Elections 2015

Ngagara : des manifestations étouffées dans l’œuf, deux jeunes gens arrêtés

15-06-2015

10h. Une trentaine de jeunes, venant pour la plupart des quartiers IV et VI, ont tenté de se regrouper dans le boulevard Buconyori, au niveau de la salle de réception appelée ’’Ozone Diplomatique’’ dans l’objectif de faire une marche-manifestation. « Aussitôt », raconte un des manifestants, « des policiers ont débarqué et ont commencé à tirer pour nous disperser». Il ajoute que la police les a poursuivis à l’intérieur du quartier, et a arrêté par la suite deux d’entre eux.

Musaga : «Enfin on nous laisse manifester en paix »

Depuis 10h, une centaine de manifestants, de tout genre et de tout âge, sillonnaient Musaga en scandant des slogans contestataires, sans toutefois pénétrer dans l’axe principal, « de peur que les policiers postés à ce niveau nous tirent dessus », explique un des meneurs. « Ça faisait un bon bout de temps que les policiers pénétraient à l’intérieur du quartier et nous canardaient, en vue de nous terroriser et nous dissuader de manifester. Je pense qu’ils ont compris que malgré les blessés et les morts, on ne lâchera jamais, la politique de la terreur ne fonctionne pas sur nous », renchérit-t-il.

Signalons que la contestation entre dans sa 8ème semaine, et que pas un jour ne passe sans que des tirs retentissent dans les quartiers Musaga, Cibitoke, Ngagara, Mutakura, Cibitoke, et Nyakabiga. Dans ce dernier quartier, une grenade a été lancée aujourd’hui à l’aube au niveau de l’avenue de l’UNESCO, mais aucun dommage n’a été enregistré.

  4   Vos commentaires
  1. avatar RUMURI

    iyo atabapfunga ikuru yuko yikoreye coup iba yarabaye impamo ariwewe canke uwariwesewe yokoregwa ivyo yakorewe akagaruka ababwira ngo karibu dusangire kumeza yoba nde ?

  2. avatar bizowabizo bizos

    Vous attendez la rébellion avec ces jeunes citadins drogués????
    Je sais qu’ils ne peuvent pas résister au feu des armes, allez y demander à ceux là qui ont fait les rébellion, ils vous diront combien des jeunes de bujumbura mairie parmi qui ont pu résister, impossible!!!!!
    Alexis Sinduhije, ciramunda, radjabu, rwasa et autres ont essayé maintes fois de former les rébellions sans succès,même aujourd’hui c’est pratiquement impossible car il n’y a pas de motifs ou causes valables;
    Les revendications de Pacifique ne peuvent pas tenir, d’où la rébellion ne va pas tenir pendant deux semaines car il suffira d’ouvrir le feu ouvertement et vous verrez le résultat dans quelques heures.
    Les Burundais oublient vite!!!!!!!!!!!!!!

  3. avatar Ndumiwe Jeannette

    Courage chers compatriotes, l’étau se resserre autour de Nkurunziza et sa clique. L’Union Africaine vient de déclarer qu’elle se porte garant des accords d’Arusha et vient de rejeter le calendrier électoral imposé en solo par Nkurunziza. En clair, le 3è mandat, c’est non, la suite du processus électoral doit être le résultat d’une concertation entre le gouvernement, la société civile et l’opposition. Sans oublier le désarmement des imbonerakure qui doit intervenir sous peu…….
    L’Union Européenne, via le député Européen Louis Michel, a déjà déclaré que Nkurunziza était déjà disqualifié, et que même s’il parvenait à forcer, L’UE ne reconnaîtrait pas les institutions issues des élections organisées en violation des accords d’Arusha………Donc, ne nous décourageons pas, continuons à maintenir la pression où que nous sommes: manifestations pacifiques, offensive diplomatique…, la victoire est proche.
    A ces policiers qui tirent sur des manifestants, qu’ils sachent que demain ils en répondront devant les tribunaux. Ils payeront pour tous ces crimes qu’ils continuent à commettre. Nkurunziza et sa clique n’ont plus rien à perdre, les forces de sécurité qui ne se reprochent de rien doivent refuser d’exécuter ses ordres et doivent immédiatement se ranger du bon côté, c’est-à-dire celui du peuple.

  4. avatar Jambo

    La violence policière ne fait que retarder l’échéance de l’objectif sans entamer nullement la détermination des manifestants.
    Qui aurait cru que Kamenge dans les années 90 allait être le vecteur de la rébellion burundaise sur tout le territoire jusqu’à l’aboutissement des accords d’Arusha,socle de la démocratie ,de l’unité et de la paix?

Publicité