Environnement

La décharge de Buterere, une manne pour certains

« Nous vivons grâce à ces ordures. Pas question qu’on les déplace », crie un jeune homme rencontré à la décharge de la commune urbaine de Buterere centralisant les ordures de la ville de Bujumbura.

Etat des lieux de la décharge de Buterere ©Iwacu

Etat des lieux de la décharge de Buterere ©Iwacu

« C’est notre gagne-pain », renchérit une autre femme. C’est vraiment pénible de voir les enfants et leurs parents en train de fouiller dans les ordures, essayant de chercher de la nourriture. C’est encore étonnant de constater qu’ils grandissent normalement sans même tomber malade. « Nous vivons par la grâce de Dieu, sinon nous serions déjà morts».
Toutefois, il y en a que cela gêne. Pauline Ruratotoye, administrateur de la commune Buterere, va même jusqu’à affirmer que ces derniers sont plus nombreux. « Ça nous perturbe beaucoup surtout quand on les brûle. Le fumier nous gène et peut causer d’autres dégâts ».

D’après cette responsable, le projet « clean and waste free Bujumbura » consistant en la gestion des déchets solides de la ville de Bujumbura sera exécuté par la Setemu sous financement des Pays-Bas. Il durera 10 ans.

  2   Vos commentaires
  1. Stan Siyomana

    1. Dans un commentaire sur l’economie de l’Afrique du Sud (avec le parti African National Congress-ANC au pouvoir), Vivian Atud, chercheuse independante, a dit que les decideurs (politiques?) ne savent pas toujours aux interets de quel groupe social qu’il faut donner la priorite.
    « …Mon opinion est que LES BESOINS ET LES PRIORITES DES CHOMEURS ET DES PAUVRES PARMI LES PAUVRES, ET L’EDUCATION sont les plus importants….
    Une economie inclusive est une question de choix, et non un destin. NOUS DEVONS COMMENCER A FAIRE DE BONS CHOIX (en politique economique du pays).
    (Voir Natalie Greve: « South African policy a drag on growth, say analysts », http://www.engineeringnews.co.za, 7 November 2014).
    2. Pour revenir a ce malheureux cas de Buterere, c’est une honte et ca devrait faire mal au coeur a TOUTES LES GENS DE BONNE VOLONTE DU BEAU PAYS DE MWEZI GISABO ET SES DIRIGEANTS POURTANT ELUS PAR LE PEUPLE-MEME/BITOREWE N’ABANYAGIHUGU quand des citoyens VIVENT DANS L’EXTREME PAUVRETE, JUSQU’A PERDRE TOUTE LEUR DIGNITE HUMAINE:
    « NOUS VIVONS GRACE A CES ORDURES »
    Merci.

  2. Fred

    A qui jeter la faute? Chers amis cette dépotoir de Buterere est la honte même de cette commune et directement de la Mairie. Primo, elle est tout prêt de l’aéroport et des eaux usées de la setemu. avant on disait « ntakubana n’iyarara » et maintenant?
    Segundo: les dépotoirs existaient à l’époque, maintenant il y a création des vastes industries pour recycler ces déchets en les séparant, du recyclable au bio-organique.. qu’en ait-il du Burundi?
    Ne nous demandez pas cela, chez nous. demandez nous plutôt ‘ico nakuye muri mandant y’ubu DG muri SETEMU » voilà.
    mais on ne va pas s’endormir, commençons par chez nous. je regrette de voir une camionnette Dyna entrain de débarrasser les ordures ménagères. elle est n’est pas faite pour cela, elle laisse dans les rues autant des dechets qu’elle transporte.
    nos décideurs devront s’occuper de ce problème. car qui dit concentration humaine dit aussi production d’immondice. il faut travailler en conséquence.

Publicité