http://www.iwacu-burundi.org/wp-content/uploads/2016/12/Mail-Room-VA-7dec.pdf
Archives

Électricité : des lecteurs d’Iwacu en parlent. Et vous ?

08-09-2011

Après [la prolongation des délestages de 12heures par la Regideso(ce qui donne 24heures sans courant électrique), nos lecteurs ont exprimé leur stupeur. Et proposé des solutions…

Par Kirahiye

Les solutions de la Regideso sont finalement bizarres :
– A ses clients de patienter et d’attendre la pluie qu’ils auront au mois de… {so sorry, but I don’t know when}
– Au Gouvernement (donc aux contribuables) de payer 47.000.000 FBu/jour pour faire fonctionner une centrale thermique. Ceci fait donc 1.410.000.000Fbu/mois ou 16.920.000.000Fbu/an.

Ma solution dans une année serait celle-ci :
– {Wind power turbines} ayant une capacité de 10 mégawatts et pour une valeur de moins de 16 milliards. Vous n’aurez pas besoin des pluies pour les faire fonctionner alors et ceci pour plus de 50 ans.Voila donc un grand investissement.
– Le Burundi a une capacité ne dépassant pas les 50 mégawatts. C’est choquant.

Et soyons francs : la Banque Mondiale donne des groupes électrogènes qui consomment plus de 23.000 litres/jour et le BURUNDI accepte et surtout remercie cette Banque ? Wooow je pense que ces groupes proviendraient alors des pays exportateurs du pétrole !
___________________

Par Inconnu

En effet, le Burundi devrait favoriser l’installation des plaques solaires. Le directeur général de la Regideso connaît tout de même l’existence de cette énergie ! Pourquoi il ne confectionne pas un dossier technique à cet effet à son ministre pour le défendre politiquement ? Abamuzi baramubaza atwishure.
_____________________________

Par ndagijimana

@KIRAHIYE,

Ta solution n’est pas bonne du tout, pour faire tourner une éolienne il faut tenir compte de la vitesse du vent ; une éolienne pour qu’il fonctionne, il faut que la vitesse du vent soit > ou = à 4m/s, au Burundi on a pas ces vitesses de vent, on est en dessous de 4m/s. Pour le solaire, l’investissement pour 1 kwh est à peu près à 400 Fbu, le gouvernement a encore du pain sur la planche. Pour moi la solution est un barrage hydro-électrique, le Burundi a une capacité potentielle en énergie hydraulique de plus de 300MW si je ne me trompe pas mais il faudra au départ faire une bonne étude de ce barrage, pas faire un barrage avec de l’eau perdue à 100%, c’est à dire il faut faire un barrage avec des pompes de récupérations de l’eau après son passage dans les turbines pour remplir de nouveau le lac de rétention, pas la totalité au moins 50%. Si Rwegura était construit de cette façon, il y aurait moins de délestage.

Publicité