http://www.iwacu-burundi.org/wp-content/uploads/2016/09/US-ADVERT-26-SEPT-O-7-OCT.pdf
Culture

Le livre du père Zacharie Bukuru en Anglais

MarthyrsLe lancement de la traduction anglaise du livre Les 40 jeunes martyrs de Buta est prévu ce vendredi 21 août 2015 au Centre culturel « Ubwenge Nyabwo, » Paroisse de l’université (Esprit de Sagesse), Mutanga- Sud, de 16 h à 18 heures.

Les présentateurs seront le Père Zacharie Bukuru, son auteur et Dr. Jodi Mikalachki, traductrice.

La traduction s’appelle We Are All God’s Children: The Story of the 40 Young Martyrs of Buta—Burundi. Elle vient de sortir de Paulines Publications Africa à Nairobi.

  11   Vos commentaires
  1. Ncuti

    Mwaramutse neza bagenzi.
    Kwandika ivyabaye birakenewe cane. Ko vyanse ko abakoze iryo kosa bahanwa, l’histoire les jugera plus tard. Les faits sont
    tellement tetus qu’il sera difficile de se dérober au jugement de l’histoire. Ntibasubire kubesha ngo bishe abagwanyi ( les enfants dormaient pronfodément !!!! ).
    Il est tout de même inadmissible de continuer à narguer les parents en rapportant des faits contraires à la réalité. Ikigongwe kiriho ariko habe kwemera icaha.
    Mukokomere.

  2. Ico Gitabu jewe sindacemera namba kuko kirimwo ububeshi bwishi cane. Mbega abishe Ndadaye bo bazohanwa ryari?

    • RUGAMBA RUTAGANZWA

      @MICOMBERO Jean,
      Abishe NDADAYE bazohanwa niyo NYAKUBAHWA Petero NKURUNZIZA yarivumera. Erega niwe aramutswa igihugu niwe ategerezwa gutanguza isekeza ryo gushengeza imbere y’intahe abishe NDADAYE. Waruzi ko arinde wundi azobikora? Canke uragenda wewe ubimusabe nimba muri mu mugambwe umwe..! Amaze imyaka cumi atwara ariko mbona umengo ico kibazo ntacerekwa..!
      Ico gitabo naco ucemera canke utacemera caranditswe. Kugira uhinyuze ibirimwo utemera urandika iciwawe turabe hanyuma duhitemwo… ! Le ridicule ne tue pas.
      Pour revenir à ce magnifique livre qui nous fait remonter le temps et nous rappeler les malheurs que notre pays a connus pendant près de 10 ans et que Mr NKURUNZIZA, en panne d’idées et de stratégie politique, tente de ramener à tout prix, je l’ai lu. C’est un document historique, un document poignant, une leçon d’humilité, de courage et de solidarité de nos séminaristes de Buta… ! Ce document rappelle en quelque sorte aussi que les problèmes du Burundi n’ont jamais été principalement des problèmes tribalo-ethniques, comme certains politiciens veulent nous le faire croire, mais le tribalisme a toujours servi d’alibi aux opportunistes pour assouvir leurs ambitions politiques.
      Bravo, Père Zacharie BUKURU. La traduction de votre œuvre en anglais, la langue la plus parlée au monde, la fera connaître encore d’avantage. Les cinéastes pourraient même vous proposer d’en faire un film, qui sait ?

    • Nduwayo

      Ninde abuza uwubishaka abizi kwandika sur Ndadaye….? Parlez…parlez et c’est tout…

  3. citoyen

    La traduction di livre « Les 40 jeunes Martyrs de la fraternité est une bonne action car le message qu’il comporte s’adresse au monde entire. Il faudrait meme envisager la traductions dans d’autres langues comme la Portugais, l’espagnol,l’arabe. Ainsi tout le monde aura été servi et personne n’aura plus droit de dire « je n’ai pas su qu’il puisse exister des gens d’un tel courage! »

  4. C est une honte pour le Burundi et les Barundais que des crimes pareils ne soient jamais punis.
    Pourtant les auteurs sont la et meme occupent de hautes fonctions

    • Jean-Pierre Ayuhu

      Mpebentwenge,
      C’est juste ce que vous dites et je confirme aussi que c’est une honte pour le Burundi et les Burundais que de tels crimes ne soient pas punis. Heureusement que des hommes et femmes honorent leurs mémoires. Mais ce qui est génant, toujours pour le Burundais et les Burundais, la mémoire est toujours sélective. Le père Zacharie a parlé pour les séminaristes, sos génocide parlera toujours de la mort des tutsi etc…Mais alors, à quand parlera-t-on des Burundais morts dans de circonstances semblables?

      • Kabaza

        @ayuhu abo bandi wewe ntiwobavuga hako widoga? Umwe wese yandika kuvyazi personne ne t’arretes…

    • Mpebentwenge au Burundi il n’ y a jamais eu de honte, des crimes se commettent depuis l’indépendance personne n’a jamais été inquiéter, leurs auteurs courent toujours ils aspirent même aux postes internationaux.

  5. Björn

    J’aurai aime qu’on tourne un film
    Sur l’histoire des 40 jeunes de buta Car c’est
    Tres emouvant.

    • Bjorn, pourras-tu commencer ton film sur ce qui s’est passé en 1972 et 1988 parmi tant d’autres sinon on pourra penser que tu as un parti pris.
      Merci

Publicité