Justice

Me Isidore Rufyikiri échappe de peu à Mpimba après deux mandats d’arrêt en moins d’une heure

Accusé de gestion frauduleuse et détournement au sein du CEBAC, Me Isidore Rufyikiri a comparu au parquet général près la cour anti-corruption ce 8 janvier. Après avoir reçu deux mandats d’arrêt en moins d’une heure pour Mpimba, il est finalement rentré libre.

Deux policiers barrent le chemin à Me Isidore Rufyikiri et ses avocats dans les escaliers des bureaus du parquet général près la cours anti-corruption  ©Iwacu

Deux policiers barrent le chemin à Me Isidore Rufyikiri et ses avocats dans les escaliers des bureaux du parquet général près la cours anti-corruption ©Iwacu

Le Centre Burundais d’Arbitrage et de Conciliation (CEBAC) a reçu un financement de 250.000 $ en 2010. Le parquet accuse son président, Me Isidore Rufyikiri, d’avoir détourné plus de 49 millions de Fbu sous forme de salaire, de loyer et d’autres dépenses.

Il est 9h dans les enceintes du parquet général près la Cour anti-corruption. Me Rufyikiri et ses cinq avocats entrent dans le bureau de Mme Marie Ndayikunda, substitut général. Un problème se pose : « Elle m’oblige à être assisté par un seul défenseur », s’étonne le bâtonnier, puisque la loi le lui permet.
Après plus d’une heure de discussion, aucune entente ne sera pliée.
A 10h, la défense quitte le bureau. Elle approche quelques journalistes, installés sur la terrasse, pour être interviewée. Les avocats décident ensuite de descendre au rez-de-chaussée.

Le ton monte … 

Dans l’escalier, deux policiers barrent le chemin au groupe, arguant qu’ils ont reçu l’injonction de les empêcher de partir. Les avocats demandent un papier attestant l’ordre reçu. Les deux agents disent qu’un mandat d’arrêt va arriver d’un moment à l’autre. Le ton monte et les policiers campent sur leur position.
Quelques minutes après, une demoiselle sort du bureau du magistrat en courant avec un papier dans la main. C’est le premier mandat d’arrêt qui est remis à un des policiers, qui, à son tour, le donne à Me Rufyikiri.
La défense obtempère et s’écarte pour s’entretenir. Le document indique que l’accusé est prévenu de « détournement » suivant l’article 55 de la loi portant mesures de prévention et de répression de la corruption et des infractions connexes. « Je me suis posé la question de savoir si j’ai détourné les deniers de l’Etat, les mineurs, … C‘est vague », lance le bâtonnier. Et encore, précisent ses avocats, le parquet s’est basé sur la loi n°1/015 du Code de procédure pénale du 20 juillet 1999 …lequel Code a été abrogé !

30 minutes après, un policier apporte un deuxième mandat pour qu’on lui remette le premier. Cette fois-ci, à charge de Me Isidore Rufyikiri, en plus du détournement, le parquet vient d’ajouter la « gestion frauduleuse » (Art 57). Le parquet évoque même « des aveux du prévenu » indiquant des indices sérieux de culpabilité, … « Étrange, s’étonne Onésime Kabayabaya, un des avocats du bâtonnier, que l’officier du ministère public parle d’aveux alors qu’il n’y a pas eu d’interrogatoire. »
Le policier repart finalement avec le second mandat.

Le bâtonnier rentre libre avec sa femme ©Iwacu

Le bâtonnier rentre libre avec sa femme ©Iwacu

Le parquet tente de récupérer la copie du premier mandat

Midi et demi, les journalistes des radios passent en direct à l’antenne via leur téléphone mobile. Vers 14h, les défenseurs des droits de l’homme, les représentants de la société civile, les avocats du barreau arrivent un à un pour soutenir Me Rufyikiri en compagnie de son épouse. Après un petit moment, le parquet tente de récupérer la copie du premier mandat. Hélas, il s’avère qu’un des journalistes parmi ceux qui étaient présents l’a emporté pour traiter le sujet.

Tous ceux qui sont là se demandent pourquoi vouloir récupérer le mandat. « Il serait déjà transféré à Mpimba après la sortie du premier mandat si réellement le parquet le voulait», lance un avocat venu soutenir son confrère.
15h passées, les policiers qui avaient été mobilisés s’éclipsent en silence. Le parquet général près la Cour anti-corruption décide de redonner la liberté au bâtonnier Isidore Rufyikiri.

« Il n’est pas un mandataire politique ni un fonctionnaire encore moins un gestionnaire d’une société publique »

Me Kabayabaya fait savoir que le parquet s’est saisi d’office, qu’il n’y a pas de plaignant : « Qui plus est, le CEBAC est une association sans but lucratif, donc privée. Cela ne nécessite pas un contrôle de part de la justice Burundaise s’il n’y a pas de plainte. »
Inhabituel donc, ajoute-t-il, que le parquet accuse une personne privée avec les médias via des conférences de presse.
Gabriel Sinarinzi, l’autre avocat de la défense, explique pourquoi le parquet général près la cour anti-corruption n’est pas habilité à convoquer et juger Me Isidore Rufyikiri : de un, il fut procureur près la cours d’appel. De deux, il a obtenu le privilège d’instruction et de juridiction. Enfin, il n’est pas un mandataire politique ni un fonctionnaire encore moins un gestionnaire d’une société publique.

Assis à côté de sa femme, sur un banc de la terrasse des bureaux du parquet prés la cours anti-corruption, le bâtonnier est furieux. « Marie Ndiyikunda, officier du ministère public, vient d’annoncer sa révocation. Un jour la justice triomphera et tous les incapables seront renvoyés. »

  38   Vos commentaires
  1. Diddy

    Burya akazi k’ubutungane ni ukuguma wiga. Umushikirimanza atazi ko Code de Procedure penale yahindutse n’umunyeshure yiga droit mu wa gatatu azi ko dukorera kw’itegeko rya 2013. Iryo rya 1999 ryarahagaze ivyo bita kuba abrogée.

  2. ukuriii

    « Qui plus est, le CEBAC est une association sans but lucratif, donc privée. Cela ne nécessite pas un contrôle de part de la justice Burundaise s’il n’y a pas de plainte. »

    Faux et archi faux. Bien que le CEBAC soit une association sans but lucratif, les fonds détournés sont des fonds de l’Etat (PAGE). Que Rufyikiri arrête d’intoxiquer les gens.

    • karonke

      are you crazy you sound like leonidas hatungimana this is why the country is in this king trouble please stop because the time is out.

    • Monsieur ukuriii,ndagusavye kumbura ushigikire ibishigikigwa,nta Cebac yamwitwariye kugira le dossier ikurikiranwe,gerageza imbere yo kuvuga ivyo wishakiye ubaze ukurikirane gutera kuntango de l,histoire kuko ndabona ko uri umu DD aburamutswa

  3. mutima

    Le ridicule ne tue pas.
    Iyo cour anti corruption, ikeneye kuraba abivye, ntiyohera abo bubaka inzu d, un milliard bako.
    Abasuma batembeje igihugu ntitubazi.
    Hera kuri Falcon 50, musubire cahiers ugandais, canke les autres intouchables ntavuze.
    Ubwo umuntu mubonye ari corrompu, mwoherako ni Rufyikiri?
    Nous avons réellement honte de notre cher pays.
    Mais qu avons nous fait à Dieu pour meriter chatiment pareil

  4. mpebetwenge

    Merci cher Dusome

    Ca nous réchauffe le coeur

  5. eDD

    Muveko turamwibonera. Les postes occupes par les Tutsis de Bururi pour le compte du CNDD-FDD, vont bientot etre attribues aux Hutus DD de Bubanza, Cibitoke, Bujumbura Rurale, Cankuzo et Kayanza.

    On croyait que ces gens etaient capables, mais ils nous plantent la honte. Il va falloir qu’ils partagent les postes avec les Upronistes.

  6. Simvura Hope

    Diplomes mises a part, l’integrite ne demande pas de diplome. Je connais des Bashingantahe sans diplomes qui ne suivraient jamais de telles jonctions ou au pire des cas le faire avec intelligence! Quant aux Diplomes recus a l’ etranger, le gros probleme reside dans le systeme actuel qui ne permettra jamais de faire faire des tests avant d’ entrer dans les ordres professionnels comme dans les autres pays. Si on instaurait de tels conditions, il y’en a qui crieraient a l’injustice , surtout a la segregation ethnique! Et voila assumons en attendant la revolution positive.

  7. yako

    Abo bakora uko je ne peux meme pas les appeler des magistrats,des machines teleguidées…., kurya ibiturire no gupfungira abantu ubusa, bagahembwa en termes de 1200000fbu abandi ba fonctionnaires bishwe ninzara ,numunanu, il faut les placer là ou ils méritent en 2015, on en assez, trop, c’est trop. ça c’est quelle démocratie noooooonnnnooon!!!!!!!!!!

  8. Mwaro

    la prison a cet activiste de droit de l’homme c’est lui rendre plus célébrè. encore, pensez vous que la prison lui fait peur et lui faire taire? loin de la c’est un homme déterminé.
    courage maitre digne de son metier

  9. Barekebavuge

    Bravo au courageux bareau Rufyikiri Isidore et ses collègues mobilisés pour décrier ce nième scandale de la médiocrité. J’ai personnelleemnt besoin de savoir qui est cette « MUKENYERERARUGAMBA » de magistrat, Marie. Où a-t-elle étudié, quand et comment a-t-elle évolué à la magistrature burundaise? Quelle que soit la réponse à mes longues interrogations sur elle, son incompétence affichée sur ce dossier du barreau déshonorre et décrédibilise encore une fois Nkurunziza qui lui a signé le décret de nommination. Elle serait l’équivalente de JBosco Ndikumana dans les montages grossiers. Et c’est possible qu’elle comme lui seraient les anciens compagnons de BREGOUDE dans une université d’Abidjan.

  10. KAJEKURYA

    Mbega mwodushirirako ifoto y’uwo Mariya Ndayikunda? Arateje urubwa abitwa ba mariya, spécialement nyina wa Yezu-Kristu!

  11. watibigan

    Sham on our current Burundian justice system !!!!!!

  12. Murundi

    Bras dessus-bras dessous, ce n’est pas fréquent comme ça chez les Burundais à deux cheveux, à quelque chose malheur est bon!

  13. No comment

    Le ridicule ne tue pas. Ahoho ba Bunyoni na ba Adolphe nibabe baritegura kwinjira Mpimba après 2015 kuko corruption ibari kumutwe siyo kuvuga. Abarundi tugire twicwe ninzara, aho kwitaho ibibazo vya economie baza gupfunga un bâtonnier asaba kwibintu bitunganywa neza mugihugu. Ariko ndaguye ndagarutse, iyo akazi kakunaniye uca uza guhohotorera abariko bara denonca ibitagenda neza.

    • Nyamitwe

      Vous avez exactement raison. Le ridicule ne tue pas si non Marie NDAYIKUNDA ne sortirait plus de sa maison.

  14. Datus

    Yewe gaye mana yanje!!! Ndajorewe!!! Moi je pense qu’il faut faire l’équivalence des dipômes bakaraba ko diplôme umuntu azanye irimwo ubushobozi sinon il y aura des magistrats qui ont le même niveau que celui des bashingantahe des collines!!!!!
    Mais ça ce voit, que cette femme quoi qu’elle soit moins intelligente, elle recevait des injonctions du groupe d’un haut!!! None ntakundi araryambaye!!!!Jewe ndakeneye kumubona emwe ubu ahari none amerewe gute!!!!!

  15. dusome uravuze

    DUSOME
    Uratubwiye ivyukuri

  16. Muzazi

    Le diplome ne fait pas l’intellectuel! Les agissements de cette dame magistrat montre a suffisance non seulement combien notre systeme judiciaire est pourrie, mais aussi combien l’incompetence generalisee dans les services publics est devenue une banalite. Tous ceux qui ont suivi cette saga judiciaire ont compris que cette dame « Substitut general » agissait sous les ordres de quelqu’un. Mais cela n’est pas nouveau. Ce qui est nouveau par contre, c’est que meme les haut fonctionnaires de l’Etat sont prets a braver le ridicule en affichant et en assumant au grand jour leur incompetence notoire devant les medias, la population et la communaute internationale. Et ceci et tres grave pour notre pays! Un pays ou l’ethique professionnel n’existe pas est un pays en perdition. Une lueur d’espoir: le cas de ce substitut general est interessant dans la mesure ou non seulement il a echoue a mettre en prison Me Isidore Rufyikiri (pour le moment), mais aussi il a echoue a satisfaire les commanditaires de ce coup. Pourquoi? Grace a la mobilisation des medias, des Avocats, de la Societe Civile, les Defenseurs des Droit de l’Homme et les autres. Le poids etait tellement lourd qu’elle a fini par lacher. Maintenant je me demande comment elle peut dormir ou s’assoir dans son bureau tranquille alors que dans tout le pays et meme a l’etranger on ne parle que de sa mesaventure professionelle. Elle oublie aussi qu’en agissant de la sorte, elle se detruit elle-meme, pas seulement de par son incompetence, mais aussi de par sa personne. Elle peut dire que si elle n’agissait pas ainsi, elle serait revoquee ou mutee. Soit! Mais si elle avait assume en ame et conscience, en appliquant la loi telle qu’elle est, en assumant les consequences liees a cette honnetete professionelle, et surtout en defendant publiquement sa decision en se basant sur les lois en vigueur, elle serait un heros et un exemple pour tous les autres fonctionnaires surtout de la justice. Elle serait comme le celebre Procureur General sous Micombero qui libera les condamnes a mort pour rien en 1973. Ce procureur est mort recemment toujours respecte et admire de tous a cause de son sens d’Ubushingantahe qui a fait que des innocents ont echappe a la mort malgre le pouvoir repressif de l’epoque. Notre Substitut General ne devait pas avoir peur non plus, mais devait savoir plutot que en rendant un jugement honnete a Me Rufyikiri, elle serait un model, une reference respectee et aimee de tous, et surtout elle serait dans les coeurs des Burundais.

  17. Remy Y.

    Ama diplome batoye bari kuma ligala ya Abidjan nico amaza Svp ntama miracle yandi twiteze. La mediocrite gagne de plus en plus la place dans toutes les institutions. Qui vivra verra

    • nadine

      reka sha, na noe twaramba! abo wumva bafise ibiti nibo badusahura inka n,impene aho hahise
      ivyo warimy ntiwimbure, ndetse barasangiy n,inkende!!!aho mvuz amufe sinzi ko mwoba muyazi?
      arko noe batunganya igihu gut? ngo umutah wa mbere?/ ngo uwakabiri?
      mukabona 2015 baratwaye, nukuvuga ko azoba ari umuhero kugihu c,UBURUNDI!
      nibaraaaaa!

  18. Hima Empire

    Uwo Mariya yize Kuri Hope ikiri NAIROBI. Akaba ari umugore wa Gérard NDIKUMAGENGE, yahoze ari président wa Cour d Appel (haraciye nk imyaka itatu ), ubu akaba ari conseiller juridique à la présidence!

    • Murundi

      La vie privée reste privée Monsieur Hima Empire.
      Elle/Il fait quoi votre conjoint? Yize he? Quelle a été sa quotation annuelle l’année passée? Et vous faites quoi dans la vie? Mwize he? Mwaba aba kangahe mw’ishule? Vous me direz peut-être « uwa mbere » comme nous le disent tous ceux qui ont fréquenté l’école quand nous n’étions pas encore nés, etc? On n’a pas besoin de réponses à ces questions: c’est votre vie PRIVEE. Oui professionnellement c’est pas correct ce qui s’est fait sur Mê Rufykiri sur ce coup là, je trouve.

      • karonke

        stop right there we need to know people who causing all this trouble in our country then we will give them justice when the days come it just one year they will respond and say who send them, even we know already nhurunziza and his gang

  19. maruani

    J’ai vécu avec Rufyikiri Isidore à Mpimba en 1997 … C’est un homme qui analyse froidement les situations politiques que notre Pays traverse depuis ces deux dernières décenies. J’admire son franc-parler. Aux yeux de certains, c’est un péché. Or, il ne peut en être autrement quand il y a des dérapages.

  20. Mugamba

    Jewe nadamwe! Aho twabimenye kuko buriye abagabo bakomeye! Impungenge jewe binteye ni iyi: abantu bato bato ba nyarucari bama bapfungiwe ubusa ni benshi cane, bazwi n’Imana gusa! None dukore iki? Knandi ntimwihende biraba n’aba DD ntibasye bowe, kuko no hagati yabo baratana mw’ibuye! Nyishurabarundi bene mama!

  21. King James

    uri n´umugore mwiza mutama, komera!!

  22. may

    Hanyuma ngo barize droit baraminuza ! Emwe, uwo Mariya NDAYIKUNDA asumbwa n’umushingantahe wo ku mugina. Ntaze asubire kunywera mu bagabo (canke abapfasoni).

  23. BURUNDI BWACU

    Plus d’un se demandent pourquoi le pouvoir met tous ses efforts à tuer et emprisonner les voies dissonnantes au lieu de les écouter car apparemment, au regard des agissements de ses fonctionnaires à qui il a confié des responsabilités aussi importantes, il y un problème très sérieux. Ceci met, en réalité, en danger le pouvoir que ces bourreaux: ces agissements qui sont dénués de tout sens professionnel exposent ce pouvoir aux risques opérationnels qui lui coûteront cher. Ce que est étonnant, les citoyens qui montrent ce qu’il faut pour que ce pays aille sur le bon chemin, sont tués, emprisonnés,…au moment où ceux qui humilient, font perdre le pays des milliards,etc sont remerciés et félicités. Est-ce la myopie politique qui a attaqué nos dirigeants? Est-ce qu’on gagne en détruisant ce pays que bon nombre de leaders(RWAGASORE, NDADAYE,…) ont eu tant de mal à construire????

  24. Ewe le Système DD!!! mbega izotuvako ryari? Iryo bara!!

  25. 2 mandats ah bon? Donc il existe un autre bureau qui livre des mandats peut-être le bureau de ngagara. Hama merci pour le soutien de la société civile n’abandi….
    Na bamvunginyumvira, iyo ntibantunganya, domitien,… baribaje kuri parquet araho vyarigufasha ntakubaguwe n’ukurenganywa,…

  26. RUGAMBA RUTAGANZWA

    Ils sont tellement incompétents qu’ils ne sont même pas capables de monter un mensonge, un scénario qui tient la route pour emprisonner illégalement Me RUFYIKIRI….! Notre Justice est une justice commandée, aux ordres de la Documentation et autres Service national de renseignement… !! Le ridicule ne tue pas… !!

  27. Kana

    Akamaramaza mu Burundi! Mbe ibitabaje Patiri vyobabaza umukorezi? Kuki Leta yita mubitayiraba ibiyihanze nk’inyonyezwa ry’amatungo yayo bihari? Uwuzoramba azobona, ariko ukwo intango ibaho niko niherezo ribabo. Mbabazwa nabo bacamanza bahendwa bagaca izangondagonde. Viva Maître Isidore Rufyikiri et la société civil.

  28. KADADA

    None uwo Mariya Ndayikunda nk’ubu ntamaramara? Ese ingene yari afise amazina meza yemwe. Iwacu, muradutohoreza iyo uwo muntu yize, aho amaze gukora, ivyiza amaze gukora n’ibibi. Birarengeye kubona umuntu yize amategeko akoreshwa benuko, ni akamaramaza ku rwego akorera, aratetereza abamwigishije n’abamuhaye akazi. Nta kuntu mwotwereka ifoto yiwe? Reka kuba mpemuke ndamuke murateza urubwa urwo rwego rwanyu. Murakenyeye mube ikiraro c’abashaka kurenganya abantu kandi mwitwa ngo mwize amategeko? Ntimwubaha n’abababoneye izuba babasumvya kunonosora amategeko. Nta n’isoni mugira muravye ingene ingene Rufyikiri yemewe no mu bihugu plus civilisé que IWABO WA NYANDWI NA MINANANI?

  29. DUSOME

    Ngoma ya Sacega yasanze Urupfu n’Igisizimwe biharira, Urupfu ngo: “Nije ngaba abantu, uwo nshatse ndamwica”. Igisizimwe giti : “Wanguha ! Uri umuryi nk’abandi baryi. Ikigaba abantu ni Imana yo irema. Hapfa icumi hakavuka ijana, hapfa ijana hakavuka igihumbi. None wewe ugaba abantu gute”? Bigiharira, bibona Ngoma ya Sacega, biti : “Mbega wa mugabo ntiwodutatura” ?
    – Ndabacire urubanza ?

    – Egome.

    – Ndorera, ngiye kubwira umwami, nzogaruka kurubacira ari ejo canke hirya yejo.

    Aragenda abwira umwami ati : “Ndagiye guca urubanza ruzompitana. Mpa intahe n’abashingantahe baze kwumviriza urubanza ngiye guca, na bo ntibazotinye gucisha intahe aho itumbereye”. Umwami arayimuhereza, amuha n’abashingantahe, ati : “Genda uruce uko rubereye”.

    Baragenda, basanga rwa rupfu n’Igisizimwe bigiharira, Ngoma ya Sacega ati : “Bangwe bangwe ! Ahari abagabo nti hagwa ibara. Ingo mutubarire ico mwapfuye, tubakiranure”. Urupfu ruratangura ruti : “Bashingantahe, ico dupfa n’iki gisizimwe, ni uko canse kwemera ko ari je ngaba abantu bose, nshatse nobamara”. Ngoma ya Sacega, ati : “Weho ga wa gisizimwe, uvuga iki” ?

    – Navuze ko Imana ari yo nkuru, ari yo igaba abantu, yo irema.

    Ngoma ya Sacega abibaza ati : “Wa rupfu we, ntuvuze ko ari wewe ugaba abantu ushatse wobamara” ? Ruti : “Cane nyene”.

    – Si uko wavuze ?

    – Ni uko navuze.

    – Igumire aho.

    – Na we wa gisizimwe we, ntuvuze ko Imana ari yo nkuru, ari yo igaba abantu, yo irema ?

    – Egome.

    Ngoma ya Sacega ati : « Wa rupfu we, uratsinzwe uragatsindwa, igikuru ni Imana ». Rwa rupfu ruti: « Urankubise intahe mu gahanga ? Uribonerako ». Ruramwurira rumushinga ayo kw’izosi. Ngoma ya Sacega agisambagirika abwira ba bagabo bari ngaho ati: « Mwabashingantahe mwe, murama muca urubanza rwiza, mugabo nti muze muce urwananiye ; nti muze muce urwangondegonde ari rwo rwananiye Ngoma. Iyi ntahe, murayishikiriza umwami ». Ahejeje kuvuga ivyo aca aracikana.

    Ba bashingantahe baramuterura baja ku muhamba, baca basubira ibwami. Umwami ati : “Vyagenze gute”?

    – Ngoma ya Sacega yapfuye, yaciye urubanza rw’urupfu, arutsindishije, ruca ruramwica. Umwami ati: “Fata iyo ntahe, mugende muyubakire ingoro yitwa Sentare. Mushingantahe wese, ntuzotinye urubanza, uraruca uko rukwiye, washaka upfe. Iryo ni ryo ragi rya Ngoma ya Sacega”.

    Iyo ntahe barayubakira, n’ubu ibarizwa muru Sentare.

    • Simvura Hope

      Urakoze Dusome we kutwibutsa ako kagani karimwo inyigisho ihambaye! Kategerezwa kuba ikibazo cambere bobajije abiyita ko bize amategeko bose imbere yukubaha urupapuro rwumutsindo kandi kakaba cours yambere kagongera kakakaja muri examen yambere ya les etudiants en droit ! Naje ngiye kunonosora ivya droit nimba aruko kuko icigwa nikimwe! Emera upfe haguca urwangondagonde! Merci encore!

  30. KIRINABAGABO

    kutiga biragatsindwa

  31. pilipili

    C’est vraiment grave le comportement de certains magistrats burundais instrumentalisés! Imaginez-vous, faire cela à un avocat hautement expérimenté ou à un ex-président de la république, qu’en sera-t-il pour les simples citoyens que nous sommes. Si rien ne change, notre pays s’achemine vers l’enfer, la jungle, où c’est la loi du plus fort qui gouverne. Que ces magistrats se ressaisisse, et qu’ils restaure l’image de la justice burundaise actuellement ternie. Messieurs les magistrats, nous disons assez, trop c’est trop, souvenez-vous des efforts que les contribuables fournissent pour que vous soyez payé, cessez d’être au service de l’Akazu, débout pour la justice équitable, souvenez vous de Ngomayasacega, nous sommes fatigué de toujours voir et entendre des conneries de la part des gens qui devaient être très respectueux car incarnant la loi au vrai sens du mot,….

Publicité