À propos de ...

Le pays de cocagne

Willy NyamitweEn écoutant les dirigeants burundais décrire la situation de paix et de tranquillité qui règne sur toute l’étendue du pays, la blague de « Toto en ex URSS » me revient en mémoire :

Un inspecteur du parti totalitaire soviétique devait visiter une école ; la direction de celle-ci choisit la classe de Toto comme modèle. Durant la préparation de la visite, Toto tomba malade et ne fut rétabli que le jour J c’est-à-dire au moment de la visite du représentant de l’Etat. Pendant la cérémonie ce fut une litanie de questions et de réponses de ce style :

– Question à la classe : « Quel est le pays où les enfants ont les plus beaux livres scolaires? »

– Réponse à l’unisson : « C’est l’URSS ! »

– Question à la classe: « Quel est le pays ou les enfants étudient le mieux ? »

– Réponse à l’unisson: « C’est l’URSS ! »

– Question à la classe: « Quel est le pays où les enfants reçoivent le plus souvent de beaux cadeaux ? »

– Réponse à l’unisson: « C’est l’URSS ! »

– Question à la classe : « Quel est le pays où les enfants ont les plus beaux jouets ? »

– Réponse à l’unisson : « C’est l’URSS ! »

– Question à la classe : « Quel est le pays où les enfants sont le plus heureux ? »

– Réponse à l’unisson : « C’est l’URSS ! »

Au bout d’un moment, on entend des sanglots venant du fond de la classe : c’est Toto qui pleure à chaudes larmes. On s’enquière de ce qui lui arrive et l’enfant de répondre haut et fort : « Je veux vivre en URSS ! »
A écouter les thuriféraires du pouvoir, comme Toto je me surprends parfois à avoir un nœud dans la gorge et vouloir aussi vivre dans ce pays où coulent le lait et le miel appelé « BURUNDI ».

  43   Vos commentaires
  1. JP-K

    Cher Jean-Marie Ngendahayo,

    Dans le Burundi du CNDD-FDD, Toto aurait reçu de l’inspecteur une balle dans le front. Toto est certainement de l’âge de KOMEZAMAHORO. Et si ses petits copains de scouts rouspétaient, quelques gaz lacrymogènes feraient l’affaire. S’ils restent calmes !

    La véritable jauge pour mesurer la paix chantée par ces thuriféraires du régime est l’armada de tireurs aux armes pointées directement sur les paysans partout ou le chef passe.

    Cela me rappelle les pays de terreur. Les zones de la mafia. Le crime organisé. Tout sauf un pays de droit.
    Je me pose souvent cette question: et si cet homme était lui-même en otage? Ou, en incapacité de jugement peu importe la cause (maladie, stress post-traumatique par exemple), un état de santé exploité par un groupe dont la priorité n’est pas ce pays de droit?

    Parce que ce qui se passe dépasse l’entendement. Un ami disait que « la situation est grave que prévu ».

    Cordialement
    JP-K

  2. Terimbere

    Je n’arrive pas à comprendre le mobile de votre censure!!!!
    Je suis sur que je n’ai violé aucune règle de votre louable profession, je demande à ce que mon précédent message sur cet article soit publié!
    Il parlait de cette nouvelle idéologie, LE NYAMITWISME, parlé pour la première fois par son même auteur sur son compte tweeter!
    Merci

    • Jambo

      @Terimbere
      Ne t’inquiètes pas si ton message ne soit publié,il s’est peut être égaré ou a été censuré ,la rédaction l’ayant jugé « sensible ». L’auteur de cette idéologie est certes futé,malin mais affiche un mépris certain envers les gens qui tombent dans son piège en répondant à ses provocations.Les révoltes de gens sont sa source de nourriture principale.Le mieux ,c’est de l’ignorer en le privant de « quoi vivre ».Un proverbe chinois dit: »Le sage s’interroge lui même et le sot interroge les autres ».

  3. ntsimbiyabandi

    Monsieur Ngendahayo devrait être vrai avec lui-même. Tout ne va pas bien dans tout le pays comme tout ne peut pas aller bien même dans sa famille. Même du temps de la monarchie, tout n’allait pas bien partout et en tout. Il y a toujours des problèmes aujourd’hui comme du temps où il a usurpé un siège de Cibitoke à l’Assemblée Nationale. Malgré tout, le peuple l’a adopté, l’a respecté. Je l’invite à faire de même et à se réjouir ou à pleurer avec ceux et celles qui l’ont « élu » en 1993.

    • Jean-Marie Ngendahayo Jean-Marie Ngendahayo

      Cher Ntsimbiyabandi,

      Je n’ai jamais usurpé quoique ce soit et surtout pas mes multiples élections comme député en province de Cibitoke. La médisance est un plat amère pour celui qui le prépare.

      Bien sûr que rien n’est parfait sous le soleil. Mais c’est justement le but de mon propos: m’étonner que nos autorités soient incapables de reconnaître les malheurs auquel fait face la population aujourd’hui malgré leur obstination à vouloir rester au pouvoir contre vents et marées. Des militaires sont tués par dizaines sur le champ d’honneur et rien n’est fait: pas de deuil national, pas de couleurs en berne. On festoie un 1er juillet au moment où des dizaines d’enfants et de parents innocents tombent sous les balles d’assassins de la république!

      C’est cette myopie politique et spirituelle qui me laisse pantoi.

      Ici, j’en pleure vraiment.

      • Ndihokubwayo

        @Jean-Marie Ngendahayo: «C’est cette myopie politique et spirituelle qui me laisse pantoi»
        Mushingantahe Ngendahayo, je ne comprends pas comment, avec ton bagage intellectuel et expériences professionnelle et politique hors du commun, utiyumvira no kuba au moins un candidat indépendant aux présidentielles pour faire mieux que l’anti-Hutu et anti-Ganwa Micombero, les pro-Tutsi Bagaza et Buyoya, le martyr Ndadaye, le malchançard Ntaryamira, le détesté Ntibantunganya, l’a.i. Ndayizeye et par-dessus tout l’obstiné Nkurunziza. Ibibazo vyugarije abanyagihugu n’ababatwara ubizi nka «Dawe wa twese uri mw’ijuru», none n’iki kibura ou qui bloque kugira utange ubufasha au niveau de la hiérarchie suprême? Sincèrement parlant, je pense que je vivrais mieux dans un Burundi sous ton égide, exempt de haine ethnique et de violation des droits et lois fondamentaux. À voir ce que tu écris et l’humanisme que cela transcende, tu pourrais être ce Président burundais rassembleur qui inspire confiance à ceux qui voudraient voir notre Burundi être ce véritable Pays où coulent le lait et le miel en abondance! Remarquez que c’est moi qui le dis, et je suis convaincu qu’il y a d’autres qui abondent dans le même sens. Et parlant de la sainteté des gens, ce n’est pas parce qu’il ne peut y avoir un chef d’État «Saint» à la tête du Burundi que ce dernier doit être condamné à n’être gouverné que par de piètres présidents, ce serait insensé! J’ose toutefois croire que la crise politique en cours au Burundi nous laissera des enseignements profitables sur la manière surtout dont nous devrions désormais cohabiter ou se défaire des dirigeants obsédés du pouvoir, sans quoi nous ne serons jamais respectés dans nos droits et dignité de citoyens et de citoyennes barundi!… Merci encore, Mr Ngendahayo, pour votre article très émouvant !!!

        • Jean-Marie Ngendahayo Jean-Marie Ngendahayo

          Cher Ndihokubwayo,

          Ce ne sont pas les candidats au poste de président du pays et qui en ont de meilleures qualifications que moi et qui le désirent ardemment qui font défaut. Non, ce qui manque c’est que chaque citoyen où il se trouve travaille pour la paix et la démocratie au Burundi. Etre un excellent médecin, c’est remplir cet idéal; être un magistrat intègre c’est contribuer à la paix et à la démocratie; être un excellent soudeur, c’est participer à ces idéaux visant la concorde nationale. Si chacun fait bien ce qu’il doit faire en toute honnêteté et en toute objectivité, le pays se développera et il y fera bon vivre pour nous et pour nos amis étrangers.

          Fraternellement

  4. Monsieur Jean Marie,
    La paix au Burundi ne dépendra que de nous les Burundais, de notre comportement . Personne ne nous amènera la paix sur un plat. L’ONU, l’UE, l’UA , l’EAC etc. ne nous apporteront pas la paix si nous ,nous ne voulons pas. Ce que nous voyons tous les jours devait nous enseigner:
    Si vous avez un voisin où les enfants critiquent ou insultent publiquement leur père ou leur mère, pourriez-vous accueillir l’un de ces enfants chez vous avec vos enfants et espérer qu’il sera obéissant ? Si vous causez des troubles dans votre pays, est-ce que la France, les USA, les Pays-bas , la Belgique etc.vont-ils vous considérer comme un citoyen modèle dans leur propre pays?

    • mandela

      Me pere!!!! C’est Luis qui pietine led regles du jeux de LA maison! Et bien si ce pere east celui-la, he l’insuuuuuulte. Je lui donne-meme un coup de piece fans l……

    • Jean-Marie Ngendahayo Jean-Marie Ngendahayo

      Cher Ntahitangiye,

      Vous avez tout à fait raison, en « causant des troubles dans le pays » comme ceux là qui emprisonnent des justes, qui musèlent les media, qui tuent des civils innocents … les puissances mondiales ne les appuieront pas et ne les considèreront pas comme des dirigeants modèles.
      Fraternellement

  5. claude nahayo

    Solution pour arrêter cette folie meurtrière: Que le Sommet des Chefs de l’EAC du Lundi 6 juillet 2015 propose que toutes les élections soient faites le 31 juillet 2015 (parlementaires et présidentielles), conformément à la proposition des facilitateurs (EAC, ONU, UA). Que le gouvernement et l’opposition l’acceptent tous, et sans boycott, malgré tous les problèmes, y compris l’acceptation de la participation illégale du Président Nkurunziza: tout au moins, on sauvera ce qui reste à sauver, la moitie ou plus du parlement, même si la CENI reste la même. Le boycott signifierait, malheureusement, le choix définitif de la voie armée. Ne coupons pas le bébé en deux, faisons les concessions et les compromissions nécessaires: mucezo wa ndani. Nkurunziza et son système peuvent être battu à leur propre jeu électoral : usez partout des observateurs et l’endurance le jour des elections. Comptez vos propres voix du vote electoral.

    • roger crettol

      L’art de la concession suppose que deux ou plusieurs parties aillent à la rencontre l’une de l’autre. Dans la situation actuelle, on a vu le pouvoir refuser systématiquement, ouvertement ou usant de faux-fuyants, de quitter les bastions mentaux qu’il occupe.

      Paraphrasant Claudel, qui disait « la tolérance, il y a des maisons pour cela », on pourrait dire ici : « les concessions, ce sont mes dessous-de-table inaliénables, un point c’est tout ». Non-négociable, je vous le dis.

      J’ai sale gueule, je vous le dis en toute honnêteté. Au moins, je ne trompe personne.

    • Leon

      Claude Nahayo, au moins il faut respecter les règles du jeu! la solution que vous proposez ne peut pas tenir, nkurunziza ne doit pas rester dans la course. Si Pierre nkurunziza reste cela veut dire que les lois qui régissent le burundi sont bafoues !

  6. Messieurs DD-DD, Mutama, et autres partageant les mêmes utopies qu’eux,
    Vous ne savez certainement pas à qui vous avez affaire. A voir votre niveau de raisonnement, peut-être que vous êtes encore jeunes. Et je comprends alors l’origine de votre insoucience. C’est un manque de connaissance, une ignorance. Je vous exhonère de la mauvaise foi.Vous n’avez vu que le CNDD-FDD au pouvoir. Vous n’avez jamais vu mieux, ni au Burundi, ni en-déhors de celui-ci.
    Sachez que l’auteur de l’article est une personne respectable répondant au nom de Jean-Marie Ngendahayo. Je vais parler un peu de lui parce que je le connais, bien que lui il ne me connaisse pas . Le nom de Jean-Marie Ngendahayo ne vous dit certainement rien, vous les jeunes. Je vous enseigne: Jean Marie Ngendahayo est un Mugamwa qui n’a jamais vécu la pauvreté, mais qui a vu l’oppression. Oprresion faite sur les Bahutu principalement, mais aussi faite sur les Baganwa et d’autres Batutsi dits « du Tiers-Monde ». Encore une fois je vous agace avec des mots inconnus par la jeunesse. Sachez simplement que le « Tiers-Monde » d’il y a quelques années au Burundi faisait allussion, non pas à l’ensemble des pays en voie de développement (explication valable partout ailleurs sauf au Burundi), mais à toutes les provinces du pays sauf une qui était la seule où poussait le pouvoir. Tous les Bahutu et tous les Batutsi non originaires de cette province étaient pris pour des « sous-hommes », des vaut-rien ou des gens sans valeur, donc sans droit. Convaincu qu’il fallait se battre contre l’oppression, M. Jean Marie Ngendahayo se mit aux côtés de Ndadaye pour se battre, pacifiquement, pour l’instauration d’un système démocratique au Burundi, un système respectant les droits de l’homme, un système où tous les Burundais sont égaux devant la loi, bref un « Burundi nouveau ». Vous ne saviez certainement pas cela. Après seulement 3 mois dans le Burundi nouveau , les nostaligiques du système d’oppression ont tué Ndadaye et d’autres démocrates de l’époque. Jean Marie Ngendahayo, un des rares démocrates qui ont survécu, choisit de se batttre encore une fois pour la ré-instauration de la démocratie, cette fois-ci avec les armes, puisque le peuple avait déjà compris que seul le langage des armes pouvait être compris par le pouvoir totalitaire qui était de retour. Le voilà ainsi au CNDD-FDD, aux côtés d’autres que vous connaissez peut-être. Et je vous répète qu’il n’a jamais été pauvre, et qu’il ne se battait ainsi pas pour avoir du pain. Avec ces éloges que je lui fais, vous allez certainement penser que je lui demande quelque chose puisque vous avez vu peu d’hommes vertueux qui rendent hommage à celui qui ne connait pas, juste par appréciation de mérite. Ce sont des vertus que vous n’avez pas vues de nos jours, mais qui ont existé. De notre temps, nous louions les compétences et jamais la médiocrité, cette médiocrité qui semble avoir pris le devant dans tous les domaines de la vie du pays; quelqu’un me disait d’ailleurs il y a quelques mois que nous sommes dans un système médiocratique. Je ne demande donc rien à Jean Marie Ngendahayo, croyez-moi. Il ne me connaît même pas. Je vous dis tout simplement que c’est un homme à respecter.
    Comme un pouvoir totalitaire semble de retour au Burundi, ne soyez pas surpris que tous les aspirants à la démocratie soient actuellement déçus. Ndadaye ne s’est pas battu pacifiquement pour avoir un pouvoir comme celui que nous avons. Feu Simon Nyandwi, Niyombare et bien d’autres n’ont pas pris les armes pour ramener l’oprression dans le pays. Moi non plus. Ngendahayo non plus. Etc.
    Chers jeunes, à vous lire, je comprends, comme je l’ai dit avant, que vous n’avez jamais vu mieux. Sachez au moins que le mieux existe. Aspirez donc à vivre mieux et éviter de vous résigner à la stagnation ou au recul. Cet enfant cité dans l’anecdote de Ngendahayo n’avait jamais vu ce pays que les dirigeants voulaient pourtant décrire comme étant le sien. N’en est-il pas ainsi pour nos enfants? Dites-moi: un enfant à qui vous chantez que ce pays dans lequel nous vivons est un pays bien paisible et un « pays de lait et de miel » alors qu’il ne va pas à l’école depuis plus de deux mois sans que ce soit le moment des vacances, un enfant à qui vous chantez que ce pays est celui de « lait et de miel » alors qu’il vient de voir son père , son oncle ou tout simplement son voisin, lynché à Cibitoke, cet enfant à qui vous voulez faire chanter que ce pays est celui de « lait et de miel » alors qu’il a vu son camarade de classe dénommé Komezamahoro tué par les policiers sans qu’aucun crime ne lui soit reproché, cet enfant qui a vu tout ce millier de personnes crouées en prison et accusées de « soutenir ou appartenir à un mouvement insurrectionnel » juste pour avoir simplement dit « NON AU TROISIEME MANDAT DE NKURUNZIZA » et avoir exercé un droit constitutionnel de manifestation pacifique, cet enfant en exil en Tanzanie, au Rwanda , en RDC et même ailleurs, contrait justement de vivre en exil parce que ses parents étaient menacés de mort pour ne pas avoir adhéré au CNDD-FDD ou pour n’avoir pas soutenu le 3ème mandat du Patron, que voulez-vous que cet enfant vous dise? Que son pays est très paisible? Tant mieux si vos enfants y croient. Du moins si vous en avez déjà parce qu’à voir votre niveau de réflexion j’ai conclu que vous êtes encore jeunes. J’aimerais que les miens se retrouvent dans ce beau et paisible pays que vous chantez mais que je ne voie pas.

    Ndi LOLOLO, Umugumyabanga atari umugumyabondo

    • Blue Bird

      Je viens de cette province mais à l’age de 4 quatre ans ma famille a été humiliée et presque anéantie et appauvrie jusqu’à zéro parce que nous étions hutu. Par tes dires je comprend que les hutus de Bururi en compagnie des tutsi vous ont opprimés .
      Ma conclusion : Uri INJAVYI , UMUNYAMACAKUBIRI Y’ INTARA , URI MU BANTU BADASHAKA AMAHORO.
      Ndababazwa nukumva abantu bafata amabi yabaye ku ntwaro zaheze , bakabishiramwo abahutu b’i Bururi . Gusa ntimuzi ico muvuga, kandi iyo ngorane turazi abarundi batari bake muyifise .Imana iduharire.

    • Stan Siyomana

      @LOLOLO
      Grand merci de cet excellent commentaire.

