Elections 2015

Les manifestations reprennent de plus belle

Kibenga : une voiture de type Toyota T.I. brûlée

19h15. Selon des témoins, c’était une attaque éclair personne n’a vu venir le groupe de jeunes gens qui ont lancé des cocktails Molotov contre ce véhicule. Ils se sont vite dispersés.

Ce véhicule était au niveau du prolongement de l’avenue du large sur la route non goudronnée, parsemée de nids de poule, entrant dans ce quartier de Kibenga. «La personne qui était au volant de ce véhicule a été évacué vers le dispensaire de la Croix rouge», raconte un témoin.

Il y a eu beaucoup de tirs à l’arme automatique mais les auteurs de ce forfait avaient déjà détalé laissant cette voiture en proie aux flammes. Un camion anti incendie est arrivé sur les lieux après une vingtaine de minutes, le véhicule était déjà en piteux état.

14 blessés dont 3 femmes et un enfant dans la répression des manifestants

Tel est le bilan établi par la Croix rouge pour cette journée de mardi de reprise des manifestations contre le troisième mandat du président Nkurunziza. Dans les quartiers sud de la capitale Bujumbura c’est-à-dire Kanyosha et Musaga, il y a eu 7 blessés.

Nyakabiga a enregistré 2 blessés au moment où à Mutakura, il y a eu 5 blessés au cours des heurts entre la police et les manifestants. Ces derniers tentaient d’occuper le boulevard du 3 septembre dégagé, il y a quelques jours, par des engins routiers des Setemu encadrés par des éléments de la police et de l’armée.

Sororezo, les manifestations ne s’essoufflent pas

Sororezo retranché derrière les barricades

Sororezo retranché derrière les barricades

Quatre jours après avoir essuyé des tirs nourris de la part de policiers et de militaires, les manifestants anti troisième mandat de cette localité en amont de la capitale avaient complètement barricadé leur cité. Avec des pierres, des troncs d’arbre, allant même jusqu’à couper la route les reliant avec Bangateri, une localité plus en amont, ces manifestants se disent résolus à en découdre avec la police.

« Des Imbonerakure, aidés par des agents du SNR infiltrés parmi nous, ont dressé des listes de toutes les personnes qui sont allés manifester. Ils nous ont même pris en cachette nos photos », raconte une femme de la localité. Ce qui fait que la plupart des habitants de cette localité n’osent plus descendre dans la capitale, arguant qu’ils sont systématiquement arrêtés à un check point de policiers et d’Imbonerakure, situé à la frontière de leur localité et du quartier Mutanga Sud.

Tôt le matin, une marche avait rassemblé une centaine de manifestants, qui ont fait le tour de leur quartier en scandant des slogans anti-troisième mandat. Ils se disent plus décidés que jamais à manifester, « le sommet de ce dimanche des chefs d’Etats de l’EAC leur ayant ôté tout espoir d’une aide extérieure visant à faire dégager Pierre Nkurunziza » avancent-ils.

« Absence de médias », là où le bât blesse

A Bangateri les activités tournent au ralenti

A Bangateri les activités tournent au ralenti

À Rweza, Kubugazi et Muyira, la vie semble avoir repris son cours normal. Ces localités de Bujumbura rural, en amont de la capitale, étaient pourtant en ébullition il y a de cela trois semaines. Les manifestations rassemblaient des personnes venues des coins environnants, et parfois la marche prenait même fin au niveau du campus Kiriri.

« Malgré la répression féroce dont on fait l’objet après le putsch manqué, on avait continué de manifester. Mais l’absence de médias pour faire connaître notre mouvement a découragé beaucoup d’entre nous », tente d’expliquer Emmanuel, un des manifestants anti-troisième mandat de la localité Bangateri.

Dans la matinée de ce 2 juin, la piste qui relie ces localités à la Chaussée du Prince Louis Rwagasore était presque vide. D’habitude fréquentée par des bus, des vélos et des piétons, la route présentait l’aspect fantomatique d’une voie menant vers une ville abandonnée.

Musaga : une grenade a blessé deux policiers postés au centre de distribution des cartes d’électeurs

C’est ce mardi vers 14 heures que ce centre situé au lycée municipal a été attaqué à la grenade. Le porte-parole adjoint de la police, Pierre Nkurikiye accuse les manifestants d’avoir lancé cette grenade contre ce centre. Deux policiers ont été blessés. Il condamne cet acte.

Bwiza: la route principale pavée menant à Jabe barricadée sur l’avenue l’université

Il y avait que quelques policiers postés tout près de cette barricade constituée de quelques pierres. Quelques taxi-motos se frayaient un passage par déposer des clients à l’intérieur de ce quartier, pas de bus. Au marché de Jabe, quelques étales situées à l’extérieur étaient ouvertes. Les vendeuses de légumes et de fruits proposaient également leurs biens aux passants.

Il y avait quelques groupes de jeunes gens à l’intérieur de ce quartier. Et sur l’axe principal menant à Nyakabiga, il n’y avait pas de circulation même s’il n’y avait pas de barricades sur cette route qui était, il y a quelques jours, le théâtre de la contestation du troisième mandat du président Nkurunziza.

NyakabigaNyakabiga : les manifestants sommés à quitter les rues et rentrer dans leurs maisons

Toutes les rues dans la commune Nyakabiga sont vides. Aucune voiture ne passe, quelques habitants sont devant leurs portails. La police intime l’ordre aux habitants de rentrer à l’intérieur de leurs maisons sans toutefois y parvenir. Deux grenades lacrymogènes ont été lancées dans deux maisons (n°8 et 33), sur la 6ème avenue (Nyakabiga III) et des balles réelles ont été tirées.

Egide Nshimirimana, agent d’une société de gardiennage, a été arrêté dans une de ces maisons alors qu’il rentrait chez lui pour récupérer. Selon ses voisins, ce sont des policiers à bord d’un véhicule double cabine (IT 617) qui l’ont embarqué.

Un autre jeune homme a été également appréhendé par la police à la 9ème avenue, Nyakabiga II. Selon des témoins, il n’était même pas en train de manifester mais son téléphone contenaient des messages sur le réseau social WhatsApp.

Kiremba : des manifestants scandant des slogans hostiles au troisième mandat dans la rue

12h. Ils étaient au moins des centaines à la bifurcation communément appelée «Ku Masanganzira» à scander des slogans contre le troisième mandat du président Pierre Nkurunziza. Ils étaient ponctués de coups de sifflets assourdissants pour accompagner leurs chansons fétiches : «Poritike zirarutana»(Les politiques ne s’équivalent pas).

Plusieurs d’entre eux se déclarent être fidèles à Agathon Rwasa, il y en a même qui brandissaient le portrait de ce leader historique des FNL. Ces manifestants se sont dirigés au chef lieu de cette commune de la province Ngozi. Les policiers en faction à cet endroit n’ont pas voulu intervenir face à cette marée humaine.

Maison brûlée par les grenades lacrymogène lancées par les policiers à Cibitoke 17ème avenue numero 4

Maison brûlée par les grenades lacrymogène lancées par les policiers à Cibitoke 17ème avenue numero 4

Cibitoke: une maison brûlée par des grenades lacrymogènes

11h. Les policiers étaient à la poursuite d’un groupe de manifestants à la 17ème avenue quand ces policiers ont commencé à lancer leurs grenades lacrymogènes. Ils se sont dirigés vers un portail situé sur cette avenue. «C’est au numéro 4. Ces forces de l’ordre se sont introduites dans la parcelle, ils ont ouverts une fenêtre et ils ont balancé plusieurs grenades lacrymogènes dans cette maison. Ils croyaient qu’il y avait des manifestants retranchés dedans. Il n’y avait que deux personnes dont le propriétaire de la maison», raconte un jeune manifestant posté non loin du lieu du drame. La maison a directement pris feu, ces policiers tiraient aussi à balle réelle.
Les manifestants qui tentaient de regagner l’avenue des Forces armées dite «Kurya Kanyoni» ont été vite dispersés à coups de gaz lacrymogènes et de tirs à balle réelle.

Mutakura: un jeune manifestant blessé par balle

11h. Il y avait une tension dans ce quartier, plusieurs groupes de manifestants voulaient se rassembler sur le boulevard du 3 septembre dégagé dernièrement pour permettre la circulation sur cet axe principal menant vers Muzinda. C’est à ce moment que les policiers postés le long de cette route ont tiré à balle réelle pour disperser les manifestants blessant ce jeune homme.

«Il s’appelle Révérien Nduwimana, il a été touché au bras gauche et c’est une ambulance de la Croix Rouge qui l’a évacué», raconte un des manifestants scrutant la rue pour ne pas se mettre à découvert. Pour traverser les rues, ces manifestants doivent s’assurer qu’il n’y pas de policiers en vue.

3 jeunes manifestants arrêtés à Musaga

10h 30. Ils étaient à Kinanira I à l’endroit communément appelé ’’Socarti’’, , ils tentaient de se regrouper pour rejoindre l’axe principal quand ils ont été surpris par des policiers au bord d’un pick-up. Ils ont été vite embarqués.

Les policiers postés à toutes les rues donnant sur la RN7, pratiquement vide, ont tiré à balle réelle pour décourager tout regroupement de manifestants. Certains policiers étaient armés de mitrailleuses, de grenades lacrymogènes et même de lance-roquettes.

Les quelques bus et les quelques motos qui s’aventurent sur la route menant vers Musaga s’arrêtent à une cinquantaine de mètres de la première avenue de peur d’être pris à partie par des manifestants.

Nyakabiga : une nouvelle façon de manifesterNyakabiga: une nouvelle façon de manifester

7h. C’est assis à l’intérieur de leurs quartiers, au milieu des avenues pavées que les manifestants de Nyakabiga ont choisi de manifester leur mécontentement. Ils scandent des slogans anti troisième mandat.

Ces manifestants avaient essayé d’occuper l’avenue de la République sans succès. Ils ont été vite repoussés par une armada de policiers en faction à tous les carrefours se trouvant sur cet axe séparant Nyakabiga II et III.
Aucun coup de feu, aucun jet de pierres, n’est enregistré, du moins pour le moment.

Cibitoke : les manifestations reprennent de plus belle

6h30. Selon des informations en provenance de la commune urbaine de Cibitoke, il y a déjà des heurts entre les policiers et des groupes de manifestants venus de toutes les rues donnant sur l’avenue des Forces armées appelée ’’Kurya Kanyoni’’. Au moment où ces manifestants tentent de se regrouper, les forces de l’ordre les dispersent par des tirs de sommation. Ces jeunes ripostent encore par des coups de sifflets et des slogans anti troisième mandat.

  33   Vos commentaires
  1. Mutama

    Finalement nos « fameux defenseurs de droits humains » , Nininahazwe, et consorts, sont en train de virer vers le statut de « chefs de guerre ».

  2. Inyankamugayo

    Barundi arrêtons d’attiser le feu de la guerre. La jeunesse que certains politiciens égoïstes veulent mettre sur une pioche guillotinaire. Rwaruka ja mudukorwa twanyu abiga bige ko ata muntu ariko arababuza kwiga nkuko vyahoze kera, abarima barime abadandaza badandaze.

  3. Shemeza

    Nimuhe ico gipolisi akazi sinon bahembwa aya gusa. Ikibi ariko nuko babandanya gukomeretsa no kwicira ubusa abantu!

  4. Jambo

    Aux organisateurs des manifestations,

    Tant que les manifestations resteront retranchées dans les quartiers, vous n’atteindrez jamais votre objectif .D’ailleurs,l’essoufflement est évident alors que la manifestation d’aujourd’hui était censée être la plus vigoureuse par rapport aux précédentes.Changez de tactique,et l’exemple burkinabé doit vous servir d’exemple selon François Hollande. L’usure sur laquelle vous espériez affaiblir le camp adverse n’est pas votre allié du fait de l’immaturité du pouvoir en place ,de la fatigue des gens qui sont dépitées des manifestations improductives et interminables sans oublier les raisons économiques désastreuses.

  5. Bizobaramire ariko ibiraho mbona uwoshaka yoheba. T wibuke ko Ubundi bwahindutse, kandi bagishaka intwaro zouye kumguvu bamanye ko vyaheze. La meilleure solution ni kuja ku miririmo, gukora.

  6. kiki

    je vous salue Marie est une arme à double tranchante plus que ces lacrymogène et karash. je suis confiante en elle par notre faiblesse qu’elle portera nos prières à son cher enfant et d’ici 10 jours vous verrez le changement dans notre patrie. Béni sois tu Seigneur Dieu de l’Univers

    • Blue Bird

      Murasaba ntimuhabwa kuko mutazi gusaba a dit Jésus. Tu peux pas citer tes je vous salue marie et penser que tu pries , mais au contraire uba uriko urabandwa. Marie c’est une femme qui a été bénie pour qu’elle soit juste une porteuse.Elle n’est pas la mère de Dieu comme tu le crois. Car si tu es une femme ou homme , tu es sans ignorer que pour etre mère d’un (e) enfant , il faut un partenaire. Dans le cas où marie serrait la mère de Jésus , j’aurait aimer savoir qui était son partenaire. La bible nous dit que Le père de Jésus est Dieu. Meme si vous etes mal enseignés tu ne vas pas nous dire que Dieu a quelque chose à faire dans les relations sexuelles. En conclusion si tu pries adresses tes supplications à Celui qui était porté mais pas à la porteuse.

      Sois béni(e)!

      • Kabalisa

        Blue bird, il ne faut juger personne car toute personne a le droit de croire de sa façon et nous sommes nés avec des opinions et choix différent et ce qui est nécessaire c’est la tolérance des croyances des autres. Je crois en Seul Dieu qui unit toutes les religions et ce qui est important c’est d’accepter les uns des autres sans critiques ou jugements.

        We should not care which way people pray for others, because every prayer no matter which congregation values at the same weight. La vie est trop courte et let people be and believe what they want regardless whether you like it or not.

        Please Blue bird, pray for Burundians to reach peace, love and prosperity. best regards!

  7. Kovu

    « Un autre jeune homme a été également appréhendé par la police à la 9ème avenue, Nyakabiga II. Selon des témoins, il n’était même pas en train de manifester mais son téléphone contenaient des messages sur le réseau social WhatsApp. »

    Jusqu’où iront t’ils? Les policiers ont-ils oublié qu’ils sont logés, nourris et rémunérés par celui qu’ils persécutent?

    Ese icompa imiryango yabo igatangura ikabaca, umwe umwe, gushika aho batora akenge!

  8. Umuntu wese yibaza ko Peter yatsinze urubanza rwo kugira abaja abanrundi arihenda rwose. Subiramwo musome neza ivyo JO yanditse. J’y souscris entièrement. l’avenir proche du pays réserve une surprise à Peter et à sa clique. Ku neza yanyu ntimuzokwerekane publiquement ko muri inyuma ya Peter ariko ashaka tuga uburundi mu manga kuko mwebwe n’abanyu mwobura iyo munyikira muri kazoza kandi ka hafi.

  9. nturenganwe

    On ne peut pas avoir de l’omelette sans casser les œufs. En tout cas avec Nkurunziza et son groupe, pas d’avenir certains pour les jeunes et les futures générations. Les jeunes acceptent tous les risques car ils trouvent qu’avec Nkurunziza et son groupe, leur avenir est hypothéqué.
    S’il ne sont pas nombreux dans la rue, cela ne veut dire qu’ils ont fini par accepter le mandant de trop de Nkrunziza comme certains semblent vouloir convaincre l’opinion.
    Pourquoi cette terreur de la police et de l’armée contre des civiles non armés. Une dizaine de manifestants comme l’affirme les partisans du mandat dangereux?
    Que Nkurunziza le sache, il n y a pas de Burundais intelligent et clairvoyant (évidement il y a son groupe et ceux qui profitent directement des miettes qui tombent de leurs tables qui ont intérêt à le soutenir) qui soutiennent ce mandant. Qu’il ne se fait pas d’illusion parce que se dit-il le nombre de manifestant a diminué.
    Nous sommes nombreux à prier pour que Dieu l’aide à prendre la bonne décision, celle de ne pas violer l’accord d’ARUSHA, socle de la réconciliation des Burundais.
    Même s’il se fait élire par force, nous continuerons la prière et la vérité finira par triompher sur le mal préparé par le groupe de Nkurunziza pour le peuple Burundais.

  10. jovit

    Les manifestations sont pour l’instant la meilleure sinon la seule forme de résistance efficace contre le régime Nkurunziza qui essaie de jouer la montre en misant sur la lassitude des opposants à sa candidature à l’élection présidentielle. Ceux qui attendent le salut du Burundi du côté des rencontres diplomatiques internationales ou régionales se trompent. Dans un soulèvement contre une une dictature, aucun peuple n’a obtenu gain de cause par la grâce d’une intervention diplomatique étrangère. Celle-ci peut servir dans une médiation bien sûr mais c’est la lutte du peuple qui décide.

    En 1994, l’ONU avait pré-postionné 2500 soldats au Rwanda pour prévenir tout dérapage dans la mise en place de l’accord de paix signé à Arusha (lui aussi) 8 mois avant le genocide. Ce contingent a été immédiatement retiré du Rwanda dès les premiers coups de machette des Interahamwe et des ex-Far contre les Tutsi et les opposants politiques Hutu au régime génocidaire, et ce sont les Rwandais eux-memes qui ont du arrêter la main de leurs tueurs. Le Rwanda de 1994 n’est pas le Burundi d’aujourd’hui certes, mais pour ce qui est du souci que la soi-disant Communauté internationale peut se faire concernant la vie ou la mort des peuples d’Afrique, nul doute que c’est la même indifférence. Seul le peuple du Burundi est maître de son histoire. Les interventions extérieures sont toujours suivies de la présentation d’une facture. Et quelle facture un peuple va-t-il payer à ses libérateurs extérieurs sinon le prix de sa souveraineté elle-meme?

  11. GACIYUBWENGE

    Umaze kubona ibintu bidahinduka pendant plus de 10 ans, ico uba usigaje ni ukubisa abandi bakagerageza. Ingorane dufise mu gihugu cacu nta muntu numwe mu bifuza gutwara igihugu mbona ariko aratanga imigambi irashe y’ingene azoteza imbere igihugu na benegihugu atari ukuzana ico abaswahili bita « porojo « , ni ukuvuga akarimi giusa katajana n’ingiro. Tenez, mushobora kumbarira gute ukuntu igihugu kizotera imbere batareka ngo abagwizatunga bakore birebanga, canecane abeneguhugu, kuko abo nibo bazokwangaja n’abantu mu kazi, chômage yabaye ndanse mu Burundi ikagabanuka. Mushobora kwumva gute ukuntu abarundi hafi nka bose, surtout urwaruka, baheza amashure bazi ko bagiye kuronka akazi muri Leta canke abakozi bo mu bureau? Mushobora gute kwumva igihugu le secteur secondaire est quasi inexistant, ugasanga abantu nta créativité bagira, n’uwuyigize nawe ntagira ikimushigikira!!!!! Nibaza ko aho ariho uwo mukuru w’igihgu yar’akwiye kuraba akikubita agashi akavuga ati « koko, narananiwe gushikana igihugu aho categerezwa gushika. Umugambi wo kwubaka présidence wabaye agitanguye gutwara, none imyaka icumi raheze ata n’itafari rya mbere rishizweho, CVR iri hehe? Abashikiranganji bo ngera aho nibaza nimba ari abo gutonda mu biro no guhembwa gusa. Ni vyinshi.
    ARIKO MPANURE UWUZOTWARA ICO GIHUGU CACU WESE, NTACO BIMAZE KWITWA NGO URI UMUYOBOZI UTAZI KWIYOBORA WEWE UBWAWE! Ntaco bimaze gutwara igihugu ufise abahanuzi bagufasha kurya no gusahura igihugu aho kucubaka,; ntaco bimaze kubona abana b’igihugu bariko bicwa n’inzara n’ubukene ukumva umutima ntusimba; ntaco bimaze kubaho udahanurwa kandi utigarura kuko ni akamaramaza. Rero uw’ari we wese, azotwara iki gihugu, ica mbere , rondera abahanuzi beza et des bons stratèges mu bijanye n’iterambere ry’umurundi wese n’Uburundi, atariry’abantu kugatwe kabo gusa; kora ibishimwa na bose kuko ejo bizogukurikira hamwe n’uruvyaro rwawe, korera abarundi bose atari ubwoko (nsanzwe ntanemera ko mu burundi hari ubwoko, mais plutôt des classes sociales »voir définition y’ubwoko »), rondera na ntaryo ineza ya murundi wese n’umwidegemvyo wa buri wese. Ibindi bijanye n’impanuro ni ikindi gihe.

  12. MINANI

    Si les organisateurs des manifestations avaient une intelligence politique, ils devraient étudier une autre méthode de contestation. Des manifestions qui ont duré un mois sans rien changer dans les décisions politiques, sans influer sur les négociations en cours au MENUB, sans influer sur les décisions des Chefs d’Etat de l’EAC; de telles manifestations ne produiront rien comme résultats sur le MANDAT.
    Ces enfants sont entrain de perdre leur temps. D’ailleurs tout le monde voit que les effectifs diminuent de jour en jour. PACIFIQUE devrait changer de méthode pour sauver ces enfants de la rue car ils courent un risque inutile, étant donné qu’ils deviennent de plus en plus identifiables de par leur nombre décroissant, ce qui n’est pas bon pour leur avenir car les agents du SNR les attendent au tournant après les élections!!!

    • SEMIGABO

      @MINANI,
       » PACIFIQUE devrait changer de méthode pour sauver ces enfants de la rue car ils courent un risque inutile, étant donné qu’ils deviennent de plus en plus identifiables de par leur nombre décroissant, ce qui n’est pas bon pour leur avenir car les agents du SNR les attendent au tournant après les élections »

      Minani we, les policiers (y compris les agents des SNR) qui leur tirent dessus à balles réelles et les tuent souvent sont aussi identifiables et leurs photos et vidéos, circulent en temps réel sur tous les réseaux sociaux…!!! Il y en a qui risquent de finir leurs jours à La Haye comme Milosevic et Laurent GBAGBO…! La roue de l’histoire n’arrete jamais de tourner…Let us wait and see..!

    • Democrate

      On ne peut pas avoir de l’omelette sans casser les œufs. En tout cas avec Nkurunziza et son groupe, pas d’avenir certains pour les jeunes. C’est pour cette raison MINANI qu’ils vont jusque à accepter le risque de perdre la vie pour sauver ce pays. La patience est amer mais ses fruits sont délicieux, courage chers jeunes!
      Plutôt, la famille Nkurunzira,’ très chrétienne’ devait méditer sur ce qui se passer et se ressaisir pour ne pas continuer à hypothéquer l’avenir de cette jeunesse et celle de nos enfants!
      Prier sans cesse pour Nkurunziza et son groupe pour qu’il soit éclairé et prennent des décisions qui garantissent un bon avenir pour ce pays!

  13. GACIYUBWENGE

    Burya niho ncemera ko umukuru w’igihugu yica amatwi. Umaze kuba uri umuvyeyi, ukabona abana barira kandi bakwereka ko ingingo ugira ufatire umuryango itubaka, ukaguma udadaza, en fait ntuba ukunda famille yawe, uba ukunda inda yawe. Ubonye aho uBurundi bugeze mu gusubira inyuma, ukibuka ko uwubuyoboye pendant 10 ans atakarusho yabuzaniye malgré les avantages zose yar’afise, ukabona abamukikije basomambike biwe barujuje ubutunzi kuburyo naho boba bahembwa plus de 15 millions de francs Bu par mois batopfa baronse pendant 20 ans.

  14. Jamahaar

    @NN, Ce n’est pas une perte de temps du tout.C’est toi et les autres qui n’ont rien compris au mouvement de contestation contre le 3eme mandat de Pierre Nkurunziza en violation des Accords de paix inter-burundais d’Arusha et la Constitution de la Republique du Burundi.Ce que ces jeunes font dans ces rues de Bujumbura, sous le soleil brulant et parfois sous la pluie, c’est pour l’avenir de la democratie, la dignite et le respect des lois du pays.Les souffrances qu’ils endurent sous les balles reelles , les gaz lacrymogenes et bastonnades de cette police violente et non respecteuse des droits de l’homme et des libertes publiques vont la peine d’etre supports au lieu de se taire et mourir dans l’indignite et l’injustice.Meme pour rien on meurt.Ne te trompe pas les organisateurs de cette constestation contre le coup d’Etat constitutionnel opere par Nkurunziza et son parti CNDD-FDD ne dorment pas et encore moins ne se la coulent pas douce, au contraire ils travaillent jour et nuit pour que cette noble entreprise aboutisse et que la tyrannie incarnee par Nkurunziza et sa clique autour de lui soit eradiquee a jamais afin que le Burundi soit connu comme une nation respectueuse des principes democratiques d’alternance politique, de respect des droits de personne, de la liberte d’expression et de manifester , des libetes elementaires universellement acceptees comme valeurs sont acteuellement confusques par le regime en place au Burundi depuis 2005.La liberte ne se donne pas sur un plateau d’argent, elle s’arrache meme a coup de sacrifices de morts, blesses et prisonniers.Il n’y a rien pour rien.La lutte doit continuerIl n’y a pas d’autres alternatives.

    • Gima

      Mais ces bus et motos qui sont incendiés tous les jours, sont-ils aussi pour le nouveau mandat de Nkurunziza? Les vendeuses de légumes tuées à la grenade, les propriétaires des véhicules calcinés, les clients du dancing club Cristal que Placide le militant du MSD a failli tuer, sont-ils pour le mandat de Nkurunziza? Tous les assassins du monde vous jurent qu’ils le font pour le bien! Au demeurant, toute cette richesse que les manifestants envoient en fumée, le patron de l’OLUCOME n’en dit rien ?

    • Augustin

      Sur ce site je vois qu’on parle de balles reelles et grenades lacrimogenes et j’en passe.
      1)Y a t il des balles fausses ?
      2) on parle de l’armement des policiers .Au journal IWACU de verifier l’arsenale policiere qu’on a deploye aux USA durant les recentes manifestations de FERGUSON au USA et autres pays ‘democratiques » et comparer avec notre police . vopus m’en direz des nouvelles

      Salut

  15. NN

    manifestation y’abantu dix, hahahahahahahahha!!!!

    • JO

      Qui dit que c’est une perte de temps refuse de voir la réalité ou est aveugle. Il n’a jamais entendu les conséquences: appui de la communauté internationale qui n’hésité pas à se prononcer contrer le 3ème mandat, gère des aides à la police, aux élections, report des élections, pression de toute part, …. Le pouvoir est désemparé… Démissions à la CENI, à la cours constitutionnelles, les églises qui dénoncent, … Il n’a jamais entendu tout ça??? ou il refuse de voir la réalité en face… Si Pierre pense qu’il fera les élections tout seul, bon courage à lui… S’il pense pouvoir disposer suffisamment d’argent pour compenser les manques à garder des aider perdues et qu’il sera capable de payer même les fonctionnaires de l’Etat, l’Armée et la police… Courage à lui… Et bientôt, si nos militaires et policiers en mission seront chassés (Les USA menacent de n’ai plus financer leurs paiement à l’Union Africaine)… alors, ils reviendront souffrir dans la misère avec toute la population burundaise et on verra s’ils pourront continuer à tirer sur les gens en connivence avec la police alors qu’ils n’auront plus droit à leur salaire…

      SINDUMUJA… Vive le Burundi… A bas la dictature

    • kariyo

      bary bicaye mu nyakabiga nisinzi wa mugabo we!!!!Petero aragowe ko barya barundi bamwiyamiriza!!!!LLLLLLOOOOLLLLL

  16. NN

    Abo bana barambabaje…. Ivyo bagira c’est une perte de temps, la rue ne ressoudra jamais leur problème. en plus de cela les commanditaires de ces manifestations sont à l’abri entrain de tourner les pousses et ce sont eux qui respirent l’air pollué par la brulure des pneus. Ah bon entendeur…..

    • Est ce que Peter, Nyamitwe, Adolphe, Bunyoni,etc. ne sont pas à l´abri? Tu voudrais qu´ils viennent aider les policiers? C´est la même chose. Chacun a sa façon de s´organiser. Les commandants restent dans leurs postes pour bien diriger les opérations. Uhenda nde?

      • Filed de l'homme

        Mugabo bobo barahemba abo bapolisi kandi bakabaha nama mission de la paix abaha ama dollars bakubaka amazu bastions n’imitahe baha abagore babo! ?
        Abo bana bazobaha iki???

        • Abo bana bakeneye ikiruta ivyo vyose uvuze abapolisi bahabwa: Uburundi burimwo amahoro, bwubahiriza amategeko kandi bukubahiriza ico abarundi bo nyene bayaze bakumvikanako kikaba cari caduhaye amahoro, aho umurundi afise uburenganzira bwo gutora uwo ashaka(ata busuma), butagira corruption nk´iyihari ubu, burimwo démocratie, vision yerekeza kw´iterambere(apana amavocats no gukina agapira) igaha akazi abarundi, ata macakubiri ayo ariyo yose yokwongera kugaruka nk´iturufu, etc.

          Batabiharaniye ubu bizoba biheze. Nkurunziza azoca atwara imyaka n´imyaka kandi ngira urazi ko ses 10 ans ataco zatumariye, on mérite mieux que ça.

          Ngira watahuye?

        • mandela

          Justement Nico cishe bâ Peter. Babona inzu nini z’ivyumba 20, babamwo ari a peine 4. Bakabona imodoka na 2 ème bureau ngotwashitse. Ni Naco gituma vision 2025 yabataye ou wamazi. Pôle saana. But we gonna get rid of you soon,.

  17. MAZA

    Il ne nous reste qu’à prier le seigneur tout puissant pour qu’il inspire notre président, son fidèle serviteur pour qu’il soit inspiré par l’Esprit saint et respecter la constitution et les accords d’Arusha, les bibles de la paix au Burundi. Amen.

    • Bien dit Maza.est ce que tu pries vraiment?Si c’est vrai les choses finiront par changer.Seulement on ne force pas Dieu,Il fait ce que bon lui semble.Continu a prier,je le fais chaque soir aussi.Si Dieu ne change rien,c ‘est peut etre qu’Il l’a déjà fait et qu’on ne l’a pas su,c’est aussi possible.En fait Dieu aime les deux parties entagonistes!!

      • On vous a menti, vous avez pris pas mal de casiers le 13/03/2015 croyant que c’était fini.La société civile,opposition et Rukundikiza vous mentent et vous vous exposé dans la rue devant une police très experimentée.Demandez aux somaliens,Maliens,Ivoiriens et ailleurs dans le monde ceux sont eux qui apprennent la façon de travailler à vos amis de l’occident.J’aimerais voir Paci Nin devant mais se cacher et commender via facebook,imo,telegram,viber ne pas suffisant.Il faut qu’ils viennent avec ses amis montrer comment ils aiment ces jeunnes au lieu de leurs montrer comment vivre via les travaux génératrices de revenu comme pas mal de burundais le font seulement cela va finir il y a quelques minutes je regardais sur France 24 le nombre des manifestants devant un caméras du correspondant de F 24 était insignifiant; vous vous ridiculisez pour rien et vous n’arriverez à rien vous êtes suivis à la loupe même paci on connaît ou il est wait and see le temps nous en dira plus.

      • Blue Bird

        Mbega igihe Imana yaha Israel la palestine nticari igihugu c’abandi , canke igihe iyo amérika aba banyamerika bayizamwo nta benigihugu bari bahari .Dieu est souverain ,Il fait ce qu’Il veut et personne pour Le contredire.
        Quand vous priez , ce n’est pas en répétant ces je vous salue marie que mon Seigneur doit changer sa volonté. Vous devez prier en Esprit et en Vérité .

        • mandela

          Bleu bird, gira ico usonera. iyo uvuze ngo  »ces je vous salue marie », tu veux dire quoi? ubaha aba vuga ico gisabisho sinon quand l’Éternel châtie ce n’est pas du jeu, mon ami.

Publicité