Opinions

*OPINION – Commentaire proposé à Iwacu à la suite des propos de Gaston Sindimwo

09/03/2017 Athanase Karayenga 30

 

Par Athanase Karayenga

Athanase Karayenga
Athanase Karayenga

Chers amis,

Personne ne doute plus que le pouvoir de Bujumbura dit n’importe quoi et profère des mensonges au kilomètre, “des fake news et  des vérités alternatives” à la pelle.  Tout va bien. La paix est totale. Le soleil luit et la bière coule à flot au Burundi. Puisqu’on vous le dit, bonnes gens. Alors croyez-le !

D’abord, il faudrait que Gaston Sindimwo prouve que les fonctionnaires des Nations Unies ou des Organisations internationales non gouvernementales sont manipulés par des politiciens burundais hostiles au “troisième règne céleste” de Pierre Nkurunziza.

Sinon, il accrédite l’idée que tous les fonctionnaires internationaux œuvrant au Burundi sont tous des idiots, qu’ils n’ont pas la capacité et la conscience professionnelle pour se renseigner sur la situation réelle qui prévaut au Burundi en diversifiant les sources, en les recoupant et en en faisant leur propre miel qu’ils transmettent ensuite aux sièges respectifs de leurs organisations.

Les fonctionnaires des Nations Unies, n’en déplaisent à Gaston Sindimwo, sont généralement bien plus qualifiés, professionnellement et intellectuellement parlant, que lui-même qui occupe un poste politique qui n’exige que le mérite d’être un défenseur acharné et servile du “troisième règne céleste”. Sans autre qualification que savoir courber l’échine. Un peu court pour un prétendu Vice-président même d’une République bananière comme le Burundi.

En outre, ces fonctionnaires que Gaston Sindimwo croit crédules et vendus à la cause de l’opposition burundaise, ont une éthique et une déontologie du travail qu’ils accomplissent dans le cadre des missions que leur sont confiées par les organisations internationales auxquelles ils appartiennent. Tous ne sont pas des saints innocents bien entendu. Comme dans tous les secteurs de l’activité humaine, on trouve des brebis galeuses parmi eux.

Cependant, dans une très large majorité, ces fonctionnaires internationaux sont des personnes dévouées, compétentes et fières de la mission qu’ils accomplissent au Burundi au nom de la communauté internationale.

De toute façon, Gaston Sindimwo ne le sait peut-être pas, ce ne sont pas les fonctionnaires des Nations Unies œuvrant au Burundi, qui ont guidé l’œil perspicace des satellites qui ont détecté les tombes collectives fraichement creusées et comblées après les massacres horribles du 12.12.15.

En fait, la menace insensée de Gaston Sindimwo, constitue un message très clair. Les Nations Unies et l’Union Africaine constituent les garants de l’Accord de Paix et de Réconciliation d’Arusha. Or, depuis 2005, le régime de Pierre Nkurunziza n’a cessé de persécuter, d’humilier, de congédier sans manières les représentants des Nations Unies notamment. Comme dans un match de foot mortel que Pierre Nkurunziza voudrait organiser à huis clos, il ne veut pas d’arbitres impartiaux, ni de témoins gênants. La menace intempestive de Gaston Sindimwo s’inscrit, par conséquent, dans cette logique développée depuis plusieurs années au Burundi par Pierre Nkurunziza et ses sbires.

Le drame, c’est que les Nations Unies comme l’Union Africaine se sont couchées. Elles ont cru que de simples paroles diplomatiques, des protestations calmes et polies pouvaient faire changer d’avis Pierre Nkurunziza et ses acolytes. Ainsi, le “troisième règne céleste” peut ridiculiser le Conseil de Sécurité des Nations Unies et l’Union Africaine sans dommages ni dégâts pour le régime de Bujumbura.

D’aucuns peuvent craindre que la menace d’expulsion de tous les fonctionnaires des Nations Unies formulée par Gaston Sindimwo constitue, en fait, une annonce que le “troisième règne céleste” veut passer aux choses sérieuses, au massacres massifs de la population sans témoins gênants et sans retenue.

De ce fait, l’alerte concomitante lancée par M. Adama Dieng sur le risque d’un embrasement général qui pourrait prendre la forme d’un génocide est à prendre très au sérieux.

Néron, l’empereur romain qui n’aimait pas Rome a mis le feu à la cité éternelle afin que l’incendie lui inspire des envolées lyriques de poésie. Rappel. Combien de marchés ont brûlé au Burundi, par la volonté de Dieu, dixit le troisième règne céleste, dont le marché central de Bujumbura ?

Adama Dieng était “Registrar” au Tribunal Pénal International pour le Rwanda qui a jugé les coupables du génocide des Tutsi perpétré dans ce pays en 1994. Quand il tire la sonnette d’alarme, il faut donc l’écouter et croire qu’il ne lance pas des paroles en l’air.

Adama Dieng sait notamment, que le viol constitue, depuis la jurisprudence du TPIR, un élément constitutif de génocide. Or, combien de femmes burundaises ont été violées, depuis plusieurs années certes, et notamment depuis la répression brutale et aveugle organisée par le “troisième mandat céleste” ?

La castration aussi, au terme de la “Convention internationale pour la prévention et la répression du crime de génocide” constitue un élément constitutif de génocide.Puisque la castration, une pratique barbare, empêche les victimes masculines, comme le stipule la convention contre le génocide, « d’avoir des enfants. » Or, là aussi, combien de jeunes gens burundais ont été castrés par les forces de répression du “troisième règne céleste” de Pierre Nkurunziza ?

Adama Dieng sait enfin que lors du jugement des médias de la haine au TPIR, jugement qui reprenait d’ailleurs la jurisprudence de Nuremberg après la deuxième guerre mondiale, les journalistes ou les professionnel des médias, même des artistes, utilisant ces outils de diffusion massive des informations ou de la culture aux fins d’inciter au génocide, encourent individuellement la peine de prison à perpétuité. Or, là aussi, combien de prétendus journalistes ou professionnels des médias burundais ont utilisé, au Burundi, depuis le premier mandat de Pierre Nkurunziza, les médias du pouvoir pour diffuser des messages de haine, de stigmatisation et d’incitation au génocide ?

L’alerte d’Adama Dieng et la menace de Gaston Sindimwo, on l’aura compris, constituent en réalité, les deux faces d’une même médaille. Le premier invite le Conseil de Sécurité à ouvrir les yeux et à voir les graves risques de crimes de guerre, de crimes de génocide qui pourraient s’abattre sur le Burundi si la communauté internationale reste indolente, voire indifférente et si la Cour Pénale Internationale continue de privilégier des procédures longues et conformes au temps long de la justice.

Malheureusement, volens nolens, la CPI donne ainsi au “troisième règne céleste” le temps pour organiser les massacres de la population, l’exil, la torture, le viol, la castration, l’emprisonnement arbitraire, pour tenir des propos d’incitation au génocide et surtout pour perpétrer des assassinats ciblés contre des victimes éliminées « pour ce qu’elles sont » et non « pour ce qu’elles ont fait » d’illégal ou de répréhensible par la loi.  Définition même du génocide.

Alors oui, il faut prendre très au sérieux la menace de Gaston Sindimwo. Car, derrière ces propos hostiles aux fonctionnaires des Nations Unies, se cachent la volonté du gouvernement d’écarter des témoins potentiels à des crimes massifs qu’il pourrait organiser au Burundi en toute impunité.

Enfin, faut-il le rappeler, ce sont les Nations Unies qui ont obligé la Tutelle belge à organiser des élections libres et transparentes en septembre 1961. Élections gagnées par Louis Rwagasore et son parti UPRONA dont, par malheur, se réclame Gaston Sindimwo.

Aujourd’hui, persécuter les Nations Unies et leurs fonctionnaires œuvrant au Burundi, quelle folie, quelle ingratitude !  Un proverbe burundais que Gaston Sindimwo devrait méditer stigmatise l’ingratitude.

“Inera inera uwayihaye !”

*Les articles de la rubrique “opinion” n’engagent pas la rédaction

Forum des lecteurs d'Iwacu

30 réactions
  1. Yohani Mitagato

    @Karayenga;

    Je dis merci au “3e mandat celeste” parce que grace a lui, nous avons pu connaitre ce que sont reelement les “grands journalistes” comme Karayenga, ces analystes, politologues, de defenseurs de droits humains…que l’on nous a toujours ventes, de vrais loups deguises en moutons, payes par l’occident pour detruire leur propres pays. Maintenant qu’on se connait, Vive “le 3e Mandat Celeste”.

  2. Ntazizana

    @Burimaso. A voir ce que tu as écrit, tu aurais dû cesser de Critiquer l’auteur. Tes idées font honte pour ce siècle. Les manquements de 1972 ne peuvent pas justifier ceux d’aujourd’hui. Le monde a tellement progressé.
    Vous comparez le temps du héros de l’indépendance et le temps actual. Excepté que Le prince L Rwagasore était mieux formé que Gaston, Il avail des qualités humaines qui manquent à ton homme. Mu kirundi bati: intimenya niyo ntinegura. Gaston akaja ngaho akavuga ngo” abanyepolitique bagomba kwimbura ivyo batarimye…” yovuga none ico ariko akora muri Reta ko mbona “Mu matora yabaye aile yiwe ataco yahatoye?
    Ahandi ukavuga ngo arwanira ubumwe. Aho batikiza abantu Mu nyakabiga ko yagiye gutora umuryango wiwe gusa,? Burimaso niwinumire niwaba wibaza koko ko burimaso.

  3. Miburo

    Très bien mr Kabingo, si les tutsi de 20à60ans n’osent pas retourner au pays ,attendez ce génocide là où vous êtes et taisez-vous car vous êtes à l’abris, arretez de transformer les mots,
    REMPLACER N’EST PAS CHASSER /

  4. Votre commentaire a été bien posté!

  5. BURIMASO

    Je constate que ce journal roule pour l’opposition. Quand nous réagissons aux propos de ces opposants radicaux pour montrer à l’opinion nationale et internationale le mensonge et la haine entretenus dans leur discours , ce journal ne laisse pas passer nos commentaires. A titre d’exemple, mon commentaire d’hier qui contenait quelques questions que j’avais posé à Karayenga n’a pas été publié. Il ne faut pas alors mentir au public en disant que vous donnez la parole à tous. Nous voyons à qui vous donnez la parole.

  6. Oscar Ninteretse

    Les débats que l’on voit sur cet article sont très animés.
    Une chose est très simple, ces fonctionnaires de l’ONU roulent pour le compte de l’Oncle Sam qui ne voit que “la situation au Burundi continue de poser un problème inhabituel et extraordinaire pour la sécurité nationale et la politique étrangère des États-Unis”. Il est devenu aussi clair que la plupart de ces ONG sont financés, directement ou indirectement, par un certain lobby qui roule pour le même maître. Ne soyez donc pas étonner qu’ils produisent des rapports qui plaisent au bailleurs de fonds. Autrement, le robinet tarirait trop vite. Il en va de même pour les médias.

    Nous savons aussi que dans le cas du TPIR, lorsque le Juge Australien Michael Hurigan rapporta que Clinton était impliqué dans la chute de l’avion transportant feu Ntaryamira Cyprien et autres, Clinton ordonna de nettoyer toutes traces de ce rapport et tout personne qui saurait au courant de son implication. La chasse aux Hutus qui avaient aidés le FPR commença. Tous le témoins potentiels furent physiquement éliminés. Des opposants tutsi à Kagame ne furent pas épargnés.

    J’ai personnellement apprécié celui qui disait que ceux qui souhaitent des sanctions contre le Burundi ne sont pas des patriotes. Ils on leur familles et amis au Burundi. Ils pensent même y revenir.

    Ce que je veux ici dire n’est qu’un souhait que nous burundais sachions ce que nous cherchons. Est-ce-que nous voulons construire notre pays “sur les cendres”? Ne pouvons le brûler parce “uwusenya urwiwe bamutiza umuhoro”. Est-ce-que nous voulons nous réconcilier avec nous-mêmes, malgré notre passé douloureux? Nous le pouvons aussi parce que “Intibagira ntibana”.

    Dans ce passé douloureux dont je parle, il ya eu des génocides cycliques qui se sont opérés sous le regards complice de l’ONU et tout ce que l’on appelle faussement “communauté internationale”.

    Feu Louis Rwagasore disait: “Uburundi muriko murasambura, umusurusuru wo kububarira uzobagora”. A bon entendeur, Salut!!!

    (Comme certains autres, Monsieur le modérateur, veuillez-laisser passer ce message!!!).

  7. Tombé du Ciel

    Dodo,
    Tu nous fatigues!

  8. jogo

    Hima , est ce que au Rwanda il ya 2 radios seulement!!!!? Cela montre que tu es un fanatique aveugle car au Rwanda il ya plus de 20 radios et 10 televisions .

  9. Ruzoviyo

    Ce n es pas une insulte c est juste un surnom que d ailleurs tout le monde connais monsieur/madame le moderateur. C est pas grave l essentell c est que le message est passé.

  10. Bakari!

    @Jojo
    Il est intellectuel parce qu’il tire à boulets rouges sur Sindimwo et ses confrères.
    D’accord c’est cela même l’intelligence.

  11. Yves

    @HIMA / Micombero : ces partis et radios dont vous parlez, pas aussi nombreux que ce que vous prétendez au demeurant, ne sont que des organisations satellites accréditées par les DD. Une technique politique vieille comme le monde lorsqu’un pouvoir ne peut pas compter sur une légitimité naturelle. Nous prenez-vous pour ce que vous êtes ? Quel gachis…

  12. Jojo

    Merci et bravo, cher Athanase. Vous êtes une preuve vivante qu’il y a encore de vrais intellectuels burundais dignes de ce nom.

  13. Jojo

    Merci et bravo, cher Athanase. Vous êtes une preuve viavante qu’il y a de vrais intellectuels burundais dignes de ce nom.

  14. Ruzoviyo

    Je pense qu il ya pas lieu de polemiquer autour des propos de sindimwo alias… ( insulte, censuré)
    La question est…qui est sindimwo intellectuellement et politiquement? A t il la capacite de jugement et d analyse requise pour ce poste?

  15. Fofo

    On sait comment les choses aux UN fonctionnent! En réalité, tout est presque préconçu! Tout ce qui est dit, discuté et rapporté sont conçus de quelque part! Les UN est un Centre des lobbyings où sont marchandés les pays pauvres par les grandes puissances! Qui sont Adama Dieng, Jamal benomar ou Fatou Bensouda? Ne sont-ils pas tous africains? Pour justifier la mort de Jésus, il fallait l’acheter auprès de son disciple, Judas Iscariote comme si Jésus était devenu une marchandise! Même si Juda n’avait pas accepté cette offre, ils auraient inventé d’autres motifs!
    Il y a un Seul africain digne de son nom qui, malgré les pressions, n’a cessé de qualifier d’illégal l’attaque contre un président indésirable par les pays de Droit de véto! http://www1.rfi.fr/actufr/articles/057/article_30522.asp

  16. BURIMASO

    “En outre, ces fonctionnaires que Gaston Sindimwo croit crédules et vendus à la cause de l’opposition burundaise, ont une éthique et une déontologie du travail qu’ils accomplissent dans le cadre des missions que leur sont confiées par les organisations internationales auxquelles ils appartiennent. Tous ne sont pas des saints innocents bien entendu. Comme dans tous les secteurs de l’activité humaine, on trouve des brebis galeuses parmi eux”.

