http://www.iwacu-burundi.org/wp-content/uploads/2016/12/Mail-Room-VA-7dec.pdf
Politique

Mise en garde de Ban-Ki moon au président Pierre Nkurunziza

28-03-2015

Est-ce une opposition voilée du secrétaire général des Nations-Unies au 3ème mandat de Nkurunziza? Ban-Ki moon demande à ce dernier de bien mûrir sa réflexion avant de prendre une décision et de peser les conséquences.

Le secrétaire général des Nations-Unies, Ban-Ki moon

Le secrétaire général des Nations-Unies, Ban-Ki moon

Au téléphone ce vendredi avec le président Pierre Nkurunziza, le secrétaire général des Nations-Unies, Ban-Ki moon, a exhorté le numéro Un burundais d’examiner attentivement les conséquences potentielles, pour le pays et son héritage, de ses décisions dans la perspective de l’élection présidentielle. En moins de deux mois des élections générales, a souligné le secrétaire général des Nations-Unies, le Burundi a fait de grands progrès, grâce à la détermination des Burundais à préserver l’esprit d’Arusha et de construire une nation pacifique, démocratique et prospère.

Le Secrétaire général a souligné au président Nkurunziza les nombreuses voix au Burundi de la communauté internationale qui demandent le strict respect de la lettre et l’esprit de l’Accord d’Arusha, qui est la base de la Constitution du pays. Le Secrétaire général a exprimé l’espoir que les décisions du président Nkurunziza garderaient le Burundi sur la voie de la paix et de la stabilité. Dans la foulée, Ban-Ki-moon a demandé au Chef de l’Etat burundais de s’assurer que les services de sécurité restent impartiaux en cas de manifestations publiques.

Rappelons que les organisations burundaises de la société civile ont déjà prévenu qu’ils descendront dans la rue aussitôt que l’actuel président annoncera sa candidature pour le troisième mandat. Soulignons aussi qu’à part ces organisations, même aussi dans sa formation politique, des voix s’élèvent pour s’opposer à sa probable candidature. Ce jeudi dernier, le parlement belge a voté une proposition de résolution dans laquelle il exhorte le gouvernement fédéral belge de demander instamment au président Pierre Nkurunziza de respecter l’accord d’Arusha et l’esprit de la Constitution en ne briguant pas un troisième mandat.
__________
Source : http://www.un.org/sg/offthecuff/index.asp?cuff=2

  34   Vos commentaires
  1. aats

    j’aime la maniere de penser de certain de mes compatriotes! regardez moi ca!
    « Problématique autour de la candidature de S.E.Nkurunziza : Une discipline républicaine s´impose.
    Dans ces derniers jours, nous assistons à un grand débat sur la probable candidature de S.E. Nkurunziza. L´interprétation des lois existantes sur la question semblerait donner simultanément la raison aux pros et aux contres de cette éventuelle candidature.
    Sans revenir sur les articles y relatifs, cet article fait une réflexion qui met en jeu les acteurs principaux concernés par les élections de cette année, notamment : les votants (peuple), les votés (candidats) et la cours constitutionnelle (Arbitre ultime).
    En effet, les lois burundaises – la constitution sont garants des intérêts autant des votants (la masse populaire) que des votés (les candidats). Le nombre de mandat défini dans les divers instruments jurudiques indique simplement et simultanément combien de fois un candidat peut se faire voter à la présidence de la république et combien de fois un citoyen peut voter consécutivement le dit candidat. Ces deux définitions sont des faces de la même monnaie.
    Précisément, S.E. Nkurunziza a été voté deux fois: une fois par le parlement et une fois par toute la population burundaise. Ces deux événements retire clairement le droit de se voter encore une fois entre M. Nkurunziza et les parlementaires qui l´ont déjà voté deux fois : comme parlementaire ou sénateur en 2005 et comme citoyen en 2010.
    Dans cette logique, il est naturellement légal et même constitutionnel qu´un dépité ayant déjà voté deux fois M. Nkurunziza, lance une pétition contre un troisième vote en faveur de M. Nkurunziza. Ce dernier a déjà joui pleinement de ses droits de vote. En plus, il est aussi légal que l´opposition avoue clairement son désaccord avec une deuxième candidature direct et universelle M. Nkurunziza car certains sont devenus opposants après avoir voté deux fois le Président Nkurunziza, d´autres ne le voteront jamais. Le contraire serait illégal.
    Toutefois, la majorité des citoyens burundais qui ont déjà voté une fois le président Burundais ont droit de réclamer de voter encore une fois leur candidat préféré. Ont-ils constitutionnellement ce droit ou pas? Si cette minorité de burundais – qui a déjà épuisé le nombre de vote et l´opposition – qui ne vas jamais voter Nkurunziza se donnent le droit de descendre dans la rue pour protester contre la candidature du président actuel, pourquoi pas la majorité de burundais (les non parlementaires en 2005 et tous les Bagumyabanga) ne peuvent pas aussi descendre dans la rue pour exiger leur droit constitutionnel de voter leur préféré la dernière fois.
    En ce moment, tout le monde attend impatiemment la position de S.E Nkurunziza concernant sa prochaine candidature. Devant cette divergence, Le président devrait vivre un dilemme profond. En effet, en tant que Commandant Suprême des Forces Armées Burundaises et Chef des Anciens Combattants qui ont lutté pour la démocratie, doit-il céder à la volonté de la minorité, qui n´a même pas le droit le voter encore, sous prétexte qu´ils sont intellectuels et habitent en villes ? En tant que père de toute la nation burundaise et garant des droits democratiques, doit-il emboiter le pas à la communauté internationale mal informée sur la vie des burundais et priver sciemment le droit à ses concitoyens sous prétexte qu´ils sont paysans et habitent à la campagne ? Voici le dilemme actuel de S.E. Nkurunziza.
    Dans les déclarations des uns et des autres, on constate une certaine méfiance par rapport au verdict qui adviendrait de la cours constitutionnelle une fois saisie pour analyser l’éligibilité du président actuel. La majorité n´ont pas de doute que son droit de voter encore une fois S.E. Nkurunziza sera garantie. En contrepartie, la minorité reste méfiante et préfère erronément que les Accords d´Arusha prime sur la constitution du mois sur l´unique article de la limitation de mandat.
    La cours constitionnelle va-elle privilégier les intellectuels citadins et minoritaires au détriment des paysans campagnards et majoritaires? Selon les allégations de l´opposition, les Accords d´Arusha sont respectés à la lettre. Ce n´est que M. Nkurunziza qui prétend les violer par son mandat de trop! Cette version n´est pas vrai car, plusieurs articles de cet accord ne sont pas encore traduits en réalité au Burundi. A titre d´exemple, la composition 60% Hutu et 40% tutsi dans la Fonction Publique n´existe pas encore. Par conséquent, plusieurs jeunes hutus croupissent au chômage et au moment où une grande partie du budget de l´état bénéficie encore un petit pogné de la minorité. Qui prétend saisir le respect des accords devrait en être exhaustive. Ce qui n´est pas le cas pour l´opposition actuelle burundaise.
    En somme, sous prétexte de rétablir le droit constitutionnel bafoué, d´une part, la minorité menace de mobiliser les masses, descendre dans la rue, exiger le départ de M. Kurunziza et enfin imposer un gouvernement de transition. De l´autre, la majorité envisage risposter par une descente sur Bujumbura, pourchasser la minorité et introniser son camarade de lute et cette fois-ciavec le nombre de mandats illimités. Alors que la majorité est convaincue que la police, les militaires et les Imbonerakure seront à leur côté, des doutes subsistent chez la minorité sur la manière dont elle sera traité une fois laisser derrière leur maison de luxe et descendue dans la rue.
    Dans un contexte pareil, un débat contradictoire basé sur le respect des droits des uns et des autres, est nécessaire. En cas d´impasse, ce qui est déjà le cas, la rue n´est pas une bonne solution car, toute la population y pourra se croiser (la rue est publique). Il faut que chaque burundais s´impose UNE DISCIPLINE RÉPUBLICAINE et laisse la cours constitutionnelle trancher sur cette question épineuse. Si la réponse est en faveur de la majorité, ce qui est ÉVIDENT, que la minorité respecte ce verdict. Si la solution donne bénéfice à la minorité, ce qui est MOINS PROBABLE, que la majorité adhère à ce verdict. Si elle tranche en faveur d´un gouvernement de transition, ce qui est IMPOSIBLE que les deux groupes acceptent le verdict. » Par J. B.
    (je vais pas citer l’auteur du texte car n avoir demande sa permission quoi qu il ai publie ca sur un reseau social))

  2. Kana Antoine-Marie

    Pour les lecteurs de Iwacu, le lien suivant contient un article fort interessant. On se demande le poids du Burundi dans le contexte decrit dans ce document. Bonne lecture:
    http://burundibwiza.com/index.php/en/actualite/internationale/991-guerre-imminentedans-lesgrands-lacs

  3. Mpebentwenge

    Le scoop de Dudu Kim est il vrai!
    Ni igihuha!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
    Umuco s il vous plait

  4. Dudu kim

    Je vous demanderais de ne pas chercher à être injuste au Président Nkurunziza . Au moment de la confection de la constitution actuelle ,Nkurunziza et le CNDD-FDD n’etaientpas là,il y avait Uprona , Frodebu et d’autres partis,l’eglise catholique et dautres organisation de la sociéte civile.On peut lire clairement à l’article 96 de la constitution, que le président a deux mandats élus aux suffrages universels direct.Etre injuste au Président Nkurunziza c’est prendre en esclave la population burundaise qui s’est présentée seulement une fois aux élections présidentielles à suffrage direct en 2010. Partout au monde, le vrai fondement des principes de la démocratie repose sur des élections libres , justee et transparents qui repose sur le principe à sufrages universel direct pour garantir le pouvoir du peuple par le peuple et pour le peuple. Clin d’oeil !!!

    • Gilles Bukuru

      Vous avez raison Dudu, effectivement l’article 96 de la constitution est bien clair, Le Président a droit au second mandat à suffrages universel direct , c’est bien écrit et bien lisible.Il faut que l’opposition et certaines organisations de la société civil cessent de tromper les burundaiset la communauté internationale en disant que le Présidnt Pierre Nkuru n’a pas droit à un autre mandat si son parti le présente. Dans tous les cas aucune raison d’appeler les gens d’occuper la rue, on se souvient encore de rue des années 1993,1994,1995 et 1996 oû les « sans échec » et les « sans défait » tuaient et brulaient les Hutus forcés dans les pneus dans les rues des Quartiers de bujumbura comme Musaga,Nyakabiga,Mutakura;Ngagara, Jabe et dans certaines villes de l’interieur du pays.Ici je me dois de souligner qu’il ya eu également de Tutsis tués àprè la mort de Ndadaye. aujourd’hui nous avons besoin de la paix et la sécurité,du développement et non de la rue.

      • Anny Mugisha

        Nous avons connu beaucoup de transition au burundi, ce ne sont que des interêts personnelles qui ont été mis devant les interêt du peuple, aua termes ds élections , le Burundi a avancé avec le CNDD-FDD et Pierre Nkurunziza ,il faut qu’on le disent, « N’wanka urukwavu ntahakana ko runyaruka ».Il parait qu’il y en a qui ne veulent pas les élections sous de motits fondés sur le mensonge car ils voient qu’ils ne vont rien gagner des élections , n’ayant d’electeurs derrières eux. ce sont ceux là même qui appellent les gens dans les rues. Les rues n’ont pas résolus les problèmes ,elles les ont soit aggravés,soit momentanément endormis(Egyptes,Libye,Cte d’Ivoire, Rép Centre Africaine, Burkina et ailleurs),seule la voie des élections libres et démocratiques est sources de paix et de prosperité dans un pays.

        • Gilles Bukuru

          Mugisha, c’est bien dit, nous avons besoin de la paix et non de la rue. je pense que Ban Ki Moon soutient lui aussi l’alternance par la voie démocratique qui passe par les élections aux suffrages universel direct

        • Anny,
          Ceux qui peuvent pas gagner les éléctions sont ceux-là malgré une CENI dans la poche doit corrompre des participants aux meetings car impopulaire.Le reste est du blabla.
          Sinon un exemple parmi des millers,uragende ubwire abahishije ibintu dans les différents les marchés ,ils te diront s’ils partagent de pointv de vue ou pas et que le Burundi a réellement avancé avec le CNDD FDD.
          Hahahaha…
          Akabi gatwengwa nk’akeza basi!!!

    • Dudu kim,
      Donc pour toi demain si le FNL gagne pour toi il faudra réviser la constitution? Aprs demain le MSD ainsi de suite ? Ça c’est la meilleure !!!
      Cherche à savoir pourquoi l’on avait voulu la réviser si ce n’était le revirement spectaculaire de Niyoyankana et tu sauras que même ces bagumyabondo savent bien qu’il s’agit d’un forcing sans fondement.
      Puis je t’invite aussi à lire les articles 8 et 302 et si réellement tu veux comprendre tu sauras qu’ils font un forcing ridicule et absurde raison pour laquelle atanumwe kw’isi abishigikiye.
      Retirez-vous de la tete que vous allez diriger jusqu’au retour de Jesus sur terre car c’est ce qui explique cet entetement plus que ridicule

    • Twiyumvire neza : abanditse « Accords d’Arusha  » c

    • Twiyumvire neza : abanditse « Accords d’Arusha  » canke « Constitution » nibangahe ? Une infime minorité , inférieure à 0,0001 pour cent de la population burundaise. None Abarundi ngo tumarane kubera ivyo banditse. Abavyanditse n’ababipfa nibavyumvikane bo nyene mu mahoro nk’uko babigenjeje mu kuvyandika , natwe batureke kuko benshi muri twebwe ntituzi kwandika. Abagomba gukubitana ingumu nabo baje kuri stade natwe turorere dukome amashi. Batureke twinywere ifyufyu, turye ibiharagi n’ibijumbu mu mahoro. Le monde entier est en débandade, je ne vois pas comment on va changer le Burundi en « Ciel sur la terre ». Quel que soit celui qui va diriger le Burundi, il y aura toujours des problèmes. Il sera un ange pour les uns et un diable pour les autres. Pas d’illusion !!!!!

    • kamikamuntu

      Monsieur Kim,

      Soit honnête envers la Loi et les textes qui régissent les institutions du Burundi, c’est cela qui fait un homme!!!. Pour toi l’Accord d’Arusha ntaco ikubwiye alors que ariyo igejeje igihugu ngaha?

  5. Ntahombaye

    Mbega uwo avuga ngo yarikukuye namahera mukoresha muri budget ya leta muyasega abazungu.ntanigikwashi.gikura imvunja mushobora gukora.abanyagihugu birirwa bicwa ninzara nkabana bimpfuvyi ngo mwarikukiye.ndagutwenze.

  6. Vuvuzela

    Yooo, ndavye 2 beaux visages de 2 belles femmes souriantes, respectivement Spes Niyonkuru et Annonciate Haberisoni, nkaca nsoma ngo bagira bagandagurwe!

    Turacafise ico dusonera? Vyanyibukije histoire d’un bebe qui aurait ete assassine alors qu’il cherchait protection de la part de l’assassin, avec un sourire tout aussi mignon.

