http://www.iwacu-burundi.org/wp-content/uploads/2016/09/ICCO-15-O-22-TDRs-Evaluation-a-Mi-Parcours-MAVC-Final.pdf
Club de la Presse

Les professionnels des médias notent des lacunes dans la communication officielle

Les participants à l’émission passée de « Club de la presse » ont relevé un certain nombre de lacunes dans les conférences de presse semestrielles des porte-paroles des différentes institutions étatiques, aussi bien au niveau de la forme que du fond.
Le dernier show médiatique a eu lieu à la veille des fêtes de fin d’année. Au niveau de la forme, Tharcisse Ndarugirire, secrétaire permanent de l’association burundaise des radiodiffuseurs (ABR), a noté que c’est beaucoup plus le porte-parole du président de la République, Léonidas Hatungimana, qui a joué le rôle de chef d’orchestre et de modérateur.
Un point de vue partagé par Eric Manirakiza, directeur de la RPA pour qui il ne revenait pas au porte-parole du président de jouer ce rôle.

De l’avis de Jérôme Niyonzima, responsable du studio Ijambo, « il faut chercher à améliorer cette communication officielle ».
Pour Prime Ndikumangenge, correspondant de la BBC au Burundi, le cadre n’est tout simplement pas adéquat pour répondre aux questions du public.

Au niveau du fond, nombreux sont les intervenants qui ont souligné des lacunes, comme le fait que sur la vingtaine de porte-paroles, moins de quatre ont pris la parole pour répondre aux questions du public.
Les questions partent dans tous les sens alors que le temps est limité, et les réponses sont souvent superficielles ou évasives, selon les invités au Club de la presse.
Quant à la synergie des médias indépendants, organisée pour faire contrepoids à la conférence de presse des porte-paroles gouvernementaux, les avis sont contrastés.

Pour Tharcisse Ndarugirire, la synergie à laquelle ont pris part des représentants des partis politiques et de la société civile a été utile, malgré quelques lacunes. On a eu droit à plusieurs points de vue.
De l’avis d’Eric Manirakiza, Il fallait quelqu’un du Cndd-Fdd à la synergie pour diversifier les opinions. Le même intervenant a dit avoir offert aux ministres de leur consacrer périodiquement deux à trois heures d’antenne pour répondre aux préoccupations des citoyens, en lieu et place des conférences de presse de leurs porte-paroles. Il attend toujours leurs réactions.

  2   Vos commentaires
  1. vyizigiro

    « Petit à petit l’oiseau fait son nid ».

  2. Niyonkuru

    Il faut savoir qu’il y a des portes- paroles qui passent six mois sans rencontrer leurs patrons. Figurez -vous et ils se présentent pour répondre aux questions en rapport avec leurs ministères. Un ami porte- parole m’a confié qu’il vient de passer toute une année en cette fonction sans avoir rencontré au moins une fois son ministre.

Publicité