http://www.iwacu-burundi.org/wp-content/uploads/2017/09/USAID-18-SEPT-Cross-cutting-DG-Advisor-website-2017_10-1.pdf
Environnement

Les rivières Nyabagere et Gasenyi bientôt maîtrisées

14-07-2017

Des travaux de canalisation sont déjà en cours sur ces rivières traversant le nord de Bujumbura. Ils s’étendront sur plus de dix km, grâce à un don de plus de 10 millions de dollars de l’Association Internationale de Développement (IDA).

Les travaux sur la rivière Nyabagere vont bon train.

Atténuer la pression de l’eau en cas de fortes précipitations, c’est l’objectif des ouvrages de chute, des constructions en bétons armés et des escaliers en cours selon Ildefonse Ntahimpera, chef du chantier sur la rivière Gasenyi. Les grands murs serviront à bloquer les grosses pierres des montagnes. En effet, rappelle-t-il, lors des inondations de février 2014, à Gatunguru, elles ont causé d’énormes dégâts humains et matériels.

Sur Gasenyi, les travaux débutent à partir de la route nationale (RN1), commune Mutimbuzi, province Bujumbura, jusqu’à la RN9 et aux rizières du quartier Buhinyuza, zone Kinama, commune Ntahangwa.

Ils s’étalent sur 6946 m subdivisés en quatre lots selon l’Agence burundaise pour la réalisation des travaux d’intérêts publics (ABUTIP).

Un bassin de retenue d’eau sera installé entre Gahahe et Carama, sur une superficie de 500 m2.
Dieudonné Kazoviyo, chargé de projets à l’ABUTIP explique qu’avec une capacité de plus ou moins 20 mille m3, ce bassin jouera un rôle important au moment des crues. En cas de fortes pluies, les eaux y entreront avec un grand débit de plus ou moins 30 m3/seconde, pour sortir avec moins de 8 m3/seconde. Et de préciser : « Une partie sera canalisée vers les rizières tandis qu’une autre se dirigera vers le Lac Tanganyika.»

Côté Nyabagere, sur une distance de 3.472 m, un canal en forme de trapèze, des terrassements, un radier en béton armé ainsi que des parois en maçonnerie de moellons, sont prévus selon Arthur Nkurunziza, ingénieur des travaux.

Par ailleurs, pour faciliter le passage d’eau, Dieudonné Kazoviyo précise qu’un dalot a déjà été installé sur la RN9 et réceptionné en février 2017.Trois autres y seront également construits.

Idem sur l’avenue de l’Unité, à Kamenge, où de telles infrastructures seront érigées sur Nyabagere, tout près du marché de Kamenge, et sur la route passant devant la Paroisse Guido Maria Conforti dit Chez Buyengero. Et trois autres seront installés entre Ngagara, Q9 et Mutakura.

Sur le lot dit Gasenyi rurale, commune Mutimbuzi, M. Kazoviyo annonce la construction de trois dalots et des ouvrages de traversée (de petits dalots de 3 à 4 m de largeur). « Côté Carama, sur les avenues Muka et Kinyami, au moins 14 petits dalots y seront érigés.»

Signalons que cinq entreprises de construction à savoir ECBROH, ECAM, ERCON, ROBUCO et SOCOA se partagent la réalisation de ces travaux.

Une protection et une opportunité

Les habitants de Carama, de Gatunguru, de Kamenge, de Kinama… jubilent. Ils gardent en mémoire les scènes apocalyptiques de février 2014 comme si c’était hier. « C’est vraiment une bonne chose que Gasenyi soit canalisée. Les séquelles des inondations de 2014 sont encore vivaces», témoigne un sexagénaire, rencontré tout près du palais présidentiel en chantier. Il affirme avoir perdu deux enfants et sa maison.

Un autre homme croisé sur l’avenue Kinyami ne cache pas sa satisfaction. En cas de fortes pluies, motive-t-il, la circulation est paralysée, l’eau déborde et envahit les maisons. Gaspard, un père de famille à Buhinyuza se souvient qu’au mois de mars et avril, les rivières Gasenyi et Nyabagere ont occasionné des dégâts humains et matériels. Pour lui, ces travaux viennent à point nommé et permettront sans doute de ne plus revivre les scènes apocalyptiques de février 2014.

Une aubaine aussi pour les riverains de ces rivières. A titre illustratif, pour le seul canal sur la rivière Nyabagere, 500 personnes ont été embauchées dont 20% des femmes selon Arthur Nkurunziza, ingénieur des travaux. Les riverains étant prioritaires.

  9   Vos commentaires
  1. Venant

    Pourquoi avez-vous bloqué mon commentaire sur cet article? Il ne comporte que des aspects purement techniques qui peuvent intéresser plus d’un lecteur y compris le personnel technique de Abutipe.

  2. Rurihose

    Il faut penser à s attaquer du problème en amont
    REBOISEMENT ET COURBES DE NIVEAU.
    Les Ir Directeur Généraux de l OTB et OCIBU boterera ivyiyumviro.
    J’espère que les 2 haut cadres sont au minimum Ir Agronome

    • Habwawihe Pierre Claver

      Qui est Ingenieur Agronome ? Vous avez cité le DG de l’OTB ?

    • Rurihose

      Quelque soient la superstructure des constructions en aval, si on ne protège pas les bassins versants sur ces pentes vertigineuses du Mumirwa, on ne parviendra jamais à maîtriser à long terme l’effet dévastateur de l’érosion.
      Couplez les solutions SVP

  3. Lofombo Chikombe

    Lorsqu’il y a de bonnes réalisations comme celles-là, on se doit d’applaudir!

  4. roger crettol

    « 500 personnes ont été embauchées dont 20% des femmes selon Arthur Nkurunziza, ingénieur des travaux. Les riverains étant prioritaires. »

    On ne peut qu’approuver – voilà un projet qui ne se fait pas « à la chinoise ».

    • Bakari

      @roger crettol
      Et pourtant les chinois progressent et n’arrêtent pas; pourquoi doit-on éviter de les imiter? Parce qu’ils copient mieux?

      • Yves

        @Bakari : j’imagine que Roger Crettol fait référence au fait que les chinois n’engagent que très rarement de la main d’oeuvre locale

  5. Barumwete Alain Chris

    C’est quand-meme Une bonne nouvelle Pour les haabitants de Kamenge et Gasenyi en particulier et burundais en general. Mais nous aimerions aussi que les autorites songent a maitriser la Ntahangwa aussi car elle menace certaines habitations de Mutanga-Nord et Kigobe

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.
Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité