http://www.iwacu-burundi.org/wp-content/uploads/2017/09/USAID-18-SEPT-Cross-cutting-DG-Advisor-website-2017_10-1.pdf
Sécurité

Polémiques autour des patrouilles

18-05-2017

Des blindés et des pick-up de la police et de l’armée font des patrouilles dans la capitale la nuit tombée depuis une semaine. Les citadins se disent inquiets, le porte-parole de la police tranquillise.

Des blindés étaient postés un à Musaga et l’autre à Kamenge sur la RN1

Des blindés étaient postés un à Musaga et l’autre à Kamenge sur la RN1

Selon des habitants interrogés de Kamenge et de Musaga, dans la soirée de samedi 6 mai, un blindé militaire était garé en zone Musaga (sud de la capitale), un autre circulait au niveau de la gare du nord à Kamenge (nord de la capitale).

Après plusieurs heures, ils sont repartis. Pendant ce temps, des camionnettes remplies de policiers et de militaires armés jusqu’aux dents circulaient dans la ville de Bujumbura.

Interrogés, certains habitants de Kamenge se demandent si ces patrouilles n’auraient pas un rapport avec les rumeurs qui circulent faisant état d’attaques imminentes des rebelles qui seraient postés dans les collines surplombant la capitale.

« Avec ce qui s’est passé le 13 mai 2015, il est tout à fait normal que les blindés soient postés sur des axes stratégiques», indique un jeune homme rencontré au quartier Heha. Mais d’autres soutiennent que multiplier des patrouilles avec des armes lourdes peut créer la peur au lieu de calmer les esprits.

Même son de cloche à Musaga où certains habitants se demandent si ce n’est pas l’effet inverse qui se produit quand des engins comme des blindés sillonnent la capitale toute la nuit : « Face à un discours officiel faisant état d’une sécurité totale sur tout le territoire nationale, la vue des blindés ne peut qu’inquiéter.» Pour nos sources, ces patrouillent démontrent qu’il y a anguilles sous roche, sinon concluent-elles, l’armée et la police ne s’exciteraient pas de la sorte.

«La sécurité est totale sur tout le territoire»

Contacté, Pierre Nkurikiye, porte-parole de la police, reconnaît qu’il y a eu beaucoup des rumeurs ces derniers jours. « Elles ont existé dans le passé et existeront toujours. La sécurité est totale à Bujumbura comme en provinces. Et ceux chargés de l’assurer sont à pied d’œuvre pour veiller à ce qu’elle ne soit pas perturbée», déclare-t-il.

Et d’expliquer que lorsqu’il y a de fausses informations, des rumeurs d’attaques, l’une des stratégies des forces de l’ordre, est justement une démonstration de force, apparaître pour rassurer les citoyens : « C’est dans cette optique que les militaires et les policiers font ces patrouilles ensemble passant de quartiers en quartiers pour faire savoir à la population que tout ce qui se dit n’est que rumeur et que nous sommes bien préparés à les défendre en cas d’attaques».

A la question de savoir si ces patrouilles ne créent pas la peur plus qu’elles ne tranquillisent, Pierre Nkurikiye réfutent et affirme que ce sont plutôt les rumeurs qui créent la psychose. Et pour cause, explique-t-il, ces patrouilles se sont toujours organisées chaque fois que de besoin.

  7   Vos commentaires
  1. Jereve

    Les blindés ne sont pas des jouets à sortir à cause des rumeurs. Ce n’est pas sérieux.

  2. Fofo

    Au Burundi tout fait commentaire! Les rumeurs existent et existeront un peu partout. J’ai tapé les mots « Rumeurs d’une attaque armée » sur Google, j’ai obtenu 458,000 résultats. Presque tous les pays sont concernés y compris les USA. Que devrait faire la police face aux rumeurs? Croiser les bras? Une rumeur peut être une information vraie c’est pourquoi je ne comprends pourquoi la police et l’armée resteraient mains croisées. Nous avons vu comment les policiers agissent quand il y a des rumeurs sur des attaques imminentes des djihadistes.

    • Niko

      Fais pas le malin….fais l’avocat du diable mais n’oublies pas qu’il peut y avoir un retournement sur les tiens

      • Bitumba

        NIKO t’es vraiment maniaque, Fofo te dit ce qu’elle (il) a fait et tu répond comme ca ?
        Fait le toi même pour vérifier si c’est vrai ou pas. Pauvre Burundais !!!! Suis pas Burundais mais suis marié avec une Burundaise ,ce qui me pousse a lire vos journaux presque jour par jour. Permettez moi de vous dire qu’il ya un grand problème dans ce pays. Le quel ? Imaginez vous un pays dans le quel tout le monde veut être politicien, tout le monde veut participer aux négociations ,presque toutes les sociétés civiles se sont transformées en parti politiques et en vrai opposants radicaux. Un pays dans lequel tout le monde veut être président ? Mon Dieu!! Pour moi ,les événements de 2015 c’est la faute du parti au pouvoir par ce qu’il vous a donné trop de liberté . Vous aimez souvent se comparer au Rwanda ,et pensez qu’on moins la bas tout va bien. Vous trompez énormément . Cela parce que là-bas il n’y a pas de liberté de presse comme au Burundi d’avant 2015. Société civile ? Tu parles n’importe quoi tu es éliminé et personne ne dira rien. Regarde ,ils ont changé la constitution pour que le président reste jusqu’à 2034 ,est ce qu’il y a eu manifestation ? NON. Ca sera combien de mandat a votre avis ? Et pourtant c’est ca que vous accusez aux DD.

      • Fofo

        …………..retournement sur les tiens…………….. mais où seront les tiens! Si tu pense quand tu allumes ce sont tes ennemis qui succomberont, tu oublie le proverbe burundais qui dit « Iyo umuravyo urabije ntukavugengo mara abansi kuko n’umukunzi rurajana » ou bien « Urucira mukaso rugahitana nyoko ». Jusqu’à quand les burundais renoncerons à ce comportement de violence y compris verbale? Violence appelle violence, arme appelle arme, haine appelle haine mais l’amour et la tolérance est la seule voie vers la réconciliation véritable.

    • Akabanga

      @Fofo Est-ce qu’aux USA ou ailleurs comme vous le dites s’il ya rumeur on sort des blindés?

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.
Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité