http://www.iwacu-burundi.org/wp-content/uploads/2016/12/Mail-Room-VA-7dec.pdf
Afrique de l'Est

Afrique de l’Est : « Le Burundi doit jouer la carte de la neutralité »

13-11-2013

Après la tenue de trois sommets de la Communauté Est Africaine sans représentant de la Tanzanie et du Burundi, et après l’annonce de l’intention de la Tanzanie de se retirer de l’EAC tout en remorquant Bujumbura, l’analyste Thierry Vircoulon d’International Crisis Group recommande aux Burundais d’être prudents.

Thierry Vircoulon est analyste à l’International Crisis Group ©dr

Thierry Vircoulon est analyste à l’International Crisis Group ©dr

Quel regard portez-vous sur cette intention de Dar es-Salaam de claquer la porte de l’EAC et des rivalités entre le Rwanda et la Tanzanie et que peut être la position du Burundi ?

J’ai l’impression que le Burundi essaie de garder une position neutre entre Kigali et Dar es-Salaam. On sent bien que dans les problèmes actuels de l’East Africa Community, le Burundi préférerait être aussi neutre que possible.

Est-ce que cette neutralité arrange le Burundi ?

Il paraît difficile compte tenu des liens historiques entre le Rwanda et la Tanzanie d’imaginer une autre politique. Le Burundi a des intérêts sociaux, économiques et politiques des deux côtés. Pour ce qui est de Dar es-Salaam, le chef de la diplomatie tanzanienne, Bernard Membe, a fait dernièrement des déclarations tonitruantes à Dodoma lors des questions orales au parlement. C’est clair que l’ambiance s’est dégradée au sein de l’East Africa Community et la Tanzanie semble vouloir se tourner du côté de la SADC (Southern African Development Community) dont elle fait partie intégrante.On a l’impression que la Tanzanie qui appartient à ces deux ensembles régionaux est prête à quitter la Communauté Est Africaine. Mais personnellement, je ne suis pas sûr que les choses aillent jusque là. Mais le ministre tanzanien des Relations extérieures et de la Coopération internationale est clair : « Le retrait de la Tanzanie de l’East Africa Community n’aura aucun impact». Je pense que les choses peuvent encore s’arranger surtout au moment où cette affaire du M-23 semble finie, du moins pour le moment. En tous cas la sortie du Burundi de l’East Africa Community serait une grande rupture, une grande perte.

Par le passé, la Tanzanie a tout autant hésité sur sa position au sein de l’EAC …

Il y a eu par le passé des épisodes où la Tanzanie a gelé en quelque sorte sa présence dans de l’East Africa Community et il est vrai qu’elle a aussi des intérêts vers l’Afrique du Sud compte tenu de ses relations historiques avec ce pays. Mais là on irait vers une reconfiguration des communautés économiques dans la région. Cela serait une nouveauté. En règle générale, les Etats aiment faire partie ou appartiennent à plusieurs ensembles économiques régionaux et c’est le cas de la Tanzanie. Et souvent, ils ne restent dans ces communautés que de manière symbolique. On peut se retrouver dans ce type de situation où Dar es-Salaam n’aurait plus qu’une présence symbolique dans l’East Africa Community tout en travaillant beaucoup plus avec la SADC. Mais aller jusqu’à une sortie officielle de la Tanzanie de cet ensemble économique, cela reste quand même à voir.

Et le Burundi dans tout ça ?

Une sortie du Burundi de l’East Africa Community n’arrangerait pas les choses parce que le Burundi est économiquement dépendant de ses voisins pour ses produits importés. Et il y a des projets d’intégration commerciale et énergétique importants pour l’économie burundaise.
Mais du point de vu géographique, il va de soi que les communications pour le Burundi avec le littoral passent par la Tanzanie et là c’est plus rapide. Si on analyse la géo-économie de l’East Africa Community, il y a deux corridors. Même si le corridor nord sera prolongé jusqu’à Kigali par voie ferroviaire, ce qui arrange le Bujumbura, c’est le corridor sud qui arrivera jusqu’au Burundi (ligne de chemin de fer reliant Uvinza dans la région de Kigoma à Musongati). Et il a alors intérêt à mettre plus d’effort vers ce dernier. Mais le Burundi doit jouer la carte de la neutralité, il faut qu’il cherche des compromis parce qu’il a des intérêts des deux côtés.

  15   Vos commentaires
  1. mpebentwenge

    Le petit message est pour répondre à Mr Moi:

    L’interet economique qu’on retirerait du Rwanda voisin, serait par exemple le suivant: envoyer nos policiers et nos dirigeants pour étudier comment ils font pour combattre la corruption.
    Savez vous les milliards que le Burundi perd à cause de notre corruption maladive?
    Ubwenge burarahugwa

  2. Du Bois

    Monsieur

    Mapanya Georges, vous dites et je cite :
    1. Ou « l’article de Roland était plus explicite et substantiel » ;
    2. Ou « Vircoulon de l’ICG a une langue de bois sur ce dossier, ce qui est étonnant.
    3. « Ou le journaliste a mal pose les questions, ou Vircoulon est entrain de se reconstituer après les derniers événements a l’Est de la RDC. »
    Nota !
    Les personnages se votre feuilleton , vos personnages, sont : un certain Roland, un certain Vircoulon; Abbas.
    La conquête de la République Démocratique Congolaise par un certain M23 n’est qutre chose que la facture des Républiques démocratiques rwandaise et ougandaise. C’est pourquoi

    M23 = Rwanda + Uganda,
    Contrainte: Kenya.

    Qu’en dites-vous, cher ami !

    • tik-tak

      @Du Bois: Ndagusavye ndabikuye ku mushaha uduhe inkuru itomoye kuri ivyo uhejeje kwemeza, avec beaucoup plus d’arguments et de details. Merci.

      • Du Bois

        Tierry Virculon a dit dans l’interview d’afriquarabia.blogspirit.com :

        « Avec la débâcle des rebelles, LES MASQUES SONT TOMBÉS : les politiques du M23 se sont enfuis à Kampala, tandis que les militaires se sont enfuis au Rwanda. C’est ce que l’on peut appeler la division du travail. » http://afrikarabia.blogspirit.com/archive/2013/11/05/rdc-un-nouveau-scenario-s-ecrit-au-kivu-2983529.html.

        Bonne réception, et bonne relecture.
        La source de la citation qui précède a été donnée par Roland Rugero dans sa confusion totale de sa grande contribution qu’ici vous reliriez : « Coalition des « enthousiastes » ? Dites plutôt « business as usual ».

        Basokuru barayamze. Bati : « Ivyo utari burye, ubirekera abafitiye amenyo bakabirya. » En d’autres termes, les poussins ne volent qu’après avoir fortifié leurs ailes après leurs plumes.
        En effet, qui naît le premier : L’œuf ou le poussin !

  3. Ukuri

    Ivyo abarundi bakora ndabishigikiye. Si abatanzaniya si Abanyarwanda b0se nta gitoro … Abatanzaniya birukanye abarundi benshi ariko kurundi ruhande baha ibindi bihumbi vyinshi ubwenegihugu… Abanyarwanda tumeze nk’abavukana , tuvuga ururimi rumwe , ariko kurundi ruhande batwiciye umukuru w’igihugu vyongeye, ingwe ikurira umwana ikagutanga kuraka , hirya yejo bari basohoye list yabarundi majana indwi ngo babiciye …. hari vyinshi ….Uburundi bwatanze ikibuga c’indege ngo gikoreshwe mu guhana M23 …ivyo ndibaza ko bitashimishije u rwanda na gato …
    Ico mbona niki :
    Ni uko abarundi ntawe bagomba kwisemberezaho. bagomba kuraba ikibafitiye akamaro. Block y’abakagame ni iyabakora ibintu batabanje kwiyumvira , niyo mpamvu bama baguye mumitego myinshi… block yaba Kikwete nayo , niyo abantu bitonda bitewe no kwikunda , ugasanga mugiranye umugambi kugira ngo uje mungiro bifata amakorosi menshi…

    Igihambaye kuburundi ni kurondera aba partners bashobora kubugirara akamaro… si ngombwa abo ba partners babe abaturanye …. Akarorero ( Angora ni partner wa mbere wa Portugal ) kandi nta nubwo biri kumugabane umwe w’isi….
    Usivye ivyo ndabona abarundi babizi kundusha… so neatrality yabo ndayikunda cane.

    • tik-tak

      @Ukuri: Ni ibintu bibaje rwose ko hariho ivyo wagomvye kwemeza ngaha ko arivyo, kandi atari vyo! Kuvy’uko aba Tanzania bahaye abandi benshi ubwenegihugu, ntibikurako icaha co kwirukana abantu nk’uwirukana ibikoko vyagire bibarye, kugeza naho utandukanya imiryango! Abanyarwanda nabo ntitumeze nk’abavukana, turi ibihugu vy’ibivukanyi, kandi dusangiye vyinshi, kurusha ibidutandukanya! Kuvuga ngo gutanga ikibuga c’indege ca Bujumbura, aho ufise information itariyo kubera yuko no mu Rwanda hariho ibikoresho vy’igisirikare ca Tanzania vyaciyeyo! Hama hagati y’ibihugu, Mr. ou Mme Ukuri nta kwisembereza gukenewe na gatoya, il n’ y a pas d’amis entre états, mais d’intérêts! Pour conclure, kwifatira mu gahanga abakuru b’ibihugu bine ngo ntibiyumvira, n’ukutubaha abo baserukira, peut-être, nawe urimo!!!

  4. Si la voix du Burundi était écoutée, la position qui lui arrange serait celle de réconcilier les deux protagonistes dans cette affaire qui se trouvent être ses plus proches voisins. Suivre la Tanzanie et se passer de la voie du Nord ne serait pas arrangeant. Se tourner vers le Congo ne le serait pas davantage suite d’une part au désordre qui règne à l’Est de ce pays et d’autre part à l’impraticabilité des infrastructures routières dans ce pays. Mais malheureusement la voix de notre gouvernement est très minimisée et celui-ci ne sait quoi faire. C’est le pourquoi de cette neutralité.

  5. Emery

    1.Le problem est clair je suis d’accord avec cette analyse mais je doute de cette phrase si ca fait parti des mots de Thierry »En tous cas la sortie du Burundi de l’East Africa Community serait une grande rupture, une grande perte. »
    2. Kikwete a deja donner sa version, est- ce ces autres peuvent oser nous dire leur positions (version) si vraiment il n y a rien a cacher??????
    3. le respect de la verite doit caracteriser tour leader digne de ce statut; Pauvres leaders!!

  6. NTARUGERA

    Mr Thierry Vircoulon a peut-être raison, mais à mon avis la Tanzanie a très peu d’intérêts économiques avec la SADC. Par contre elle a tout à gagner avec l’EAC notamment grâce à ses ports. Cela m’étonnerait beaucoup que la Tanzanie aille jusqu’à se retirer complètement de l’EAC. Elle y a beaucoup d’intérêts économiques et sociaux qu’elle ne va pas laisser tomber du jour au lendemain.
    Quant au Burundi, le partenaire le plus faible de l’EAC, son problème est qu’il n’a aucune politique, aucune vision pour l’EAC. C’est un suiveur muet très facile à écarter et c’est ce qui est entrain de se faire pour le moment au su et au vu de nos leaders politiques qui n’apportent aucune alternative et ne proposent aucune solution aux problèmes de l’EAC.

  7. Langa Source

    Le gouvernement Burundi joue le jeu des dupes!il fait exactement ce que faisait le Marechal Mobutu au plus fort de la guère froide,entre les USA et l’ex-URSS. Voudrant garder sa neutralité entre ces deux blocs,il proclamait tout haut n’être ni à gauche(URSS),ni à droite(USA),mais dans les faits,il était pion des Americains,en canalisant leur aides au rebelle Angolais Jonas Savimbi. Le Burundi me semble adopter une neutralité en gardant un silence assourdissant sur ce trois réunions au sommet du bloc des « enthousiastes » en gestation, alors que Kikwete,lui a donné sa position officielle au parlement, mais, pour un observateur avisé, le gouvernement burundais penche vers la Tanzanie dans ce duel entre Kikwete et les autres trois chefs d’Etats. Mais la Tanzanie pourrait lui payer en monnaie de singe, sil ne fait pas attention !L’expulsion des ressortissants Burundais en Tanzanie manu militari, n’est qu’une simple illustration de mes propos.

    • Backary

      Et les 4K (kkkk) alors? Ils ne vendent peut-être pas du vent à leurs voisins?

  8. Mapanya Georges

    L’article de Roland etait plus explicite et substantiel.
    Vircoulon de l’ICG a une langue de bois sur ce dossier. Ce qui est etonnant.
    Ou le journaliste a mal pose les questions, ou Vircoulon est entrain de se reconstituer apres les derniers evenements a l’Est de la RDC.
    Pourquoi personne ne veut parler de la Cepgl qui interesserait particulierement le Burundi?
    On dit que le Burundi importe l’essentiel de ses produits via le corridor Nord. Est ce que c’est cela qui importe ou bien c’est plutot le corridor qui nous aidera a exporter nos matieres premieres(notamment le Nickel)!
    L’analyse peut interesser ceux qui font du Burundi leur marche(debouche).
    Il faut rester neutre tactiquement mais etre tres actif sur le plan strategique. C’est le moment ou jamais pour le Burundi de se repositonner.

    • Backary

      Ce n’est pas la langue de bois seulement qu’il a, mais c’est aussi le politiquement correct qui l’accable! Même les membres d’ICG n’y sont pas (encore) vaccinés.
      Ceci dit, ce n’est pcq quelqu’un dit des choses qu’on aimerait pas entendre qu’on doit nécessairement dire qu’il lance des conneries!

      • moi

        Qui peut me dire les ’intérêts économiques uburundi bwokura ku Rwanda hahahah…

        • Juvent Goss

          echanges des marchandises et bureau dounieres commune, ivyo urabigaye? ntagihuigu nakimwe kitagira ico cokungura ibindi. na Tanzania irafise inyungu itugomba ko.

Publicité