Publireportages

Le FIDA, soucieux de protéger le bassin-versant de la Ruvubu

04/06/2018 La Rédaction Commentaires fermés sur Le FIDA, soucieux de protéger le bassin-versant de la Ruvubu
Le FIDA, soucieux de protéger le  bassin-versant  de la Ruvubu
Lors des échanges après différents exposés

Du 24 au 25 mai, le Fonds International pour le Développement Agricole (FIDA) via son Projet de Développement des Filières (PRODEFI), a organisé, à Kayanza, un atelier d’information et de sensibilisation des acteurs sur les enjeux et activités de la résilience au changement climatique dans le bassin- versant de la rivière Ruvubu.

« Echanges sur la problématique des changements climatiques au Burundi en général et dans le bassin-versant de la Ruvubu, partage des expériences acquises antérieurement et présentation de l’étude du schéma directeur d’aménagement de ce bassin était le but ultime de cette rencontre », a annoncé Savin Nahimana, Conseiller technique du Coordonnateur National du PRODEFI. Il a en outre précisé que la protection de ce bassin est une priorité dans le cadre du financement ASAP du PRODEFI, Phase II, depuis Novembre 2015.

Pour sa part, David Nzisabira, Coordonnateur de l’unité de facilitation et de coordination régionale PRODEFI au Nord a signalé que 12 communes sont concernées dont huit à Kayanza, deux à Muramvya et deux à Ngozi.

Pour lui, en invitant les experts de l’IGEBU, ISABU, GIZ, DPAE, l’administration, … c’est pour un large partage d’expériences et être informés sur les ambitions du programme afin que chacun puisse apporter sa contribution.

Il a d’ailleurs mentionné que les aménagements ont déjà commencé. Et pour plus d’efficacité, le PRODEFI trouve que les contributions des différents acteurs sont importantes.
Et d’annoncer la poursuite des travaux d’aménagements des marais, de protection des bassins-versants contre l’érosion principalement par le creusement des fossés antiérosifs. Il s’agit également d’installer des pépinières pour le reboisement, l’agroforesterie ainsi que les cultures vivrières. M. Nzisabira ajoute qu’il y aura également la distribution des bovins pour le lait et le fumier.
Procédant à l’ouverture officielle de l’atelier, Vianney Ndikumana, le Conseiller principal du gouverneur de Kayanza s’est réjoui de la tenue de cet atelier à Kayanza « Car, Kayanza n’est pas épargnée par les changements climatiques ».

Il a indiqué que les inondations récurrentes détruisent les cultures et diminuent la production. Et de déclarer : « Cet atelier vient nous donner un nouveau élan dans la lutte contre les effets des changements climatiques ». Un combat nécessitant un travail en synergie, plaide-t-il.

Une région à protéger

David Nzisabira : « Les aménagements concernent 800 ha dans les marais et 800 km sur les collines »

Le bassin versant de la Ruvubu faisant objet du présent schéma directeur a une superficie de 924 km2 . Il s’étend en majeure partie sur la province Kayanza (80%), touche Muramvya (19%) et Ngozi (1%). Il est drainé par deux principaux cours d’eaux : la Ruvubu (59%) et la Nkokoma (41%).

« Avec un relief très accidenté, il se caractérise par la dominance des collines séparées par des vallées larges et à fond plus ou moins plat, constituant des marais cultivables », a précisé Ati Salem, expert à ERA (Environnement, Routes et aménagements), un bureau d’études international basé à Tunis en Tunisie. L’altitude variant entre 1525 et 2666 m.

Cette région présente des facteurs climatiques, physiques et socio-économiques favorables à la dégradation des sols et l’accélération des processus érosifs. « L’érosion touche sérieusement les exploitations agricoles en forte pente entraînant des pertes de terres arables et l’infertilité des sols et la diminution progressive de la production agricole ».

La pression démographique y est très forte (608 hab. /km2). La population vit essentiellement de l’agriculture de subsistance. « Les exploitations sont caractérisées par une atomicité résultant du morcellement des terres », indique cette étude.

Des aménagements et des ouvrages

« Lutter contre l’érosion des terres et protéger les marais contre les inondations », deux principales actions proposées par ce plan directeur d’aménagement du bassin de la Ruvubu. Il fixe des zones prioritaires et élabore un plan d’aménagement prioritaire avec des projets réalisables à court terme (5ans). Il invite les autres PTF à agir selon le schéma directeur.

Les actions à mener sont entre autres l’installation de 31000 ha de fossés antiérosifs pour les terres cultivées en pente ; 6000 ha de plantation arboricoles et 3000 ha de boisement des prairies, 2 500 ha de terrasses radicales et de cordons en pierres sèches ainsi que 1 500 ha de plantations des terres cultivées en très forte pente.

Vianney Ndikumana : « Kayanza n’est pas épargnée par les changements climatiques »

Des ouvrages de voies d’eau seront érigés : 8 ouvrages d’écrêtement des crues, 15 ouvrages de protection et de stabilisation des lits des rivières et 50 ouvrages de correction de pente de cours d’eau.

Le taux actuel d’aménagement des marais est de 8%. Pour améliorer ce taux, le schéma directeur propose l’aménagement de 2200 ha de marais, ce qui porte ce taux à 24%. Le PRODEFI II a prévu l’aménagement des marais de la Ruvubu (800 ha) et Nkokoma (230 ha). En outre, 41 autres marais s’étendant sur 1200ha sont aussi concernés par ce programme.

D’autres marais sont à réhabiliter comme Mbarara, Gisyogosyoyo, Ruhamba, Rumira et Nyabihondo. Ils s’étendent sur 396 ha. Et les travaux consistent essentiellement à la réparation ou la ré-confection des ouvrages et le revêtement de 800 m du canal primaire du marais de Mbarara.

Le coût total de ces différents ouvrages est estimé à 5,273 milliards de Fbu tandis que celui des travaux d’aménagement et de réhabilitation des marais est de 8,064 milliards de Fbu, d’où l’invitation des autres PTF à agir pour relever le taux de couverture

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

Editorial de la semaine

L’ONU, un Janus pour le Burundi?

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur L’ONU, un Janus pour le Burundi?

Ils proviennent d’une même organisation, s’adressent au même pays. Pourtant, ils portent un regard tellement différent sur la situation burundaise. Le 9 août, l’envoyé spécial du secrétaire général de l’ONU, Michel Kafando, a brossé un tableau très positif, presque immaculé, (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

CBX Useronline

499 utilisateurs en ligne