http://www.iwacu-burundi.org/wp-content/uploads/2016/09/US-ADVERT-26-SEPT-O-7-OCT.pdf
Économie

Lancement des objectifs de développement durable 2016-2030 : un rapport plutôt mitigé des OMD en 2015

Ils étaient 8 objectifs millénaires pour le développement (OMD), ils sont devenus 17 objectifs de développement durable (ODD). Toutefois, les premiers n’ont pas été atteints de façon satisfaisante.

Ces objectifs qui s’y sont ajoutés englobent de nouveaux domaines entre autres l’inégalité socioéconomique, l’innovation, le changement climatique, la consommation durable, la paix et la justice,… avec 169 indicateurs pour le suivi de sa mise en œuvre.

Pour Agostinho Zacarias coordonnateur résident du système des nations-unies au Burundi, une croissance économique devrait être inclusive, réductrice de la pauvreté et des inégalités. « Le Burundi ne parvient pas encore à enregistrer des performances pour faire reculer considérablement la pauvreté. Le rapport national sur les OMD en 2015 au Burundi souligne que globalement les résultats sont plutôt mitigés. » Voici quelques chiffres qu’il a pu dégager. En 1990, la population vivant en dessous du seuil de pauvreté monétaire n’était que de 35%. Selon la dernière enquête nationale sur les conditions des vies des ménages (ECVMB 2013/2014), le taux est à 64,6% ce qui reste au-dessus de 17.5% qui est la cible. La contribution du secteur agricole au PIB est en constance régression. Dans les années 70, poursuit le coordonnateur résident, elle représentait 60% mais en 2014 elle n’était qu’à 33%. Ce secteur demeure le principal pourvoyeur d’emplois (90% de la population active).L’apport des industries quant au PIB reste stagnante, seul le secteur des services augmente sa contribution tout en restant non créatif significatifs d’emplois.

Disparition totale de nos forêts dans les 24 ans à venir

L’économiste principal du PNUD, Daniel Gbetnkom, dans son exposé ’’Des OMD aux ODD : enjeux et perspectives au Burundi’’ a alerté entre autres que les 1864,9 km2 de forêts du pays seront détruits en 24 ans avec une vitesse de déforestation de 64.59 s’ils ne sont pas protégés. Dans un contexte burundais caractérisé par l’insuffisance des flux de ressources financières internes et par d’autres problèmes conjoncturels et structurels il conseille que la réalisation des ODD dépendra sans aucun doute d`un climat de paix et de sécurité et d’une aide financière extérieure substantielle. « Ainsi, les pouvoirs publics devront instaurer une bonne gouvernance politique, économique, sociale et environnementale et mobiliser des ressources. »

C’est Emmanuel Niyonkuru, ministre de l’Environnement, de l’Eau, de l’Aménagement du territoire qui a déclaré le lancement des ODD. Selon lui, les raisons de non atteinte des OMD est que les bénéficiaires de ce programme n’avaient pas été consultés lors de son montage. « D’où la nécessité de définir u nouveau cadre d’objectifs pour la lutte contre la pauvreté et favoriser le développement durable. »

  2   Vos commentaires
  1. Gertrude

    Le manque de vision de nos dirigeants accroît l’extrême pauvreté, le SIDA, le paludisme, la corruption et le favoritisme, l’injustice sociale, la guerre.
    Résultat= le Développement du sous développement.

    Qui peux me contraduire au moment où l’électricité ne reste qu’un bip? Y a-t-il un développement possible sans énergie électrique???

  2. Stan Siyomana

    1. « Les beneficiaires de ce programme n’avait pas ete consultes… » (par Emmanuel Niyonkuru, Ministre de l’Environnement).
    Je ne vois pas comment le Burundi va etre parmi les 193 Etats membres de l’ONU et au moins 23 organisations internationales qui ont adopte les 8 objectifs du millenaire pour le developpement (OMD) en 2000 a New York et etre peut-etre le seul pays au monde a ne pas avoir consulte ses citoyens beneficiaires.
    Et puis, meme s’il n’avait pas ete consulte auparavant, je ne vois pas comment le citoyen lambda/MUNYAGIHUGU NYARUCARI de Cendajuru (ou autre coin recule du Burundi) S’OPPOSERAIT a ce que le Gouvernement (issu des elections auxquelles il a pris part avec tout l’entousiasme) s’occupe des grands enjeux humanitaires: la reduction de l’extreme pauvrete et de la mortalite infantile, la lutte contre plusieurs epidemies don’t le SIDA, l’acces a l’education, l’egalite des sexes, et l’application du developpement durable.
    (Voir « Objectifs du millenaire pour le developpement », http://www.wikipedia.org).
    Heureusement que le Burundi n’est pas comme le nord du Nigeria en Afrique de l’ouest ou certains citoyens refusent de faire vacciner leurs enfants et ou Boko Haram est pret a tuer quiconque embrace l’education (occidentale).
    2. Et puis, faut il rappeler que meme a propos de Vision Burundi 2025, le site Indundiradio.com ecrivait: « En juillet 2011, APRES QUATRE ANS DE TRAVAUX PREPARATOIRES ET DE CONSULTATIONS AVEC SES PARTENAIRES NATIONAUX, le Gouvernement a lance « Vision 2025″…Pouvons-nous aujourd’hui affirmer QUE CETTE VISION EST CONNUE DU PEUPLE BURUNDAIS pour etre ancree dans sa conscience?… »
    (Voir « La Vision 2025 Burundi est-elle connue du peuple burundais », http://indundiradio.com, ? aout 2014).
    3. La seule conclusion qui s’impose est qu’il n’y a pas de bonne communication entre le Gouvernement de la Republique du Burundi et le peuple burundais qu’il est suppose mener vers un developpement durable et inclusif.

Publicité