http://www.iwacu-burundi.org/wp-content/uploads/2016/09/US-ADVERT-26-SEPT-O-7-OCT.pdf
Archives

Muyinga : quand un chef de colline tue et torture

Le chef de colline Nzove s’est évadé du cachot de la police judiciaire de Muyinga. Il était accusé d’avoir tué une personne et torturé une autre.

Il y a deux mois qu’un certain Athanase Ngenzebuhoro a été tué à coups de bâtons, attrapé en flagrant délit de vol d’une chèvre dans un ménage à la colline Nzove. Un mois après, Mayombe a été torturé sur la même colline accusé d’avoir volé des choux dans un marais. La population pointe du doigt Hassamu Nyandwi, chef de colline, d’être responsable de ces forfaits.

Mayombe affirme que le chef de la colline l’a battu à coups de bâtons, le blessant au niveau du ventre, du dos, des bras et des pieds. D’après lui, le chef de colline a même ordonné à ses voisins de ne pas le conduire à l’hôpital.
Hassamu Nyandwi rejette toutes ces accusations. Il souligne qu’après avoir attrapé le voleur de chèvre, il a ordonné à la population de le conduire au cachot de la commune. Selon lui, c’est cette dernière qui l’a tué en cours de route.
Ce que la famille du défunt réfute. En effet, elle estime que ce responsable de colline devrait accompagner la population afin d’éviter ce drame. Quant à Mayombe, le chef de la colline indique que lui aussi a été tabassé par la même population. Celle-ci le nie catégoriquement et demande à l’administrateur de Muyinga de lui trouver un autre chef de colline.

Il s’est évadé de prison

Roland Nduwimana est l’administrateur de la commune Giteranyi. Il affirme que le chef de la colline Nzove est innocent. D’après lui, les deux personnes sont de grands voleurs. Il dit que le défunt avait même été attrapé dans la commune Busoni, province de Kirundo en train de voler une chèvre. L’officier de la police judiciaire, accompagné des militaires, se sont rendus sur le lieu pour mener des enquêtes.

Néanmoins, selon Fréderic Ntamatungiro, procureur de la République dans la province de Muyinga, le chef de la colline Nzove a été arrêté avec une autre personne impliquée dans ce dossier et conduits au cachot de la police judiciaire à Muyinga. Mais, s’étonne le procureur, ils se sont évadés durant la journée du vendredi 20 juin alors qu’ils étaient surveillés par deux agents de la police. Ces deux policiers, précise le procureur, sont complices dans cette évasion. Sinon, indique- t-il, ils auraient tiré des balles en air et signalé les autres policiers pour qu’ils viennent intervenir et attraper ces deux évadés. Le procureur indique qu’il est en train de chercher les deux policiers pour interrogatoire.

Publicité