Politique

Pas de liberté provisoire pour les prévenus putschistes

La Chambre de Conseil de la Cour Suprême a décidé ce jeudi 22 octobre le maintien en détention préventive des vingt-huit détenus pour putsch avorté du 13 mai.

Me Fabien Segatwa, un des avocats de la défense se plaint de la réticence du greffe à délivrer l’ordonnance motivée de la décision. Pourtant, c’est à base de ce document que la défense peut interjeter appel à la Chambre d’Appel de la Cour Suprême. Qui pis est, selon la loi, l’appel doit intervenir au plus tard dans les quarante-huit à compter de la date de la signification du jugement.

Signalons que ces prévenus sont poursuivis pour « vouloir changer le régime constitutionnel », infraction prévue et réprimée par l’article 586 du Code Pénal. Ils encourent une peine de trente ans de prison.

Forum des lecteurs d'Iwacu

7 réactions
  1. Ndizeye Claudia

    Pourquoi ont -il rater leur missions? ntakundi nibemere bawote kuko vyarabananiye kugifata, basanze kirimwo abagabo!

  2. Tanazi

    Cher Luc, au Burundi comme dans beaucoup d’autres pays sous-développés et téléguidés, l’infraction c’est quand je fais ce avec quoi tu n’es pas d’accord et qui ne t’avantage pas. Au contraire quand je fais ce avec quoi, tu es d’accord et qui t’avantage, même en enfreignant la loi, je suis dans la légalité. Nous sommes loin de la vérité. Malheureusement, il parait que la vérité n’ait pas de place en politique!!!

  3. Vous posez la question comme si vous veniez d’une autre planète. Tout ce trouve dans ce que vous dites, mais c’est connu de tout le monde. Posez-vous plutôt la question de savoir comment des juges qui ont prêté serment peuvent supporter de travailler dans de telles conditions. Mais là aussi, la peur domine la sérénité, le courage a cédé la place à la lâcheté, et ainsi va la justice burundaise.

  4. Luc

    Selon vous,les pouthistes ont ils commis une infractions?

  5. Verite Guess

    Puisqu’ils sont deja detenus illegalement, comment penser qu’ils pouvaient beneficier de liberte provisoire? Depuis leur arrestation toutes les procedures judiciaires ont ete violees d’une maniere flagrante. Et de toute facons a voir comment la justice est rendue ces derniers jours dans notre pays, je ne m’attendais pas a ce que ce principe sacre soit respecte. Le fait d’avoir depasse largement la periode de detention preventive sans passer devant la chambre du conseil etait une raison suffisante pour obtenir la liberte provisoire. Mais helas, nous sommes loin de l’ere du respect des lois et des droits de la personne.

  6. kindros

    ntakundi murafaditse benewacu, mugikorwa nka kiriya on n´a pas droit à l´echec si non on est malheureux!

  7. Yves

    L’unique question pertinente à se poser : ces juges sont ils ‘naturellement’ acquis à la cause du gouvernement ou celui-ci a-t-il dû les menacer de mort pour obtenir leur docilité ?

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Editorial de la semaine

Une autre date pour l’histoire

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur Une autre date pour l’histoire

17 mai 2018 entre dans l’histoire du Burundi. Le peuple burundais vient d’exercer son droit civique en se prononçant par référendum, sur la Constitution amendée. Dans l’histoire du Burundi, la période électorale a été, à maintes reprises, caractérisée par des (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

CBX Useronline

744 utilisateurs en ligne