Santé

La ministre de la Santé sur la sellette

20-10-2017

Le fonds mondial de lutte contre le sida, le paludisme et la tuberculose vient de retirer au ministère de la santé la gestion des subventions (2018-2020). La mauvaise gestion des fonds à l’origine de la mesure.

La ministre de la santé accusée de « magouillage » dans la gestion des subventions du fonds mondial de lutte contre le sida.

Défaillance dans la gestion financière et la passation des marchés. C’est, entre autres, l’accusation du fonds mondial à l’endroit du ministère de la santé. Une gestion desormais accordée au Programme des nations unies pour le développement(PNUD).

C’est dans une correspondance de ce 12 octobre adressée à la ministre de la Santé que le fonds mondial dénonce les performances plutôt médiocres dans la gestion de ces fonds.

« Les subventions mises en œuvre au Burundi au terme de l’année 2016 ont la note B2 (2 sur 5) », peut-on lire dans cette correspondance. D’après le fonds mondial, les résultats programmatiques et financiers ne sont pas à la hauteur des cibles convenues. Il dénonce un financement non-utilisé estimé à 30 millions USD.

Tout en assurant une utilisation efficiente des ressources disponibles, les programmes chargés de la mise en œuvre des activités doivent prioriser la gestion des ressources de manière à accroître les bénéfices pour la population, souligne le fonds mondial.

La ministre de la santé au centre du jeu

Un médecin technicien du programme national de lutte contre le sida(PNLS), sous couvert d’anonymat, affirme que la ministre de la santé publique et de lutte contre le sida, Dr Josiane Nijimbere, serait la principale responsable de tous ces maux.

Depuis qu’elle est à la tête du ministère, témoigne cette source, Mme Nijimbere veut tout contrôler. Au point de licencier des employés du ministère pour recruter « les siens ».

Ce médecin confie que la ministre aurait déjà licencié deux directeurs du PNLS parce qu’ils n’étaient pas sur une même longueur d’ondes qu’elle.

D’après ce témoin, la ministre a voulu destituer, en vain, certains techniciens du PNLS. Mais elle n’avait pas ce pouvoir. Ils ont été recrutés par le fonds mondial.

C’est ainsi qu’elle refusait de débloquer de l’argent pour que ces techniciens puissent travailler. De surcroît, elle réquisitionnait des véhicules normalement destinés aux activités financées par le fonds mondial.
A cause de ce comportement, l’utilisation des fonds de 2016 qui devrait commencer en mars 2016 a débuté au mois de novembre, selon ce technicien.

Et de confier que des employés de ce programme ont déjà reçu les lettres de préavis de fin de contrat suite au retrait de la gestion des fonds.

Contactée, la ministre de la santé n’a pas voulu s’exprimer.

L’alarme avait déjà sonné…

La corruption dans le processus de recrutement, la violation des directives dans la gestion des véhicules, la réquisition «humiliante et forcée» des véhicules, … des magouilles du ministère de la santé dénoncées par les ONG locales Capes+ (collectif des associations des personnes infectées et affectées par le VIH-Sida) et Pisc-Burundi (plateforme intégrale de la société civile) au mois de février dernier.

C’est dans une lettre adressée à la ministre de la santé que ces organisations l’avaient mise en garde.
Ces ONG avaient également dénoncé « les menaces de la ministre envers les directeurs de programmes qui sont obligés de recruter des personnes sans tenir compte des critères requis. »

Elles avaient affirmé, dans cette correspondance, que ces irrégularités pourraient faire perdre au pays un montant estimé à plus de 72 millions USD de la part du Fonds monétaire international (FMI).


>>Réactions

Capes+ : « Une perte énorme pour le pays »

Pour Hamza Burikukiye, président du Capes+, ce retrait de la gestion des fonds est une perte énorme pour un pays pauvre comme le Burundi.

D’après lui, cet argent qui vient de partir en fumée était une manne non seulement pour les malades mais aussi pour les employés de ces programmes. Ces derniers vont perdre leur boulot. « C’est très regrettable »

Il rappelle qu’il avait déjà mis en garde la ministre contre ces magouilles. « Je croyais que le ministère s’était corrigé. Mais apparemment non. »

Olucome : « La ministre de la santé devrait être limogée sans délai »

Dans un communiqué sorti ce mercredi 18 octobre, Gabriel Rufyiri, président de l’Observatoire de lutte contre les malversations économiques(Olucome), demande au gouvernement de limoger sans délai le 2ème vice-président de la république, la ministre de la santé et les membres du comité national chargé du suivi des fonds. Cela en vue de corriger les fautes lourdes qu’ils ont commises dans la gestion de l’aide du fonds mondial.

Il demande en outre à l’Assemblée nationale d’inviter d’urgence la ministre de la santé au cours d’une session pour qu’elle réponde aux questions orales liées à ses manquements.

  16   Vos commentaires
  1. Kimana Armand

    On va nous dire que c’est la faute au Rwanda et la Belgique. Hihihihihihahaha

  2. Rurihose

    Walah on a bloqué Gacece et Fofo

    • Tomahawk

      Sikwo Iwacu ikora. Le deuz personnages ont peut-etre decide de prendre quelques heures de repot pour recharger leurs doigts. Ne t’en fais pas ils vont revenir avec plus de venin qu’avant. Aussi, je remarque que l’activite sur le site est en general en mode dodo.
      Un peu de patience donc et le venin vous sera servi avec zele par les infatiguables serviteurs du systeme dd.

      • Gacece

        @Rurihose & @Tomahawk
        J’ai l’impression qu’on vous manque! Ne vous en faites pas. On est toujours là. Mais j’ai l’impression que le venin vient plus de votre côté que du nôtre.

        • Tomahawk

          Malheureusement le venin appelle le venin.
          Je crache mon venin dans l’espoir de guerrir les coeurs brises par la rancune, la mechancete et l’ignorance.

  3. My Bad

    Baramubesheye ntaco yariye kuko mu burundi hari brigade anti corruption hari justice independante et competante.hari pesident divine none wumva ninde yorya igiturire mutama 1 akamureka?
    Ndibaza ivyo mvize ko biriho.jewe mbona aba biligi babigize kuko batwanka canke CNARD .aho si Kagame yatubesheye.

  4. Prophète

    Karabaye noneho ubu muri brb ntana 1dollar bafise

  5. Koko Carariwe

    Mbariza we, inyishu ngiyi:
    En % du PIB,
    2016…………….47
    2017…………….57
    2018…………….65
    Source: FMI (Fonds Monetaire International)

  6. Jereve

    Il semble pourtant que les vice-présidences s’enorgueillissent des évaluations régulières des ministères dont elles ont la charge. Comment un dysfonctionnement si monumental a-t-il pu se développer au nez et à la barbe de ces super-autorités de coordination et de contrôle ? S’il faut parler d’incompétence, alors il faut reconnaître que c’est sur toute la ligne.

  7. Kireko

    Qu’ on la laisse tranquille cette mukenyererarugamba; qui peut me donner le nom d’un ministre compétent dans le system DD? Vyose Ni vurugu vurugu! !!!

  8. RUGAMBA RUTAGANZWA

    « La ministre de la santé accusée de « magouillage » dans la gestion des subventions du fonds mondial de lutte contre le SIDA »

    Il faut mettre les gens qu’il faut à la place qu’il faut. Elle, ce n’est pas le cas mais je crois que malheureusement, ce n’est pas la seule. C’est un système administratif gangréné par la corruption et l’incompétence, qu’il faudrait dégager. Nous avons vraiment du pain sur la planche avant que ce pays ne retrouve le chemin de la discorde et du développement socio-économique

  9. Mwana Ume

    Dans le systeme DD, cette ministre va etre decorer pour avoir favoriser le recrutement des imbonerakure, preter les vehicules de services aux dignitaires pour ceci et cela, etc. Bref c’est ce genre d’elite que DD veut pour tout le pays.

  10. Rugamba

    Elle peut être renvoyé si elle n’a pas partagé les fonds détournés avec soit mutama 1 ou mutama 2. Si non, dans une république bananière, la chèvre broutte la où elle est attachée. Son comportement vis-à-vis de ses employés est très courant car l’exemple vient du sommet. Il y a maintenant au Burundi de petits tyrants partout dans le système jusqu’au niveau des collines où un guverneur vous emprisonne si vous l’appelez par son nom! Ne parlons pas d’autres crimes plus graves commis en toute imupnité par les imbonerakure et la police.

  11. Mafero

    Le pays sent la corruption un peu partout, même jusque dans le ramassage des déchets. Heureusement que les langues commencent à se délier, même parmi ceux qui nous chantaient que tout va bien dans ce petit pays de l’Afrique Centrale.

  12. Rurihose

    Corruption partout
    Pourquoi limogère t on seulement la Ministre de la Santé?
    Le pays est gangrené par la corruption.
    D’où croyez vous que viennent les buildings de centaines de millions qui poussent comme des champignons spartenant à des apparatchiks avec des salaires dérisoires.
    « Caratuvunye »😁😁
    Le Burundi est quand même le plus corrompu au monde.
    Nous n’avons que nos larmes pour pleurer 😣😣

  13. MBARIZA

    Au fait, qui pourrait nous éclairer pour savoir où nous en sommes au niveau de l’endettement ?
    http://fr.africatime.com/burundi/articles/la-banque-mondiale-invite-les-pays-africains-freiner-leur-endettement

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.
Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité