Politique

La Belgique une ennemie ?

04-12-2015

Le Cndd-Fdd a sorti plusieurs déclarations contre la Belgique. Athanase Karayenga, journaliste burundais très respecté, analyse cette hostilité et démontre que le parti au pouvoir ne gagne rien à stigmatiser ce pays très lié au Burundi.

La Belgique et le Burundi sont liés par une histoire indestructible, des relations qui ont eu des hauts et des bas mais qui sont marquées par une très solide amitié.

La Belgique et le Burundi sont liés par une histoire indestructible, des relations qui ont eu des hauts et des bas mais qui sont marquées par une très solide amitié.

« Le CNDD-FDD doit revenir à la raison, modérer ses propos et renoncer à un langage d’anathèmes et de provocation puérile et stérile », lance d’emblée Athanase Karayenga. « Surtout que ces propos détestables ne feront pas changer d’avis les partenaires internationaux. Loin de là », prévient-il.

D’après lui, le CNDD-FDD, contrarié par le verdict des partenaires internationaux sur sa gouvernance, veut se trouver un bouc-émissaire et se lance dans une diatribe contre l’ancien colon. Jusqu’à revenir sur l’assassinat de Rwagasore.

Certes, le journaliste estime qu’il est légitime de demander que l’Etat belge actuel fasse des investigations sérieuses et crédibles pour aider le Burundi à faire définitivement la lumière sur l’assassinat du prince Louis Rwagasore. Mais en attendant, faut-il insulter « les générations actuelles et futures de Belges, certes héritières de l’histoire coloniale de leur pays ? La réponse est non», dit le journaliste.

Par ailleurs, ajoute-t-il, s’en prendre à la Belgique et notamment à la période où ce pays exerçait le mandat pour le compte de la Société des Nations d’abord et de la tutelle des Nations Unies ensuite, est une démarche infructueuse. « Pour que l’accusation du CNDD-FDD soit acceptable, ce parti devrait s’en prendre ouvertement aussi à la Société des Nations disparue après la première guerre mondiale et aux Nations Unies. Ces deux organisations assuraient la tutelle juridique confiée à la Belgique sur le Rwanda et le Burundi. »

L’excès est toujours mauvais, dit-on. La dureté des prises de position du CNDD-FDD le prive de toute solution de recours et de retour en arrière. Pire, « L’incohérence et la véhémence CNDD-FDD donnent, sur le plan international, l’impression que le Burundi est plongé dans un désordre politique total. »

M. Karayenga se demande même qui est réellement comptable de l’Etat au Burundi aujourd’hui…
Par ailleurs, le Burundi n’est pas une île, déconnectée du reste du monde. Le journaliste rappelle que « toutes les nations partagent des obligations juridiques contraignantes ainsi que la responsabilité, en ce qui concerne, notamment, la sauvegarde de la paix dans le monde et le
respect des droits humains. »

Le respect des engagements…

Athanase Karayenga : « Ces propos détestables ne feront pas changer d'avis les partenaires internationaux. »

Athanase Karayenga : « Ces propos détestables ne feront pas changer d’avis les partenaires internationaux. »

Ce qui semble choquer le plus la communauté internationale, c’est aussi le que le Burundi ne respecte plus son engagement solennel pour mettre en œuvre l’Accord de Paix et de Réconciliation d’Arusha.

Selon le journaliste, renier des engagements internationaux aussi solennels que l’Accord d’Arusha, n’inspire n’est pas respectable et n’inspire pas confiance.

Même si la Belgique a sans aucun doute sa part de responsabilité dans les drames qui ont marqué le processus de décolonisation, Athanase Karayenga invite le CNDD-FDD a accepter que la Belgique et le Burundi sont liés par une histoire indestructible. Des relations qui ont eu des hauts et des bas mais qui sont marquées par une très solide amitié. « La Belgique donne au Burundi, depuis plusieurs années, une aide considérable multiforme. La Belgique a formé des générations entières d’universitaires de haut niveau. Elle a financé des projets très ambitieux en matière de développement agricole et d’infrastructure, etc. »

Une culture de la paix…

Il rappelle que la Belgique, comme beaucoup de pays de l’Union Européenne, a été capable de se réconcilier avec l’Allemagne malgré les destructions gigantesques qui leur ont été infligées par le régime nazi. Pour M. Karayenga, l’Union Européenne que le CNDD-FDD vilipende souvent constitue, à cet égard, un espace de réconciliation courageuse entre les peuples hier ennemis mortels, un espace de paix, de démocratie et de prospérité.

« Le CNDD-FDD ferait mieux de prendre exemple sur des faits positifs de l’histoire européenne afin de faire avancer le Burundi vers la paix, la démocratie, le développement et la liberté. La Belgique, en particulier, peut sincèrement et efficacement accompagner le Burundi sur cette voie. Elle le fait déjà depuis plusieurs années. Elle est prête à poursuivre demain cet accompagnement amical. »

Pour le journaliste, la colère est mauvaise conseillère. Le parti devrait revenir au respect des usages diplomatiques les plus élémentaires…Enfin, last not least, l’analyste espère que « les propos outranciers et injustes du CNDD-FDD à l’égard de la Belgique ne fassent pas oublier les multiples relations humaines et familiales qui lient beaucoup de Belges et de Burundais. »

  19   Vos commentaires
  1. Inyankamugayo

    Mr Karayenga, une question: pourquoi la Belgique a soutenu l’insurrection sanglante du 26 Avril 2015. Ababiligi nibaza ko ari ukubakurira inkoni ku gashitsi. Le Burundi n’est pas comme un enfant orphelin qu’on vilipende de gré. Pourquoi ce Karayenga n’a pas critiqué les propos de Maggy et al. bifatiye mu gahanga le Président de la République comme quoi c’est un malade mental, un possédé. Si ce n’est pas tard, ce le moment que les Burundais prennent les choses en main et ne pas laisser ces étrangers croire qu’on ne peut vivre sans leurs aides empoisonnés. Izo mfashanyo nyene nizo zituma Africa idatera imbere kubera abategetsi benshi ariho bakura amaronko y’inda zabo.

    Mbega kubera iki tubabwiye ko tutabakeneye baguma batwihatirako. Kagame a osé dire aux français que le Rwanda n’a pas besoin de leurs et que le Rwanda peut vivre par la contribution des Rwandais. Les francais se sont courbé puisqu’ils savent qu’ils leur sera difficile de survivre sans l’Afrique. Un dirigeant qui résistent est éliminé ou se voit ses forces internes amoindries comme Sankara, Mugabe, …Ce sont ces blancs qui creent en Afrique des insurgés internes. Soit nous libérons en refusant ces aides empoisonnés, soit nous acceptons de mourir comme des vaux rien.
    Heureux le pays africains qui mettrant Dieu en avant comme boucliers.

    • Stan Siyomana

      @Inyankamugayo: »…ce le moment que les Burundais prennent les choses en main… »
      1.Ce que vous dites serait vraiment souhaitable et louable, mais tant que vous ne montrez pas un plan y relatif (elabore par la Dictature du 3 eme mandat presidentiel au Burundi) ce ne reste qu’un SLOGAN POPULISTE ET DEMAGOGIQUE.
      2. Au fond, la situation au Burundi ne fait que s’empirer:
      – Quand la Banque Mondiale presentait son « Premier rapport de suivi de la situation economique et financiere du Burundi: De l’aide au commerce: l’integration regionale comme moteur de croissance », www-wds.worldbank.org, juin 2014, Philippe Dongier (= Directeur des operations pour le Burundi, l’Ouganda et la Tanzanie) avait dit:
      « Une acceleration de croissance est necessaire, ET POUR Y ARRIVER, l’economie burundaise se doit de trouver UN NOUVEAU MOTEUR COMPLEMENTAIRE A L’AIDE qui l’a portee jusqu’ici, tout en renforcant la stabilite macroeconomique… »
      (Voir « Burundi: L’integration regionale – un moteur de croissance puissant pour le Burundi »,www.banquemondiale.org/fr, ?sept. 2014).
      – Aujourd’hui, « l’aide qui l’a portee jusqu’ici » a ete nettement reduite et cette economie burundaise va chuter de 7,2% en 2015 d’apres le Fonds Monetaire International (FMI).
      -La Banque Mondiale recommendait (dans son rapport) une croissance annuelle d’au moins 10% et pendant une quinzaine ou une vinghtaine d’annees pour meme arriver au meme niveau que le Niger actuel.

      • Jean Paul

        Stan, je doute que « Inyankamugayo » va comprendre tout ce que tu as écrit. Une déclaration de 7.2% pour l’économie Burundaise sera catastrophique pour le citoyen lambda. Je ne sais pas si le président même avec un rhétorique ethiniste ou ultra nationaliste saura maintenir le pouvoir ou la cohésion sociale. Mais « Inyankamugayo » nous dira que les aides on peut s’en passer! La logique manque cruellement dans les corridors du pouvoir de Buja

        • Stan Siyomana

          @Jean Paul
          Encore une fois, merci de votre soutien.

        • Inyankamugayo

          Mon frere Jean Paul, les aides ne sont pas mauvaises mais il faut voir l’idee derriere ces dernieres! Ces aides devraient faire avancer la vie d’un peuple lambda mais cela passe sous la dent des corrompus africains raison pour laquelle ceux qui crient aux aides etrangers ne l’ont font pas parcequ’ils aiment leurs citoyens mais parcequ’ils y voient leurs propres interets. Voici les caracteristiques d’un leader digne du nom: Capable de mener des jugement sans penchant, craignant Dieu, integre(Juste), ennemis de la cupidite.

          Toutefois, chaque peuple a le leader qu’il merite. Meme Saul etait un oint de Dieu malgre lui.
          Ca commence par moi, ca commence par toi. Si le peuple etait pieux et uni, ces leaders politique, societes civiles, …nous nous utiliseraient jamais comme des tremplins pour arriver a leurs interets egoistes. Comme consequences, nous avons vu ce qui s’est passe chez les jeunes manifestants. Avant c’etait le 3e mandat, et maintenant on parle d’alternance ethnique puisque les negociations semblent commencees. Les jeunes, avec ignorance, continuent a scander rekura iyo mandat alors que le leitimotiv des instigateurs des manifestations a change(alternance ethnique au commandement supreme du pays!), ce n’est plus meme question de democratie!). Meme le monde entier est d’accord que le 3e mandat n’est plus le probleme (Cf. Adama Dieng dans Iwacu). Le probleme est ailleurs. Abajeunes nabo n’ubu ngo ‘3e mandat’. Baravumwe abo bose bashuka urwaruka n’abanyagihugu ivyo bavuga ntibibe arivyo biba mu mitima yabo. Bamwe muribo abana babo bariko bariga amashure meza meza. Mugatondo bazindikira ku cayi mu gihe abana b’abahenzwe bariko basamira isazi ku munwa. Tudakubitiye I Bweru ngo tugarure akenge, dupfuye tukiriko.

      • Inyankamugayo

        Merci Stan Sibomana. Je pense que nos leaders nous lisent et qu’ils vont s’atteler au travail en combattant pour la legitimite populaire et nos pour leurs propres appetits de gains impurs.

        Dieu vous jugera.

  2. Kimaranyi

    Je suis sûr que vous allez sensurez mon message comme vous le faites chaque fois mais au moins je sais que le modérateur le message ne vas pas le laisser indifférent surtout si c’est mon ami d’enfance Sukuyavuga Leandres . La Bible dit que si même les humains se taisaient les montagnes se mettront à crier la vérité

  3. C’est vrai que les diplomates sont très sensibles aux mots et forme utilisés dans les écrits et les discours et j’ai peur que les gens s’insurgent contre la forme employée par le CNDD-FDD pour véhiculer ses messages et non le fond. Certes, ce parti a besoin de fréquenter l’Ecole des Sciences Politiques pour comprendre l’univers dans lequel il devrait travailler. Pour les observateurs, l’inquiétude devrait plutôt se fonder sur la face cachée de cette attitude. Le tapage exercé par le CNDD-FDD a bel et bien un objectif autre qu’accuser la Belgique de ses fautes historiques au Burundi. En effet, le CNDD-FDD hier poulain indiscutable de la Belgique ne pourra jamais expliquer comment il se réveille et étale les crimes de son ex-coach après 10 ans de pouvoir fortement appuyé par multiples financements belges. Pourquoi les alliés d’hier se regardent subitement en chiens de faience? Ils ne se sont pas compris dès le départ. Les uns (CNDD-FDD) sont des « ntunkorereko », les autres, les Belges, étant ce qu’ils sont, ont une ligne rouge qu’ils s’interdisent de franchir. Cette ligne comprend le respect de la parole donnée, et ici entendons le respect de ce qu’ils appellent valeurs universelles que nous, Burundais, violons sans honte. Ces Belges ont haussé le ton, et cela ne nous plaît pas. C’est ainsi que nous nous comportons tantôt comme des enfants pleurnichards, tantôt comme le ventre qui ne se souvient jamais de ce qu’il a eu mais tend toujours la main (je paraphrase l’adage qui dit: « Inda ntuyibarira ico wayihaye uyibarira ico wayirarije « ) et sur ce point notre cher parti est champion. Tout ceci pour en venir à ceci: Vous osez vous opposer ouvertement aux travers qui s’observent au Burundi par les temps qui courent, tous ceux qui s’en sentent responsables montent au créneau et auront toujours quelque chose à vous reprocher, que vous soyez ancien colonisateur ou frère de sang.

  4. Aaron

    Chers Ayuhu et Charles, je respecte vos idees mais ce que vous dites ne tiennent pas. Je ne sais pas s’il y a dans le monde un autre pays ami fort comme la Belgique. Aussi, je doute qu’il y ait aussi un gouvernement Burundais,plutot un regime qui aurait recu une aide plus importante de la part de la Belgique plus que celle que le CNDD-FDD a eu. Peut etre ici je peux me trompe mais je doute. Puisque la Belgique donne une aide importante au Burundi, si l’argent est mal gere par example, si l’argent qu’elle envoi va dans les poches des individues, chers amis si c’etait vous, dites vraiment comment vous vous sentirez. Mais elle a toujours donne son aide malgre ca et elle s’acharnait en meme temps. Ce n’etait pas seulement la Belgique, il y avait aussi bcp d’autres sans oublier les Burundais eux- memes. Les gens denoncaient la corruption toujours et les uns ont risque meme leurs peaux. Pour ce 3e mandat, c’est la meme chose. Les premiers victimes sont d’abord d’abord les membres du CNDD-FDD qui ont ose conseiller de ne pas briguer ce mandat car il apporterait des malheurs au BURUNDI comme vous le voyez maintenant. Toute personne contre le 3e mandat devient automatiquement enemi numero un du regime de Bujumbura. La Belgique est un pays democrate et n’a pas tolere ce mandat tout comme les grandes puissances occidentales et je ne sais pas si elle avait tort. Ceux qui n’ont pas soutenu le 3e mandat n’etaient pas tous des enemis du CNDD-FDD,il y avaient parmi eux qui etaient meme des membres qui ne revaient que de voir le parti de l’aigle affermi, epanoui et j’en passe. Beaucoup parmi eux sont contraint a l’exile pour avoir oser conseiller de ne pas briguer ce fameux mandat. Dites moi vraiment s’ils meritaient toute cette peine. La Belgique is in the same shoes tout comme Samanta Power; s’ils etaient au Burundi ils auraient fui pour n’avoir pas tolere le3e mandat. Est ce que les dix ans au pouvoir n’etaient pas assez pour au moins donner la chance a quelqu’un qui serait au macquis avec lui,je dis au moins pour me limiter a ce cercle restreint des combattants qui parmi eux aussi voulaint a ce gateau; au lieu de nous plonger dans une autre guerre. Alors cequi est entrain de ce passer maintenant pour vous ca va puisque vous semblez ignorer ce qui allait se passer alors que le monde entier a crier. Ni hamwe abantu badahaga ivyisi tawri twamwizigiye none impera yiwe ni intambara.

  5. Jean-Pierre Ayuhu

    Chers journalistes d’Iwacu,
    Chers lecteurs d’Iwacu,

    Mes commentaires se font systématiquement censurés mais je persisterai à les faire pour donner la contribution dans la compréhension des enjeux autour de la crise qui secouent mon pays. Tout le monde tape sur le gouvernement. Il y a probablement des raisons. Mais la diabolisation dont les médias, la société civile, les partis d’opposition véhicule autour de ce pouvoir fait penser qu’il y a des monstres d’un côté et des gentils de l’autre. Est-ce ce fameux 3ème mandat? Je doute.
    Au lendemain de la déclaration de candidature de Pierre Nkurunziza, la société civile et certains partis ont vite descendu dans la rue pour contester cette candidature. C’est leurs droits sauf que très rapidement, les armes ont commencé à crépiter dans Bujumbura et une quasi rébellion urbaine a vu le jour. Est-ce du jour au lendemain qu’une telle organisation a vu le jour? Je crois que non…
    A gauche à droite et dans les milieux belges, Louis Michel, homme influent au parlement européen, ancien premier ministre, a tout fait pour peser sur le Burundi et son gouvernement avec des propos très durs qui frisaient l’insolence…Et dans le coup ce fut le cascade des sanctions, des attitudes indignes où un gouvernement belge traite l’opposition et la société civile au même titre que le gouvernement burundais! Est-ce ce genre d’attitude peut justifier la colère du CNDD-FDD?

    • Burka

      c’est l’opposition qui devient le gouvernement, et puis le gouvernement devient l’opposition, le cas très actuel du Burkina Faso devrait t’amener à comprendre qu’il n’y a pas de feu sous demeure qu’on traite un gouvernement au même titre que l’opposition. il suffit de lire bien, tu comprendras!

  6. ntezahorigwa charles

    un petit bémol à cet avis du très respecté Athanase Karayenga. nul ne peut valablement parler, sans démagogie, d’amitié ou d’inimitié entre des peuples!!!! peuples « hier ennemis mortels »: ça ne tient pas debout. Il est temps que nous ne répétions plus des « trucs » de ce genre, il est temps de déconstruire les faux concepts de « communauté internationale ». Ces « trucs » sont des constructions chargées d’idéologie, ils sont récents, ils sont faux.

    • RUGAMBA RUTAGANZWA

      @Ntezahorigwa charles,
      Ces « trucs » sont des constructions chargées d’idéologie, ils sont récents, ils sont faux.

      Vous pouvez l’affirmer mais vous n’êtes pas capable de le démontrer en élaborant encore davantage sur ce que vous avancez gratuitement. Il faut contredire les propos de KARAYENGA en écrivant comme il l’a fait. On a besoin d’un débat contradictoire pas des déclarations gratuites à l’emporte-pièce et qui ne convainquent personne, sauf son auteur, cher Monsieur. Sinon, vos propos ne sont que des  »TRUCS »…..!

    • Bwarikindi

      Je ne suis pas pour cette analyse de ce journaliste Mr Karayenga car elle est partisane. Si l’histoire avait inversé les roles des acteurs politiques burundais, je suis sûr que ce monsieur ne serait pas aujourd’hui du côté des belges en train de les lancer des fleurs. Tous les maux que les belges ont fait subir aux burundais devraient être réparés pour partir à zéro. Il n’y a pas lontemps l’Italie l’à fait pour la Libye. Parce qu’ils se sont dit la vérité. Mais ces amis belges nous légué l’art de mentir. Une faute avouée est à moitié pardonnée.

      • Léonard

        Faisons une lecture sur les pays qui ont été colonisés par la Belgique. Qu’ est ce qu’ ils ont en commun? La Rwanda, le Burundi et le Zaïre. Un génocide ! Conflits internes, et Divisions ethniques jusqu’ aux hautes instances nationales. Qu’ est ce que la Belgique est prête à offrir ces trois pays pour les 25 années à venir, sur tous les plans? Rien, rien et rien. J’ écris cela pour dire à mon frère journaliste réputé qu’ il est tant que le Burundi trouve d’ autres partenaires qui ne nous légueront pas toujours un passé sanglant.

        • Emasolo

          Si la faute est a la Belgique pour les problemes que vit les regions des Grands Lacs…on ne sera jamais capable de les resoudre!!!

        • Jean-Pierre

          @ Léonard
          Ca fait plus de 50 ans qu’ils sont partis les Belges. Ils nous ont divisés à l’époque certes, mais qu’avons nous fait pour sortir de cet angrenage? Est-ce les Belges qui dictaient aux FDD de décapiter les déplacés Tutsi de Teza ou de Bugendana? Nous avons une mémoire trop courte. De toutes les façons, qu’on le veuille ou pas, il n’y aura pas de développement possible avec des gens aussi corrompus. Ce ne sont pas les Belges qui sont responsables de cette corruption endémique.

      • Akabanga

        @Bwarikindi

        « Mais ces amis belges nous légué l’art de menti » (Sic). Donc d’après toi c’est la faute aux belges si nous sommes dans le chaos. Je vous rappelle que même les américains ont été colonisés (certes il n’y avait pas de chicottes). Et c’est maintenant qu’on se rappelle de la colonisation????Uwushaka kukurya ntabura imboga agukoza.

        • Kimaranyi

          @jean Pierre Ayubu
          Je me demande ce qui a manqué au gouvernement DD de porter plainte contre la Belgique pour les méfaits de la colonisation pendant les 10 années que Nkurunziza vient de passer au pouvoir! Faut il comprendre qu’il a attendu le mandat illégitime pour pouvoir justifier un crime par un autre? Où bien il croyait que la Belgique allait soutenir l’insoutenable de peur d’être accusé des crimes que leurs ancêtres auraient commis? Loin de là on ne justifie pas une infraction par une autre comme le prétend certaines autorités actuelles croyant que se référant sur ce que les anciens régimes ( hima pour les plus divisionistes) ont fait subir aux peuples tout leur est permis pour venger les leurs. Ce qui les honnorerez serait d’être au dessus de la mêlée car nos parents et ancêtres ont toujours lutté pour un Burundi meilleur ce n’est le président actuel qui me contredirait car je pense que c’est pour cette noble vision qu’il s’était fait élire député . Monsieur le président oubliez vos ambitions mais honnorerez la mémoire de votre cher papa qui a toujours lutté pour un Burundi où il y a de la place pour tout le monde les pro comme les anti 3eme mandat

Publicité