Culture

Plus de 4.000 enseignants redéployés

22/03/2018 Chanelle Irabaruta 1
Plus de 4.000 enseignants redéployés
Janvière Ndirahisha : «le redéploiement a pour objectif de faire bénéficier de manière égale à toutes les provinces d’un enseignement de qualité».

«1.788 enseignants en 4ème cycle de l’école fondamentale et post-fondamentale et 2.972 en 3ème cycle de l’école fondamentale ont été redéployés. Cela parce qu’il n’y avait pas assez de travail là où ils prestaient». Telle est la déclaration de Janvière Ndirahisha, ministre de l’Education, ce mercredi 21 mars, au Palais des congrès de Kigobe lors de la session des questions orales.

Elle fait savoir que le redéploiement a pour objectif de faire bénéficier de manière égale à toutes les provinces d’un enseignement de qualité. «Chaque enfant a droit à l’éducation. Certains ne peuvent pas en étudier au moment où d’autres n’ont pas d’enseignants».

En outre, ce membre du gouvernement indique avoir découvert des cas de tricherie. 11 enseignants recevaient les salaires alors qu’ils ne travaillaient pas. «Ces derniers sont poursuivis par la justice pour répondre de leurs actes».

La ministre Ndirahisha confie que 54 enseignants ont été renvoyés. Ils étaient incapables, certains à cause des maladies et d’autres en raison de la vieillesse. Avant d’ajouter que 246 enseignants ont permuté entre eux des postes.

135 enseignants qui travaillaient dans l’administration centrale au ministère, poursuit-elle, ont été envoyés dans l’enseignement. «Là où ils sont plus utile».
L’Etat a gagné plus de 8 milliards de Fbu grâce à l’opération de redéploiement.

Forum des lecteurs d'Iwacu

1 réaction
  1. Jereve

    Surtout, ne faites pas le remake des “redéploiements” du passé. En ce temps-là, il s’agissait par exemple de prendre un enseignant natif de Kanyosha pour l’envoyer enseigner à quelque centaines de kilomètres, par exemple dans une école de Cendajuru. Et de prendre celui natif de Cendajuru pour l’envoyer enseigner dans une école d’Isale. Sur quoi ces permutations étaient-elles basées? Ceux qui en avaient marre d’enseigner dans les “filets” et qui pouvaient se payer des pots de vin n’hésitaient pas à corrompre l’administration pour avoir des postes en villes ou près des villes. Le clientélisme et le régionalisme : celui qui avait “uwiwe” influent au parti (unique) ou dans l’administration avait beaucoup de chances d’échapper aux filets, alors que celui qui n’en avait pas était candidat aux filets. Il y avait aussi quelques considérations ethniques, les uns étant plus exposés à être envoyés au fin fonds du pays. J’espère que ces manipulations ne sont plus d’actualité.

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

Editorial de la semaine

Une opinion déboussolée

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur Une opinion déboussolée

Après le fiasco des pourparlers d’Arusha, plus d’un se demandent que pourrait être la suite. L’incertitude politique fait grandir les inquiétudes. Une opinion ne semble plus croire aux solutions qui viendraient des chefs d’Etat de la Région, encore moins de (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

CBX Useronline

626 utilisateurs en ligne