    Oooh, humanite quand tu nous quitte pour laisser la place a l’animosite melee au satanisme!

  7. Ndanibenga Marie

    Nkuru yitegurira kupanga akarere avant son depart. Igiteye inshinga n’umupango arimwo, pas son depart kuko yo ni sur. Agenda ubu canke atagenda, azogenda tu. Yopfa kugenda amahoro akadusigarana ayandi vyoba sawa. Ariko yihute birakomeye.
    Bavuga mu kirundi ngo kurya ni kare.

  8. kana Antoine-Marie

    Salut Iwacu,
    Y-aurait –il censure des commentaires qui passent sur votre medium? Je me rends compte que mon commentaire sur le débat de refuser le troisième mandat de Nkurunziza a été effacé de votre site. Pourtant je mettais en garde, nous tous Burundais, de ne pas se cacher derrière cette situation pour causer des troubles dont le pays n’a certainement pas besoin a l’heure actuelle.

  9. PCE

    Nous apprenons que Mr Nkurunziza vient de limoger son le 2eme vice président de la république Mr Rufyikiri , provenant de son propre camp, pour avoir désapprouvé la candidature du 1er à la présidence . En fait la raison est simple: détruire la continuité de l’Etat après son départ . Pensez vous que l’on puisse encore considérer Mr Nkurunziza comme un vrai homme d’Etat ? Il vient de prouver qu’il est au même rang que Micombero . Ni plus ni moins . Salut César ceux qui vont mourrir te saluent.

  10. Kana Antoine-Marie

    Burundais, soyons contre tous ceux qui ne respectent pas la loi, qui que ce soit mais, dans l’honnêteté.
    Le débat sur le troisième du président Nkurunziza risque de mettre à nue, certains individus aux idées machiavéliques. A l’allure où vont les choses et à entendre avec quel ton les gens s’expriment, il y a lieu de penser que ce n’est pas seulement Nkurunziza qui inquiète. Si c’était seulement Nkurunziza, il aurait été facile de le battre dans les urnes.
    Quand certaines gens commencent clamer haut qu’après Nkurunziza on va s’attaquer à la Commission Electorales Nationale Indépendante (CENI), à Adolphe et à Bunyoni, les choses s’éclaircissent un peu. Cela peut vouloir dire qu’il y a un laboratoire qui est entrain de mettre en place un plan de déstabilisation du parti au pouvoir et des institutions pour semer la pagaille avec toutes les conséquences qui peuvent s’en suivre. Et si, on était contre tout le système CNDD-FDD, purement et simplement ?
    Quand l’International parle de dialogue, il sous-entend la présence « des gens qui sont ce qu’ils sont et qui parlent vrai » comme dirait Albert Camus. Battons-nous pour le respect de la loi, mais pas dans le mensonge ; ne pas mentir est un des dix commandements de Dieu. Aujourd’hui plus que jamais le Burundi a besoin de la main de Dieu pour sortir de la crise « artificielle » dans laquelle le pays se trouve.

  11. Karabaye

    Uwigeze kuvuga ko Nkurunziza azobera Nkurumbi Abarundi iryavuzwe rigiye gutaha.
    Turasubiye kurara rubunda no kwicwa nk’imbeba. Ugutwarwa n’ibihuna ni ishano ribi. Araduta mu manga ntakabuza.

  12. DEETY

    Le burundi est un pays libre et souverain. aucun pays ou loi superieur a celle qui est elabore et promulge au burundi. que l’ONU S’OCCUPE DE CES AFFAIRES LA BELGIQUE SON PARLEMENT, ET SES ZISANIES. NON AU 3EME MANDA, NON A LA COLONISATION NON A L’ONU, VIVE LE BURUNDAIS ET BARUNDI. MAIS REKERA NURYA ARASHAKA. JE DEMANDE AU PRESIDENT NKURUNZIZA DE MONTRE AU NATION QU!IL NE PAS LE PROMOTEUR DES VIOLENCES PLUTOT QU’IL EST L’HOMME DE VALEUR.

  13. hat

    Qu est est ce qu on ne verra pas? Même Ntanyugu festus est pour la non violence.

  14. aats

    mes chers amis compatriotes, je sais qu’il y a des malentendus sur le nouveau mandat de Peter!… mais je vous mets en garde..n,ecoute pas les « international » …croyez moi ils sont la pour chercher leurs interets… L’ONU qui hier avez evoye les armes a BOko haram…. L;ONU aux yeux du quel a ete bombarde la Lybie Cossovo Irak et maintenant le Yemen sans resolution du conseil de securite ne devait nous rassurer en rien… je vous en prie gardez le calme…bobo baronse aho baduhera… »uwutema urwiwe bamutiza umuhoro! » a bon entendeur salut!
    @just thinking loudly@

    • Ewe aats !
      Ndashimye kubona ko har’abarundi batagenda bariruka badahumirije .

  15. JEAN PIERRE

    Jewe mbona igitsindo camaze kwinjira mw’igori rya Nkurunziza. Ubu ni ukurondera ikindi gitsindo twinjiza mw’igori rya CENI. Amahoro azoba abonetse. Abategura imirwi yo kwica abarundi nabo abarundi n’amakungu tubacungishije ijisho.

  16. JEWE

    la pluparts de vous, vous avez entendu l’information, ces derniers jours le copilote Andrea de l’avion 320 de la Germaniwing s’est enfermé dans la cabine de l’avion et a refusé au commandant de bord d’entrer. C’est un exemple malhereux excuse moi de le citer parce qu’il a endeuillé beaucoups de familles. NKURUNZIZA veut faire la meme chose . Il a essayé dans 10 ans mais le bilan est comme il est. Maintenant qu’il ouvre et qu’il laisse la place a un pilote qui peut faire mieux que lui. sinon il risque de faire comme le copilote a fait. on n’empeche personne de faire comme son idole, si ce Andrea est son idole qu’il epergne notre peuple.

  17. Ntiwihebure

    Ariko rero naho tudashaka iyitoza rya NKURUNZIZA, ntidukeneye gusubira gutwarwa n’ababirigi, iyo résolution y’inama nshingamateka y’ububirigi bayitumwe nande? Bashaka gusubira kudupima amazuru ngo dusubire dutemane? Nibarabe ivy’iwabo, nabo nyene birabananiye. « Non au 3ème mandat, non à la colonisation ». Urabona amahano yose, imanga twaguyemwo kubera bo! Ahubwo nibarihe ivyo bononye, indyane zose, abacu n’ivyacu vyatokombeye, amahonyabwoko n’ubundi bubisha bufatiye kumoko mu Burundi, mu Rwanda, muri congo ni kubera amakosa y’ababirigi. Bagire basubire kudukwegera akarambaraye

    • Theus nahaga

      Le problème est que notre Nkurunziza national et son parti CNDD-FDD dans leur aveuglement nous conduisent là où nous ne voulions pas retourner, nous remettre sous la tutelle de je ne sais qui; l’ONU, l’UA qui se trouveront ammener à appeler la belgique et l’UE au secours. Nkurunziza a la possibilité de prononcer un discours solenel exortant les Burundais à se battre pour le développement de leue pays dans un jeu démocratique basé sur les possibilité de débat, de respect de la parole de l’autre et des institution non seulement dans la lettre mais aussi dans l’esprit. Il pourrait alors à la fin de son discours dire qu’il est pour l’alternative. En cela il gagnerait sa place dans l’histoire burundaise. Les realisations obectives de cet homme sont assez discrètes. mais son départ pourrait lui conférer une aura morale. Un troisième mandat sonnera la fin de toutes ses illusions, mais plus grave, il aura des conséquence néfastes pour notre pays.

    • Igituma abazungu baronka aho baca nikubera abadutwara badatwara neza , iyaba twari dufise indongozi nziza ntibaba baronka aho bamenera, rero mugihe tuziba tubasaba budget y’igihugu bazokwama baza kuko badufiseko ububasha

    • mukanduzo

      none abarundi bo ntabwenge bamenya. Guki batega amazuru yabo bakayapima. None bashaka iki ? bashaka kuraba amazuru menshi ahari nahari make. Vyagenda gute. Dusobanurire. None nibande bagenda kubabwira amasiri y’abarundi. Tuzohore twiyambarira impuzu zibiti, tugendere kuntaro zo zinyaruka izondege nimiduga yabo tuyihebe, twiyambarire nimpuzu zibiti. Twirire umunyu wo mumumwonga, umwe bita umushanga kandi uraryoshe ni indema mubiri gusumba uwo munyu wabo urimwo ibintu artificiels bivyimvya amatama umuntu agaca agira amabinga, isukari nayo tuzofata aryamazi yibikaju tuje turasuka mucayi gice kiryoha. Iinzu nazo tuzokwiyubakira inzu zivyondo, hanyuma dukore amamatela y’ivyatsi nibishwala tuzibarirane nimpuzu zibiti. Abo bize kovyabananiye twebwe tutize tuzokwiberaho gutyo. Kandi uwuzodukomako tuzomubaza ico aduhigako. Jewe ndashishwa nukubona bene burundi badashobora kurahuranira umucanwa bagapfana intekera kumutwe.

  18. KARIKURUBU

    Akinda agaramye, yicaye canke yubamye…
    Ushaka kuvyonga ntazotera intambwe n’imwe
    Amase ya kera ntagihoma urutaro
    Nta macakubiri azogaruka mu Buundi
    Ibigega birabogaboga
    Mwibuke iyo twavuye…
    Izo ni imvugo zimwe zimwe tuzokwibukirako Umukuru w’igihugu(ashimira i mana mu guhimbaza ko)yitorewe nabanyagihugu akarangiza mu mutekano ibiringo bibiri.

  19. Jewe sinibaza ko akagambwe kamwe gashobora kugwanya amakungu! Ahubwo ni badufashe vyihuta gufata abatwiciye abacu!! Aha ni nka admicom wa nyabihanga amaze plus de 4 ans agendana inkoho ku mugaragaro!! Abo bicishije acide dusavye ko bimenyekene vuba ababishe bahanwe!! Amatohoza aroroshe!!

    • Mbe burya uwufise inkoho aba ari umwicanyi? Banza mutange izo Sinduhije na Pancrace babahaye? Urya muntu yishwe na wewenyene kugira wagirize uwo mutegetsi wewe arazi ico inkoho imaze siyo kuja kwica abo atwara niyo kwivuna umwasi . Mbe we iyo baguhaye uja mu Cibitoke wayitayeyo? wagize imana ko utafashwe. Abazungu bariko bishuza abo bagabo 2 navuze amafaranga yabo batanze mukugura birya bigwanisho vyafatiwe mu CIBITOKE. Ivyo rero Pancrace avuga ariko araba ukuntu yozibira ntafatwe ariko arahumba tuzogira amatohoza azoyariha amahera batanze nibayamusaba. Narabe ukuntu yohindura politike ahandi ho biramunaniye.

      • Aha nta mwanya mugifise wo gukora ivyo vyipfuzo vyanyu kuko intenderi yamaze gusesa umuti! Nobamenyesha ko ubu mudafise n’iyo muhungira! Na yo Ciza Isaac we n’abanyagihugu ntibazomwihanganira kuko ibibi yabakoreye birakwiye: reta itamuhanye bazomwihanira!!

  20. Avec 0% de soutien sur le plan international et à peu près le meme taux sur le plan national,je pense que le debat sur le troisième mandat est définitivement clos.
    Passons maintenant aux magouilles du duo magic Ndayicariye-Ntahorwamiye.

Publicité