    Je me demande si Karayenga qui se croit plus intelligent aurait appris la logique. A voir ce paragraphe ci haut, quelle message contredisant celui de S.E SINDIMWO Gaston, prétend-il donner ici dans son article. Je trouve qu’il a publié cet article tout simplement pour se défouler et cracher la haine qu’il a envers cette illustre personnalité du Pays. Si l’auteur de l’article affirme lui-même que “Tous ne sont pas des saints innocents bien entendu. Comme dans tous les secteurs de l’activité humaine, on trouve des brebis galeuses parmi eux”, pourquoi avoir pris beaucoup de temps à parloter et dire du n’importe quoi dans ce chiffon de soi-disant article. SE SINDIMWO ne demande autre chose que de remplacer ces brebis galeuses qui ne cherchent que déstabiliser notre pays aux fins d’intérêts des puissances qui les ont mandatés.

    Et s’attaquer à la personnalité de SE SINDIMWO en lui disant que “les fonctionnaires des Nations Unies, sont généralement bien plus qualifiés, professionnellement et intellectuellement parlant, que lui-même qui occupe un poste politique qui n’exige que le mérite d’être un défenseur acharné et servile du « troisième règne céleste ». Sans autre qualification que savoir courber l’échine. Un peu court pour un prétendu Vice-président même d’une République bananière comme le Burundi”.
    mr karayenga, toute le personne ayant l’esprit éveillé qui va lire cela comprendra directement la bassesse de ton esprit, alors que tu te ventes plus intelligent. Quand le Prince RWAGASORE a pris l’initiative de prendre le devant en luttant pour l’indépendance du Burundi jusqu’à être nommé Premier Ministre, il avait quel Doctorat, quel Maitrise ou quel licence, mr karayenga. Et pourtant, ceux qui étaient qualifiés plus que lui étaient là. Ils ont attendu manger les fruits de ses efforts. S.E Gaston SINDIMWO qui fait la fierté de notre pays ne fait que défendre l’indépendance du pays et l’Unité nationale que l’Héros de l’Indépendance nous a léguées. Qu’il neige ou pas, votre plan diabolique ne réussira pas. Le peuple Burundais uni dans sa diversité est déterminé à vous barrer la route.

    Tu ajoute: “De toute façon, Gaston Sindimwo ne le sait peut-être pas, ce ne sont pas les fonctionnaires des Nations Unies œuvrant au Burundi, qui ont guidé l’œil perspicace des satellites qui ont détecté les tombes collectives fraichement creusées et comblées après les massacres horribles du 12.12.15.”

    La question que je te poserais est la suivante: Où étaient ces fonctionnaires des UN et ces satellites quand vous avez décimé l’ethnie Hutu en 1972? Auraient-ils bien filmé et détecté plus de 2000 fosses communes éparpillées sur les différentes collines du pays où sont entassés plus de 500 milles Hutus que vous avez massacrés en 3 mois ? Quand la milice de l’époque JRR dont tu faisait partie semait la mort et la désolation sur tout le territoire burundais, ces fonctionnaires des UN dont tu fais l’éloge et ces satellites seraient-ils des brebis galeuses dont tu nous parle ou seraient-ils absents ou seraient-ils complices?

    Ton article prouve davantage ce que vous êtes et d’ailleurs que tu a décrit dans ton article “le ligala de fous chez MUKAPA” Episode II, en qualifiant tes frères de clan de “un peuple sauvage, un peuple de la jingle et menteur”

  17. Bakari!

    @Minott
    “Il n’y aura plus d’hegemonie pas meme celle nkurunzizienne….”

    Que votre prière soit exaucée (Imana ikwumvire)!

  18. kabingo dora

    Bien sur que vous avez totalement raison Mr Karayenga .
    Mais un mot sur Mr Sindimwo . Chaque jour qui vient Mr Sindimwo remue le couteau dans la plaie . D’abord il affirme qu’il ne ” faut plus parler de déplacés de guerre” et le paroxysme c’est lorsqu’il dit vouloir chasser les fonctionnaires des Nations unies .
    Je vous en donne la traduction .Sindimwo et ceux qui l’ont mandaté veulent éliminez les témoins de ce que le gouvernement actuel prépare contre les minorités et les défenseurs des droits de l’homme .
    Tout le monde le sait aujourd’hui , parmi les tutsi se trouvant en dehors du Burundi , aucun homme entre 20 ans et 60 ans n’ose plus retourner sur les terres natales de peur de se faire enlever par les services de renseignements burundais ou les Imbonerakure. Voilà la situation. Jusques quand les tutsi accepterons ils de se faire tuer de cette manière ? En les castrant ???

  19. Salmia Irikungoma

    nkurunziza et gaston, ngo ukora ikibi kikaguherekeza ! Ukora iciza ukagisanga imbere. Bonne route !!! Imana yo mw’ijuru niyo itanga ubwami. Isaba umwami gutwarira bose, nirwo rukundo rwayo mu bayo. Abo bake, abo bato(urwaruka ku rurera mu bikorwa vyiza no mu rukundo), abashonje, abarwaye, ibimuga n’abasaza. Intwaro yanyu vyoba bigenda bite ? Ijisho ry’Imana yo mw’ijuru ribavuniye akagohe !!!!!!

  20. Trois Partis pilitiques sur plus de 40 Partis politiques sont uniquement en Begiques. 2 radios sont au Rwanda alors que plus de 20 radios sont au Burundi et fonctionnent normalement. A cet effet, ton message est faux. Les rapports souvent publies se referent souvent sur des sources comme vous alors des faux rapports continueront a etre produits et jetes quelques jous plus tard dans la poubelle.

  21. dodo

    Faisant suite en mon message j’ajoute ceux qui ont financé les manifestants en payant les jeunes désœuvrés hutus comme tutsis. Ils les ont utilisé dans leurs stratégies diaboliques. Aujourd’hui la plupart de ces jeunes sont en prison d’autres sont morts mais ces criminels manipulateurs ont pris la peine de mettre à l’abri leur famille. Ce qui est marrant est que ces criminels accusent le gouvernement de corruption alors qu’ils sont les premiers corrompu!!! Ils ont en effet payé les jeunes pour les utilisé comme Pantin. Vous criminels à Bruxelles ou à Kigali mon message est pour vous, vous êtes peut être à l’abri sur la terre mais qu!En serra t’il au jugement après la mort!!!! Le gouvernement burundais lui aussi devra répondre de ces crimes. Mon message s’adresse aux opposants et au gouvernement tous des criminels et corrompu, assoiffé de pouvoir, nous vous vous, nous savons que vous aimez vos ventre plus que le peuple, gouvernement et opposition, ONU, ONG, arrêté avec vos manigance, Dieu le père vous voit!! Ayez crainte du jugement dernier, le feu préparer pour satan et ces anges vous getes. Ne regarder pas l’instant présent, la mort arrive comme un voleur. Je lance un cri au gouvernement et aux opposant radicaux qui se reconnaissent, cessez la haine, celui qui deteste son prochain nous la bible est u criminel et mérite d’être jeté dans le feu éternelle. Arrêté de prétendre prier et en même tant tué des êtres humains, ils est tant que nous construisons notre pays, il est tant que vous soyez mature et que vous vous asseyez ensemble parce que si vous êtes incapable de vous assoir ensemble sur la terre c’est pas au paradis que vous réussirez donc vous avez la lourde responsabilité de rassemblé le peuple. Celui qui aime les gens en les classant, en tenant compte de l’ethnisme je suis désolé de l’annonce qu’il ira avec satan en enfer parce que Dieu est amour. Dieu a décidé que les hutus, tutsis e twa vivent ensemble, utilisons nos forces pour avancé ensemble, il est important de se focaliser sur l’avenir, 2020 est là et une bonne négociation peut nous amener vers le Burundi que nous voulons tous avoir. C’est pas l’ONU et ces membres de décider pour les barundi, c’est aux burundais d’être intelligent et surtout sage pour que nous allons sûrement vers un futur meilleur, un état de droit et j’en suis sûre que si nous réussissons les gens travaillerons au gouvernement en fonction ction de leurs capacités et non leur appartenance ethnique. Je suis contre ceux qui ont signé des accords de partage des postes, les gouvernement qui ce sont succédé dans notre pays ajouté aux conseils des ONG o t contribué à diviser le peuple burundais. C’est dire que dès l’indépendance les colons avaient déjà pensé aux clivages ethniques parce qu’ils ont mis les prémices de divisions. Aujourd’hui j’appelle tout les burundais à la sagesse et l’intelligence pour ne pas continuer dans cette démarche colonisatrice, l faut qu’on redéfini nos principes sans ces ONG parce qu’ils sont la cause de nos problèmes. Depuis que ces ONG sont arrivé en Afrique, nous avons une multiplicité de problèmes, au lieu d’avoir les solutions , nous avons que les problèmes !!!!!

  22. Minott

    chez les dictateurs en mal de vision,il ya toujours cette vieille rengaine de “complot international”, la honte!!!…
    mon cher, au Burundi on ne dit pas seulement qu’il ya un genocide, nous on le montre car il se commet au vu et au su de tous sauf bien sur pour les coupables, le genocide nous enleve les notres chaque jour sans secours, sans soutien.. quant a ceux qui desabilisent le pays, le 1er est nkurunziza pierre car destabilisation est en d’autres mots violation et non respect des regles de droit etablies, en violant l’accord d’Arusha il a destabilise le piedstal meme de la nation, tout autre n’est que accessiore a cote….
    et pis mon cher, les choses comme “le passe est passe, c’est fini et ca ne reviendra pas; plus d’hegemonie” refletent un nauseabond tissu d’etnicisme d’antan d’un mauvais gout et sans interet ni social ni democratique mais combien profitable a celui la qui nous a promis le chaos cataclysmique au cours de son show que d’autres nomment “croisade”.
    Il n’y aura plus d’hegemonie pas meme celle nkurunzizienne….

  23. dodo

    Le gouvernement à le droit de douter de l’ONU. Sans aller dans le sens de la dénonciation, j’ai eut la chance de discuter avec quelqu’un travaillant aux nations Unis. Le salaire est largement supérieur à ce que gagne les hauts fonctionnaires au Burundi, ajouté à cela des avantages considérables, en quelques mots la vie des patcha. Donc pour de nombreux fonctionnaires de l’OnU il faut créer des faux rapports afin de prolonger le mandat au Burundi, c’est une garantie de garder un poste juteux. Ont se souvient avec quelle difficulté il a été difficile de fermé le BINUB, des milliers de postes perdus par les tutsis qui en général travaille dans ce domaine. Donc en résumé des burundais pour leurs avantages personnelles sont capables de phagocyter des faux rapports pour avoir des salaires exorbitants et c’est dommage qu’ils accusent le gouvernement de mauvaise gouvernement. Parce qu’au moins le gouvernement est sur le terrain dans le Burundi profond entrain de construire une école ou un hôpital. À long terme c’est la vie rurale qui s’améliore, de la vie rurale à l’urbanisation . Donc ces soit disant défenseur des droits de l’homme sont les plus gros ventriotes qui existent. Ils cherchent des financements , sachant que l’Occident tient à coeur les droits de l’homme, ils trouvent l’halibie le mieux apte pour arriver à leur fin. Dans une. Projet la réussite dépend toujours de Dieu la bible le dit et je croit que ceux qui ont tenté de reversé les institutions devraient se poser la question pourquoi tant d’echecs.

  24. Minott

    toi meme tu sais….jusqu’aujourd’hui seules les institutions qui avaient ete mises en place par l’ONU avaient ete aptes a qualifier et juger un crime de genocide, et donc les genocides et genocidaires sont deja connus, a moins que tu cherches midi a quatorze heures. Qui a besoin de “croire” un crime? il est la deja. quant aux structures actuelles on les connait tous,les imbones et autres miliciens en tenus policieres et militaires, tous sont connus et leurs crimes aussi….enfin Sindimwo n’a rien a envisager puisque il n’en a meme pas le pouvoir, ce type a monte si haut et si vite que plus terrible et cruelle sera sa chute

  25. Jereve

    Tous ceux qui critiquent doivent être chassés : c’est dans la logique même du gouvernement de Bujumbura. Ils ont chassé les partis d’opposition, les médias libres, les personnes qui ne pensent pas comme eux, les associations et ONGs, les fonctionnaires, les militaires, les bailleurs et investisseurs, les étrangers, les voisins… La liste est trop longue. Est-ce que cela vous étonne qu’ils cherchent maintenant à chasser le staff des Nations-Unies ? C’est une politique stérile, mais que voulez-vous, they have to stick to their guns.

  26. kabwa

    merci Monsieur Karayenga. vous avez tout dit.
    toutefois, vous avez surévalué le niveau d’appreciation du premier vice président du gouvernement illégitime de nkurunziza quand vous lui rappelez qu’il allait avoir du respect des NU si il savait que ce sont ces dernieres qui ont aidé le Burundi ( sous Rwagasore font il empreinte a tort l’idéologie) a organiser les élections qui l’ont permis d’accéder a l’independance. la realite est que, meme si gaston serait convaincu qu’avec peter aucun des siens ne va echapper a la mort immédiate, il continuerai avec davantage de volonte a louer son patron.

  27. Rududura

    Karayenga dit ceci: “Adama Dieng était « Registrar » au Tribunal Pénal International pour le Rwanda qui a jugé les coupables du génocide des Tutsi perpétré dans ce pays en 1994. Quand il tire la sonnette d’alarme, il faut donc l’écouter et croire qu’il ne lance pas des paroles en l’air”.

    C’est le même tribunal qui a refusé de poursuivre ne fut-ce qu’un seul Tutsi du FPR! On sait qui manipule ces organismes supposés être au dessus de la mêlée. Ils le sont sur papier mais en réalité doivent agir selon la volonté politique de l’oncle Sum. Ce n’est pas Louise Arbour qui me démentira, elle qui vient de reconnaître son échec de poursuivre les criminels du FPR quand elle était procureure au TPR. Kaburahe, svp, laissez ce commentaire passer.

  28. Ntazizana

    Merci à Karayenga pour cette contribution. Personne ne dira qu’il ne savait pas. Même Sindimwo, son nom ne le protégera pas.

  29. Miburo

    Tout ce blabla pour ne rien dire, ce journaliste admet lui même qu’il y a des pourris dans ces experts onusiens, il entre dans la calomnie sur la personne de Sindimwo,
    Monsieur Sindimwo envisage seulement le changement du personnel onusien actuel;
    le résonnement de ce journaliste et son ami Dieng montrent qu’ils ne connaissent plus
    les structures actuelles et croyent encore aux coups d’état et au génocide….
    Qui sont les génocidés et qui sont les génocidaires ???

  30. Ndekatubane

    Il y a un complot international (quelques pays et organisations) visant à renverser Nkurunziza, ils ont essayé d’utiliser un putsch mais ça n’a pas réussi, ils ont inventé des rebellions en carton sans resultats, ils ont dit qu’il y avait un génocide en cours au burundi mais ça n’a pas pris. Maintenant ils ont recours à de rapports mensongers et ça va toujours rien donner. Mrs, il ne faut pas écrire pour dire n’importe quoi, ce pays que vous tentez de déstabiliser est le vôtre et abrite vos familles ou vos amis, tout ce que vous faites il ne faut pas l’oublier. Les burundais ont fini par découvrir ce qui se cache derrière ce que certains extrêmistes appelle “le troisième mandat de Nkurunziza” et la crise qui a suivi, mrs les extrêmistes, le passé est le passé, c’est fini et ça ne reviendra pas; plus d’hégémonie. Laisserez-vous passer mon post?

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Editorial de la semaine

Une opinion déboussolée

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur Une opinion déboussolée

Après le fiasco des pourparlers d’Arusha, plus d’un se demandent que pourrait être la suite. L’incertitude politique fait grandir les inquiétudes. Une opinion ne semble plus croire aux solutions qui viendraient des chefs d’Etat de la Région, encore moins de (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

CBX Useronline

364 utilisateurs en ligne