Politique

Le mouvement ’’Halte au troisième mandat’’ demande la récusation du SG de l’EAC

La coordination du mouvement ’’HTM’’ récuse le SG de l’EAC, Libérat Mfumukeko

La coordination du mouvement ’’HTM’’ récuse le SG de l’EAC, Libérat Mfumukeko

Ce rassemblement d’organisations qui ont initié la contestation populaire contre le troisième mandat du président Nkurunziza, demande d’être invité au dialogue inter-burundais d’Arusha mais récuse le secrétaire général de l’EAC, Libérat Mfumukeko.

«En vertu du conflit d’intérêt qui découle de l’implication du SG de l’EAC en raison de sa désignation comme ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire, le mouvement ’’HTM’’ exige sa récusation pour le reste du processus», lit-on dans une déclaration signée par Me Vital Nshimirimana, Délégué général du Forsc.

Ce mouvement réunissant plusieurs organisations de la société civile burundaise dont les leaders sont aujourd’hui en exil, parle d’un ’’contentieux concernant le troisième mandat porté devant la cour de l’EAC lequel implique directement le SG de cette communauté’’. Ces organisations exigent la récusation de l’équipe du secrétariat de l’EAC comprenant le Dr Anthony Kafumbe car il intervient dans l’affaire impliquant le SG de l’EAC.

Le mouvement ’’HTM’’ demande que l’ancien président tanzanien, Benjamin Mkapa soit appuyé par ’’des facilitateurs désignés par l’UA et l’ONU’’. Une autre exigence de la part de ce rassemblement citoyen: il faut que ces co-facilitateurs soient ’’assistés d’une équipe d’experts provenant des mêmes organisations’’.

Il faut garder le caractère inclusif du dialogue

Ces organisations qui disent être ’’incontestablement la voix de la contestation populaire’’ affirment constituer ’’une partie prenante clé au dialogue inter-burundais’’. Elles se disent prêtes à ’’défendre, au cours d’un véritable dialogue, l’Accord d’Arusha, un idéal pour lequel beaucoup de manifestants se sont sacrifiés’’.

Le mouvement ’’HTM’’ appelle le facilitateur dans la crise burundaise à sauvegarder le caractère inclusif du dialogue inter-burundais. Il regrette qu’il n’ait pas été consulté par l’ancien chef d’Etat tanzanien Benjamin Mkapa.

Ces organisations affirment ’’continuer le monitoring des violations des droits et libertés de paisibles citoyens et de nombreux cas d’’exécutions extrajudiciaires, de disparitions forcées, de tortures et de détentions arbitraires’’. Au cours du dialogue, indique la déclaration sortie par Me Vital Nshimirimana, le mouvement ’’HTM’’ entend mieux présenter que quiconque l’état des lieux.

Ce rassemblement citoyen rappelle qu’il a un contentieux avec Bujumbura : la suspension jugée illégale de la plupart des organisations membres. Ces dernières s’insurgent également contre la fermeture de leurs comptes bancaires et dénoncent les mandats d’arrêts internationaux émis par le régime Nkurunziza contre ces leaders, trois parmi eux sont même poursuivis comme des auteurs intellectuels de ce que Bujumbura qualifie de ’’mouvement insurrectionnel du 26 avril 2015’’.

Ce n’est pas tout comme grief, le mouvement ’’HTM’’ affirme que les initiateurs de cette ’’contestation populaire’’ ont échappé de justesse à des tentatives d’exécution extrajudiciaire et qu’ils sont toujours pourchassés par des tueurs à gage.

Ce ’’rassemblement citoyen’’ demande de ’’discuter directement des questions qui concernent l’avenir du pays ainsi que la liberté et la sécurité des organisations qui le composent et de leurs leaders’’.

  15   Vos commentaires
  1. Stan Siyomana

    Apres avoir observe que le chomage frappe 40% de la population noire et 30% de la population metisse d’Afrique du Sud et 50% des jeunes entre 15 et 24 ans, Moeletsi Mbeki (= expert en economie politique et petit frere de l’ancien president sud-africain Thabo Mbeki (14 juin 1999 – 24 septembre 2008)) a conclu que le pays est sur une bombe a retardement:
    « Le pays a besoin d’une economie qui est capable de creer de l’emploi parce que nous ne disposons pas de L’EFFET STABILISATEUR DE L’ECONOMIE DE L’AGRICULTURE DE SUBSISTENCE comme dans les autres economies des differentes regions du continent africain »/because we don’t have the cushion of peasant agriculture like other regional economies… »
    (Voir Trust Matsilele: « South Africa is a bomb waiting to explode: Mbeki », http://www.cnbcafrica.com, 24 April 2016).
    Et a propos du Burundi, la journaliste Ilona Eveleens avait ecrit:
    « La population rurale qui est en majorite hutu, n’a pas encore oublie la guerre civile qui s’est termine en 2005. L’ancienne generation en particulier croit encore que Nkurunziza, un ancient chef rebelle, doit rester au pouvoir/has to remain president pour la proteger contre ce qu’elle considere encore comme le danger de la part des Tutsi/in order to protect them against what they still perceive as a Tutsi threat… »
    (Voir Ilona Eveleens: « A land frozen in time. Burundi then and now- real reason Nkurunziza « won » a third term, and his big trump card », http://mgafrica.com, 31 July 2015).
    Donc, dans le context actuel du Burundi, la grande question ets de savoir QUEL (S) GROUPE (S) JOUERA/JOUERONT LE ROLE D’AVANT-GARDE POUR AMENER LE CHANGEMENT NECESSAIRE (DE DEMOCRATIE, BONNE GOUVERNANCE ET DEVELOPPEMENT DURABLE ET INCLUSIF) AU BURUNDI?

  2. Cet homme(Vital) reve pendant la journee, il parle de la contestation populaire en lancant des grenades dans les eglises, aux marches, dans les ecoles et les bars et en meme temps il compte avoir un poste juteux au Burundi??? cet un mepris de haut niveau envers plus de 3000 collines (10 000 000 de Burundais) qui sont restes contre ces ventriotes et qui sont toujours fideles a la democratie au Burundi. Mr, Vital a pu convaincre seulement les mineurs issus de 5 collines sur plus 3000 collines du Burundi. Nous l’attendons donc en 2020 pour lui donner la note qu’il merite.

  3. Ronaldo

    Contestation populaire NON; contestation militaire OUI . Les initiateurs de la contestation doivent changer de tactique! !!

  4. Gahini

    Ivyo mu Burundi biragoye kabisa uwo wewe Mfumukeko yaje ava hehe, ko atagiye mukiassaillant? Ntawoba amuzi neza ngo amutubwire?

  5. Ntahitangiye

    « Ce rassemblement d’organisations qui ont initié la contestation populaire contre le troisième mandat du président Nkurunziza

     » contestation populaire » ! ? ! ? ! ? ! ? ! ? ! ? ! ?
    Et maintenant ceux qui ont initié la contestation populaire sont en exil et le peuple est au Burundi !!!!!!!

    • Kiekiekieee!!

      Hahahahaahahaa. En tout cas ta réflexion vaut une note de 90%. Voilà Vital qui croit et qui parle encore de la contestation populaire. Je panse que quand il évoque cet mot il veut parler la population des pays qui les hébergent autres que les Burundais.

  6. kaze

    Ce Vital n’ as pas les pieds sur terre, il est qui et pour qui il se prend? Malgré tes cris méchants le burundi continue ces activités.Il se considère comme si c quelqu’ un de plus important alors q non!tu parleras et on t’ecoutera plus et voilà le mandat q tu pensais avoir ta part finira sans ta présence au pays.

    • Bakari

      @kaze
      « Ce Vital n’ as pas les pieds sur terre, il est qui et pour qui il se prend? »
      Ici au moins il le demande poliment, ce qui est son droit. Il y a quelqu’un qui a titré son article en disant que Vital (son mouvement) « exige » la récusation…

  7. Claude NAHAYO

    Chers amis,frères et soeurs,

    Je dédie au mouvement Halte-Troisième-Mandat et autres protagonists, un passage de la Bible: « 1 Timothée 6:12: Combats le bon combats de la Foi…. », Ayez confiance en la Paix des Aines du MZEE MKAPA pour mener a bon port le CONSENSUS POUR LA PAIX entre frères Burundais.

    MZEE MKAPA a les pleins pouvoirs du monde entier pour faire aboutir le processus, avec ceux qui voudront profiter d’une occasion de rebatir encore une fois un CONSENSUS ARUSHA II: JUSTICE INDPENDANTE + BONNES ELECTIONS pour une STABILITE DURABLE DU BURUNDI.

    Honte à nous les Burundais: il y a 6 mois, un camp à chasse (récuser) le médiateur de l’ONU DJINNITT puis l’autre camp a chasse (récuser) le suivant médiateur de l’ONU IBRAHIMA FALLS !! Récemment, un camp a récuse et « mis le poing » sur l’Hon. Sezibera ! et l’autre camp veut récuser Hon Liberat !

    Le « Bon Combat » c’est d’approcher le MZEE MKAPA et lui remettre vos MEMORANDA: MZEE MKAPA a les moyens et la solution pour sauver ce qui reste a sauver au Burundi: après 1000 morts et 300 mille personnes en exil….Prions pour qu’on revienne a l’esprit du CONSENSUS pour la Paix et la Reconstruction….La JUSTICE INDENDANTE est dans l’ERE NOUVELLE de la CPI….Hussein HABRE et d’autres suivront….On ne veut pas être la SYRIE/LIBYE/POUTIN/IRAN/SLOBODAN/UKRAINE/BASHIR/SOUDAN….On ne peut qu’etre avec les hommes libres : ceux qui ont été pendant 20 ans aux cotes des peuples CHRETIENS du SUD-SOUDAN longtemps soumis a la SHARIA forcee et les genocides par le regime BASHIR ami de KHADAFI et IDI AMIN….
    La marche de l’histoire pour les Droits de la Liberte de l’Homme et la Justice Independante est une Nouvelle ERE….La CPI est nee en 2002 et d’autres tribunaux inculpent sans etats d’ames les ex-chefs d’etats comme HUSSEIN HABRE….ARUSHA I avait prevu une CVR et un TRIBUNAL INTERNATIONAL : CE SONT LES BURUNDAIS qui ont retarde, retarde et retarde alors que le monde entier attendait impatiemment ….Dieu merci qu’enfin, le processus CVR est en cours…

    Ceux qui veulent apporter la « géopolitique » au Bdi, et les « divisions/NeoNaziLuc « : c’est la fuite inutile en avant : SVP, pourquoi aller loin quand on connait les conséquences « géopolitiques » qui ne pardonnent pas: c’est la destruction assurée : ces forces « géopolitiques » ne s’excusent jamais et n’hésitent pas quand il s’agit d’un combat pour la Liberté de l’Homme…

    Je suis d’avis qu’on a la chance d’avoir les Grands Frères Tanzaniens, MZEE MKAPA pour guider nos Leaders afin de trouver une voie de sortie de crise CONSENSUELLE….JUSTICE INDEPENDANTE + Bonnes ELECTIONS + POLICE INTERNATIONALE afin que les exiles retournent : KABURAHE/MZEE MBONIMPA/MAGGY ?NTIBANTUNGANYA, etc.etc.

    God Bless.

    • Bakari

      @Claude NAHAYO
      Pensez de temps à autre à ceux qui lisent autre chose notamment des écrits sur le bouddhisme ou le coran. Et il y en a je vous assure parmi ceux qui vous lisent!

  8. Maya

    Avoir un échec n’est pas un problème, le problème c’est avoir plus sieurs échecs de même nature! J’étais à Nairobi quand ces gens ont demandé l’exclusion du Burundi au sein de l’EAC! Bcp d’amis kényans ne parvenaient pas à comprendre comment les gens qui affirment être patriotes demanderaient l’exclusion de leur pays dans une communauté qui est entrain d’aider à régler leur crise!!!! Si l’EAC avait exclu le Burundi, qui serait aujourd’hui leur médiateur? De même si toute l’équipe du secrétariat de l’EAC comprenant le Dr Anthony Kafumbe est récusée, que restera la place de l’EAC dans ce dialogue?
    Dites-moi comment une activité réalisée sous l’Initiative et dans le cadre de l’EAC s’organisera sans son secrétariat? Au lieu de démander la récusation du secrétariat, il fallait plutôt demander la récusation de l’EAC de ce dialogue. Ce qui peut être fait c’est plutôt la collaboration avec les exprts de l’ONU et/ou de l’UA. Le Gouvernement burundais a commis la même erreur avec Richard SEZIBERA! Je pense que le monde a déjà compris qui sont les burundais!

    • minani

      Avec raison. En récusant Said Djinnit, ces gens pensaient bien faire. Or, ils ont tout gâché. Ce dernier était sur le point d’obtenir l’ouverture des médias fermés et la libération des prisonniers politiques et manifestants. Ces derniers croupissent encore en prison et les médias sont toujours fermés. De même, comme il en a été pour Djinnit et Bately, les uns récusent celui-ci, les autres peuvent faire de même en récusant celui-là, ou refuser de participer aux prochaines rencontres. On ne gagnera rien car ça sera une façon de prolonger les pourparlers indéfiniment, alors qu’il y a des gens qui veulent que les négociations finissent vite pour rentrer de l’exile.
      D’ailleurs, nous risquons de croire que certains individus ont des intérêts dans cette crise, et voudraient tout faire pour qu’elle perdure, afin de continuer à bénéficier de ces intérêts, en prenant en otage des centaines de milliers de pauvres citoyens. Un jour, ils seront dénoncés eux-aussi comme ils dénoncent les autres.
      Enfin, de récusation en récusation, ils finiront par ternir leurs images comme des gens qui menacent les accords. Exiger la participation, oui. Mais orienter le dialogue, c’est le rôle du médiateur!!!!!

    • cherie

      Tu te trompes monsieur/madame MAYA. L’EAC ne joue pas la médiation parce que le Burundi en est membre. Rappelles-toi en 2000, il n’y avait pas cette fameuse EAC et la médiation a été bien conduite par la région Est africaine.

      • Maya

        @cherie, tu as oublié le contexte dans lequel l’EAC a pris l’initiative de la médiation! Supposons que l’EAC avait exclu le Burundi de cette communauté, je pense qu’elle aurait démontré sa partialité. Je suis certain que le Burundi contesterait la décision et serait judicieux de refuser une médiation d’une organisation avec qui il a un contentieux.

        • Stan Siyomana

          @Maya: « Je suis certain que le Burundi contesterait la decision… »
          Article 147
          Expulsion d’un member
          1. Le Sommet peut expulser un Etat membre POUR VIOLATION GRAVE ET PERSISTANTE des principes et des objectifs du present traite moyennant notification ecrite avec un preavis de 12 mois…
          (Voir Communaute de l’Afrique de l’Est: « Traite pour l’etablissement de la Communaute de l’Afrique de l’Est, tel que modifie en date du 14 decembre 2006 et du 20 aout 2007).

Publicité