    • Amani

      Mr LOLOLO,
      Vous avez oublié de mentionner que Jean Marie Ngendahayo a aussi représenté le FRODEBU dans les négociations de Kigobe-Kajaga et quelques mois après la signature de la fameuse CONVENTION DE GOUVERNEMENT par lui-même au nom de son parti il a fui le pays et le gouvernement de Ntibantunganya. Dans un interview à la BBC on lui a demandé alors s’il envisageait de joindre Léonald Ngangoma dans le maquis, il a repondu négativement en disant que Nyangoma est un extrémiste hutu. Mais deux ans après, j’ai été surpris de trouver Jean Marie Ngendahayo dans les rangs du CNDD-FDD présidé par Jean Bosco Ndayikengurukiye. A la chute de Ndayikengurukiye, monsieur Ngendahayo a proposé ses services à l’équipe gagnante, celle de Peter Nkurunziza et Hussen Radjabu, participant ainsi dans les négociations de cessez-le-feu entre le gouvernement de transition et le CNND-FDD. Il a été ministre de l’intérieur dans le gouvernement de transition (Ndayizeye-Kadege) sur le ticket du CNND-FDD. Je ne sais pas exactement comment et quand il est tombé en disgrace du CNDD-FDD, mais si ma mémoire est bonne, Ngendahayo s’est alors refugié chez le CNDD de Léonald Nyangoma. Aujourd’hui je ne sais pas s’il appartient à un parti politique ou s’il lutte comme indépendant dans l’un ou l’autre des mouvements anti-CNDD-FDD sous leurs nombreuses appellations (Sindumuja, société civile, manifestants pacifiques, anti-troisième mandats, mouvement Arusha).

      Ma question est de savoir si toutes ces migrations de Ngendahayo ont été motivé par ses principes politiques, l’opportunisme, ou l’espionnage? Ou tout simplement Jean Marie Ngendahayo est un génie politique mal compris et incapable de gagner la confiance de ses collègues? Ses prise de posotion recentes et son positionnement actuel me semble être guidé par une main étrangère invisible semblable à celle derrière les « manifestations pacifiques » et le coup d’état du 13 mai 2015. J’espère que lui et ses camarades du Sindumuja ne soient devenus de facto des ABAJA des Américains, Belges et autres néo-colonialistes.

      Aujourd’hui il appartient apparemment au mouvement Sindumuja, mais qui peut prendre le risque de prédire là ou notre intellectuel-politicien se situera demain et après-demain???

      • Jean-Marie Ngendahayo Jean-Marie Ngendahayo

        Cher Amani,
        1. J’ai été un haut responsable au sein du parti de Melchior Ndadaye le parti Sahwanya-Frodebu. Suite à l’assassinat du président Ndadaye et d’une grande partie du leadership du mouvement, j’ai effectivement été désigné pour conduire les négociations qui ont abouti à la Convention de Gouvernement;
        2. J’ai démissionné du gouvernement de cette même Convention parce qu’il était incapable de protéger les civils et les politiciens de notre famille politique qui se faisaient massacrer par sa propre armée d’alors;
        3. Je me suis exilé dans le pays de Mandela où je n’ai ménagé aucun effort pour sensibiliser le nouveau pouvoir de l’ANC sur ce qui se passait au Burundi. Je ne suis pas parvenu à convaincre mes camarades du Frodebu de quitter le gouvernement et le pays pour former un gouvernement en exil et combattre le régime Buyoya de façon systématique;
        4. J’ai effectivement refusé d’adhérer au CNDD dirigé par Léonard Nyangoma parce que je jugeais que sa direction du maquis était calamiteuse;
        5. Après avoir démissionné du Frodebu, dirigé par Jean Minani en 1998, j’ai accepté de collaborer avec le CNDD-FDD sous la direction du Col. Jean-Bosco Ndayikengurukiye sous des conditions très précises. C’était en 2000;
        6. Après l’éviction de Jean-Bosco Ndayikengurukiye, Pierre Nkurunziza prend la tête du mouvement. A ce moment en 2002, je suis obligé de m’exiler en Finlande car ma vie était en danger en Afrique du Sud;
        7. En 2004, c’est le CNDD-FDD qui me supplie de rentrer au pays pour participer aux futures élections. La mort de Simon Nyandwi précipite les choses et je suis obligé de le remplacer au pied levé pour organiser les élections de 2005 comme ministre de l’Intérieur;
        8. A la victoire du CNDD-FDD je demande à travailler au sein du parti et du parlement. Et c’est au sein de ces institutions que j’émets avec d’autres camarades des critiques sévères à l’endroit de la gouvernance du pouvoir CNDD-FDD qui ne respectait déjà pas la constitution: emprisonnements arbitraires de personnalités politiques, torture de certains comme l’ancien Vice-Président Alphonse-Marie Kadege, harcèlement de l’opposition, refus de respecter les quota au sein du gouvernement et d’autres institutions, terrorisme du parlement, etc… etc…
        9. Tout ceci va aboutir à ma démission du CNDD-FDD et mon abandon des activités politiques.

        Aujourd’hui, je « cultive mon jardin » et de temps à autre analyse la situation pour contribuer à sortir de la médiocrité ambiante. Quant à ma collaboration avec la CIA ou toute autres organisation de ce style, si cela était le cas je crois que je vivrais dans l’opulence semblable à celle que je vois autour de moi… Suivez mon regard!

        Cordialement

        • Amani

          Monsieur JM Ngendahayo,
          Merci beaucoup pour ces éclaircissements et réponses aux questions que je me posais à votre égard. Je ne suis pas politicien et je n’ai jamais formellement appartenu à aucun parti politique, ce qui explique mes lacunes ici et là par manque d’information « from inside ». J’essaie de m’informer sur l’évolution politique du Burundi depuis 1993. Etant orphelin du génocide de 19972 et rescapé des massacres de Kamenge (1993-1995) et ceux de l’Université du Burundi en juin 1995, je considère la lutte des FDD et celle des FLN comme une lutte de libération qui a été mené par la majorité du peuple qui a d’ailleurs payé cher pour son soutient aux rebellles. Aujurd’hui, sans soutenir nécessairement un parti politique ou me meler du débat sur la les candidatures de Nkurunziza, je suis très allergique à tout ce qui peut annuler les acquis de la lutte du peuple (1993-2003). J’ai l’impression que les puissances occidentales veulent justement effacer de la scène politique burundaise ceux qui représente cette lutte enfin de réhabiliter les représentant des dictatures de 1965-2003. D’où mon opposition farouche au mouvement Sindumuja que je trouve au solde de ces étrangers et au tentative de coup d’état. Je sais que ma position est aussi celle de nombreux burundais intellectuels qui, tout en reconnaissant des limitations du régime CNDD-FDD, le considère comme étant le moindre mal comparé aux gouvernements de transition ou au retour à la guerre que veut l’opposition, la « société civile », les Sindumuja et leurs patrons occidentaux.

          • Menard

            Je pense que tu es simplement borne. Il y a des gens au CNDD-FDD qui peuvent faire mieux que Pierre NKURUNZIZA tout en perpetuant les acquis de la lutte du peuple. Le CNDD-FDD est un parti fort qui gagnerait les elections meme avec un autre candidat fut -il Adolphe NSHIMIRIMANA, si tu veux bien. Alors pourquoi, tout cela? Tu mens, tu fais parti de la bande des Nyamitwe et vous manipuler les bagumyabanga!!!!!!!!!!

            • Jean-Marie Ngendahayo Jean-Marie Ngendahayo

              Chers Amani et Ménard,

              Cher Ménard, Je ne pense que ce soit juste de mettre une étiquette à une personne comme Amani qui prend la peine de dire ce qu’il pense très clairement et de poser des questions très directement. Il nous faut apprende à dialoguer. Et toute personne qui accepte le dialogue mérite d’être écoutée et respectée, même si nos avis divergent. Je crois que c’est Abraham Lincoln à qui on demandait pourquoi il mettait dans son équipe ministérielle une personne notoirement connue pour être hostile à sa politique. Et il a répondu qu’il était superflux de s’associer à des personnes déjà convaincues de ce qu’il faisait, qu’il s’agit en politique de s’approcher plutôt des personnes qui n’ont pas encore adhéré à ses vues. L’enseignement que me donne Lincoln est de ne jamais considérer les gens qui ont des idées différentes comme des ennemis, mais plutôt des personnes à convaincre par l’explication et surtout par l’exemple.

              Fraternellement

        • Inyankamugayo

          Mutama pole sana. Si tout le monde pouvait s’occuper de son champs pour labourer son jardin, le Burundi serait un paradis. Pas mal de gens passent du temps à envier ce que les cupides possèdent.

          « Ne porte pas envie aux hommes méchants, Et ne désire pas être avec eux; Car leur cœur médite la ruine, Et leurs lèvres parlent d’iniquité. » Proverbes 24:1

          Voilà le nœud du problème. Ce n’est pas que les gens veulent changer les choses et combattre pour la légitimité populaire qu’ils critiquent ceci ou cela, c’est plutôt la guerre de ‘quitter que je m’y met’. Jeho kuki?

          Dans ce pays, tout le monde veut vivre de la politique. Les gens ne veulent pas suer, raison pour laquelle les Pacifiques veulent que tout le monde n’aille pas au travail. Dommage!

          Vous même, sans le salut en Jésus Christ, vous serez emportés par les mauvais esprits esprits du manque de respect aux autorités. Vous vous trouverez entrain de coopérer avec les agents satanique sans toute s’en rendre compte.
          Toute autorité vient de Dieu. Quand le temps arrive Dieu change les choses comme bon Lui semble. Ayons confiance en Dieu et arrêtons les commérages contre nos autorités et Dieu s’occupera du changement.

  7. DD-DD

    Aba-opposants ni beza, baduhebeye amajwi
    Tubahebera utujambojambo, ibihuha n’imyidogo.

    Opposition yo mu Burundi irandyohera pe!

  8. Mutama

    @ Datus

    L’opposition burundaise que vous faites, est probablement la seule dans l’histoire du monde a faire fuir des dizaines de milliers d’innocents paysans, qui il y a seulement quelques mois, vivaient paisiblement avec leurs voisins sur les collines. Une opposition qui prend la population en otage, par la rumeur. Une opposition qui ne sait pas ce qu’elle veut, et qui fera tout pour rependre la peur. Une opposition qui veut prendre le pouvoir sur facebook et twitter.
    Alors mon frere, pour aujourd’hui, je demande de ne pas recevoir des lecons de votre part. Je ne pourrai jamais pactiser avec une opposition qui terrorise la population. Une opposition qui passe des annees a mentir. Une opposition qui oeuvre pour la colonisation et la recolonisation. On ne peut pas me convaincre que Mutakura, ou si tu veux encore, Nyakabiga, Jenda, Musaga, sont les endroits ou la population est la plus malheureuse a cause de Nkurunziza. Et puis detrompez vous, n’allez pas nous faire croire qu’en l’absence de Nkurunziza, Musaga, Nyakabiga, Nininahazwe et consorts auraient manque d’autres raisons pour paralyser la vie Bujumbura et le reste du pays, pour faire fuir des burundais innocents, pour importer des mercenaires blancs. Et l’occident n’aura pas toujours besoin de la verite pour s’immiscer dans nos affaires, pour detruire des nations, pour installer l’Etat Islamique jusqu’au Burundi.

    L’occident a eu plein de pretexte pour detruire l’Iraq, parce que des gens comme vous, comme une pretendue societe civile, de pretendus opposants lui avaient dit qu »une castastrophe humanitaire » allait se battre sur l’Iraq, parce qu’il y avait des armes de destruction massive, comme vous meme vous chanter a Bruxelles, et a New york, que « le monde doit intervenir pour demanteler des Interahamwe et une certaine milice appele Imbonerakure ». Autant les armes de destruction massive n’ont pas ete vues, autant les armes detenues par les Imbonerakures sont imaginaires, mais l’occident aura detruit notre nation et intronise des voyoux au pouvoir. Et ca sera parti.

