Politique

Le Parlement Panafricain s’intéresse au dialogue interburundais

23-11-2015

Une délégation de quatre parlementaires panafricains a été reçue en audience par le Bureau de l’Assemblée nationale, ce lundi 23 novembre, à Bujumbura.

De gauche à droite : Pr Ellamin Dajalla, Pascal Nyabenda et Agathon Rwasa (vice-président de l’Assemblée nationale).

De gauche à droite : Pr Ellamin Dajalla, Pascal Nyabenda et Agathon Rwasa (vice-président de l’Assemblée nationale).

Laconique, le Pr Ellamin Dajalla, président de la commission en charge de coopération, des relations internationales et résolution des conflits au Parlement Panafricain, dira que la délégation qu’il conduit visite un beau pays pour lequel il souhaite paix et sécurité.

Selon le président de l’Assemblée nationale, Pascal Nyabenda, l’entretien a tourné principalement autour du dialogue qui se tiendra au Burundi. A ce propos, le député Nyabenda se félicite de ce que la résolution 2248 des Nations unies précise que c’est le Burundi qui devra conduire ce dialogue. Il souligne que les Burundais de l’étranger seront consultés, s’il le faut.

D’après toujours le député Nyabenda, la délégation a demandé si rien ne se cachait derrière la contestation des élections de 2015. Il a répondu qu’au-delà de la contestation des élections se cachait un plan d’arriver au pouvoir par un coup d’Etat.

Signalons que cette visite qui s’inscrit dans le cadre de la diplomatie du Parlement Panafricain intervient au moment où la présidente de la commission de l’Union Africaine, Dr Dlamin Zuma, a déclaré ce 20 novembre que l’intervention militaire au Burundi reste une option de l’Union Africaine, mais que la priorité est accordée au dialogue. Rappelons que beaucoup de pays souhaitent un dialogue inclusif en dehors du Burundi.

  16   Vos commentaires
  1. Ndikuriyo Sebastien

    Ndasomye umuntu yanditse ngo NI NDE AFISE INGUVU NTAZIKORESHE? Sottises. Ubwo uwo muntu abona ko turya du karash n’uducupa twa lacrymogene ari inguvu kuburundi? Oui c’est valable face aux jeunes desarmés et affamés, mais que notre ami attende. Un jour le Burundi sera confronté à quelqu’un AFISE INGUVU. Tuzoraba. Kandi nibaza ko atari kera. Mbega ubwishime bwa Benewacu???? Ngo inguvu

    • Karundi

      Ni jewe nabivuze. et je persiste et signe. Akaruta akandi karakamira kuri iyi si. Ntubona ingene USA, France, Belgique et consort bishe Khadafi, ko batamurondeye ngo baganire, et ces occidentaux, vous les prenez comme des modèles. quand ils s’érident en donneurs de leçons. Et pire malheureusement tu ne me contredis pas, tu ne fais qu’approfondir mon affirmation, qui est TRES VRAIE, malgré vous et moi. Nta kintwnze!!! dupfuye rumwe hewe.

  2. Patience

    « D’après toujours le député Nyabenda, la délégation a demandé si rien ne se cachait derrière la contestation des élections de 2015. »
    @Monsieur Nyabenda si la delegation a bien dit les contestation des elections de 2015 , c’est que les membres de cette delegation n’etaient pas encore nes quand Nkurunziza a forcee sa candidature en violations des lois du pays. Si non tout le monde sait bien que c’est la contestation de la candidature au 3eme mandat de Nkurunziza et par la suite la mascarade des elections qui continuent de plonger le pays dans le chaos. Il faut mettre les choses dans leurs places
    Merci

    • Inyankamugayo

      Ko mwahungiye mu Rwanda ivyo ko mutabibwira Kagame ko mwumva mukunda agateka ka zina muntu. Muze muryogore kuvyo mu Rwanda muzotaha mutazambaye.

  3. kan76

    Pourquoi vouloir dialogue alors que tout va bien au Burundi Mr pascal nyabenda. C’est simple que cela dites a vos miliciens « BAKORE ». Sans Un dialogue inclusif rien ne marchera. En attendant courage vous allez vous consulter entre club d’amis…un theatre De mauvais gout. Les carottes sont cuites les amis du cndd/fdd…Il n’est jamais trop tard de faire mieux. Ayez pitie de votre peuple. L’ usage de La force est en soi Un signe de faiblesse.

    • Karundi

      Ni nde wabonye afise inguvu atazikoresha: La France? les USA? La Belgique? Kagame? Niyombare? Ntibirirwa barahushura abansi? Buja niyo mushaka ko isiga amavuta abansi bayo? uwokubesha!!! Reka sha uwutazikoresha ni uwutazifise.

      • Guta

        Oui mon ami, vous etes pour l’utilisation de la force (car vous en avez…) donc la violence, bien dit. Pourtant, on l’a deja experimente ici deja: on s’entretue, on tue les Burundais, on detruit le Burundi, notre economie et notre propre tissue social. La folie de la force victorieuse? Qui gagnera, tu ne sais pas encore!! La fete n’aura pas lieu probablement…Par contre, les victimes seront nombreuses, la pauvrete s’accentuera certainement. La popularite de votre parti, elle en patira surement, demander au Frodebu et Uprona.

      • Bakari

        @Karundi
        « Ni nde wabonye afise inguvu atazikoresha: La France? les USA? La Belgique? Kagame? Niyombare »
        France, Belgique, USA, abansi babo bahushurara si abanyagihugu babo (uukuyemwo umwe canke babiri)!
        Kagame na Nkurunziza bahushura ababo! Aho niho bitandukaniye!

  4. l'histoire est en marche

    D’après toujours le député Nyabenda, la délégation a demandé si rien ne se cachait derrière la contestation des élections de 2015. Il a répondu qu’au-delà de la contestation des élections se cachait un plan d’arriver au pouvoir par un coup d’Etat.

    Hahahaha reka kuba mwiha amenyo y’abatwenzi basha. Nimugende kampala muganire umugambi mwari mufise wo gusambura arusha warabananiye burundu.

  5. nindika

    Jewe nama ntangara iyo mbonye ingene abo « bategetsi » b’i Burundi bama basoma iyo resolution ya Conseil de securite bayicuritse. Barafise n’ingene bacurika ibindi bivugwa n’ingingo zifatwa. Nyamitwe ngo ubutumwa bwa Obama ngo bwari bugenewe abatera amagrenades n’abanka ivyavuye mu matora y’abenegihugu. Namwe mwumve. Le navire est ivre. Il est entrain de couler. Et pas de timonier a bord.

  6. 1) »Rappelons que beaucoup de pays souhaitent un dialogue inclusif en dehors du Burundi. »
    Lesquels ?
    En plus le dialogue est inter-burundais. Si les Burundais sont incapables de dialoguer entre eux au Burundi pour faire du bien à leurs citoyens, c’est quand ils seront en dehors du Burundi qu’ils seront capables de dialoguer et trouver de bonnes solutions loin de leurs citoyens pour revenir les diriger ? Je ne suis pas très optimiste avec les nouveaux Accords « d’Arusha ». Il faut les accords sur le terrain: les Accords de Bujumbura (ou Gitega ou Ngozi, ou Bururi, ou etc.) .
    Dans ce cas il faut rassurer tous les participants au dialogue. Si quelqu’un n’est pas rassuré de venir participer au dialogue au Burundi, comment pourra-t-il être rassuré de venir au Burundi après le dialogue à l’extérieur. Il est temps que les Burundais résolvent eux-mêmes leurs problèmes si réellement ils ont l’intention de faire du bien à leur peuple.
    2) » la présidente de la commission de l’Union Africaine, Dr Dlamin Zuma, a déclaré ce 20 novembre que l’intervention militaire au Burundi reste une option de l’Union Africaine, mais que la priorité est accordée au dialogue.  »
    Quel pays africain qui va intervenir militairement au Burundi pour l’histoire de 3ème mandat? En Afrique de l’Ouest beaucoup de pays ont rejeté la limitation des mandats et en Afrique centrale:les pays comme Caméroun, Congo Braza, Congo Kinshasa, Angola,Rwanda, Uganda , cette histoire de limitation de mandat ne passe pas.
    Dr Dlamin Zuma enverra donc les militaires au Burundi pour autre chose et non pour la limitation des mandats.

    • Tonton

      Mr @Ntahitangiye,
      Tu dis: « Si quelqu’un n’est pas rassuré de venir participer au dialogue au Burundi, comment pourra-t-il être rassuré de venir au Burundi après le dialogue à l’extérieur »?!!! Je ne sais pas quel âge tu as, mais ceux qui refusent ce dialogue actuel ont été à l’extérieur pour dialoguer, Arusha et ailleurs, pas au Burundi, qu’est ce qu’ils craignaient? Tu ne sais pas peut être! Quel âge avez vous?

  7. Que voulez-vous que dise Pascal Nyabenda? Il ne fait que déformer les propos de la résolution du Conseil de Sécurité. Est-il en mesure de conduire un dialogue, puisqu’il est numéro deux du pays? Le lui confier serait plus dangereux qu’éviter ledit dialogue.

    • Nubwacu

      Si la communauté internationale lache le Burundi serait une erreur monumentale. Voilà, le terrorisme a atteint son paroxyme à cause des méfaits des guerres perpetuelles rencontrées ici et là. Hier c’était l’Iraq et la Syrie …aujourd’hui C’est la France, le Burundi, la Belgique..demain ce Sera tous les pays du monde entier. Wait and see

  8. BurundiBwacu

    Que Signifie « Dialigue inclusif » ?

    • Kimaranyi Gloriose

      Je l’ai dis et je le redis il faut voir la qualité des membres de cette commission de dialogue à commencer par son président monseigneur autoproclamé de l’EMUBU ça me rappelle ses chicaneries avec Mgr WANDABULA . Quelqu’un qui n’a pas l’unanimité de ses fidèles il prétend réconcilier les burundais? Il faut être gouvernement illégal pour faire confiance à un homme de Dieu illégal.A moins que Nkurunziza a voulu valoriser l’adage rundi « ibisa birasabirana »

Publicité