http://www.iwacu-burundi.org/wp-content/uploads/2016/12/DG-Advisor-USAID-9-o-20-DEC.pdf
Gouvernance

Ministère de l’Agriculture et de l’Élevage : ils viennent de passer sept mois sans toucher leur salaire

19-08-2014

Les employés du Minagri rémunérés par le Budget Extraordinaire d’Investissement viennent de passer 7 mois sans être payés. Motif : ils sont en train d’être enregistrés à la fonction publique. A la fin du mois d’août, le ministère assure que tout le monde sera payé.

Une partie du personnel ayant déjà un numéro matricule à la Fonction publique est affichée au Minagri ©Iwacu

Une partie du personnel ayant déjà un numéro matricule à la Fonction publique est affichée au Minagri ©Iwacu

« Le dernier salaire que j’ai touché date de décembre 2013. Ça fait 20 ans que je travaille pour le ministère, c’est la première qu’une pareille chose m’arrive », se plaint un employé du Minagri basé à Bujumbura. Ce quinquagénaire loue une maison et rencontre de grosses difficultés pour honorer son engagement. Heureusement, ajoute-t-il, le propriétaire a accepté d’attendre que je sois payé pour lui donner trois mois de loyer. Pour les quatre mensualités restantes, il a eu recours au prêt d’un ami pour qu’il puisse garder la maison.

Pour les autres, il y a un léger mieux. Des listes pour le personnel déjà enregistré dans la fonction publique sont déjà affichées au Minagri: 286 sous statuts et 83 sous contrats, en plus des 60 employés qui ont eu les matricules avant eux. Mais ce n’est pour autant qu’ils reçoivent les arriérés depuis janvier dernier. « Je n’ai seulement reçu que le salaire de juillet », affirme un employé à la Direction provinciale de l’Agriculture et de l’Élevage de Cibitoke.

Ceux qui n’ont pas encore été régularisés viennent vérifier s’ils ne sont pas sur les listes. « J’ai été envoyé par mon frère qui travaille pour la Dpae Makamba mais, malheureusement, il n’est pas sur la liste », raconte un jeune homme croisé au Minagri. Hervé Banryatuyage, agronome dans la province de Cibitoke, confirme que ceux qui sont inscrits dans la fonction publique ont déjà perçu le salaire du mois de juillet et pas encore les arriérés de salaire des mois précédents.

« C’est regrettable qu’ils viennent de passer plusieurs mois sans être payés », déplore Prosper Barakamfatiye, directeur provincial de l’Agriculture et de l’Elevage. De plus, il observe un manque de motivation du personnel. Il reconnaît que ce retard est parfois dû aux diplômes obtenus en RDC par une partie du personnel. « C’est difficile pour eux d’avoir des dossiers complets pour avoir un numéro matricule à la fonction publique. »
Macaire Nahimana, de la cellule de la gestion des ressources humaines au Minagri, fait savoir que 446 ont déjà été payés. Il rassure que 600 autres dossiers sont toujours à la fonction publique pour analyse et seront envoyés au Minagri à la fin de cette semaine. Il précise que plus ou moins 200 dossiers sont incomplets ou concernent ceux qui vont partir à la retraite le 31 décembre 2014. Sans oublier les cas de désertion.

  4   Vos commentaires
  1. Eile

    C’est très regrettable que le MINAGRIE passe autant de mois sans payer son personnel. Je pense que même pour les staffs nouveaux, les dossiers s’analysent endéans au plus 3 mois et ils sont payée le fameux « Cumulé » qui n’en est plus un suite à la médiocrité des salaires actuels au Burundi. Comment se fait-il qu’ils passent 8 mois sans être rémunérés alors qu’ils avaient des dossiers au MINAGRIE? un simple transfert aurait suffit ou le MINAGRIE continuer à les payer en attendant le long processus d’analyse des dossiers

  2. KAGABO Pierre

    Au burundi, on est devenu des n’apas d ‘Tete et des n’apas d’Coeur en même temps. S’il y a un un secteur a booster c’est bel et bien l’agriculture et l’élevage. Et voila nous nous complaisons a écrire des français, a étaler nos diplômes et développer les théories de bonne gouvernance. Pauvre peuple, Dieu n’a qu’a nous appeler tous car nous ne faisons rien sur cette terre.

  3. GITAMBI Juma

    Un environnementaliste nous disait un jour que nous nous comportons comme si nous allons manger les billets le jours ou il n’y aura plus de plante ni arbre. Moi je dis que si ça commence comme ça on sera des mendiants en costumes.

    • Stan Siyomana

      Le Plan National d’Investissement Agricole (PNIA) 2012-2017 (de la Republique du Burundi)(www.gafspfund.org) a dresse (a sa page 58) la matrice de 9 risques.
      L’un d’eux est:
      3. Incapacites du Gvt de reussir sa politique fiscal et d’augmenter ses recettes.
      -Degre: Eleve;
      – Consequences possibles: Desinteressement du secteur prive a investir dans le secteur agricole;
      -Mesures d’attenuation: Bonne gouvernance et mobilization des fonds exterieurs. Appui du Fonds monetaire international (FMI) et de la Banque mondiale.
      Le fait que « les employes du Minagri renumeres par le Budget Extraordinaire d’Investissement viennent de passer sept mois sans etre payes » pourrait announcer L’ECHEC DU PLAN NATIONAL D’INVESTISSEMENT AGRICOLE 2012-2017.
      Merci.

Publicité