http://www.iwacu-burundi.org/wp-content/uploads/2016/12/DG-Advisor-USAID-9-o-20-DEC.pdf
Sécurité

Le Burundi premier contributeur africain francophone aux missions de maintien de la paix

19-10-2014

Selon Jeune Afrique, « avec plus de 6.000 soldats affectés à des opérations de maintien de paix de l’ONU, de l’UA ou des organisations régionales, le Burundi est le premier contributeur africain francophone. Il est suivi de près par son voisin rwandais qui a envoyé plus de 5 000 troupes dans 8 pays différents. »

  10   Vos commentaires
  1. avatar Jean

    Il serait plus juste si les officiels qui les envoient en mission ne prélévaient pas mensuellement une partie sur leurs salaires, en plus de la partie qui est supposée aller dans les Caisses de l´Etat.
    C´est connu qu´ils vont risquer leurs vies, mais aussi enrichissent certains officiers et les ministres qui les envoient.

  2. avatar Gisamba Gisamba

    Le maintien de la paix implique, entre autres, etre pret au combat, aux tueries ou massacres. Etant experts dans ces domaines chez nous, cela devient une tache facile, c’est comme un poisson qui nage. L’exportation de cette expertise est un complement a l’exportation du cafe et du the. C’est une aubaine! Il faudrait exporter tous les gangsters qui pillulent chez nous, faute de les corriger. Pourvu que l’argent revienne aux ayant droits.

  3. avatar muco

    Jewe vraiment sinanse ko ibi vyose vyiza bavuga ko bivugwa ku burundi. Nagire ntere impundu ndayiha armee burundaise yo ikora neza.Ariko sindayiha umugambwe uwo ariwe wese kuko ivyo bikorwa nabasoda bitanga kurusha . Niyo basize ubuzima bwabo kurugamba president ntaza kubasezera. Nimba mbeshe mumpinyuze. Rero nta mugambwe ukwiye kwiyitirira iki gikorwa ciza bakora. Ahubwo mukabijamwo abanyamigambwe turacanamwo cane gose. Kora politic abasoda mubareke. CNDD-FDD naho yovaho hakaza abandi abasoda bazoguma bagenda gukora ico gikorwa kuko ni business du gouvernement en place.Inkebuzo, ahubwo nibagure ibirwanisho hakiri kare kandi babigure CNDD-FDD itabanje gusaba commission ,kandi babigure ari ibigezweho abo bahungu bacu bakore.

  4. None ko aha ubushomeri bwabuze umuti njanye nabo basoda baja kwicira ingero mukuja kugarukana umutekano batahungabanje , ubu ntamusirikwre wumunya buraya na America agipfira ubusa kuko iyo aguye kurugamba leta yiwe iriha ibitagenda alors que hariho abazimbutse bahembwa make , ahubwo nukuzoturungika twese twigwarize ko ngaha vyanse kabisa.
    Nayo kuvuga ngo n’iteka sivyo kuko s’uburundi bubahemba nuguca ingero gusa

    Ciao

  5. avatar Prosper

    It is good what Burundi is doing but guys … there is not african phrancophone neither African anglophone. Ok I shouldn’t be the speaker of all other African countries but in Burundi We are Burundophone , some of us can speak Swahili, others french , others English …. it would be good to eradicate that ignorance from you guys ..learning a language at school does not make you a native speaker of it …… Burundi is not a french speaking country , it is a Kirundi speaking country.

    • avatar RUGAMBA RUTAGANZWA

      @PROSPER,

      Agreed 100% thank you you have made my day…!!!

      • avatar Stan Siyomana

        @Prosper et @Rugamba Rutaganzwa
        1. Je me suis rendu compte que j’etais francophone quand, a l’Universite Patrice Lumumba (Moscou, Union Sovietique), POUR DES RAISONS PRATIQUES , l’on m’a mis avec un autre burundais (aujourd’hui decede) avec un nigerien, un ivoirien et un laosien pour apprendre la langue russe. J’ai partage la meme chambre pendant trois ans avec un autre etudiant russe Viktor PARCE QUE JE VENAIS D’UN PAYS FRANCOPHONE APPELE LE BURUNDI et il voulait que je l’aide (de temps en temps) a apprendre le francais.
        Je me suis rendu compte que je suis francophone QUE JE LE VEUILLE OU PAS, quand après une quinzaine d’annees passees dans le monde anglophone j’ai visite Londres et Paris et etait plus heureux de voir toutes ces places dont j’avais entendu parle a travers la litterature francaise et la radio (Quartier Latin, Champs Elyses, Hotel Matignon, Chateau de Versailles,..).
        2. L’ancien president burundais Pierre Buyoya n’aurait pas la benediction de l’Etat burundais pour se presenter comme candidat pour diriger l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) si le BEAU PAYS DE MWEZI GISABO n’etait pas membre de cette organisation.
        Merci.

  6. avatar MURIMA

    Hanyuma ngo CNDD-FDD ntaco yakoze!!! Uraba wumva kibiri na Societe civile nimwe mubarirwa!!!

    • MURIMA,
      Barya bariyo womwnyera ari aba CNDD FDD?Murarungika police yonyene turabe yuko batazoca babasubiza ubutarariye.
      Uratwenza ndakurahiye……

  7. avatar Mugunza

    Bien alors! Faudrait donc soutenir un/le candidat Burundais à la tête de la Francophonie je pense!

    Q.Faut-il attendre absolumenet un saint à ce poste? Ou quelqu’un dont on a jamais entendu des impairs sur lui? Là faudrait alors abandonner ou attendre un excellent et expert hypocrite!!

Publicité