajambo bisa mu kirundi (leur Equivelence). Akarorero kantangaje ni ako Jerome Niyonzima wenyene yatanze, we yagira ngo yabitoye naho shwi! Ngo gukemura ikibazo = Gutorera umuti ikibazo? Oya haba namba ahubwo « gutorera inyishu ikibazo » kuko mu kirundi ikibazo bagitorera inyishu. Hanyuma mu kinyarwanda ikibazo = ingorane mu kirundi (probleme muifaransa), mu kirundi ikibazo ni Question, Examen pour les eleves. Murumva rero gukemura ikibazo biragoye!!! Abashakashatsi (chercheurs) = abatohoza? Ego mu gihe biri mu ryungane. akarorero abashakashatsi mu kahise. Ariko mu kirundi amatohoza ni Enquetes si recherches naho biri mu murwi umwe. Jerome yompinyuza:jewe mu Burundi nakuze numva ico bita ikoraniro cane inama kaminuza yari Congres bitandukanye na Etats Generaux. Donc, Etats Generaux ntituzimenyereye mu Burundi, arico gituma tubura ijambo ry’ukuri mu kirundi bijanye.
    Muri make rero, kubera ikirundi gifise amajambo make nico gituma usanga twikora ku ndimi zo mu bindi bigugu (ikinyarwanda, igiswahili, igifaransa, ikidage, icarabu,…) kugira dushobore kuvuga no gutahurwa bitagoranye. Uravye ibintu biva hanze hari vyinshi vyitwa amazina ntirano: ipantaro, ishati, ijipo, umupira, ikoti, ibirato, isafuriya, igikombe, ikiyiko, ifurusheti, imodokari,n’ibindi n’ibindi,… Ikirundi kandi kiragumye ufatiye kuzindi ndimi, arico gituma iyo umurundi abuze ijambo ryoroshe ry’ikirundi akoresha aca akoresha ikinyarwanda canke igishwahiri canke igifaransa, bivuye kuvyo azi.
    Nta ngorane rero iriho iyo tuvuze ikirundi n’ikinyarwanda kuko ni ururimi rumwe ruvugwa n’ibihugu 2 arico gituma hari utuntu dutoyi gusa dutandukanya ikirundi n’ikinyarwanda.
    Igikuru ni ukuraba ikiduhuza n’abavandimwe bo mu karere, ko twagize Imana tukavuga ururimi rumwe canke rushusha ni vyiza cane.

  11. Jean-Pierre

    Mbe ntakuntu twovuga ibiduteza imbere ibitagira mvura tukavyihoza. Mwarabonye ururimi rutarahura? Hanyuma niba abarundi bashobora kumenya ningoga ikinyarwanda, n’ukubera coroshe kuvuga. Umuzungu umwiza ikirundi akakivuga nk’ikinyarwanda atarahonyoza ikirenge i Rwanda.

  12. Saïd Saleh

    Dites-moi mes amis,

    Quand un rwandais ou un muha parle, un burundais a-t-il besoin de traducteur? La réponse est non.
    Pour moi, le Kirundi, le Kinyarwanda, le Giha sont des dialectes d’une et même langue que je ne sais malheureusement pas nommer. Même si nos ancêtres les ont nommés différemment, il n’en demeure pas moins qu’il s’agit bel et bien d’une même langue.
    Je ne suis pas linguiste, mais je constate que le français de France, de Suisse, du Québec, de Belgique n’est pas identique. Mais il constitue une seule langue.
    Le Wolof du Sénégal et de la Gambie sont différents, le Fang du Gabon, du Cameroun et de la Guinée Equatoriale n’est pas identique, le lingala de Brazza a même quelques différences de celui de Kin, etc.
    Imaginez-vous si nous pouvons constituer une grande langue parlée par les 40 millions à 50 millions de burundais, rwandais, congolais rwando-rundophones, baha, banyankole et même bahaya, comment ne pourrions-pas résister à l’envahissement des autres grandes langues. Les différents dialectes se compléteraient les uns les autres pour trouver des mots techniques par exemple qui manquent à l’un.
    Les publications, les journaux, les échanges culturels seraient plus intenses. Et les emprunts au français et à l’anglais pourraient probablement diminuer.

    Je pense que nous avons trop tendance à nous recroqueviller sur nous-mêmes, nos familles, nos clans, nos ethnies, nos micro-Etats, etc.
    Ce n’est pas une mauvaise chose, mais il faut éviter d’en faire notre guide de vie et notre philosophie.

  13. Jean

    Bonjour,
    C’est bien que l’article lance le débat sur le Kirundi. J’y avais pensé depuis longtemps. Je me suis toujours demandé si vraiment il est utile de passer le nombre d’heures que nous savons d’apprendre le Kirundi au secondaire. En effet, un étudiant avec une licence en langues et littérature africaine, avec concentration en Kirundi, dans quel autre domaine peut-il utiliser son diplôme à part enseigner le Kirundi à l’école secondaire ? Même les lettres de demande d’emploi sont écrites en Français, non Kirundi.
    Revenant sur l’usage du Kinyarwanda, il semble que l’auteur de l’article ne comprend certaines dynamiques. Toutes les langues sont dynamiques, c’est-à-dire que selon les temps et besoins, de nouveaux vocabulaires sont formés ou empreintés. Par exemple, en Kirundi nous disons ishati (anglais, shirt), isukari (anglais, sugar), isabuni (Kiswahili, sabuni), … le vocabulaire de 1940 ne signifie peut être pas la même chose aujourd’hui. Les exemples sont legion : kurongora, kwabira,…Ce qui important c’est que ces mots/vocabulaires sont compris par les interlocuteurs.
    Une autre chose que l’auteur semble oublier c’est que les populations des régions frontalières se comprennent, ceci pour faciliter les échanges sociaux et commerciaux. Je suis sûr qu’à Gatumba il y a des Burundais qui comprennent le Kifulero et qu’à Kilomoni ou Mulongwe, côté DRC il y a beaucoup des gens qui comprennent le Kirundi.
    Quant à dire que les Rwandais gardent jalousement leur langue, je pense que ce n’est pas vrai. Après 1994, les Rwandais provenant du Burundi étaient considérés qu’ils ne parlaient pas le Kinyarwanda véritable comme ceux venant de l’Uganda. Apres 25 ans, il est très sur que les gens perdent la saveur de langue. Etant que Burundais tu ne le sentiras pas, mais en face des gens qui parlent encore la véritable Kinyarwanda cela se fait sentir. Quant à l’influence du Kinyarwanda, allez voir Kigali et remarquer le niveau que Kigali a déjà atteint en termes de développement ! Qu’est-ce que Bujumbura a pour influencer le Rwanda ! Seulement le parler ! Parlons peu mais travaillons dur.

  14. KABADUGARITSE

    Ni ibara! Gusa ico nokebura kuri benewacu nuko indimi dukoresha mu kibano no mu ma quartiers iwacu canke mw’isoko ataco bipfana n’ibikoreshwa mu bubereho n’amategeko bikoreshwa na Leta.

    Kubashaka gukoresha ikirundi nk’ikinyarwanda ico bomenya ni iki: naho amajambo amwe-amwe y’ikinyarwanda n’ay’ikirundi bisa, birashika kenshi ntagire insiguro imwe. Rero ni ukwitonda ntidupfe gufatira hafi ivyo twumva n’ivyo twandika naho yoba atari Leta ibikora.

  15. horu

    En 1991, un journaliste s’est fait expliquer par un pecheur qu’apres la peche il fait ubudoro.Le journaliste a voulu qu’il dise le vrai mot.Lui il a continue en l’expliquant systematiquement par Ubungwalama, ubusingizi, ubupongi. Enfin un autre pecheur proche a dit a son collegue de ne pas se donner la peine comme on decouvrait qu’on etait en face d’ un sale tutsi(homme des montagnes): « comment expliquer qu’il ne comprenne aucun des mots! »

    Effectivement l’autre pêcheur excédé dit: « EWANA, MAMA UNO MUGABO ATAZE KUDUTSOTA IHAKILI ! »
    Abadatahura iyo mvugo, ino iwatsu IMBO ni ikirundi pur.
    BARUNDI nimwirambire.

  16. Ntakamurenga

    Ok, je vous remercie beaucoup d’avoir eu ce courage de mener ces critiques sur l’usage des mots du kinyarwanda en kirundi. En tout cas ça vaut la peine.

    La première chose que je commencerait à vous dire est que ce Jérôme dont vous nous parlez n’est pas jusqu’aujourd’hui connu dans mes archives comme professeur au département des Langues et littératures africaines. Cette qualité que vous lui attribuez est toujours à vérifier. En tout cas, j’ai eu et j’ai toujours accès à ces archives dudit département.

    Cela étant dit, je voudrais vous rappeler que le Kirundi et le Kinyarwanda sont deux dialectes d’une même langue que nous pouvons appeler sans nous tromper  »protolangue ». Rien d’étonnant alors si on trouve des mots partagés par ces deux dialectes.
    De plus, même si ça serais le cas, on ne peut pas empêcher les mots d’emprunt dans une langue négligée par ses locuteurs. Avez-vous entendu des Rwandais parler le Kirundi? Jamais. Malheureusement, les Burundais négligent cette langue qui ne véhicule aucune connaissance scientifique sauf ses structures gramaticales seulement parce que le gouvernement ne veut pas exploiter ses qualités.

    En tout cas, notre langue est capable de véhiculer la médecine, la chimie, la géographie, l’histoire et autres connaissances. Ici je le dis parce que j’ai des preuves tangibles pour le prouver. Si vous voulez, contactez-moi, je suis prêt à vous aider en la matière.

    • Rwabugiri umuhungu wa Rwogera

      Monsieur Ntakamurenga, I’ll faut jamais generalizer, je suis Rwandais et je parle souvent le Kirundi. Ivyo uvuga rero sinzi iyo ubikura.

  17. Mwiriwe canke mwaramutse mwese ,bivana naho muri!

    Jewe nagire nshimire umwigisha wa kaminuza akongera akaba umumenyeshamakuru
    Jerome Niyonzima kurako kagohe avuniye abarundi kubijanye no gukoresha ikinyarwanda mu kirundi. Mubisanzwe ntivyari bibi kuvuga ikinyarwanda uri umurundi(kazi) ariko sivyiza gusukiranya.
    Jewe Jerome Niyonzima yaranyigishije ikirundi mumashure yisumbuye mu myaka ya 1997, ndibuka neza ko nahamenyeye vyinshi kubera we. Ayo majambo yose y’ikinyarwanda mwanditse nari maze kuyitegereza nkibaza igituma abarundi tuyakoresha. Hariho n’abantu benshi twari tumaze kubiharirako bakaranda n’imitsi bashaka kunyemeza ko ari ikirundi.

    Mubisanzwe twari dukwiye kubungabunga akaranga kacu murazi ko akaranga kajana n’ururimi KAVUKIRE…

    Jewe ndi umumenyeshamakuru kandi nsanzwe mba mu mahanga narigeze kuba nkorana na Jerome Niyonzima kuri Radiyo Isanganiro. Uwo mumenyeshamakuru namye ndamwubaha kubwenge bwiwe cane cane kukirundi ko kw’itsitso ciwe. Ikirundi ciwe ntigiteye amazi muncamake( mumagambo ahenye)…

    Prudence Irakoze

  18. Rukundo

    La culture rwandais est dominatrice. La plus part de burundais qui ont vecu avec les rwandais en exil(Zaïre, Tanzanie et Rwanda) ont fini par apprendre beaucoup de mots rwandais au detriment de leur langue maternelle, le Kirundi. Le rwandais est offensif même quand il parle, cherchant toujours à imposer sa langue à son interlocuteur. Ce n’est pas par hasard que l’histoire du rwanda est jollonée par les guerres de conquête depuis Rwabugiri jusqu’à l’actuel président Kagame.

  19. Kirundi Kizima

    Il faut ajouter à cette liste le mot « bitandukanye ». Depuis peu (il n y a pas 10 ans dans les écrits) les Burundais instruits traduisent « différents » par « bitandukanye »: ils parlent ainsi de « inzego zitandukanye », « abategetsi batandukanye, « amabarabara atandukanye yo mu gisagara ca Bujumbura » pour parler de « différentes institutions », « différents responsables », « différentes rues de la ville de Bujumbura ». Or, ils oublient que « différents » n’équivaut à « bitandikanye » que lorsqu’il vient après le nom. Parce qu’en français, « différentes institutions  » ne signifie pas la même chose que « institutions différentes ». « Différents parents » n’a rien à voir avec « parents différents ». Donc, traduire systématiquement « différents » par « bi/ba/zitandukanye », c’est commettre une très grosse erreur. En linguistique, on l’appelle un « calque »: il consiste à calquer la structure d’une langue sur une autre. La règle, c’est quand il faut traduire « différents » situé avant le nom, il faut dire « ziri kwinshi », izi n’izi, « izi na ziriya », etc.
    Donc, une phrase comme: « Cette mesure sera mise en pratique au niveau des différents ministères sociaux » se traduit, en kirundi correct, par: « Iyo ngingo izokurikizwa n’ubushikiranganji bwegwa n’ivyerekeye imibano uko buri ».
    C’est vrai qu’une langue évolue naturellement et que de ce fait les hommes n’ont pas toujours prise sur les formes qu’elle prend, mais il faut une intervention humaine dans une certaine mesure, parce que la langue fait partie des valeurs d’un groupe. Or celles-ci, il faut les encadrer!

  20. Lambert

    Mwebwe ntimugate umwanya ku bintu bidafite akamaro, uwanditse iyo article azaze i Kigali yumve ko ikirundi kidakoreshwa n’abanyarwanda mu magambo menshi ibyo biva ku mateka y’ibihugu byacu bibiri. U Rwanda n’u Burundi turi proche kurusha ibindi bihugu, dutekereze kubyaduteza imbere tureke ibyadutanya.

  21. marcos

    Ndi ahantu abarundi babana n’abanyarwanda kandi tuvuga ururimi rumwe (baradutira tukabatira kandi ntaco bitwaye). Ururimi ruravuka, rugakura, rugasaza n’ugupfa rugapfa. Urabaza aho igifaransa kigeze naho tucifashisha. Sivyiza kuvuga ngo les nordistes bavuka ikirimi kanaka. Mbega mwomenyera ikirundi co kwitsitso kivugwa mu ntara iyihe canke izihe? Ntugabure igihugu ufatiye ku ndimi kuko ingorane dufise sirahagije. Merci quand meme pour le sujet!

  22. rushatsi

    Soit le journaliste ou le prof d’universite est sudiste. Mbega ako kangonongono contre les nordistes kava kuki? Mbe murazi les mots Kirundi utilises au Rwanda uko zingana? Ca ce n’est que de la pure Rwandophobie.

    • JP-K

      Abantu mmwarabuze ihero ry’imiti ! Aha harimwo régionalisme?

    • Kankindi

      Je pense que vous avez raison. Notre langue est déjà pauvre, si en plus on s’amuse à utiliser des mots rwandais, on va l’appauvrir davantage. J’ai un nom de famille d’origine rwandaise, donc je n’ai rien contre les Rwandais, mais j’avoue que quand je m’exprime en kirundi, je mélange un peu avec le français, le swahili! C’est dommage mais j’ai grandi à Bujumbura et tout le monde mélange tout! En conclusion j’apprécie l’initiative du journaliste, le français subit aussi des anglicismes et ça m’énerve parfois!

  23. Saïd Saleh

    Chers compatriotes,

    Je pense qu’il est important de sauvegarder notre langue, notre culture. Mais je pense qu’il faut éviter d’avoir des attitudes qui ressemblent au chauvinisme.
    Le Kirundi contient des mots d’origine étrangère: shwahili, allemande, française, ou même arabe. Isukari, amahera, amafaranga, etc ne sont pas des mots à l’origine Kirundi n’est-ce pas?
    Si nous avons adopté ces mots de langues aussi éloignées que le français et l’allemand, quel problème si nous intégrons des mots de la langue la plus voisine de la nôtre qu’est le Kinyarwanda.?
    Remarquez que même la langue française intègre au fil du temps des mots d’origine africaine ou arabe. safari, pili-pili ne se retrouvent-ils pas dans le « Larousse »?
    Au fait quelle différence entre le Kinyarwanda, le Kirundi, le Giha, Kinyankole, etc? Un des fils du président Museveni s’appelle Kenerugira!!
    Pourquoi cet esprit « enclavé »? Plutôt, l’on devrait réfléchir autrement: une académie unifiée du Kinyarwanda, du Kirundi, du Giha, Kinyankore, de Gihaya, afin de vulgariser cette grande langue parlée par des millions de personnes, pour en faire une des grandes langues d’Afrique. Voilà le combat que l’on devrait mener. Le purisme dans le domaine culturel est un danger pour la culture et relève d’un rêve, d’un mauvais rêve.

    Dukomeze ikiyago.

    • rushatsi

      Well said, brother!!

  24. marcos

    Yaco muhiga ingorane aho itari. Mbana n’abanyarwanda tuvuga ururimi rumwe kuburyo atanumwe ashobora kudutandukanya. Hanyuma ururimi co kimwe nibindi vyose ruravuka, rugakura hanyuma rugapfa. Urabaza aho igifaransa kigeze naho tucifashisha kenshi.
    Hanyuma ntusubire kuvuga ngo les nordistes. Wonyumvira ikirundi standard gitaha he? Ugomba ugabure igihugu ufatiye ku ndimi? Geza ngaho ibibazo dufise birakwiye.

  25. mais on oublie que cetaines parties du burundi appartenaient a d’autre royaume?pourquoi vous dites que les gents de l’imbo ne parle pas le vrai kirundi,vs ignorez cela ou vs le faites en connaissance de cause?les gens melangent avec le kinyarwanda mais c’est normal cette partie appartenait au rwanda avant ntare rugamba.un autre exemple vs pensez que les gens de parie parlent le meme francais que les gens de la province,qu’on peut appeler de l’interieur?loin de la.une langue peut dominer une autre sous plusieurs facteurs mais ns devons faire un effort pour conserver notre patrimoine culturel qui est le kirundi.

  26. Pourquoi vous êtes irrités si vous entendez quelqu’un qui prononce quelques mots en kinyarwanda alors que s’il les prononce en francais ou anglais, il n’y pas de problème pour vous? La région des grands lacs affiche un sentiment anti-rwandais! Ariko mwoshaka mworeka kuko turavukana, turi abavukanyi canke abavandimwe!!! Naho mwashiraho iyo Académie de Kirundi ntacyo bizabungura au lieu de résoudre les grands problèmes qui minent votre pays.
    A bon entendeur salut!

  27. John paul

    « Selon Jérôme Niyonzima, le premier universitaire à avoir présenté son mémoire en kirundi, les nordistes ont déjà intégré dans leur vocabulaire tout un arsenal de mot rwandais qu’ils répandent à travers tout le pays ».

    Moi je trouve normal que le Kirundi parle au Nord, comme a Ngozi, est plus ou moins identique au Kinyarwanda. Dans la meme logique, les Rwandais de Butare parle un Kinyarwanda qui n’est pas du tout different du Kirundi. Nous sommes a la frontiere. Quand on traverse la frontiere, on avance d’une zone culturelle a une autre. Quelque part au milieu des deux cultures, il ya une zone de transition culturelle non definie ou les deux cultures sont fusionnees sans necessairement etre les memes. De Butare a Ngozi, on trouve une zone de transition culturelle entre la culture et langue Rwandaise a la culture et langue Burundaise.

    • Marine

      Ariko kwankana ntimubona ko bidahura nintumbero tujamo? Mbe ko iwacu ntamuntu numwe akoma ngo abuze abantu kuvuga ikirundi, mwibaza ko ari uko nta rurimi rwiza rutomoye tugira? Depuis longtemps qui a mal parlé ? Ni ca kivagundu c’umunyagwanda…….. ninde atagomba kwiga? …….nibindi ntashatse kwibuka. Mbe ko mbona umuco nawo tuwuhurirako muzobigira gute??….Murakabije kabisa, iyo ni bassesse mukwiriye kurenga. Imana ibagirire neza. Merci.

  28. DIRIZIO

    Uwomuntu anyibukize l’ancien ministre de l’éducation avuga ngo « batinanye kandi bamenye amarahuri » antumye ntwenga. Seulement il apparaît clairement que le Kirundi qui est enseigné provient de la région de Mugamba et Bututsi . On y trouve encore des spécialistes du discours pendant les cérémonies ( dot, mariage, même officiel). D’autres vous dirons que le Kirundi (comme le Kinyarwanda) ne sont pas parfaitement des langues bantous mais une langue des nilotiques tutsis ( Rwandais,Ankole de l’Uganda, Banyamulenge de la RDC). En RDC quand on parle de Rwandophone on fait beaucoup plus réference à une éthnie (Tutsi) qu’à un Pays (Rwanda). La culture burundaise et Rwandaise semble beaucoup être une émanation des gens des collines que ceux des plateaux encore moins de la plaine. Ikirundi cavuye mu Burundi bwa Nyaburunga. Le Burundi de Nyaburunga comprenait le Bututsi, le Mugamba et Kirimiro. Qui n’a lu les écrits de ciramaunda disant que le Kirundi est en grande partie du Gituutsi (sinshizeko rien kugira sindamugirire pub)!!!!!!

  29. -

    Selon Jérôme Niyonzima, le premier universitaire à avoir présenté son mémoire en kirundi, les nordistes ont déjà intégré dans leur vocabulaire tout un arsenal de mot rwandais qu’ils répandent à travers tout le pays. Les musiciens burundais adoptent des kinyarwandismes, soit pour leur sonorité ou par snobisme. Bien plus, les vocables ou tournures en kinyarwanda qui passent à travers la radio sont rapidement adoptés par certains Burundais. La Bible utilisée par les églises protestantes contient beaucoup de kinyarwandismes que pasteurs et fidèles ressassent surtout dans les moments de culte. Enfin, «nombre de Burundais en voyage, ne serait-ce que d’une semaine au Rwanda, au retour au pays, ont déjà adopté le parler d’outre Kanyaru et vont même jusqu’à feindre d’avoir oublié la langue maternelle », déplore le professeur. Pourtant, il souligne que les réfugiés rwandais ont préservé jalousement leur langue maternelle et leur culture contre l’influence du kirundi pendant plus de 25 ans d’exil dans notre pays.

    Jérôme NIYONZIMA arakwiye kwihangana kuko niyaba iruhande y’ikirundi yarize KAHISE yokwibuka ko hari igice kitari gito kitamye kiri mu BURUNDI BWA NYABURUNGA agaheza rero akemera ko bigenda uko kuko ntakuntu yoshaka kubuza abo bantu akaranga basigiwe na ba sokuru. IKIRUNDI ahubwo muri ico gihe coheza kikunganirwa mu majambo yari asanzwe akoreshwa muri ivyo bice vyagiye ku BURUNDI kuri NTARE RUGAMBA.

    Ako karorero yatanze ko gusubiriza « Mur’aho » na « mwaramutse » siko kuko « Mwaramutse » ntawoyikoresha ku muhingamo w’inka.

  30. Barekebavuge

    Le prof. Jérôme dit la vérité. Une vérité qui blesse, bien évidemment. Nous devons nous rappeler que la plupart de ceux qui nous dirigent ont cherché par tous les moyens à se faire passer ou accepter pour des rwandais, du temps des régimes Kayibanda et Havyarimana. Un seul exemple: le slogan  » Shirira » cher aux imbonerakure du CNDD-FDD de tout le pays était exactement, en 1994, celui scandé par les tristement célèbres « Interahamwe » rwandais et des ex-FAR (Inzirabwoba). Même certains beaucoup d’officiers ex-FDD dans la FDN utilisent sans se gêner c e slogan guerrier. Rien n’est étonnant donc, le kinyarwandisme a une origine historique.

  31. Fred

    chers tous,
    ceci s’appelle choc des cultures et attention quand deux cultures se mélangent les usager adoptent la simplicité…. ainsi on a entendre dire nzoza saa moya, pour dire 7h00. ngiye kw’isoko, ndafise gahunda ndende. mais ne soyez pas surpris car outre Akanyaru, eux aussi nous envie beaucoup. certains disent « Abarundi bavugana amafyeri, abandi ndakunda kumviriza ikirundi, abandi bati « IKINYARWANDA NYACYO ni IKRIRUNDI » » ceci car dans leurs kinyarwanda, ils ont laissé entrer plusieurs mots swahili, ougandais….. à l’image un peu de l’anglais. mais je suis et reste optimiste que notre kirundi de la capitale peut grandir aussi et se mesurer à un kirundi de Kirimiro.
    soyons fiers et restons fiers de parler notre belle langue « Kirundi » ceux qui ont passer des années au congo, en Tanzanie, au Canada, en Australie, ils utilisent aussi et tjrs le Kirundi en famille. a moins qu’on est parti jeune ou naitre la-bas.
    le rwandais se demandent même comment nos chers académiciens royal avaient inventé des mots comme « Akaguriro » « insamirizi » « umushikiranganji »  » umushingamateka » …. tous ces titres n’ont pas des mots en Kinyarwanda chers frères.
    kirundi reste notre fierté.

    • Tanaz

      Ton commentaire mérite cinq étoiles. Bravo!!!!!

  32. BV

    Le probleme ne concerne pas que le Kirundi et le Kinyarwanda. Les langues qui sont en contact se font toujours la guerre a tel point que certaines sont appelées a disparaître. C’est la fameuse « Glotophagie ». Que dire des rapports entre le Kirundi et le Français?
    La solution ne passe pas seulement par une simple institution d’une Académie Rundi. Il faut aller au dela et inculquer au Kirundi une valeur qui est au dela du culturel. Par exemple, celui qui s’exprime tres correctement en Kirundi est perçu comme un burundais attaché a sa culture. Cette valeur est-elle suffisamment attractive par rapport a l’image qu’on se fait de celui qui s’exprime correctement en Français ou en Anglais? Nous savons que pour ces deux langues, celui qui les maîtrise est perçu comme un civilisé, celui qui a été a l’école (uwize), un lettré. Mais quand quelqu’un maîtrise bien le Kirundi, cela n’impressionne personne.
    En un mot, il faut arriver a changer la perception que nous avons de notre langue maternelle. Et le changement de cette perception passe par toute une politique linguistique. Une piste: Pourquoi n’arrivons-nous pas a enseigner les différentes connaissances, aussi bien au secondaire qu’au supérieur, en Kirundi? Est-ce par ce que le lexique du Kirundi ne s’y prête pas?
    Lisez si vous voulez, le memoire  » Le Kirundi et le Français, les deux langues officielles du Burundi: deux poids deux mesures ». C’est un memoire qui traite du ce probleme de discours qui est censé être en Kirundi mais qui ne l’est pas a vrai dire.

  33. Feza

    Nibaza ko muri region de grand lac hatangiye kuba rwandophobie iteye ubwoba kubera iki aba jeune bavanga igiswahili ntibibe ikibazo, igifaransa ho sinavuga ariko uwibeshye akavanga ikinyarwanda bikaba birebire mu RWANDA abavanga i kirundi ni benshi ,umushingantahe, ukumva umuntu aravuze ngo hewe, nibindi nibindi Imana ihe umugisha abanyarwanda n’Abarundi

    • Nta rwandophobie iri muburundi, humura! Abajeune bavanga igiswahiri bariho, mugabo uribuka yuko iswahiri ari ururimi kavukire ku barundi bamwebamwe, ariko ikinyarwanda ntigifise ico kibanza. Ikindi naco nuko hari itandukano hagati y’ukuntu abajeune bavuga n’ukugene abarongoye abandi bandika!
      Ikindi womenya mupfasoni, nuko absence ya rwandophilie idasigura necessairement rwandophobie. Ntitwanka ikinyarwanda ariko tukikundira ikirundi cacu!

      • burundais nordiste

        « mugabo uribuka yuko igiswahiri ari ururimi kavukire kubarundi bamwebamwe ariko ikinyarwanda ntigifise ico kibanza » De quoi tu parles Monsieur Mthukuzi? Ndazi ibihumbi vy’abarundi bavukiye mu Rwanda apres led massacres de 1972 dont leur langue « kavukire » ari ikinyarwabda!!

  34. Mthukuzi

    Voila un sujet bien interessant mais qui ne semble pas interesser grand nombre au Burundi. Mon impression est que dans le Burundi d’aujourd’hui, parler kirundi est considere comme inculte. Après l’effondrement du Zaïre comme puissance culturelle regionale, cette place est aujourd’hui occupee par la Tanzanie qui domine notamment le cinema et la musique. Alors que chez eux des mesures sont prises pour la promotion de la culture – notamment la loi sur les droits d’auteur permettant aux createurs culturels de vivre de leur travail- au Burundi, l’heure est au musèlement des dernieres poches resistance culterelle avec comme dernier acte l’interdiction des karaokes. Le plus inquietant dans cette affaire n’est pas tant la volonte du maire de proteger les citadins de la pollution sonore – ce qui est louable d’ailleurs! – mais cette mentalite d’interdire tout ce qui n’entre pas dans le moule au lieu de chercher des solutions acceptables pour les uns et les autres. Il est grand temps que nos politiciens comprennent que l’enjeu n’est pas que linguistique, la situation est telle que nos politiciens ne peuvent plus formuler deux phrases sans le fameux « ico twita mu rurimi rw’igifaransa… ». Tout ceci alors qu’ils s’adressent a une population dont l’ecrasante majorite est paysanne, donc non francisee. Vous imaginez ce que ca produit en matiere de communication!
    Par ailleurs, on nous dit que nul n’est sense ignorer la loi, une loi ecrite en langue etrangere que la quasi-totalite de la population ne comprend pas… Y a encor du chemin.

  35. MA BEANS

    Les discours officiels même du Président de Republique contiennent beaucoup de Kinyarwanda et presque toujours du Swahili. Souvenez vous de Domitien « mama yangu », de Peter et les DD  » « Songa mbere », « arafu tunaondoka », « Safisha bote », Ntibantunganya , « ibisuti », « akajagari », »vyumwihariko », Frodebu « Juzaidi »…Abahutu bahungiye i Rwanda/Tanzanie baje bivugira urundi rurimi atari i Kirundi alors que les tutsis Rwandais bamaze 34 ans au Burundi batigeze batakaza akaranga kabo. Pourquoi ?
    La bible en ANKOLE/Kinyarwanda abapoloti bakoresha nayone irafasha en dénaturant notre langue barakwiye kuyishira mu Kirundi.

  36. J.De Dieu

    Merci a Iwacu pour un article si revelateur!
    Je pense que le probleme tel qu’il est pose n’est vraiment pas correct. Une langue ne s’impose pas .Elle s’enracine naturellement. Elle peut disparaitre comme elle peut renaitre.
    Si les rwandais ont su preserver leur langue dans leur diaspora au Burundi il n’en a pas ete le cas pour les burundais fuis au Rwanda. C’est a dire que le Kinyarwanda est plus fort que le Kirundi.
    Entretemps il m’est difficile de confirmer que la majorite ds burundais parlent vraiemnt le vrai Kirundi tel qu’il est reconnu par le professeur des lettres. Toute la region d’Imbo, du Mumirwa, Buragane, Buyenzi , zones urbaines(en commencant par nos propres femmes et enfants)parlent une langue proche du Kirundi et jamais le vrai(impose).
    Pour dire que la langue dite originale a ete imposee par les seigneurs dominateurs pastoraux des montagnes comme partout au monde.
    Je parie qu’en 50ans, le vrai Kirundi aura paratiquement disparu. Entretemps ce n’est pas sur que ceux qui parlent le « vrai Kirundi » sont les plus nombreux
    En 1991, un journaliste s’est fait expliquer par un pecheur qu’apres la peche il fait ubudoro.Le journaliste a voulu qu’il dise le vrai mot.Lui il a continue en l’expliquant systematiquement par Ubungwalama,ubusingizi, ubupongi. Enfin un autre pecheur proche a dit a son collegue de ne pas se donner la peine comme on decouvrait qu’on etait en face d’ un sale tutsi(homme des montagnes): « comment expliquer qu’il ne comprenne aucun des mots! »
    La jeune fille de Buhonga qui devant un jury s’epoumonait a reclamer ses points en Kirundi en expliquant qu’elle a voulu dire z yo muri zewe et non z yo muri Yezu avait raison.
    Entretemps naje se decompose na-zi-e. Mais si un eleve de Muhuta dit naziye au lieu de naje, il a un zero. Quelle injustice!
    En peu de mots l’urgence serait d’imposer une langue utile comme le Swahili qui est integratrice de l’EAC car il subsistera cr c’est une langue des echanges divers.
    En dehors de ceci on ne peut que reclamer la democratisation ou la regionalisation du Kirundi.
    Rappelez vous du ministre de l’Education, ancien refugie au RWANDA qui en 1994 pour expliquer les heurts interethniques dans un Lycee de Kayanza a dit : batinanye au lieu de barwanye et bamenye amarahuri au lieu de bamenye ibiyo!
    Verra qui vivra!

    • Tres interessante votre intervention. Moi je me rappelle d’un test de Kirundi en 6e primaire – l’histoire se passe a Nyanza-Lac – quand l’une des questions dans la rubrique guheraheza imyibutsa etait: « akari mu nda y’ingoma… »Un certain David (qui travaille dans l’enseignement quelque part dans Buja-rural et que j’ai retrouve l’an passe depuis 93!) que je salue au passage, nous avait souffle la reponse: « kamenywa na nyene kuyikana ». Vous imaginez la reaction de Mwigisha;)
      Je suis d’accord avec vous qu’il faille democratiser notre langue, qu’on accepte les petites variations regionales qui constituent d’ailleurs un enrichissement pour la langue. Quant au swahili, il est bienvenu mais pas necessairement au detriment du Kirundi. L’une n’exclut pas l’autre.

  37. Bimbabampisha

    La langue fait partie de l’arsenal culturel d’une nation. Il n’y a rien de mal dans l’emprunt, l’adpotion de mots étrangers pour autant qu’ils n’ont pas d’équivalents dans notre langue.
    L’instauration d’une Académie du Kirundi digne de ce nom n’a que trop tardé.
    Quant à sa composition, au lieu des qualifications, des postes et des titres acquis dans les circonstances émanant d’un passé où la transparence et la justice laissaient à désirer, seul le mérite et la distinction académique et professionnelle en faveur de notre langue devrait être le critère acceptable.
    Bien évidemment les professeurs d’université dans le département de langues et littérature africaines, les membres issus des bureaux pédagogiques de l’enseignement et autres experts du kirundi devraient être parmi les premiers à répondre à ces critères de distinction académique et professionnelle.

  38. alice

    Et selon toi, comment tu pouvais transcrire cela? Le Rwanda et le Burundi se proches culturellemnt et géographiquement. Qu’il y ait des mots semblables dans les disours ou les livres je trouve cela normal. Ensuite, n’oublie pas que des gens ont passé plusieurs années en exile dans ce pays. Est-il étonant qu’à Kigali on entende des rwandais prononcer des mots kirundi comme umushingantahe? Moi j’en entends souvent dire. Cela n’est pas un problème .Si seulement le Burundi se remettait sur le chemin de développemnt et que la pauvrété diminuait. Les empreints linguistiquesont toujours existé. Je suis sûr que tu parles d’Isahani. Pourquoi tu ne parles pas d’Inkoko qui est le vrai kirundi.
    Iyo siyo ngorane uburundi bufise pour le moment kandi nawe wanditse cet article urabizi.

    • Ikibazo cuburundi sururimi abarundi bavuga, uwanka ko abarundi bavanga ikirundi nikinyagwanda arazogenda azure Michel Micombero kuko niwe yokwishura ibibazo vyindimi abarundi bakoresha. nibazako abavanga indimi arabomowe kera batabishaka. Donc nivyaba ikibazo arururimi bakoresha murabasubizayo mama wanje hanyuma tuzorabe l’avenir du pays uko izoba imeze.

  39. Bukuru

    Si la perte de la culture burundaise n’avait pas atteint le sommet on en serait pas là. De plus, umwera uva i Bukuru ugakwira hose. Abize none ko aribo batanga akarorero, uwutize nawe akagira ngo nikwo gusirimuka !!!!

Publicité