Justice

Kenyatta-CPI : quel courage, quelle humilité !

A la grande surprise de la plupart de ses homologues africains, le président kenyan, Uhuru Kenyatta, s’est présenté, mercredi 8 octobre, devant la Cour pénale internationale (CPI) à La Haye. Il est poursuivi pour crimes contre l’humanité lors des violences postélectorales en 2007-2008.

Uhuru Kenyatta

Uhuru Kenyatta

Il a décidé de prendre ses responsabilités. Et c’est tant mieux pour la CPI, le Kenya et aussi l’honneur du président Kenyatta. En effet, plusieurs chefs d’Etat avaient accusé à tort ou à raison cette haute juridiction internationale de n’avoir de doigt accusateur qu’en direction du continent africain.
L’Union africaine s’était même mobilisée pour plaider sa cause devant le Conseil de sécurité des Nations unies, l’instance onusienne qui a le pouvoir légal de suspendre des poursuites « si elles présentent un risque pour la paix et la sécurité internationale. » Au départ, Uhuru Kenyatta hésitait, avançant le motif d’un agenda surchargé. « Un chef d’Etat en exercice ne peut pas se soumettre à une juridiction internationale », avançaient certains.
D’autres brandissaient la carte de la souveraineté kenyane.

« La nature a horreur du vide », dit-on. Et M. Kenyatta l’a bien compris. Il lui fallait donc une préparation minutieuse qui prouverait que le dossier est vide, afin d’abandonner les poursuites. Il se présentera devant la Cour, mais seul son avocat interviendra. Outillé, Me Steven Kay, l’avocat du président kenyan a démontré que le dossier était vide, faute de preuves des éléments d’accusation. « Nous méritons l’acquittement. Dire le contraire serait un affront à la justice », a-t-il lancé. Et d’enchaîner : « Mon client a besoin d’un procès pour être acquitté et à défaut de procès, les juges devraient simplement abandonner les poursuites. » Le procès sera alors ajourné et la date de rendu d’une décision n’a pas été fixée.

Malgré les charges de la procureure, la Gambienne Fatou Bensouda, qui accuse Nairobi de ne pas coopérer avec la CPI en refusant notamment de lui transmettre des relevés bancaires ou téléphoniques, la présence de M. Kenyatta à la CPI a rehaussé le droit international, en particulier les juges de cette haute juridiction. En plus, cela a montré que personne n’est au- dessus de la loi. Un clin d’œil pour d’autres dignitaires.
Grosso modo, Uhuru Kenyatta vient de donner au monde entier une belle leçon d’humilité et de responsabilité.

  21   Vos commentaires
  1. mayugi

    Oh! Pourquoi la CPI fait-elle la mouche du coche pour humilier et condamner quelqu’un à qui son peuple accorde un respect et soutien indéniable? Le peuple ne se lamente pas pour quoi la cour se met martel à la tête, c’est pour faire semblant de bosser ou quoi? A bas l’impérialisme occidental!!

    • Jean Reno

      Votre commentaire est de n’importe quoi. La CPI est là pour tout le monde. C’est dans l’intérêt de la justice mondiale, notre cohabitation, et ne pas dans l’intérêt occidental, comme vous le dites. Quel intérêt de l’occident là-dedans? Il faut réfléchir avant de parler. Pourquoi cela ne devrait pas être une bonne chose que même les présidents de ce monde savent: ils ne peuvent pas tout faire ce qu’ils veulent? Le siècle des empereurs intouchables est fini. Mais apparemment, pas dans les têtes de certains comme vous.

  2. Bigumandondera

    Vraiment, il a de l’humilité. Les Chefs d’État africains lui avaient conseillé de ne pas y aller. L’éternel argument: la souveraineté de l’Etat. En plus, il a été élu démocratiquement. Mais voilà il s’y présente. Et si on avait trouvé assez d’éléments à sa charge!
    C’est sage son geste et les autres devraient l’imiter.

  3. Björn

    Si la CPI juge les leaders africain c’est parce que leur propre jurdictions icompetentes pour les juger. Je n’ai jamais vu un dirigeant africain juge en afrique par exemple. En europe la cours europeens est competente , elle peut juger n’importe quel dirigeant europeen. Donc un afrique on a besoin une institution de justice forte et independente .

    • KABADUGARITSE

      J’ai l’impression que c’est trop raccourci comme raisonnement. Les arguments ne suffisent pas.

  4. Mthukuzi

    Dire que la présence de Kenyatta a rehaussé la CPi et montré que personne n’est au-dessus de la loi est une abérration. Faut plutôt dire qu’aucun noir maintenant – même un président en exercice! – n’échappera à cette cour pour Indigènes. Il n’y a pas eu plus de mort à Nairobi qu’à Colombo, Gaza, Bagdad ou ailleurs, pourtant nous voyons toujours les mêmes têtes circuler devant les juges de la CPI. Bensounda sait bien qu’elle ne peut plus faire condamner Kenyatta, mais elle avait parié sur la victoire de Raila Odinga, ami d’Obama et luo comme lui. L’on se souvient encore de la pression qui était exercée sur les Kenyans, les appelant à « bien voter » pour pas être en collision avec la fameuse  » communauté internationale ». Les ménaces de Johnnie Carson (ambassadeur US à l’époque) avant les élections prouvent bien qu’ils avaient déjà choisi leur gangant et perdant. Il fallait donc miser sur le futur vaincu, car c’est justement ce que fait la CPI: s’en prendre qu’aux vaincus comme si les vainqueurs étaient toujours des anges .

  5. KABADUGARITSE

    Le contenu du texte ne développe pas ce qui est annoncé dans son titre  » Courage » et « Humilité ».-

  6. EN

    J’ai un peu de mal à saisir l’idée de courage et d’humilité. A mon sens, l’article ne fourni pas suffisamment d’éléments pour aboutir à un tel jugement de valeur.

    Par exemple, la conclusion d’humilité et de courage aurait été plus logique, à mon avis, si l’article abordait au moins les deux points suivants :

    1) quelles étaient les options que le Président avait : s’il ne s’était pas présenté que risquait-il ? Peut-être un mandat d’arrêt international à la Bechir (Soudan), qui lui aurait privé de sa liberté de mouvement de par le monde ;

    2) sur quelle base a-t-il été accusé ? Y avait-il eu des preuves et des témoins à charge ? Que sont-ils devenus au fil du temps ? Il faut se rappeler qu’au moment où fut cité par la Cour il n’était pas encore devenu Président. Quelles sont les preuves ? Qui sont ces témoins ? S’ils sont Kenyans n’est-ce pas facile de croire que vu la statut de l’accusé (Président de la République), il lui est possible d’exercer une certaine « influence » sur ces personnes ou leurs proches pour qu’ils se rétractent ?

    Ainsi, en suivant ce raisonnement, il se peut que le Président se présente à la Cour pour éviter toute entrave future à ses mouvements et sachant pleinement qu’en fin de compte il ne risque pas grand chose dans le procès.

    Bref, comprenez moi bien, je ne dis pas que la décision du Président Kenyan n’est pas un signe d’humilité et de courage ; je dis juste que cet article n’est pas suffisamment argumenté pour lui attribuer de telles valeurs. Il y a lieu de faire une analyse plus fouillée pour justifier cette décision.

    Merci,

    EN

    • nivyo

      Avec une fortune dans les 500 Millions de $, moi aussi je serai courageux. L’article ne dit en aucun cas comment il est courageux!

  7. Namukongoro jadeaux

    Quand est-ce que cette meme cpi aura le courage de s’attacquer a tous ces dignitaires de grandes puissances qui sont a l’origine des maux que connaissent les irakiens, libiens, congolais et j’en passe ?

  8. Gakunzi

    Si il est innocent c’est bien. La question qui se pose, j’ai vu des gens avec des machettes courir derrière les autres au Kenya. Les morts ne se sont suicidés. Quelqu’un doit répondre.
    L’innocence de Kenyatta discutable

  9. kimeneke

    Je prédis que tous nos présidents africains surtout dan les grands lacs finiront à la CPI

  10. jean kizito

    Meme si on l’avait emprisonne ce ne serait pas surprenant quand on voit a quel niveau les blancs denigrent les africains!
    Pour moi il aurait ete mieux que notre cher President soit arrete en cours d’exercice et qu’il soit assis a cote de Bagbo. Il se serait sacrifie pour une bonne cause. Et les Africains comprendraient mieux…..que les autres la… ne badinent pas.

    • Stan Siyomana

      @Jean Kizito
      Finalement, de quel cote etes-vous sur la question de la Cour Penale Internationale?
      Votre commentaire est contradictoire:
      D’un cote vous deplorez « a quel niveau les Blancs denigrent les Africains » (= soit-disant solidarite nationale, mais en realite SOLIDARITE NEGATIVE avec ces chefs d’Etat africains qui malmenent leur propre peuple qu’ils etaient supposes guides vers la democratie et le developpement durable et inclusive);
      d’autre part vous etes pour L’ETAT DE DROIT (=Personne n’est au-dessus de la loi)/LE RESPECT DES DROITS DE L’HOMME/LA FIN DE L’IMPUNITE/N’abategetsi bagatinya ubutungane hamwe nabo babwumva bakajugumira .
      Vous dites: « Pour moi, il aurait ete mieux que notre cher President soit arrete en cours d’exercice (de mandat) ».
      Merci.

    • Namukongoro jadeaux

      Quelle contradiction mr kizito ? Tournez la langue 1000 fois dans votre bouche avant d’ecrire du n’importe quoi.

    • RUGAMBA RUTAGANZWA

      @KIZITO,

      Il faut évoluer et cesser de dire que les Blancs dénigrent les Noirs. Oui, pour vous, nous on est des anges, on n’a aucune responsabilité dans ce qui nous arrive et nous empêche d’aller de l’avant. Eh bien, je ne partage pas du tout votre point de vue très simpliste cher internaute. On nous dénigre parce que nous-même nous nous dénigrons. Regardez par exemple la honte de notre pays avec un Gouvernement qui ment au grand jour, qui ne sait même pas vendre ses mensonges de façon intelligente, un Gouvernement qui qui attaque au grand jour dans un communiqué officiel ceux à qui il tend la main pour survivre….! Il y a un adage ouest-africain qui dit que « La main qui donne est toujours au-dessus de celle qui reçoit »! Hier les Chinois, les Indiens, les Sud-Américains etrc..étaient eux aussi dénigrés mais maintenant ce sont des relations d’égal à égal qui s’établissent entre ces pays-là et ces Blancs dont tu parles. Pourquoi ? Parce que l’Inde, la Chine, la plupart des Pays d’Amérique latine n’ont plus besoin de boucler leurs budgets par des aides américaines, européennes et autres FMI et Banque mondiale.
      Concernant la Cour pénale internationale, ce ne sont pas les Blancs qui y poussent les Africains, ce sont ces derniers qui demandent à cors et à cri que leurs ennemis politiques y soient transférés et jugés parce que nos responsables politiques ne sont pas capables de juger les crimes chez eux. Mais franchement, comment feriez-vous par exemple confiance à la Justice burundaise pour juger les crimes contre l’humanité qui se sont commis dans notre pays depuis les années soixante? Le Kenya, puisque c’est le cas qui nous concerne a complètement échoué à plusieurs reprises de juger les responsables des violences post-électorales de fin 2007-début 2008 jusqu’à ce que Koffi Annan, l’envoyé spécial des NU transfère une liste de criminels suspects (dont Mr Uhuru et Ruto) dans ces violences à La Haye. Ceci est le cas pour la Côte d’Ivoire aussi à ce que je sache. Ouattara qui voulait très rapidement se débarrasser de ses ennemis jurés L.GBAGBO et Charles Blé Goudé a vite fait de les envoyer à La Haye. Alors, cher ami, cessez de nous raconter des fariboles. Merci

  11. ntezahorigwa charles

    je salue l’ouverture à l’internationale, coup de chapeau , il était temps, …

  12. RUGAMBA RUTAGANZWA

    Oui, après s’être assuré d’avoir détruit toutes les preuves de sa culpabilité, après avoir soudoyé les témoins et menacé (et même fait disparaître) certains d’entre eux pour qu’ils se rétractent, après avoir fait en sorte que son système judiciaire ne collabore pas du tout avec la CPI en refusant notamment de lui fournir certaines informations clé que la Cour lui demandait (mouvements de ses comptes bancaires, conversations téléphoniques durant la crise etc..), maintenant que Mr UHURU est sûr d’avoir détruit toutes les preuves de sa culpabilité, qu’il s’est mis à l’abri grâce à la force du pouvoir dont il dispose au Kenya, il s’est présenté à la CPI….! Alors, de quelle humilité parlez-vous ???? Non, pour moi Mr UHURU et son Vice-Président restent des suspects graves et dangereux, des menteurs qui ont entrainé leur pays dans des problèmes graves tribalo-ethniques graves (des milliers de morts et des dizaines de milliers de déplacés dont certains n’ont pas encore trouvé d’abris à ce jour..) dont les plaies ne sont d’ailleurs pas encore pensées. Mr Uhuru et son Vice-Président W.RUTO se sont servis des instruments du pouvoir qu’ils détiennent pour se soustraire à la justice internationale.
    Mr UHURU notamment est suspecté d’avoir utilisé les MUNGIKI, une secte mafieuse dangereuses et très violente composée essentiellement des gens de la tribu Kikuyu, majoritaire au Kenya et à laquelle appartient Mr Uhuru, pour terroriser, pourchasser et tuer les Luwo et les Kalenjine de la tribu de son ennemi juré Raila Odinga et de son Vice-Président Ruto avec qui il s’est coalisé pour éliminer Odinga et éviter ainsi la CPI. Si Odinga avait été élu, on n’en serait pas là, croyez-moi.

  13. Bizos

    L’humilité? Oui il l’a! Ceux qui le connaissent disent qu’il a été élevé pour être humble malgré son statut de fils de président (Différent de Jonathan!). Par contre, peut être pas le cas pour le courage. Un medium avait affirmé qu’il avait consulté Obama avant de prendre la décision d’y aller. Pour dire qu’il s’est assuré que rien ne peut lui arriver. Le monde reste le monde avec ses injustices mon cher Léandre et les présidents africains ne sont pas dupes!

  14. Misago

    Et quand viendra le tour de Georges Bush, ce sont ces americains qui devraient nous donner ces exemples d’humilite.
    La CPI, c’est une cour unitile.

    • Jean

      Les Etats Unis ne reconnaissent pas la CPI. Ou du moins n´a pas ratifié les textes y relatifs.

Publicité