Politique

La facilitation veut en finir

30/08/2018 Agnès Ndirubusa Commentaires fermés sur La facilitation veut en finir
La facilitation veut en finir
La facilitation s'active pour la prochaine session des pourpalers inter-burundais

La « dernière » session des pourparlers serait pour bientôt. Mais le bilan du travail de Mkapa reste très mitigé. L’opposition lui reproche qu’à ce jour, il n’ait jamais pu organiser des pourparlers réellement inclusifs.

Lors de sa dernière visite, la délégation de la facilitation de Mkapa a pu convaincre Bujumbura de participer au prochain round du dialogue. Le parti au pouvoir est donc revenu sur sa position tranchée et a annoncé qu’il va accepter de répondre à l’invitation si « la session est bien organisée. »

Pour rappel, le premier vice-président, ou encore l’assistant du ministre de l’Intérieur avaient déclaré qu’il n’y avait plus « de nécessité de dialogue externe ». Pour eux, presque toutes les questions avaient été vidées à l’interne.

Une position finalement abandonnée par Bujumbura. « Nous ne voulons pas qu’ils viennent dire que nous avons été l’objet du blocage du dialogue, » a expliqué Thérence Ntahiraja, l’assistant du ministre de l’Intérieur.

Le gouvernement a néanmoins posé ses conditions. Il faudra offrir une sécurité à sa délégation. L’Ouganda, choisi pour abriter la prochaine session, ne remplirait pas ces normes de sécurité, car « abritant des putschistes burundais sur son sol ».

Autres conditions avancées par Joseph Ntakarutimana, secrétaire général du parti Cndd-Fdd : « Pas question d’aborder des questions déjà vidées par la Constitution issue du référendum ainsi que la feuille de route adoptée par les politiques. »

Selon plusieurs observateurs, Bujumbura ne pouvait pas prendre le risque de froisser la Communauté Est africaine qui a été à ses côtés depuis la crise de 2015.

En effet, alors que la Communauté internationale haussait le ton, l’Union européenne prenait des sanctions contre le gouvernement, des présidents de la sous-région ont pris position ouvertement en faveur de Bujumbura.

Le discours de Yoweri Museveni au 18ème sommet de l’EAC au mois de mai 2017 reste dans les mémoires. A la tête de l’EAC mais également médiateur dans le dialogue inter-burundais, alors que l’opinion internationale attendait un discours ferme contre Bujumbura, Museveni avait créé la surprise en s’en prenant violemment à l’Union européenne… Pourtant, le gouvernement burundais avait été indexé par le facilitateur Mkapa comme « le mauvais élève des pourparlers. »

Pour rappel, Bujumbura avait décidé de boycotter le 3ème round, la facilitation ayant invité des personnalités poursuivies par la justice burundaise.

Autre soutien de taille : Le président de la Tanzanie qui a de son côté tenu à plusieurs reprises le même discours que celui de Bujumbura. Lors de son discours du 20 juillet alors qu’il accueillait le président Nkurunziza, il avait déclaré que la paix et la sécurité étaient une réalité et plaidé pour le retour des réfugiés au Burundi.

Bujumbura n’a donc pas intérêt à boycotter l’invitation. Par ailleurs, le facilitateur, M Mkapa, semble très en phase avec le gouvernement burundais. Lors de la dernière session de décembre 2017, il avait déclaré qu’au nom de la souveraineté nationale, la population burundaise avait le droit de réviser sa Constitution et qu’il n’y pouvait rien.

Quelles questions feront l’objet de discussion ?

Alors que la facilitation prévoit que ce 5ème round soit le dernier et marque la fin de la crise, la question est de savoir quelles seront les questions à l’agenda de la rencontre ?

D’après la facilitation, il faudra convaincre les réfugiés burundais qui ne sont pas poursuivis par la justice de rentrer au pays et donner des garanties pour des élections libres et démocratiques.

Mais les choses ne sont pas aussi simples. Pour le Cnared, une autre feuille de route pour les élections de 2020 doit être renégociée lors des prochains pourparlers. Il faudrait aussi un débat sur certaines dispositions de la nouvelle Constitution qui « excluent certains tout en privilégiant d’autres. »

Un dialogue qui peine à faire ses preuves

Le dialogue externe est en panne depuis plus de deux ans et peine à décoller. Les conclusions issues des quatre sessions ne sont pas encourageantes.

Hormis un travail qui a permis de dégager des points de convergence et de divergence, la facilitation n’a pas pu organiser les débats en plénière. Chaque groupe travaillait dans son coin. Au dernier round, elle avait prévu « des vraies discussions » qui n’ont pas eu lieu.

La facilitation n’a pas été capable de rassembler tous les protagonistes de la crise autour de la table, ce que d’ailleurs souhaitait la communauté internationale partisane d’un « dialogue inclusif ».

Ainsi, le gouvernement a boycotté la troisième session des pourparlers d’Arusha au mois de février 2017 pour protester contre la présence des personnalités honnies par Bujumbura. Et lorsque la médiation ignorait ces personnalités, c’est la coalition de l’opposition en exil, le Cnared, qui boycottait la rencontre.

Mais force est de constater que les approximations et les tâtonnements de cette médiation ont plutôt profité au pouvoir en place. Ils ont permis à Bujumbura de gagner un temps précieux pour sécuriser le pays. Du temps également pour organiser un processus référendaire qui a abouti à la révision de la Constitution. Aujourd’hui, du temps, il n’y en a plus beaucoup. L’horloge tourne et les élections de 2020 approchent à grands pas. Comme l’a indiqué le leader de la Coalition Amizero y’Abarundi, la prochaine session doit avoir lieu dans les plus brefs délais. Agathon Rwasa a estimé qu’il était primordial qu’un document « consensuel » soit adopté lors de ce prochain rendez-vous.

Editorial de la semaine

Une opinion déboussolée

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur Une opinion déboussolée

Après le fiasco des pourparlers d’Arusha, plus d’un se demandent que pourrait être la suite. L’incertitude politique fait grandir les inquiétudes. Une opinion ne semble plus croire aux solutions qui viendraient des chefs d’Etat de la Région, encore moins de (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

CBX Useronline

688 utilisateurs en ligne