http://www.iwacu-burundi.org/wp-content/uploads/2016/12/Mail-Room-VA-7dec.pdf
Elections 2015

La Cour constitutionnelle a été caractérisée par la  » lâcheté « 

05-06-2015

Après avoir rendu le fameux arrêt sur la légalité de la troisième candidature de Nkurunziza, la Cour constitutionnelle a perdu sa crédibilité auprès d’une certaine opinion.

Sylvestre Ntibantunganya : « Comment est-ce possible de confier la mission de recevoir des plaintes électorales à une Cour constitutionnelle en disgrâce ? »

Sylvestre Ntibantunganya : « Comment est-ce possible de confier la mission de recevoir des plaintes électorales à une Cour constitutionnelle en disgrâce ? »

Sylvestre Ntibantunganya, ancien président de la République se demande comment cette Cour peut garantir la crédibilité pour qu’on lui confie la mission de recevoir les plaintes de ceux qui seront sur les listes des députés et des candidats présidentiels. Selon lui, la Cour constitutionnelle a été caractérisée par ce qu’il appelle « la lâcheté », voire une trahison : « Si je me réfère aux déclarations non contredites du vice-président démissionnaire, il y a à s’inquiéter. »

Pour le sénateur à vie, l’autre question qui ne peut pas passer sous silence, c’est la décision d’affecter 44 milliards du budget à l’organisation des élections : « Cette mesure met à plat l’économie burundaise. En témoigne le taux de change du dollar qui passe aujourd’hui de 1650 à 2100 Fbu.»

M. Ntibantunganya estime qu’il est urgent de mettre en place des mécanismes qui permettent que le financement des élections se fasse via nos partenaires : « Ils sont prêts à nous appuyer. Comment est-ce qu’on peut pour des intérêts d’un individu ou d’un groupe, faire souffrir tout un peuple ? » D’après lui, c’est de l’irresponsabilité : « Nous avons plutôt le devoir de servir le peuple burundais . »

Pour rappel, dans la foulée de cette décision, Willy Nyamitwe, conseiller principal à la Présidence de la République chargé de l’Information, a déclaré qu’au lieu que le pays plonge dans un vide institutionnel, vaut mieux un déficit budgétaire.

  16   Vos commentaires
  1. kimeneke

    Minani
    Iyo theatre mwama muvuga ngo ni coup d etat twabihaze. Uwutemera amafuti yanyu mumushiramwo

  2. Congera Athanase

    • Un débat peut clôturer la rencontre, en demandant à chacun ce qu’il pense de cette citation de Martin Luther King. Dans un sermon prononcé en 1967, un an avant sa mort, il déclare : « Je vous le dis ce matin, si vous n’avez jamais rencontré rien qui vous soit si cher, si précieux que vous soyez prêt à mourir pour ça, alors vous n’êtes pas apte à vivre. Vous pouvez avoir trente-huit ans, comme il se trouve que je les ai et, un certain jour, une grande occasion se présente à vous et vous appelle à vous dresser pour une grande cause, ou une grande affaire ou un grand principe. Et vous refusez parce que vous avez peur. Vous refusez parce que vous avez envie de vivre plus longtemps. Vous avez peur de perdre votre popularité, ou d’être poignardé ou abattu ou qu’une bombe soit lancée sur votre foyer. Aussi refusez-vous de vous dresser pour venir à la barre. Eh bien, vous pouvez continuer à vivre jusqu’à quatre-vingt-dix ans mais vous êtes aussi mort à trente-huit ans que vous le serez à quatre-vingt-dix. Et quand vous aurez cessé de respirer pour de bon, ce ne sera que l’annonce tardive d’une mort de votre esprit, survenue depuis bien longtemps. Vous êtes mort quand vous avez refusé de vous dresser pour la bonne cause. Vous êtes mort quand vous avez refusé de vous dresser pour la vérité. Vous êtes mort quand vous avez refusé de vous dresser pour la justice. »

    • Monsieur Congera Athanase, Martin Luther King était un pasteur qui avait rencontré Dieu par Jésus Christ, et ce qu’il dit est parfaitement vrai. Ce pasteur n’était pas égoîste ou aigri ,n’avait pas de haine, ne cherchait pas le pouvoir,n’a jamais insulté les autorités américaines, n’a jamais manipulé les mensonges. Il défendait farouche la vie comme son Seigneur Jésus Christ est mort pour donner la vie. Pour lui rien n’était au-dessus de la vie. Il ne pouvait pas accepter que ses fidèles soient maltraités ou tués tout simplement parce qu’ils sont noirs. En tant que Pasteur, Serviteur de Dieu, il savait que le bon berger donne sa vie pour ses brebis. Mais le mercenaire fuit quand les brebis sont en danger. Martin Luther King ne faisait pas des calculs d’intérêts comme ce que je vois dans les débats. Quiconque a connu la vie en Jésus Christ place la vie des autres au-dessus de tout. Aucun texte, aucune constitution, aucune Bible, aucun Coran etc. ne peut être défendu en provoquant la mort des autres. La raison de réaction de Martin Luther King et ce qui se passe au Burundi maintenant , c’est comme le jour et la nuit.

  3. Urakimubuye Ntiba ko bagutera amazirantoke Kanid uvuye I Bugendana. Urateye isoni, uzopfana agahinda.

  4. A Monsieur le Sénateur Ntibantunganya, vous étiez à Arusha, vous aviez organisé des élections à suffrage universel directe avec son Excellence le défunt Ndadaye en 1993, pourquoi avez-vous introduit dans les accords l’élection du Président par les Députés alors que vous aviez une période de 5 ans devant vous (2000-2005) pour organiser l’élection à suffrage universel directe ? C’est cette décision que vous avez prise qui sert de prétexte pour nous tuer, nous qui n’étions pas à Arusha. Monsieur le Sénateur, votre texte rédigé à Arusha est -il plus important que nos vies ? Quelle est la valeur d’un texte si nos mentalités (égoîsme, ignorance,individualisme etc.) ne changent pas ? Veuillez laisser votre texte à Arusha et entendez- vous pour nous laisser vivre . Si vous vous êtes entendus à Arusha, il n’y a pas de raison que vous ne vous entendiez pas maintenant que vous êtes au Burundi devant le peuple pour lequel vous êtes partis vous entendre à Arusha ( loin du peuple).
    Veuillez agréer , Monsieur le Sénateur, l’expression de ma considération distinguée .

  5. roza kamikazi

    nyamitwe erega ntazi ingene abarundi dukenye mureke avuge ayo ashaka, none ko arya ico ashaka, akaba aho ashaka , akambara ico ashaka agatwara imodoka ashaka ugira hari inzara munda azi., mugabo ico nomubwira nuko amazi ashuha ntiyibagira ibumbeho.

  6. kariyo

    Le fameux senateur a vie que j’ai meme vue sur la liste des deputes de l’ADC Ikibiri de Gitega.C’est quel jeu ca?

    • La liste est fausse renseignes-toi.
      Candidat aux Presidentielles oui mais pas aux législatives.

  7. kibwa jean

    Les Barundi ont la fâcheuse manière de ne pas voir la vérité en face. Le problème aujourd’hui le 5/6/2015 n’est plus Nkurunziza, ce sont plutôt Nduwayo Gérard, Mutabazi Jean de Dieu et Bigirimana Jacques qui ne savent pas renoncer à leur rôle de figurants conclus avec le cndd-fdd partant. Demain quand Nklurunziza ne sers plus là; qu’on les humilie partout où ils passeront. Q’on leur donne plus la parole. Que Nduwayo ne soit plus consultant international comme il aime pompeusement le dire. Qu’il soit le consultant de Gaston et de Concilie. Que Mutabazi et Bgirimana soient humiliés, chahutés partout où ils passent……….tous les trois font partie de nos malheurs….
    Kibwa

    • Mahoro

      Malheureusement le jeux que joue Actuellement NDUWAYO et son équipe est pratiquement le même
      que ce lui qu’avait joué NDITIJE et son ancienne équipe pour les législatives.
      On n’a pas de politiciens, on a des apprentis-politiciens

    • Babwire

      Arrête! Tu parles n’importe quoi! C’est Ça le genre de démocratie que vous voulez nous imposer? Quelqu’un qui a une opinion contraire n’est pas ton ennemis. Il a le droit de s »exprimer tout comme toi. C’est Ça le problème dans notre pays. «L’intolérance politique»

  8. MINANI

    Comme le dit le sénateur à vie, vraiment notre pays traverse une crise très grave, pas seulement une crise politique, mais aussi une crise morale et culturelle. Le sénateur a raison quand il accuse la Cour Constitutionnelle de lâcheté, et souligne sa perte de crédibilité. Néanmoins, il doit savoir qu’il a des ambitions présidentialistes, ce qui pourrait altérer ou influer sur la manière dont lui-même voit les choses. Donc son interprétation ne fait pas autorité du fait qu’il a des intérêts à défendre, et seule l’interprétation qui l’arrangerait semble être correcte. C’est une erreur monsieur le Sénateur.
    Par ailleurs, selon une certaine opinion (cfr le sites sites burundi-24.com ou burundi-forum.org), le sénateur Ntibantunganya serait parmi les gens qui ont été contactés pour être associé au putsch manqué, pressenti pour être le président de transition une fois le putsch consommé. Si un jour ces allégations s’avéraient vraies (retenez le conditionnel), ça serait une honte pour les Burundais. Connaissant les conséquences imprévisibles d’un coup d’état dans le contexte burundais actuel, pour avoir vécu et survécu le 21 octobre 2013, cautionner un tel projet serait non pas seulement une honte, mais aussi une trahison pour un homme comme Ntibantunganya.
    En effet, je suis convaincu (jusqu’à preuve du contraire) que cet homme fait partie d’un groupe restreint de rares Burundais qu’on considère encore comme intègres et honnêtes. On aurait attendu de lui que s’il était approché par les putschistes, il leur conseille d’user d’autres voies que le coup d’état. Il devrait savoir d’ailleurs qu’en faisant de lui un président de transition, ce n’est pas qu’on le reconnaissait intègre, mais plutôt, c’était parce qu’on était sûr qu’il ne pouvait rien contre les vrais détenteurs du pouvoir, et les choses devraient se passer comme 1994-1997, quand il était président sans pouvoir, ce qui leur aurait permis de le déposer quelques mois plus tard l’accusant de ne pas être à la hauteur. Heureusement que l’histoire a refusé de se répéter.
    Autrement dit, ce n’est pas seulement la Cour Constitutionnelle qui est lâche et qui a perdu de crédibilité, même nos politiciens, Nkurunziza en tête, mais aussi avec l’opposition (Ntiba inclus) et la société civile, ils ont perdu la crédibilité au même degré. Nous avons besoin du nouveau sang dans notre politique. Et nous allons manifester cela lors des élections (si jamais elles auront lieu car les comploteurs sont très puissants et profitent de la naïveté des gens au pouvoir qui ne sont là que pour vider les caisses de l’Etat).
    Pensant aux conséquences néfastes qu’auraient occasionné le Coup d’état, tout homme politique qui le soutenait était lâche et a perdu la crédibilité. Nous sommes entrés dans la démocratie, nous devrons y rester. Il faut trouver d’autres moyens pour accéder au pouvoir. Un coup d’état n’arrangerait rien car les DD reprendraient le maquis et ça serait encore du sang versé.
    Nous ne devons pas seulement blâmer un camp, voyons les choses comme elles sont. Par exemple: Comment expliquer que (Ntibantunganya, Minani, Léonce, Ndayizeye, Mutabazi, Nzojibwami), tous compagnons de Ndadaye et amis en tant que membres du Frodebu avant son démembrement, n’arrivent pas à s’entendre pour présenter un seul candidat? Pensez-vous que ces hommes là sont vraiment intègres? Luttent-ils pour le pays et le peuple ou pour leurs ventres? Cela va de même pour Gaston, Concilie, Nditije d’une part, et Jacques, Rwasa, Kenese, Casimir d’autres part.
    Au lieu de focaliser l’attention sur un homme: Nkurunziza (qui est d’ailleurs aussi coupable mais pas seul), nous devrions comprendre que nous avons affaire à une classe politique ingrate, une société civile mercenaire, et nous devons faire attention car n’importe quel camp peut nous plonger dans le gouffre.
    Il n’y a pas de saint, ne fusse-t-il Ntibantunganya!!! Ce n’est que du lobbyisme action à travers des individus!!! La prudence est de mise!!!

    • Minani,
      Ça fait plus d’un mois que nous sommes plus en démocratie avec une multi violation quotidienne de la constitution et lois fondamentaux. Tout ceux (dont les membres du CNDD FDD) qui sont contre la volonté d’un poignet de gens au pouvoir sont tués, emprisonnés et s’ils sont chanceux quittent le pays en catimini. L’opposition inexistante sur le terrain, opposants tués et emprisonnés quotidiennement, medias privés fermés et tu oses dire que nous sommes toujours en démocratie? On arrête même des gens sur la voirie pour contrôler s’il n ya pas de photos ou messages hostiles au pouvoir dans leurs portables et tu parles toujours de démocratie? Et tout cela grâce à ton avis?
      N’importe quoi

  9. Thierry

    Je trouve que le Président Ntibantunganya est le type de leader qu’il nous faut. Des leaders visionnaires qui parlent des choses qu’ils maîtrisent et qui savent où ils veulent nous amener. Ce pays a tant souffert pour continuer à être dirigé par des populistes de tout genre sans vision à plus ou moins long terme. Courage Mr le Président!

  10. Vous les analystes,dites moi franchement,est ce ce sont les 0.01% que chantait le président qui l’oblige à se courber aux négociations?
    C’est le 0.01% qui oblige les 2 membres de la CEPD(commission électorale présidentielle dépendante) à démissionner?
    C’est le 0.01% qui oblige cette CEPD de reporter les élections au 05/06/2015?
    C’est ce 0.01 qui oblige cette CEPD de reporter encore ces élections à une date ultérieure non mentionnée?
    En moins que que la CEPD ne devienne la CENI,l’organisation des élections restera une mascalade
    Et pourtant,son excellence pierre nkuru nous chantait sans relache que les élections se dérouleront très bien.Qu’il prouve maintenant sa déclaration.Ils n’ont pas honte ces gens,quand ils multiplient les déclarations fantaisistes et haineux ,divisionnistes,ethnistes alors que les burundais meurent de faim et sont contraint se réfugier à l’étranger,et les autres tués par ceux qui étaient censés les protéger

  11. KARIKURUBU

    Au moins vous vous savez de quoi vous parlez puisque vous avez pris le recul. Et les autres ? Ni uko abarundi tutemerana.

Publicité