http://www.iwacu-burundi.org/wp-content/uploads/2016/09/ICCO-15-O-22-TDRs-Evaluation-a-Mi-Parcours-MAVC-Final.pdf
Éducation

Le Conapes suspend le mouvement de grève sans la moindre concession du Gouvernement

Les cours ont repris dans toutes les écoles de la ville de Bujumbura après l’appel du président du Conseil National du Personnel des Enseignants du Secondaire (Conapes) aux enseignants syndicalistes de suspendre le mouvement de grève déclenché le 10 juin. Constat sur terrain ce jeudi 27 juin 2013.

Les élèves du Lycée Municipal de Rohero pendant la récréation ©Iwacu

Les élèves du Lycée Municipal de Rohero pendant la récréation ©Iwacu

Le Conapes arrête le mouvement de grève sans même avoir réussi à amener le gouvernement à la table de dialogue : « Face à la radicalisation de la position officielle, le Conapes veut montrer aux parents d’élèves et à la Commission Nationale Indépendante des Droits de l’Homme (CNDH) qui a accepté de jouer la mission de bons offices sa bonne volonté de créer un bon climat de dialogue », a déclaré Emmanuel Mashandari.
Les enseignants du secondaire regagnent le service trois jours après ceux du primaire.

Emmanuel Mashandari s’excuse auprès des parents et des élèves pour l’arrêt du travail consécutif au refus du Gouvernement d’accéder aux desiderata des enseignants sur la question de l’harmonisation des salaires des fonctionnaires.

L’organisation des examens de fin d’année scolaire est la préoccupation majeure des directeurs et personnel de toutes les écoles visitées. Les directions du Lycée du Lac Tanganyika et du Lycée Municipal de Rohero avancent le 22 juillet comme date probable de clôture de l’année scolaire 2012-2013 : « Mais, précisent les directeurs de ces établissements, il appartient au Ministère de tutelle de donner des instructions ad hoc. »

Emmanuel Mashandari, président du Conapes demande aux directeurs d’écoles d’accorder aux élèves du temps suffisant pour la préparation des examens, ce que réclament aussi les élèves du Lycée Municipal de Roreho. La directrice de l’école leur a opposé une fin de non recevoir alléguant le fait que pendant la grève, les élèves venaient souvent à l’école pour faire la révision.

Publicité