http://www.iwacu-burundi.org/wp-content/uploads/2016/09/ICCO-15-O-22-TDRs-Evaluation-a-Mi-Parcours-MAVC-Final.pdf
Sécurité

Mettre un terme à la violence au Burundi, un appel de la France au Conseil de Sécurité

L'ambassadeur adjoint de la France auprès des Nations Unies, Alexis Lamek

L’ambassadeur adjoint de la France auprès des Nations Unies, Alexis Lamek

Paris exhorte la Communauté internationale à tout faire pour que les violences qui secouent le Burundi cessent. C’était ce lundi 9 novembre au cours d’un débat tenu aux Nations Unies consacré à l’évolution de la situation au Burundi.

Dans sa proposition de résolution, à débattre au cours de cette semaine, la France condamne les violences et leurs auteurs. Elle propose des sanctions contre ces derniers. Selon l’ambassadeur adjoint de la France auprès des Nations Unies, Alexis Lamek, les violences et les discours de haine dans cette région d’Afrique centrale sont ’’particulièrement inquiétants’’.

D’après lui, il est temps que le Conseil de Sécurité ’’prenne ses responsabilités’’. «Il faut agir », a-t-il martelé. Et à son homologue britannique, Matthew Rycroft d’avertir : «Nous nous souvenons de ce qui s’est passé au Rwanda voisin, il y a 21 ans. Nous ne devons pas laisser l’histoire se répéter.»

Pour Alexis Lamek, ’’il fallait aller vite, car on peut encore faire de la prévention’’. Ce projet de résolution parrainé par la France exige la fin de la violence au Burundi, condamne les violations des droits de l’homme, les incitations à la haine, les assassinats ciblés et s’inquiète de l’impasse politique qui a poussé près de 200.000 Burundais sur le chemin de l’exil.

Il est également question, dans ce texte à soumettre au débat, de demander aux autorités burundaises de punir les auteurs de violences et d’assurer la protection de ses citoyens.

Dans ce projet de résolution, il est évoqué la possibilité de demander des sanctions ciblées contre les responsables de violences. Mais la Russie, la Chine et les membres africains du Conseil ne semblent pas approuver cette proposition.

Ban et Bensouda sont sollicités

Dans cette proposition, Ban Ki-moon est appelé à envisager un renforcement de la présence des Nations unies au Burundi et la possibilité de déployer un contingent en cas de dégradation rapide de la sécurité.

Lors des discussions sur ce texte, la Russie s’est montrée sceptique, accusant les initiateurs de ce projet de résolution de vouloir renverser le gouvernement burundais.

En outre, le texte encourage la CPI à suivre de près la situation prévalant au Burundi où le désarment forcé se poursuit. Mais il reste une autre équation à résoudre : trouver une majorité autour de la question des sanctions.

  14   Vos commentaires
  1. turagisangiye

    pour le moment;les déclarations et les sanctions contre nkurunziza et sa clique ne sont plus à faire recour! nkurunziza est totalement preparé pour faire la guerre contre qui que se soit! certes le burundi a la souveraineté mais on ne peut pas laisser nkurunziza extreminer ses opposants sous pretexte que le burundi est souverain! donc le deploment des forces onusiennes pour proteger la population burundaise est imperatif! cela parce que toute la population burundaise n’a plus confience en l’armée et la police burundaises qui se radicalisent de plus en plus et qui ne sont plus nationales mais desormais personel! comme ça les pourparlers pourront commencer pour négocier le départ de nkurunziza et son sort après le départ

  2. La France est très active: défendre le continent africain.

    1) Le président François Hollande a réuni à l’Elysée ses homologues du Ghana, de Guinée, du Gabon, du Bénin et le Premier ministre éthiopien. Et à leurs côtés, il a souligné l’importance d’améliorer le bien-être des Africains.
    Si l’on n’aide pas l’Afrique, le continent sera tenté de se développer sans tenir compte du réchauffement climatique, et il y aura des conséquences en termes de migration. C’est le cri d’alarme du président François Hollande.
    Source: http://www.rfi.fr/afrique/20151110-francois-hollande-reunit-dirigeants-africains-avant-cop-21-ghana-guinee-benin-gabon

    2)Au Forum de Dakar, la France se montre particulièrement active. Il s’agit pour Paris de convaincre tous ses partenaires africains de s’engager toujours plus dans la sécurité collective. Renseignement, conseil, formation, etc.,les Français multiplient les initiatives pour organiser la défense des pays du continent… Et la leur.
    Source : http://www.rfi.fr/afrique/20151110-dakar-france-forum-securite-organise-defense-afrique-le-drian

    3)A New York, les membres du Conseil de sécurité vont continuer de débattre du projet de résolution sur le Burundi. La résolution déposée et rédigée par la France fait écho aux dénonciations de l’Union africaine et des Etats-Unis sur les violations des droits de l’homme et les propos incendiaires du président du Sénat. Dans l’entourage du ministre des Affaires étrangères français, on insiste sur l’urgente nécessité d’un dialogue.
    ….. Ils pourraient aboutir par exemple à un gouvernement d’union nationale.

    Source: http://www.rfi.fr/afrique/20151110-burundi-resolution-onu-pousser-dialogue

  3. L’Afrique a le malheur d’avoir des Africain au Conseil de Sécurité. Heureusement qu’ils ne sont pas membres permanents bien qu’ils aient, ces abrutis, la possibilité d’avaliser certains crimes ponctuels. Quand aux deux permanents, la Chine et la Russie, ils n’ont plus aucune honte. Jetez un coup d’oeil aux éliminations physiques spectaculaires en Russie lorsque l’intéressé n’est plus la tasse de thé à Poutine. Quant à la Chine, sachez qu’il y a, annuellement, en moyenne 10.000 exécutions dans ses prisons. Voulez-vous qu’ils se soucient des Burundais? Peine perdue.

  4. Jamahaar

    Le Conseil de Securite pourrait invoquer le Chapitre VII de la Charte des Nations Unies sur l’ingerance humanitaire pour intervener au Burundi afin d’arreter les massacres et la purification ethnique en cours qui provoque des mouveements de populations causes par le soit-disant « desarmement force ».La Communaute Internationale a trop attendu et laisse se propager le carnage et les assassinats cibles d’opposants au 3eme mandat de Pierre Nkurunziza et d’autres victimes collaterals de ce conflit decourant de la boulimie du pouvoir par le President sortant et son parti CNDD-FDD.Continuer a assister impuissants a la mise a mort du peuple burundais par un gouvernement irresponsible, ce serait une trahison de ceux qui ont naivement cru aux valeurs universelles de democratie, de la primote de la loi, la liberte d’expression et d’association que tout pays ou organisation devrait defender partout ou ells sont menacees par un despote sans scrupules dont le seul objectif est de se maintenir au pouvoir a tout prix comme cela est entrain de se passer au Burundi depuis avril 2015.

  5. Verite Guess

    Mais combien de burundais doivent mourir, partir en exile pour que la communaute Internationale comprenne que la tension meurtriere est deja a son comble? Parler de  » retour des tensions meurtriere » a mon avis, c’est banaliser le malheur qui frappe le Burundi et c’est se moquer du peuple Burundais en detresse.

  6. uko nugutumwanya NKURU ashigikiwe na Rurema francais Kagame murata umunwa.

  7. dester

    Je comprend vraiment la décision des pays africains, de la Chine et de la Russie, la France est au mali, en RCA mais son bilan est nul. A part cette histoire de viol d’enfants par les militaires français nous n’avons pas vue d’avancée de la part de ce pays qui se dit inquiet. D’un la France ne reconnait pas le génocide de 1994, mais elle dit qu’elle veut aider le Burundi a éviter le génocide!!!!! ironique quand ont sait qu’elle a financé et même supporté les génocidaires, aujourd’hui ont ne sait pas vraiment ce qui vas se passer si une force intervient au Burundi, seront nous la SYRIE , vraiment que les loups arrêtent de se déguiser en brebis. Seul un dialogue entre burundais peut résoudre cette crise, je ne voit pas du bon oeil une intervention militaire française, vise t’elle a libéré le peuple ou a pillé comme c’est le cas en ce moment en RCA

  8. hat

    On avait suivi Charlie, l émotion était au comble, le monde entier excepté quelques extropiés de coeurs était Charlie. Bilan des assassinés :six victimes de la haine. Le peuple Burundais est assassiné au vu des ambassades à bujumbura mais c’est aujourd’hui que la communauté internationale pense sans conviction qu elle peut intervenir. C’est dommage que vous soyez insensible à la mort de ceux qui ne vous ressemblent pas.

