http://www.iwacu-burundi.org/ue-afrique-un-avenir-commun-2/
Politique

Olucome : il ne faut pas ignorer les groupes impliqués dans les violences

01-06-2016
Gabriel Rufyiri : «Il faut inviter les représentants des médias brûlés et des association suspendues»

Gabriel Rufyiri : «Il faut inviter les représentants des médias brûlés et des association suspendues»

Cet appel est contenu dans une lettre envoyée ce mardi 31 mai par le président de l’Olucome, Gabriel Rufyiri au facilitateur dans la crise burundaise, Benjamin William Mkapa. Ce message intervient au lendemain de sa participation au premier round du dialogue inter-burundais d’Arusha.

«Ecarter dans ce dialogue inter-burundais un groupe d’individus qui participent de près ou de loin dans les violences perpétrées au pays ou une organisation qui a une contribution importante, amènerait à l’aboutissement d’une solution inadéquate au problème burundais», argumente Gabriel Rufyiri dans cette sorte de requête. Il demande à l’ancien chef d’Etat tanzanien d’user de sagesse sur cet aspect.

Ce n’est pas tout, le président de l’Olucome vole au secours des organisations de la société civile non conviées à Arusha et des médias vandalisés. Dans les prochaines séances de dialogue inter-burundais, plaide-t-il, en plus des représentants des deux organisations de la société civile (Olucome et la Ligue Iteka), nous vous demandons d’ajouter les représentants des medias brûlés et fermés ainsi que les organisations de la société civile suspendues.

Signalons que l’Olucome et la Ligue Iteka avaient des délégués à Arusha. La représentation des médias a créé polémique. C’est le directeur a.i de la Radio Isanganiro, Samson Maniradukunda qui a été invité par la facilitation au nom des médias. Ce qui n’a pas plu à l’ABR (Association burundaise des radiodiffuseurs), à l’OPB (Observatoire de la presse au Burundi) encore moins à l’UBJ (Union burundaise des journalistes).

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.
Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité