http://www.iwacu-burundi.org/wp-content/uploads/2016/09/US-ADVERT-26-SEPT-O-7-OCT.pdf
Politique

L’opposition burundaise doute de la médiation confiée au président Museveni

Frédéric Bamvuginyumvira : " Les vraies questions n’ont jamais été abordées  " ©Iwacu

Frédéric Bamvuginyumvira :  » Les vraies questions n’ont jamais été abordées  » ©Iwacu

Après la désignation du président ougandais comme médiateur dans la crise burundaise par le Sommet de chefs d’Etats de l’EAC, l’opposition burundaise déclare qu’elle n’est pas rassurée. «Nous ne sommes pas contre lui, mais il faut qu’il travaille dans sa médiation, en étroite collaboration avec le pool des facilitateurs de l’Union Africaine, des Nations Unies et de la Conférence internationale pour la Région des grands Lacs», insiste Aimé Magera, porte-parole d’Agathon Rwasa. «Et il faut que cette facilitation soit faire dans le strict respect de la Constitution et de l’Accord d’Arusha qu’il a parrainé», a-t-il souligné.

Selon Frédéric Bamvuginyumvira, un des ténors de l’Adc-Ikibiri, jusqu’aujourd’hui, il est difficile de comprendre comment quelqu’un qui est au pouvoir depuis 1986 trouve des arguments en faveur de la limitation de mandats.
Pour ce vice-président du parti Sahwanya-Frodebu, rien n’est sorti des trois sommets organisés pour dénouer la crise burundaise. «Les vraies questions n’ont jamais été abordées et c’est notamment la question de la candidature du président Nkurunziza au troisième mandat, cela est contre la Constitution et piétine le prescrit de l’Accord d’Arusha.»

Pour le moment, indique-t-il, le dernier sommet va jusqu’à proposer la formation d’un gouvernement d’union nationale. «Cela est contre la Constitution. Nous ne réclamons que la tenue d’élections libres, transparentes, crédibles et apaisées.»

Parmi ses conclusions, le sommet des chefs d’Etats de l’EAC a en outre demandé le désarmement des milices affiliées aux partis politiques et l’envoi des experts militaires de l’Union africaine pour superviser cette opération.
D’après Frédéric Bamvuginyumvira, cette opération de désarmement prendrait plus de deux semaines. « Il sera difficile de collecter toutes les armes distribuées au cours de ces derniers mois.»

  17   Vos commentaires
  1. A la redaction:ou est mon commentaire?

  2. Mandela et Nyerere ne sont plus! Snif!!! Nkurunziza et Kikwete dansent mais…..

    Connaissant Mu7, il est capable de « tout » . Je m´attend même à une proposition aussi surprenante que fracassante venant de ce président ougandais. Attendons voir ce qu´il va inventer. Je pense qu´il ne va pas abandonner aussi facilement. De toutes les façons, Nkurunziza ou l´opposition burundaise, personne ne fait partie de ses préoccupations. Tout de même, on ne sait pas quels calculs il a en tête. Ce monsieur a toujours des agendas que lui seul connait.

  3. Shaka

    Ntihakenewe comme médiateur un président à la tête d’un Pays pour la crise politique qui secoue le Burundi mais deux ou trois inararibonye si un seul ne peut convenir ou rassurer les deux camps adverses.

    • BUSORONGO

      abo dufise bose bobaye inararibonye ntibahengamye gusa baryamiye urubavu rumwe. None burya nka Buyoya iyo ahora ntaje muri izi ngorane canke domitien na Ntiba bakareka kwitoza ntimubona ko inararibonye twari kuzironka. Iyishwe numwerera ntawundi muti. Abasenyeri bo bari imbere mukugumuka barwanira ivyisi. None inararibonye zizova he muri iki gihugu?

  4. Terimbere

    Museveni comme médiateur de la crise actuelle au Burundi, ça me fait rire!
    Quels conseils ou leçons a-t-il à donner?
    Stratège affiné, il veut tout simplement jouer ses cartes domestiques ougandaises en faisant comprendre aux Ougandais que ça ne sert à rien de se soulever et en profiter pour reintroniser un autre leader dans la région, puisque Peter lui en sera reconnaissant!
    Les Burundais ne devraient pas se laisser faire !
    Si réellement il voulait aider le Burundi, il n’a pas à faire la médiation car le problème Burundais n’est pas entre parties mais d’un seul homme qui veut violer la loi contre vents et marrées!
    Il n’a qu’à venir lui parler et lui convaincre ou alors retourner chez lui!

    • Majanja

      Terimbere, nagomba nongere ko Museveni aheruka gupfungisha aba opposants bari mu nama. Biratangaje cane ibintu biriko biraba ngaha muri aka karere. Njanye na Kagame yigumira muhira arazi ko nawe nyene akeneye mandats zitatu! Arazi ko ataco afise aterera so he stays at home. Kikwete wenyene niwe afise igihugu citaba democracie mugabo nawe n’umu diplomate ashima kuvyegurira kubandi. Urya muhungu wa Kenyatta nawe nta experience afise. So Nkurunziza ikiza kiramuhitanije nta gisivya. Il va faire ce qu’il veut gushika haserutse umuntu akomeye amurwanya. Nta biganiro bishoboka. Le seul language qu’il comprend n’ingwano nta kindi.

  5. roza kamikazi

    nibareke gutesha umwanya abantu yoweri ntaco azomarira igihugu cuburundi, mbe kubera iki batorondera abantu bize amategeko akaba aribo baca urubanza nayo izo ntagondwa zo muri afrika ntaco zizofasha kuko niwabo siko ari vyiza cane.l

  6. soleil2010vugukuri

    Si en fait on connait où se trouvent ces armes ainsi que ceux qui les détiennent…et bien le désarmement serait un travail d’une journée…mais apparemment l’opposition qui crie sur tous les toits que les imbonerakure détiennent des armes n’ont jamais montré, au moins un imbonerakure qui détiendrait une arme…par contre le Général Léonard vient de déclarer qu’il est l’auteur des attaques à la grenade qui ont été lancées ces derniers jours au Burundi…je suppose que cette mission de désarmement connait désormais où se trouvent les armes qu’ils recherchent.

  7. claude nahayo

    La situation actuelle de notre pays est catastrophique du point de vue humanitaire, économique et sociale. Mais, pour encourager la médiation urgent piloté par Museveni, permettez-moi de me rappeler avec un peu d’humour les boycotts électoraux de l’opposition en 2010 et 2015, qui , selon moi, sont en partie responsables, par leur découragement trop rapide et leur chaise vide, de la catastrophe actuelle : certains membres du CNDD-FDD disent parfois avec sarcasme qu’ils remercient l’opposition : “ vive l’opposition, baduhebera amajwi, natwe tukabahebera amajambo n’imyidogo ! ». Cela me rappelle une vieille chanson d’étudiants buvant la bière de la cantine universitaire ( je demande pardon au lecteur qui s’en offenserait) : « Aba poroti ni beeeza, baduhebeye inzogaaa ! Tubongere imbabaziii, baduhebere n’amataaa ! » (hahaha). Le CNDD-FDD n’a obtenu que 60% lors des élections boycottées, mais il ne peut avoir 50% lors des élections présidentielles. Je termine en insistant que l’opposition (ntibantunganya,ndayizeye, rwasa, etc.) négocient sérieusement et immédiatement avec Museveni pour de nouvelles législatives et présidentielles aussi mauvaises soit-elles au 26 ou au 30 juillet 2015, sans trop demander sur le troisième mandat de Nkurunziza et sur d’autres préalables comme sur le désarmement des Imbonerakure. Soyez braves, perdez vos vies, et après les élections ayez un score honorable, demandez plus et plus, décriez les fraudes tout en ayant participé massivement. Donc, allez aux présidentielles, massivement, quelle que soit la date, ne fut-ce que pour sauver votre honneur afin d’empêcher Nkurunziza de passer au premier tour. La société civile, ou ce qui en reste, après la destruction terrible des radios, a son rôle important a jouer dans l’action et le plaidoyer mais les politiciens de l’opposition sont appelés a un autre rôle différent, plus dur, complexe et ingrat pour sortir le pays de l’ornière en faisant des compromis et des compromissions dures sous la médiation de MUSEVENI.

    • kamana

      Mr Nahayo claude ;
      Wavuga n’uko badashaka kwumva.
      Bambaririre kandi uti: en politique on ne peut pas gagner sans jouer. Uti kandi tout ce se fait sans vous est contre vous.
      Gira amahoro!!!!

    • DD-DD

      …“ vive l’opposition, baduhebera amajwi, natwe tukabahebera amajambo n’imyidogo ! ».
      Cher Claude Nahayo Merci! Infiniment merci de me citer, mon message semble donc bien passer chez vous. Babwire!!!
      Mugabo citation yanje wayivuze igice, alors je me répète en alongeant certain syllabes:
      Aba-oppooosants ni beeeeeeza baduhebeye amajwi, tubahera imyidooogo, ibihuuuuha n’amajaaaambo »
      Akamélodie kari mu ndirimbo y’abaporoti itangura ngo: « Man’uwera uwer’uweeeeera… »
      Vive donc l’opposition burundaise

    • Jean Pierre II

      Mr. Claude, avec respect, je ne suis pas d’accord avec vous quand vous dites que si l’opposition participait aux elections le cndd-fdd ne gagnerait pas avec une large majorite, car , selon moi, ces elections dont tu parles ne sont ni libres , ni transparentes, ni epaisees, ni legitimes. Tous les dictateurs du monde y compris Assad de la Syrie organisent des elections mais les resultats sont connus d’avance. Comment expliquez-vous un certain Pierre Claver Ndayicariye et sa Ceni qui prennent 8 jours pour proclamer des resultats qui devraient etre disponibles avant 72 h comme il l’avait annonce? Dans un pays sans medias prives ni observateurs internationaux, quel genre d’elections parlez-vous. Si un parti politique a 10% et que Ndayicariye lui attribue 1% qui saura? Si le cndd FDD obtient 40% et Ndayicariye proclame 60% qui saura?
      Quant a la EAC, qui osera dire stop a Nkurunziza? Museveni avec 29 ans au pouvoir? Kagame avec 14 and au pouvour? Kenyatta avec un dossier de crimes contre l’humanite a la CPI? Kikwete l’ennemi de Kagame et Ami de Nkurunziza? En tout cas il faut chercher la solution ailleurs.
      Ce que la communaute internationale et nationale doivent comprendre ce que nous Avons interets qu’une solution pacifique soit trouvee si non ca Sera du chaos.
      Vyanse mu mashi abarundi ndazi neza ko bazishira mu migere. Ivyo sindavyipfuza na gato.

      • Abi

        Y a pas de probleme qui justifierait une autre guerre au Burundi. On est tout simplement fatigue. uti bazoshira mu migere? Si cela en valait la peine! Est ce que vraiment cela en vaut la peine aujourd’hui?
        Je me justifie:
        1. Je suis tout a fait d’accord que Nkurunziza devrait plier bagage et laisser la place a un autre candidat. Mais a l’heure qu’il est on voit bien qu’il tent mordicus a son mandat.
        La question: est ce que l’opposition pourra lui faire changer d’avis a deux semaines d’echeances presidentielles? Je doute fort.
        Nous avons vu des declarations de guerre a repetition contre Nkurunziza et son camp mais on ne sent pas vraiment le bruit des bottes… Quelqu’un disait hier « qu’un tigre qui va sur le toit pour declarer sa tigritude n’en est pas un ». Un vrai tigre saute sur sa proie et la dechire, point trait. Ce n’est pas en allant sur la tele qu’une guerre se fait surtout quand on a pas trop de credibilite. On peut instiller de la peur aux pauvres gens.
        Il admettre l’evidence: Les Burundais ne sont pas prets pour une autre guerre et la preuve est qu’ils ont resiste a la tentation d’user de la violence.

        Pour l’opposition – je trouve que l’opposition burundaise fait honte. Elle parle trop, trop, trop. Je ne la vois pas agir. Je n’ai jamais compris pourquoi l’opposition burundaise attend toujours le salut qui vient de la COMMUNAUTE INTERNATIONALE…Mais pourquoi l’opposition ne s’adresse pas au PEUPLE BURUNDAIS? Cette communaute a aujourd’hui plus de problemes qu’il y a dix ans (la Grece, l
        Espagne, la lutte contre ISIL, etc)
        Nous sommes tous fatigues de la mauvaise gouvernance du CNDD-FDD. Et en unissant les forces nous pouvons le faire tomber car le peuple est plus fort que le regime Nkurunziza. La question est de savoir pourquoi cela n’a pas encore ete le cas…La reponse est toute simple: l’opposition cherche les reponses la ou elles ne sont pas.
        L’opposition doit d’abord reconaitre ses faiblesses et y remedier: les divisions internes, le manque de solutions alternatives pour repondre aux besoins des burundais, surtout l’usage du mensonge a outrance.
        Ensuite il faut comprendre que dans la plupart des cas la communaute internationale (qui n’est autre qu’un ensemble de pays et d’entites politico-economiques aux interets divers), elle travaille avec les plus forts. Faut pas oublier l’un des principes essentielles de la politique internationale : elle est en realite anarchique. Et c’est souvent la loi de la jungle qui domine (parfois masque parfois non-masque).

        Franchement, a part les cris et les plaintes, je ne vois pas ce que l’opposition propose comme solution. Oui elle parle de retrait de la candidature de Nkurunziza, du changement du caledrier electoral, de desarmement comme prealables…Et si le regime refuse et campe sur sa position? (ce qu’il fait depuis longtemps)>
        -Il faut soit se battre et chasser le CNDD-FDD (ce qui n’est pas possible dans le proche avenir, du moins avant les presidentielles, mais surtout parce que les leaders de l’opposition ont peur de mourir)- donc option improbable (une guerre a laquelle personne ne croit plus y compris moi)…a moins que quelqu’un vienne se battre pour l’opposition qui ensuite va recolter des fruits en sortant des cachettes…Vraiment????
        -Accepter, oui a contre coeur, de participer aux elections et s’appuyant sur le soutien de la population et faire tout ce qu’on peut pour suivre qu’il n’y a pas de fraude (et non la communaute internationale) qui vous en saura gre…et ainsi infiltrer les institutions, un pas a la fois! On ne pourra rien en dehors des institutions.

        Si Nkurunziza parvient a passer, l’opposition risque de disparaitre completement en l’absence de media independants.

        • Abi, ndashigikiye bimwe muvyo uvuga aho ugira uti: Mais pourquoi l’opposition ne s’adresse pas au PEUPLE BURUNDAIS ico nico badakozwa bashakir’ ubutegetsi mw’ibarabara.Erega aho ibihe bigeze nibamenye ko abanyagihugu aribo batanga ubutegetsi, utazobegera wese ntaco azoshikako.
          Ico ntemera,aho uvuga ngo NKURUNZIZA doit prier bagage mbega abamutoye warababajije niko bagutumye mbega abo mubashira hehe, ngico ikibazo ca mbere opposition radicale yirengagiza.NKURUNZIZA arafise abanyagihugu bamutoye kandi bamushigikiye baba bake canke benshi ntawushobora kubabuza uburenganzira bwabo; nkuko uwariwe wese afise droit yo gutora uwo ashaka nibaje mumatora nibatsinda batware nibatsindwa naho barindire ikindi gihe, amatora niyo yo nyene azoheza ingorane ziri mu gihugu cacu. Ikindi kandi nta numwe afise droit yo kwanka candidature d’un autre parti utamushaka uja mumatora ukamukura , uwatowe akurwaho n’amatora ntabwo umukurira mw’ibarabara erega nuko badashaka kubona Nkurunziza yabatsindishije kwiyegereza abanyagihugu, abo bazungu mushira imbere barabahenda murababaza ivy’ANYAMERIKA muri VIÊTNAM. Duharanire amahoro iwacu i BURUNDI.

      • claude nahayo

        L’opposition peut savoir son vrai score électoral en déployant des observateurs dans chacun des 3000 bureaux de vote. En étant absente, elle ne saura jamais rien. Par exemple, avec le taux de boycott qui a été de 25%, et les bulletins « nuls » de 20% de votes, le victoire du CNDD-FDD, on peut voir que sans le boycott, le vrai score du CNDD-FDD aurait été de seulement 36% des voix. C’est de la simple arithmétique. Les « trente mille membres » de la CENI et de ses membres démembrements ne sont pas sous le joug d’un parti unique: contrairement aux attentistes, on a même vu deux hauts cadres de la CENI fuir le pays. Donc, au moins 50% des membres de la CENI et de ses démembrements sont pour un pays juste.

  8. soleil2010vugukuri

    Si en fait on connait où se trouvent ces armes ainsi que ceux qui les détiennent…et bien le désarmement serait un travail d’une journée…mais apparemment l’opposition qui crie sur tous les toits que les imbonerakure détiennent des armes n’ont jamais montré, au moins un imbonerakure qui détiendrait une arme…par contre le Général Léonard vient de déclarer qu’il est l’auteur des grenades qui ont été lancées ces derniers jours au Burundi…je suppose que cette mission de désarmement connait désormais où se trouvent les armes qu’ils recherchent.

    • Birandaba Jean

      Le CNDD -FDD sait qu’un combat honnête ne peut être gagné que par les grands coeurs ( Rodrigue ) Une autre possibilité est celle de violer les règles du combat sous la supervision d’esprits qui sont prêts à vendre leur valeur ( même à crédit )

Publicité