    • Avec Charlie Hebdo, des chefs d’États sont venus de partout pour exprimer leur solidarité avec une dizaine de personnes victimes d’attaques terroristes, Au Nigéria 2000 personnes ont été tuées par ce qui s’appelait Boko Haram aujourd’hui rebaptisé en Etat Islamique en Afrique de l’Ouest mais personne n’a bougé à part quelques condamnations à travers des communiqués du Quai d’Orsay et d’autres ministres des superpuissances. Charlie a été une récupération politique (voir Tariq Ramadan sur Youtube). C’est déjà très bien que la France ait pu tenir ce langage, elle commence à avoir de la compassion! Ce qui se passe prouve que les Burundais devront compter sur leurs moyens mais les Nations (des)Unies devraient effacer de leur vocable ce qu’elles appellent R2P (Responsibility to Protect).

  9. Léonard

    Les français sur la question Burundaise sont vraiment stupides. Ils sont entrain de pousser le pion de Paul Kagame au conseil de sécurité à l’ ONU pour que ce dernier se targue d’ avoir arrêté le génocide au Burundi comme il prêtant l ‘ avoir fait au Rwanda. Erreur, chers français, Kagame se souvient de ce que vous avez fait à ses frères. Vous pourriez goûter à sa médecine ,si jamais vous pourriez poser vos pieds au Burundi. La France n’ à aucune stratégie militaires à proposer au Burundi si on fait référence ce qu’ elle a fait au Rwanda, au Centrafrique, en Libye, en côté d’ ivoire, au Burkinafaso….

  10. Gahutu

    Si la Russie est contente de la mort du peuple burundais arguant que c’est l’affaire interne,je pense qu’elle sera responsable devant l’histoire .La Chine ne doit pas dormir sur ses oreilles car le peuple burundais savent maintenant son ennemi.Aux pays africains ,qu’ils se souviennent que demain l’histoire les rendra justice sur la base du sang versé par le président Nkurunziza.

  11. hoho

    Je me demmande c’ est la quantieme proposition de resolution de la france????

    • hoho

      Sur le Burundi et combine ont aboutis???

    • Burka

      En fait il y a deux ans , un scientifique belge posait des scenarii qui semblaient fascinaient l’occident, plutôt que la légalité, la stabilité! c’est ce qu’on observe dans des pays comme le Cameron, le Gabon, ….dans le giron français. Pour le cas du Burundi, certaines chancelleries le voyaient dans le même angle tellement la stabilité les hantent, mais ils oublient que on peut être dans une stabilité instable. Le cas du Bukina Faso, du Mali ou de la Côte d’Ivoire en sont les cas de figure. Actuellement la France essaie de vendre son âme à Lucifer, c’est à dire l’ONU avec ce veto des grandes puissances. On sait que le problème burundais au NU, trouvera le veto des Russes ou des Chinois non pas qu’ils veulent cette souveraineté interne brandie, mais plutôt que la question des Mistrals russes revendues à l’Egypte ou la question des droits de l’homme en Chine bloquent toute initiative. Dans ce contexte, l’Union Africaine à travers son Architecture de Paix et de Sécurité et sa Force en attente doit agir. A défaut les portes pour les rebellions sont grandement ouvertes, et je ne vois le pouvoir de Nkurunziza les refermer puisque au finish cela l’arrange pour passer à la vitesse supérieure dans son plan d’exterminer tous les opposants politiques et dans une large mesure faire la revanche à la communauté Tutsi.

      Burka

Publicité