    • Jereve

      Ecoutez Mutama: quand une autorité devient toxique, elle fait fuir beaucoup de monde, du petit peuple (réfugiés) aux grosses pointures (frondeurs) jusqu’aux amis et partenaires étrangers. Vous faites fausse route en cherchant des explications dans l’opposition et la société civile.

    • Birantangaye

      Sans trop perdre mon temps à te ramener à la raison (une tâche que je trouve difficile), je pense que tu mélanges les choses mon cher « Mutama » (question banale: y’a-t-il relation entre votre nom et votre âge?).
      Tenez, par exemple cette phrase:  » Et l’occident n’aura pas toujours besoin de la verite pour s’immiscer dans nos affaires, pour detruire des nations, pour installer l’Etat Islamique jusqu’au Burundi ».
      Je croyais que les Occidentaux (members de l’OTAN en particulier) combattent l’Etat Islamique et le terrorisme?? Tu ne devrais pas comparer le cas du Burndi à ‘Iraq ou même à la Libye!.
      Concernant la question de l’Opposition au Burundi: pour moi, elle est faible car le pouvoir l’a fragmentée en « pièces » et a muselé tous les leaders de l’Oppostition. Alors, je me demande où cette opposition trouverait cette force de destabiliser le pays, jusqu’à causer des exiles massifs, comme ceux des derniers mois!. S’ils ont réussi à créer ce climat de peur (comme tu le dis), alors, il faudra reconnaître l’inefficacité de ce pouvoir à appaiser la situation et restaurer un climat de confiance et de paix.
      Votre manque de compassion est ce qui me fait mal le plus: oui les gens sont morts depuis les années de l’Indépendance, en passant par les gouvernements des hommes de Bururi, jusqu’à l’avenement du pouvoir démocratique du fils de Muramvya. Ma question est de savoir, ce que « Pita » a fait pour changer le cours des choses?? N’est-ce pas qu’il a pris le chemin du maquis pour combattre l’injustice, les violations des droits humains, et les massacres, les malversations,e tc.?? Qu’est-ce qu’il a fait?
      Tu ne vas pas me dire que les massacres de Muyinga sont l’oeuvre de l’Opposition (ou de l’Occident). Ernest Manirumva?, les Soeurs italiennes?; le cas de Leandre Bukuru (à Gitega); [la liste est tellement longue]; la famille calcimée au jour de la commémoration de l’Indépendance à Mutakura , avec des petits enfants (dont l’âge peut être le même que tes enfants, si tu en as).
      Vous dites que  » [l’ opposition …] veut prendre le pouvoir sur facebook et twitter »?? Attendez demain, il y ‘aura d’autres moyens (que je ne souhaite pas, mais qui seront, peut-être, plus « efficaces » pour rétablir l’ordre, la liberté, la démocratie, et surtout, permettre au Burundais de vivre « l’indépendance ».

      Cheers bud!

      • Stan Siyomana

        @Birantangaje
        Le probleme ici est qu’il y a des gens (comme Mutama et autres) qui profitent de la LIBERTE D’EXPRESSION sur ce site Iwacu-burundi.org pour TOUJOURS ECRIRE DES BETISES/FOUTAISES dont la seule reponse devrait etre:
        JE NE VAIS MEME PAS HONORER CA AVEC UNE REPONSE/I WON’T DIGNIFY THAT WITH AN ANSWER.

        • Jean-Marie Ngendahayo Jean-Marie Ngendahayo

          Cher Stan Siyomana,

          Il faut toujours dialoguer avec une personne qui se donne la peine de te lire et de réagir. C’est le début d’une rencontre des esprits qui peut engendrer une reconciliation et une reconstruction d’un future harmonieux de notre pays.

          Fraternellement

      • Inyankamugayo

        La sagesse vous dira qu’il faut laisser renards fuir de chez eux pour se rendre compte de l’amertume d’être réfugié. Comme ça l’amour de la patrie pourra peut être naître. Les ingrats qui insultent les autorités de leur nation sauront bientôt ou ont déjà su que le Rwanda qu’ils adoraient n’est pas aussi développé comme on le croyait à part les building inoccupés construits par l’argent de l’or pillé en RDC. Vivre au Rwanda c’est accepter de rester muet! Ce sont pas les journalistes qui ont le Burundi après le vagabondage des média qui me contrediront.

        Wanka kwonka nyoko ngo agwaye ibihere ukonka uguha ishano ngo aguhaye ayera.

    • Okoca

      Rufyikiri, Piyo, Moise bucumi, et tous les autres bahunze iki? Gerageze wiyumvire neza!!

      • Inyankamugayo

        Ce sont des opportunistes qui veulent servir les impérialistes. Il refusaient que les gens ne peuvent pas faire un serment avec une Bible dans la main. Bien que même certains de ceux qui sont au pouvoir n’ont pas les mains propres mais entre deux maux il faut choisir le moindre. Un traître et un transfuge est plus méchant q’un dictateur patriote.

  9. Mutama

    Nyakubahwa Ngendahayo,

    L’opposition dont vous faite partie a toujours cherche le chaos. C’est ca ca seule force pour convaincre. Quand il y a le calme; quand les gens vont elire, quand les burundais fete la fete de l’independance, quand les Burundais vivent paisiblement et pacifiquement sur les nombreuses collines du Burundi dans leur diversite, l’opposition fera tout pour qu’ils se retrouvent a Mahama, a Nyarugusu; comme ca, elle peut gagner l’attention de Louis Michel, de Zeid al Hussein, et toute la horde de mercenaires. Je crois qu’il faudrait plutot donner des lecons a vos compagnons pour qu’ils deposent les armes.

    Du reste, la paix est la. Et je suis persuade que demain, quand vous aurez desarme, le lait et le miel vont couler. La paix et la parce que la ou elle n’est pas, c’est a Mutakura, parce que Mutakura a decide de se rebeller contre la nation. Dans tous les cas, qui allumera le feu, ce feu commencera chez lui et se terminera la bas meme. Nous y croyons tres fermement.

    • Chimère

      Dans ce havre de paix qu’est le Burundi, les graves violation de loi – à commencer par la Constitution – ne sont que l’invention des écervelés; la corruption et le détournement rarement égalés des deniers publics est à mettre sur le dos des opposants; les odeux crimes des imbonerakure n’existent que dans l’esprit des opposants; la terreur comme mode de gouvernement est le fait des opposants; la destruction des médias privés est un mensonge…

      • kwizera

        Bien dit chimere, ça me rappel que dans le sahel,souvent l herbe manque ou deseche à tel point que meme les chevre en ont peur pour leurs gencives,alors les habitants ont eu la malignité d acheter des lunettes vertes ,et là les caprins ont l impression qu ils ont de verts paturages alors qu il en est rien,ni banyamitwe,les chevres alors y cassent leurs dents .morale de l histoire,on ne porte pas de lunette,nous sommes tout sauf aveugle pour voir nos malheur,jana imitwe hiyo

      • kaiser

        Le premier media incendié en plein jour avec des témoins, je dis REMA FM, qui l’a détruit ? Les manifestants et les putschistes, càd l’oposition. Si ous aimiez les médias, vous n’auriez pas fait ça. Pour le reste, vous mentez. Vous ne voulez pas rétablir la Déocratie. Vous avez envie de créer un gouvernement à la rwandaise, pour asservir de nouveau le peuple.

    • Datus

      Mutama on dirait que tu écris ton texte étant loin du Burundi, peut d’un des ambassades burundais à l’étranger (hihi je suis sûr que j’ai raison). Il y a un problème sérieux au Burundi Mutama, ce n’est pas Mutakura qui conteste ce 3é mandat, loin de là c’est tout le Burundi! C’est tous les partis politiques y compris le CNDD FDD dans lequel tu te trouve!!! Ouvrez les yeux Mutama, un pays qui ne respecte pas ses textes devient une jungle!!!

    • RUGAMBA RUTAGANZWA

      @Mutama,
      Oui la paix est là au Burundi du CNDD-FDD qui n’accepte aucune voix dissonante, aucun débat contradictoire, un parti et des dirigeants qui veulent privatiser notre pays et en faire leur chose… ! Oui la paix règne partout , sur toute l’étendue du territoire quand des centaines de milliers de Burundais fuient la violence des Imbonerakure, qualifiés de milice du pouvoir par les NU ; oui tout est rose, cher Mutama, quand à Cibitoke, le jour de l’indépendance du Burundi, une famille innocente, qui n’a rien fait de mal tombe dramatiquement, de façon délibérée, à bout portant, sous les balles assassines d’une police au-dessus de la loi et qui a le droit de vie et de mort sur les citoyens Burundais depuis le 26 Avril. Votre manque d’empathie aux malheurs de certains de nos concitoyens est indécent…. ! Pourtant les faits sont là comme le nez au milieu de la figure mais vous refusez de les accepter alors qu’ils sont implacables et que le monde entier les dénonce chaque jour que Dieu a fait y compris vos dernières élections qui n’étaient ni crédibles ni transparentes d’après les NU dont le Burundi est membre… ! Un conseil cher Mr Mutama : arrêtez de vous moquer de vos compatriotes pour protéger les intérêts d’une poignée de gens qui a pris toute une nation en otage… !

      • Une chose est sure: les faits sont la, et tout le monde les voient, et, apres tout……. »LES FAITS SONT TETUS ».

        Ndi LOLOLO, Umugumyabanga atari umugumyabondo.

    • ngabire

      Mutama, je ne te souhaite pas le carnage que ce père de famille , ses fils et leur domestique ont connu, mais pendant que vous fêtez, des citoyens sont exécutés, et c’est ça que vous appelez la paix. Vous soutenez la vengeance du gouvernement sur des innocents car les images montrent bien q’ils ont tous simplement été fusillés. Imana ihora ihoze. Repentez-vous.

    • PCE

      Cher Monsieur ou Madame Mutama
      Je prends la liberté de répondre à la place de Mr Gendahayo qui ne m`a pas mandaté par ailleurs .A vous lire je ne peux avoir d’autre souhaits pour vous que de vivre en URSS , vous verrez que c’est le pays du « lait et du miel »et vous aurez ainsi toute la latitude d’affimer tout ce dont vous êtes le pote parole. D’abord ce n’est pas parceque on exprime son opinion qu’on est de l’opposition, c’est un signe de « démocratie » et je ne sais si on peut toujours parler de démocratie au Burundi.
      Vous menacez ceux qui ne pensent pas comme vous d’y allumer le feu , on ne gagne jamais à la violence hier , aujourd’hui comme demain. Au plaisir en URSS cher monsieur.

    • L'histoire est en marche

      Vous y croyez très fermement. On pourrait croire à une quelconque sophistication, qu’est ce qui pousserait un pouvoir aux abois décrié de partout à une telle assurance, à faire fi de tous les conseils lui prodigués de par le monde entier? N’y aurait-il pas quelque part une force extraordinaire qui expliquerait une telle arrogance? Non, ça ne peut pas venir de nulle part, il doit y avoir quelque chose. Eh bien non chers amis, aussi invraisemblable que cela puisse paraître, cela a un nom: la stupidité.

    • Mutama,
      J’espère, comme un intervenant l’a dit, que tu ne travailles pas pour une ambassade. D’une part, ta lecture de ce qui a causé l’intervention en Irak est d’une ignorance sans égale des enjeux géostratégiques. Mais passons ce débat qui dépasse de loin ce cadre et surtout ta comprehension de ces enjeux.
      Selon vous, les gens fuient à cause de rumeurs. Pourtant nos familles sur les collines disent fuire à cause des menaces persistantes des imbonerakure. Ces derniers accomplissent (finalement) aujourd’hui la sale besogne qu’ils ont pratiqués en RDC comme l’attestaient de nombreux raports. Laisses-moi te poser les questions suivantes. Penses tu que:
      1. S’il y avait la paix, sans une milice qui terrorise les gens sur les collines
      2.un vrai développement ou ces jeunes auraient du travail
      3. Une absence de généraux comme Adolphe qui décident de la vie ou de la mort incluant des bonnes soeurs de 80 ans. Des gens comme Rwembe, Kazungu, Ndakugarika qui tuent durant la journée et se la coulent douce
      4. un vrai recrutement base sur le mérite et non l’appartenance à un parti
      5. Des medias libres et non des journalistes qui se font arreter plus souvent que les Kazungu et Ndakugarika
      6. Et surtout, un Président qui respecte la constitution et les accords d’arusha
      Etc etc
      ces paysans écouteraient cette société civile? Fuiraient par centaine de milliers la veille des elections? Pourquoi maintenant? Car vous avez mis en place le plan Bamese, safisha, la terreur, pour imposer un mandat illégal. Alors si vous cherchez un poste ou voulez le preserver, c’est votre droit. Mais ntudukore munkovu ngo niba Pacifique qui créent le chaos ou une dite rumeur. En passant, t,es-tu indigné que pour la première dans l’histoire du Burundi on a massacré des parents et de jeunes enfants le jour de l’indépendance? Je ne pense pas.

      • Ndinzemenshi

        Je suis sidéré par des propos aussi cyniques que stupides que vous tenez sur ce forum. Je m’excuse du terme mais je ne peux les qualifier autrement.
        Tenez, depuis 2005, un laboratoire s’est attelé à diviser les partis de l’opposition en créant des ailes complètement asservies au parti au pouvoir. Si vous vivez au Burundi, ce qui est très peu probable, vous ne me direz pas le contraire. Le litige à l’Uprona, au FNL et jusqu’à tout récemment à l’UPD en sont des exemples plus qu’éloquents. Zedi Feruzi (qu’il repose en paix) aura fini par en payer le plus lourd des tributs. Je ne crois donc pas que ce soit les partis de l’opposition qui sont à mettre en cause ici ou les fameux mercenaires-imaginaires- dont vous parlez.
        Dès les débuts de la prise du pouvoir par le CDD-FDD, des militants FNL ont été lâchement assassinés et jetés dans la Ruvubu. Ce n’est pas le contraire qui s’est passé. Souvenez-vous des paroles de notre Président-Bien-Aimé pour qui j’avais moi-même voté ? Je ne peux pas les répéter mais elles tranchent avec le message du Christ pour un « born again ».
        Un montage de coup-d’État a été grossièrement mis en scène pour envoyer en prison M. Ndayizeye et torturer Kadege. M. « Murama », quel membre de l’opposition a-t-il pris part à cette mascarade ? Et la vente frauduleuse du Falcon 50 ? Qui en sont les responsables ? Les partis de l’opposition ou la société civile ? L’affaire des cahiers ougandais, qui en est responsable? Des pertes de milliards de francs bu pour le trésor public. Mais des gens se sont enrichis avec. Et vous savez qui. L’affaire du pétrole nigérian, à qui est-elle imputable ? Ça aussi vous devez le savoir car même ma petite nièce qui était en sixième année primaire à cette époque, le savait. Le massacre de Gatumba ? Qui en est responsable? On a vu des enquêtes déjà toutes préfabriquées pour jeter de la poudre aux yeux des missions diplomatiques mais il ne sont pas bêtes. Ils savaient et savent toujours qui a fait quoi et pourquoi. Et le dossier Manirumva avec les armes commandées par Bunyoni, qu’en-dis-tu? Le meurtre des religieux au centre du pays dans lequel ton ami Gihahe a été cité, tu te rappelles ? Celui-ci a-t-il comparu ? Et pourquoi pas ? Tu le sais ça aussi. Et tout récemment, la décapitation honteuse et ignoble des soeurs de Buyengero, est-ce une oeuvre de la société civile ou d’un quelconque parti de l’opposition ? Toi, je crois bien , tu dois en savoir beaucoup même si tu n’en diras rien. Juvent lui, a essayé de lavé sa conscience. Et il a parlé. La suite ? Il n’y aura pas de suite tant que le petit groupe qui voulait assassiner Rukara (te souviens-tu de sa demande de preuves ADN qu’il demandait si jamais il était tué ?) sera toujours aux affaires. Et ce n’est ni la société civile ni l’opposition qui en est responsable.
        L’incendie du Marché central de Bujumbura: une volonté de Dieu selon ton ministre de l’intérieur! Le comble du cynisme! Sous d’autres cieux, il aurait rendu le tablier le lendemain de cette malheureuse déclaration. Mais, il est toujours là! Inamovible!. Ngo uhagarariwe n’ingwe aravoma pe!
        Je terminerai pelle-mêle par les centaines de militants FNL tués suite aux élections de 2010, la tenue d’un congrès du CNDD-FDD illégal de Ngozi et l’emprisonnement ou l’exil de nombreux Bagumyabanga dont Hussein Radjabu, la tentative d’assassinat des épouses de Rwasa et Niyombare pour ne citer que ces cas graves qui auraient poussé dehors n’importe quel gouvernement digne de ce nom mais qui restent impunis à Bujumbura!
        Et vous osez dire que l’opposition est responsable de la situation actuelle alors que les autorités de ce pays ont réduit en esclavage leur propre peuple sur lequel elles exercent un pouvoir de vie ou de mort comme au Moyen-Âge! Mais comme on dit, il n’y a pas pire aveugle que celui qui ne veut pas voir. Dans ce sens je vous comprends mais ne vous attendez pas à ce qu’on soit indulgent avec ce genre d’âneries dans un contexte où des Burundais meurent autant à l’intérieur du pays qu’en exil.
        Quant à la rumeur, le gouvernement aurait pu l’éviter en laissant les journalistes et les radios fonctionner comme ça se fait partout ailleurs au monde, sauf au Burundi et en Corée du Nord. Comme on! on est en 2015.
        Et les policiers tirent à hauteur d’homme pour « tuer » les manifestants à qui on a renié leur droit constitutionnel de manifester. Et vous savez ce qui a motivé cette façon de faire ? La peur. Oui, la peur que le pays tout entier se soulève et que ce soit la fin pour les « seigneurs de guerre » que vous, Mutama et DD DD connaissez très bien et que vous soutenez soit aveuglement soit parce que êtes autour de la mangeoire. Je vous souhaite quand même longue vie, mais pas toujours dans l’erreur.

Publicité