Éducation

L’AUF forme pour la certification ‘Linux Professional Institute’

17-07-2017

L’Antenne Afrique des Grands-Lacs de l’Agence Universitaire de la Francophonie (AUF) a organisé une formation qui s’est conclue par deux examens permettant d’obtenir la Certification Professionnelle Linux Administrateur, LPIC-1.

Alexis Kwontchie, directeur de l’Antenne Afrique des Grand lacs de l’AUF

Huit participants composaient ce lundi 10 juillet 2017 leurs examens LPI 101 et 102,  permettant d’obtenir la certification LPIC-1. Deux examens très importants. Les réussir prouve aux professionnels en informatique la maîtrise des bases de l’administration système linux, quelle que soit la distribution. Cela va de l’installation et la configuration complète d’un poste de travail ou d’un serveur à tous les services essentiels associés, tant systèmes que réseaux. En clair, la certification internationale LPI est reconnue par les recruteurs comme un atout essentiel à l’embauche ou à l’accession à un poste d’administrateur de réseau informatique.

Les participants avaient auparavant reçu une formation de préparation à cette certification internationale du 26 juin au 07 juillet 2017. Une formation organisée par l’Antenne Afrique des Grands lacs de l’AUF, via son Campus Numérique Francophone de Bujumbura.
Le directeur de cette Antenne, Alexis Kwontchie s’est dit satisfait de la qualité de l’animation pédagogique, de l’organisation des examens et de l’engouement des participants. En effet, cette animation a été éffectuée par le formateur principal Sylvian Massom, qui était déjà à l’oeuvre à une formation semblable en 2012 à Bujumbura. Les examens ont également été de nouveau bien gérés par la surveillance agréée de Daphrose Niyindaba de l’AUF. « C’est très technique mais pour le grand public on va dire que ce sont des experts, des patrons de la gestion technique d’un ensemble de machines informatiques connectées entre elles  au sein d’une organisation.»
Satisfaction aussi du côté des participants. L’un d’eux parle d’une formation riche et bénéfique. Selon Népomucène Mucowimana de l’ARCT (Agence de Régulation et de contrôle des télécommunications), les conditions de travail prêtaient à une formation efficace. « Nous avons bénéficié d’une formation très riche, le formateur était outillé. Je vais faire profiter l’entreprise qui m’embauche de ce renforcement de capacité. »

 

Les organisateurs et les participants de la formation pour la certification ‘Linux
Professional Institute’

C’est la deuxième activité de ce genre organisée par l’AUF, après celle de novembre 2012 qui avait abouti à une certification internationale de cinq informaticiens de la sous-région des Grands-lacs.
Cette fois-ci, les résultats ont été plus métigés. En effet, après un début de formation suivi par 14 participants, 8 se sont sentis prêts à passer les examens. Au final, 6 validations d’examens sur 16 possibles (chaque participant passant 2 examens) ont été effectuées, soit un pourcentage de 37,5%. Mais 1 seul candidat sur les 8 a réussi ses 2examens, obtenant ainsi sa certification, soit 12,5% de certification.

L’AAGL et son CNF de Bujumbura ont déjà prévu en janvier prochain des examens de certification sans formation préalable, pour permettre aux participants non certifiés cette fois-ci de se rattraper.
Cette formation a été couplée et devrait être suivie par une autre en Cisco CCNA organisée par le Centre universitaire de recherche et de formation professionnelle en informatique et statistique, Curfopis, partenaire de l’AUF pour cette double-action de formation.

Cette activité entre dans le cadre de la stratégie 2017-2021 de l’Agence universitaire de la Francophonie. Elle vise à répondre à trois défis, notamment celui de l’employabilité et de l’insertion professionnelle de jeunes diplômés. Face à ce défi, une piste qu’exploite l’AUF est celle d’organiser des formations certifiantes professionnalisantes et valorisant leurs compétences. Ainsi, elle organise chaque année des formations visant à doter les jeunes diplômés de compétences en administration système et réseau, création de sites web, etc.

  2   Vos commentaires
  1. Jereve

    Création de sites web ? Parlons-en : on se demande si les provinces, communes et autres localités du Burundi ont des sites web qui tiennent le monde informé de ce qui s’y passe. Il semble que non, ou que c’est très rare. C’est difficile de se rendre compte des progrès lorsque les entités nationales importantes travaillent dans un black-out total. J’aimerais bien me tromper là-dessus.

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.
Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité