http://www.iwacu-burundi.org/wp-content/uploads/2016/12/DG-Advisor-USAID-9-o-20-DEC.pdf
Droits Humains

Les réfugiés invités à être créatifs et ingénieux

24-06-2015

L’appel est de Tall Madani, Représentant Adjoint du Haut –Commissariat pour les Réfugiés (HCR) au Burundi, ce mardi 23 juin, au camp de Kavumu, dans la commune et province Cankuzo. C’était à l’occasion de la Journée internationale du réfugié, édition 2015.

Pour Tall Madani, Représentant Adjoint du HCR au Burundi, le nombre des réfugiés et déplacés augmente tandis que les ressources pour les assister diminuent

Pour Tall Madani, Représentant Adjoint du HCR au Burundi, le nombre des réfugiés et déplacés augmente tandis que les ressources pour les assister diminuent

Au moment où le Burundi compte actuellement plus de 100 mille Burundais réfugiés dans les pays limitrophes, Tall Madani indique qu’au niveau mondial, le nombre augmente du jour au jour. Ainsi, en 2014, quelques 13,9 millions de personnes sont devenues des déplacés internes, et actuellement, près de 60 millions sont réfugiés et déplacés internes, soit 42.500 personnes par jour. Malheureusement, regrette-t-il, les ressources pour les assister tarissent du jour au jour suite aux pénuries de fonds et de profondes lacunes dans le régime mondial de protection des victimes de guerre, etc. Pour faire face à cette situation, le représentant adjoint du HCR au Burundi invite les réfugiés à faire preuve de plus de créativité et d’ingéniosité afin d’arriver à un certain niveau d’autosuffisance. Une approche déjà enclenchée par le HCR et ses partenaires, selon lui, par des appuis aux activités d’autonomisation, les associations de crédits mutuels, etc. « Nous espérons pouvoir mobiliser encore plus de soutiens divers pour alléger les effets de manque de financements », promet-il, appelant à plus de solidarité des bailleurs de fonds et de la population burundaise.

Une idée salutaire

Saïdi, un jeune du camp de Kavumu, hébergeant plus de 7000 réfugiés congolais dit qu’il est regrettable de voir des jeunes, des adultes, etc désœuvrés. « Si cette idée du représentant-adjoint du HCR était mise en application, même le nombre des réfugies pourrait diminuer », confie-t-il, signalant néanmoins qu’elle est difficilement réalisable. Car, explique-t-il, les réfugiés sont installés dans d’autres pays et n’ont pas la liberté de mouvement. « Nos ressources sont limitées pour avoir un capital et il nous est difficile de bénéficier d’une formation scolaire adéquate ». Et Muaga, un autre jeune congolais d’ajouter : « Les camps de réfugiés abritent des talents mais qui ne sont pas exploités suite au manque des moyens surtout financiers ». Pour que cette idée puisse être réalisée, un autre réfugié du camp Kinama, commune Gasorwe, province Muyinga invite le HCR à organiser des séances de sensibilisation à leur endroit, y compris les Burundais partis à l’étranger ou dans les camps de déplacés.

Signalons que la Journée internationale du réfugié est célébrée normalement le 20 juin de chaque année. Le thème de cette année est : « Les réfugiés sont des personnes comme vous et moi qui vivent une situation extraordinaire ».

Publicité