Politique

Le Cnared appelle au boycott du référendum

02/04/2018 Agnès Ndirubusa 18
Le Cnared appelle au boycott du référendum
Cnared : « Le référendum est une mascarade. »

La plateforme de l’opposition en exil appelle les Burundais à boycotter le référendum constitutionnel. Manque de réalisme pour certains.

« Boycott ». C’est la consigne lancée par le Cnared dans une déclaration sortie ce mercredi dans la soirée. Concrètement: Il ne s’agit pas de se présenter au référendum et voter non au projet de révision constitutionnelle mais plutôt ne pas se présenter du tout.

Pour cette coalition de l’opposition en exil, il est hors de question de cautionner « cette mascarade de tous les dangers.» Elle prévient que les résultats qui sortiront de ce processus ne vont pas l’engager.

Par ailleurs, le Cnared demande notamment aux chefs d’Etat de la sous-région de contraindre Bujumbura à abandonner son projet de révision. Elle se dit disposée au dialogue « de dernière chance » mais pose un ultimatum : si le processus référendaire continue, plus question de dialoguer. La communauté internationale est en outre appelée en renfort pour envisager des sanctions contre le Burundi si le projet aboutit.

Des querelles intestines

Cette réunion tenue du 23 au 24 mars répond à une correspondance des 9 leaders de cette plateforme adressée au président du Cnared. Ils évoquaient une nécessité incessante de « régler la crise profonde qui risque de saborder la plateforme politique.» Ils ont mis Jean Minani au pied du mur avec deux options. Soit il convoque une rencontre dans les meilleurs délais ou alors il renonce à sa présidence.

Dans une précédente correspondance toujours adressée à Jean Minani, certains leaders avaient fustigé « la gestion opaque » du patron de la plateforme. Ils lui reprochaient notamment de les tenir à l’écart de toute décision importante.

La rencontre du week-end dernier était donc placée sous le signe de l’apaisement. Si du moins l’on n’en croit le communiqué de presse signé par le porte-parole de la plateforme. Pancrace Cimpaye a parlé d’une « ambiance conviviale qui a animé cette session. »

L’objectif des membres de cette coalition était d’harmoniser leurs points de vue. Les prochaines échéances électorales arrivent à grand pas et le référendum constitutionnel est prévu le 17 mai prochain.

Analyse / L’opposition en exil pèse peu sur l’échiquier politique

Redorer l’image quelque peu écornée par les dissensions au sein de la plateforme. Une tâche qui vient s’ajouter à un autre défi majeur : faire bloc contre le processus de révision constitutionnel qui avance à la vitesse grand V. Bujumbura n’a pas l’intention de ralentir la cadence pour attendre que le Cnared accorde ses violons. Apparemment la coalition a décidé de mettre en pause ses conflits pour suivre le rythme effréné du calendrier lancé par le pouvoir en place. Par ailleurs l’on pourrait s’interroger sur le choix de l’appel au boycott. Le projet de révision est enclenché qu’on le veuille ou non. La population va aller voter, par conviction ou par peur de représailles. Ne serait-il pas plus productif d’inciter les gens à voter non, en espérant inverser la tendance ? Parce qu’à ce stade, il serait surprenant que les chefs d’Etat de la Communauté Est Africaine protestent contre la révision de la Constitution. Une pratique quasiment à la mode dans toute la sous-région. Mais faudrait-il encore que le processus soit mené selon les standards reconnus et en transparence. Bref, à moins d’avoir un sursaut populaire pour le non, option assez improbable, le projet va aboutir. Disons que pour le moment il est difficile à cette opposition de peser sur l’échiquier politique. En exil, éloigné du pays, elle peine à faire entendre sa voix. Mais aussi, la politique de la chaise vide lors des derniers pourparlers, le boycott au référendum actuel, ses stratégies sont loin de faire l’unanimité…

Forum des lecteurs d'Iwacu

18 réactions
  1. Gacece

    @Bakari l’Authentique
    Faut pas les sous-estimer! Moi je trouve qu’ils sont assez bornés pour avoir eu le culot d’inventer un truc pareil et y jouer comme des « euros » (J’ai pas voulu utiliser les 2 autres mots) et y tenir si mordicus!…

    Parbleu! Vous ne voyez donc pas qu’ils sont sérieux avec leurs multiples railleries?

  2. Gacece

    @roger crettol & @kabingo dora
    C’est vous qui vous êtes gouré. Nous connaissons ce qu’est la censure automatique de vos « diablotins ». À la longue, avec des essais et des erreurs, on parvient à les éviter.

    Si vous aviez bien regardé au lieu d’essayer de vous moquer de lui, vous auriez vu qu’il y avait son premier message en question. Ce message-là avait passé le niveau des filtres automatiques dont vous parlez.

    @kabingo dora
    Une seule question : as-tu au moins une autre question à la réponse à ta question?

  3. Bakari l'Authentique

    C’est une fiction écrite par les Belges et les Occidentaux en général mais dans le cas d’espèce je trouve qu’ils manquent cruellement d’inspiration. Ntaco wobafasha?

  4. Bakari l'Authentique

    Ewe Gacece uri gito! Wewe urabaza ico uzi nk’umwarimu?

  5. kabingo dora

    @Bakari le désolé
    y a encore des questions?

  6. Bwejo

    Abo ba nya politique b’ibito barabonye ko ata banywanyi bagifise none ntibagishaka ko abanyagihugu bitaba amatora. Mbega none uri muri opposition kubera udashima inzego zihari umuti woba kutitaba amatora ? canke umuti woba kwitaba amatora ukongera ukanitoza kugira ngo ivyiyumviro vyawe bihiganwe n’ivy’abandi, unagize Imana utorwe hanyuma ubishire mu ngiro ? Abo bagabo batwara cnared barahaze ubuhumbi bw’ama euros hcr n’ububiligi bubaha ku kwezi none baje guhenda umunyagihugu nyarucari ngo ntazoje gutora ashireho inzego yishakiye kubera bazi ko n’aho bokwitaba amatora ata majwi boronka…Twarabahinyuye !!!!

  7. roger crettol

    Et on ne peut encore moins arrêter le train en restant aux barrières tout en pestant sur le conducteur de la locomotive.

    C’est très-regrettable, mais ces oppositions au boycott farouche sinon efficace risquent de se faire projeter dans les airs comme des feuilles mortes au passage du train.

    Il doit bien y avoir au moins un Pierre qui sourit, angélique, en partant en croisade.

  8. roger crettol

    @ Bakari le désolé

    Je ne sais pas si c’est en rapport avec votre plainte ci-dessus, mias parfois, surtout le week-end, des commentaires disparaissent sans même être enregistrés pour modération.

    Quand cela arrive, on ne peut évidemment pas rendre la modération responsable … ce sont les diablotins qui actionnent la guillotine aux portes d’IWACU !

    [ L’explication technique est qu’il s’agit de filtres qui éliminent automatiquement des messages dès la réception, selon des critères définis pa IWACU: Comme c’est automatique, ce n’est pas forcément intelligent. ]

  9. Banza

    Kariyo Yvette, Alice uramuzi kugera ku birenge? Eka uramuzi n’ukuri!

  10. Gacece

    L’histoire de Don Quichotte est de la pure fiction. Vous voulez dire que le CNARED est une fiction aussi?

  11. Ntahitangiye

    L’image du titre donne déjà la réponse:
    On ne peut jamais arrêter le train avec les mains en se plaçant sur les rails. On risque de se faire écraser.

  12. Bakari l'Authentique

    Iwacu,
    Ou est passé le commentaire que j’ai posté en réponse à la réflexion de Gacece ci-dessus? Vous n’arrêtez pas de vous plaindre de faire face à un pouvoir liberticide mais, en même temps vous pratiquez la censure avec acharnement? Un bel exemple de cohérence. Bravo!

  13. Rugatu

    Je ne pense pas qu’ils peuvent arrêter le train, le chien aboie et la caravane passe, je ne suis pas contre le CNARED ou pour le pouvoir de Buja, mais a mon avis il n’y a aucune force ni politique , ni militaire au Burundi qui peut entraver le référendum constitutionnel . Pour combattre un régime , il faut avoir une force supérieure ou égale a la force de ce régime or, a ma connaissance que ca soit au point de vue politique le Cnared n’est pas beaucoup représenté au Burundi,militairement ils n’ont aucun combattant sur le terrain , alors quel magie vont ils utiliser pour arrêter ce train?

  14. Source du Nil

    Nous jugerons le degré d’influence du CNARED au sein de la population interieure du Burundi par un taux de participation au referendum très faible (moins de 40%).Au cas du contraire, changer de profession avant qu’il ne soit pas tard.

  15. Bakari l'Authentique

    Gacece,
    Don Quichotte de Cervantès se battait aussi contre des moulins à vent. Il semble qu’il a trouvé des disciples!

  16. Gacece

    Bien sûr qu’ils vont arrêter un train. Mais il n’y a pas de train au Burundi.

  17. Kayo

    Qui est cette plateforme ?

  18. Kariyo Yvette

    Uwo munyegeza ninde?Ko mbona amaguru asa naya Alice Nzomukunda!!!LOOOOL

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

Réactions

Agathon Rwasa : « Le boycott profite au pouvoir en place » Pour le leader de la coalition Amizero y’abarundi, les querelles au sein du Cnared confortent le pouvoir de Bujumbura. « Le parti au pouvoir n’est pas inquiété par une opposition à distance qui s’entre déchire et qui fait la chaise vide. »Pour Agathon Rwasa, le processus de révision constitutionnelle est enclenché, les enjeux sont importants. « Et avec la détermination jusqu’au-boutiste du pouvoir en place, on doit exprimer sa position, faire entendre sa voix. » Le boycott ne fait que renforcer l’emprise de Bujumbura. « De toutes les façons on va comptabiliser les voix des personnes qui se sont exprimées, le boycott ne va donc servir à rien. » Jérémie Minani : « Obtenir l’isolement total de Bujumbura » Selon ce membre du directoire du Cnared, il est normal que les présidents des formations politiques au sein d’une plateforme puissent avoir des désaccords sur certaines choses. « L’essentiel est que nous sommes d’accord sur le rejet de ce référendum forcé et d’autres comédies électorales en cours de préparation. » Il prévient les autres membres de la plateforme : « Ceux qui opteront d’accompagner le régime burundais dans ces comédies auront malheureusement décidé d’abandonner le Cnared. » Pour lui, la plateforme doit continuer à mobiliser l’ensemble de la communauté internationale, plus spécialement la sous-région pour obtenir l’isolement total de Bujumbura à travers un embargo. Le Cndd-Fdd : « le Cnared est déconnecté des réalités du pays» Le secrétaire général adjoint du Cndd-Fdd indique que le Cnared est déconnecté des réalités du pays. « A dix mille kilomètre d’ici, c’est très loin. » Joseph Ntakarutimana estime que l’opposition en exil s’est donné le mot pour noircir, détruire le parti au pouvoir. « Mais nous avançons dans la sérénité et assurance ». Il appelle au respect du verdict des urnes. « J’espère qu’ils ne diront pas que nous avons forcé les gens d’aller voter, que nous les avons brutalisés ou emprisonnés ».

Forum des lecteurs d'Iwacu

18 réactions
  1. Gacece

    @Bakari l’Authentique
    Faut pas les sous-estimer! Moi je trouve qu’ils sont assez bornés pour avoir eu le culot d’inventer un truc pareil et y jouer comme des « euros » (J’ai pas voulu utiliser les 2 autres mots) et y tenir si mordicus!…

    Parbleu! Vous ne voyez donc pas qu’ils sont sérieux avec leurs multiples railleries?

  2. Gacece

    @roger crettol & @kabingo dora
    C’est vous qui vous êtes gouré. Nous connaissons ce qu’est la censure automatique de vos « diablotins ». À la longue, avec des essais et des erreurs, on parvient à les éviter.

    Si vous aviez bien regardé au lieu d’essayer de vous moquer de lui, vous auriez vu qu’il y avait son premier message en question. Ce message-là avait passé le niveau des filtres automatiques dont vous parlez.

    @kabingo dora
    Une seule question : as-tu au moins une autre question à la réponse à ta question?

  3. Bakari l'Authentique

    C’est une fiction écrite par les Belges et les Occidentaux en général mais dans le cas d’espèce je trouve qu’ils manquent cruellement d’inspiration. Ntaco wobafasha?

  4. Bakari l'Authentique

    Ewe Gacece uri gito! Wewe urabaza ico uzi nk’umwarimu?

  5. kabingo dora

    @Bakari le désolé
    y a encore des questions?

  6. Bwejo

    Abo ba nya politique b’ibito barabonye ko ata banywanyi bagifise none ntibagishaka ko abanyagihugu bitaba amatora. Mbega none uri muri opposition kubera udashima inzego zihari umuti woba kutitaba amatora ? canke umuti woba kwitaba amatora ukongera ukanitoza kugira ngo ivyiyumviro vyawe bihiganwe n’ivy’abandi, unagize Imana utorwe hanyuma ubishire mu ngiro ? Abo bagabo batwara cnared barahaze ubuhumbi bw’ama euros hcr n’ububiligi bubaha ku kwezi none baje guhenda umunyagihugu nyarucari ngo ntazoje gutora ashireho inzego yishakiye kubera bazi ko n’aho bokwitaba amatora ata majwi boronka…Twarabahinyuye !!!!

  7. roger crettol

    Et on ne peut encore moins arrêter le train en restant aux barrières tout en pestant sur le conducteur de la locomotive.

    C’est très-regrettable, mais ces oppositions au boycott farouche sinon efficace risquent de se faire projeter dans les airs comme des feuilles mortes au passage du train.

    Il doit bien y avoir au moins un Pierre qui sourit, angélique, en partant en croisade.

  8. roger crettol

    @ Bakari le désolé

    Je ne sais pas si c’est en rapport avec votre plainte ci-dessus, mias parfois, surtout le week-end, des commentaires disparaissent sans même être enregistrés pour modération.

    Quand cela arrive, on ne peut évidemment pas rendre la modération responsable … ce sont les diablotins qui actionnent la guillotine aux portes d’IWACU !

    [ L’explication technique est qu’il s’agit de filtres qui éliminent automatiquement des messages dès la réception, selon des critères définis pa IWACU: Comme c’est automatique, ce n’est pas forcément intelligent. ]

  9. Banza

    Kariyo Yvette, Alice uramuzi kugera ku birenge? Eka uramuzi n’ukuri!

  10. Gacece

    L’histoire de Don Quichotte est de la pure fiction. Vous voulez dire que le CNARED est une fiction aussi?

  11. Ntahitangiye

    L’image du titre donne déjà la réponse:
    On ne peut jamais arrêter le train avec les mains en se plaçant sur les rails. On risque de se faire écraser.

  12. Bakari l'Authentique

    Iwacu,
    Ou est passé le commentaire que j’ai posté en réponse à la réflexion de Gacece ci-dessus? Vous n’arrêtez pas de vous plaindre de faire face à un pouvoir liberticide mais, en même temps vous pratiquez la censure avec acharnement? Un bel exemple de cohérence. Bravo!

  13. Rugatu

    Je ne pense pas qu’ils peuvent arrêter le train, le chien aboie et la caravane passe, je ne suis pas contre le CNARED ou pour le pouvoir de Buja, mais a mon avis il n’y a aucune force ni politique , ni militaire au Burundi qui peut entraver le référendum constitutionnel . Pour combattre un régime , il faut avoir une force supérieure ou égale a la force de ce régime or, a ma connaissance que ca soit au point de vue politique le Cnared n’est pas beaucoup représenté au Burundi,militairement ils n’ont aucun combattant sur le terrain , alors quel magie vont ils utiliser pour arrêter ce train?

  14. Source du Nil

    Nous jugerons le degré d’influence du CNARED au sein de la population interieure du Burundi par un taux de participation au referendum très faible (moins de 40%).Au cas du contraire, changer de profession avant qu’il ne soit pas tard.

  15. Bakari l'Authentique

    Gacece,
    Don Quichotte de Cervantès se battait aussi contre des moulins à vent. Il semble qu’il a trouvé des disciples!

  16. Gacece

    Bien sûr qu’ils vont arrêter un train. Mais il n’y a pas de train au Burundi.

  17. Kayo

    Qui est cette plateforme ?

  18. Kariyo Yvette

    Uwo munyegeza ninde?Ko mbona amaguru asa naya Alice Nzomukunda!!!LOOOOL

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

Editorial de la semaine

De la ténacité à l’hémicycle

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur De la ténacité à l’hémicycle

Mardi 11 septembre, les parlementaires se réunissent à l’hémicycle de Kigobe. Ils débattent le deuxième rapport de la Commission d’enquête des Nations Unies sur la situation des droits de l’Homme au Burundi du 5 septembre. Ce dernier a accusé Bujumbura (…)

CBX Useronline

278 utilisateurs en ligne