http://www.iwacu-burundi.org/wp-content/uploads/2016/12/DG-Advisor-USAID-9-o-20-DEC.pdf
A la Une

Iwacu reprend du service

19-05-2015

Le Groupe de presse IWACU a animé une conférence de presse ce mardi pour annoncer la réouverture de ses productions après cinq jours d’arrêt, suite à l’insécurité. Une initiative très saluée.

Antoine Kaburahe, directeur du Groupe de presse Iwacu : «Nous devons continuer à travailler, malgré la peur au ventre. Nous refusons la pensée unique, car nous savons que les Burundais veulent la pluralité des opinions. »

Antoine Kaburahe, directeur du Groupe de presse Iwacu : «Nous devons continuer à travailler, malgré la peur au ventre. Nous refusons la pensée unique, car nous savons que les Burundais veulent la pluralité des opinions. »

Dans son mot liminaire, le Directeur du Groupe, Antoine Kaburahe, a d’abord souligné que les medias au Burundi vivent une véritable tragédie qui coupent le Burundi du reste du monde alors que le pays vit des moments difficiles. « Le monde des medias paie un lourd tribut. Iwacu a eu plus de chance en échappant à la rage destructrice des ennemis de la liberté d’expression. Menacés, traumatisés par ce qui venait d’arriver aux confrères, nous avons cessé de travailler » a indiqué M. Kaburahe qui a souligné que ce black-out des medias fait le lit des rumeurs et laisse le champ libre aux comploteurs. Pour lui, ce que ce qui est arrivé aux médias indépendants est un « vrai gâchis, une régression » des medias  pourtant respectés dans la sous-région et à l’étranger.

« Cependant, à la veille des élections, nous devons continuer à travailler, même avec la peur au ventre. Nous refusons la pensée unique car nous savons que les Burundais veulent la pluralité des opinions », a précisé le directeur du Groupe de presse Iwacu. Pour Antoine Kaburahe, aucun développement, n’est possible sans la liberté d’expression. Il a conclu  son allocution par la légende du colibri, ce petit oiseau d’Amérique du Sud. Un jour, dit la légende racontée par Kaburahe, il y a eu un immense incendie de forêt. Tous les animaux terrifiés, atterrés, observaient impuissants le désastre. Le petit colibri avec son petit bec, allait chercher quelques gouttes d’eau pour les jeter sur le feu pour essayer d’éteindre l’incendie. Alors un autre oiseau s’est moqué du petit colibri et lui a dit « Ce n’est pas avec ces gouttes d’eau que tu vas éteindre le feu ! » Et le petit colibri  a répondu : « Je le sais, mais je fais ma part. »Mesdames, Messieurs, “Iwacu veut faire sa part” a conclu le journaliste et écrivain.

« Nous sommes tombés dans l’absurdité la plus totale ! »

« Quelle presse ? Il n’y a plus de presse au Burundi » a martelé d’emblée Innocent Muhozi, président de l’OPB, l’Observatoire de la Presse Burundaise, emboîtant le pas au directeur du Groupe de presse Iwacu. Il a dénoncé l’attaque et la destruction des médias par des policiers, alors que la liberté d’expression est garantie par la Constitution.  Il a dénoncé ces policiers qui lui ont empêché d’entrer dans les locaux de la Radio télévision Renaissance, dont il est le directeur, et qui est parmi les médias récemment attaqués et détruits. « Nos sommes tombés dans l’absurdité la plus totale. Des collègues se cachent, d’autres ont fui, et ceux qui sont ici vivent dans l‘angoisse. Ce pays est en train d’aller à la catastrophe de manière claire et nette », a averti Innocent Muhozi. Pour lui, « il faut faire quelque chose pour limiter la descente aux enfers, » M.Muhozi a néanmoins remercié le conseiller spécial du président de la République, Willy Nyamitwe qui était présent et qui a indiqué que « les medias vont bientôt rouvrir. »

Willy Nyamitwe : « les medias vont bientôt rouvrir. »

Willy Nyamitwe : « les medias vont bientôt rouvrir. »

Cependant, Willy Nyamitwe, a nuancé ces propose et souligné que la présidence de la République n’a pas promis que les medias allaient bientôt rouvrir, mais qu’elle a plutôt condamné les attaques contre les médias et qu’elle espère qu’elles seront bientôt fonctionnelles. « Mais nous devons d’abord laisser le ministère public faire ses investigations pour inventorier les pertes subies et mettre la main sur les coupables pour qu’ils soient punis selon la loi » a précisé M. Nyamitwe. Il a estimé que les medias attaqués et détruits ne pourront travailler qu’après ces enquêtes, en espérant qu’elles seront rapides.

Une initiative saluée…

« Je n’en sais rien, personne ne sait ce qui va se passer demain. Mais nous avons pris l’option de continuer notre mission d’informer, malgré les risques encourus » a répondu Antoine Kaburahe à une journaliste qui lui demandait s’il ne craignait pas pour la sécurité des journalistes et des locaux d’Iwacu.

Cette conférence de presse organisée par le Groupe de presse Iwacu a connu la participation des medias, internationaux et locaux, du moins ceux qui fonctionnent, ainsi que la présence de plusieurs ambassadeurs accrédités au Burundi. Notamment celui des Etats-Unis, de l’Union Européenne, de la France, de la Hollande, la Belgique, l’Allemagne, la Directrice de la Coopération suisse,… Tous les invités souhaitent la réouverture des medias privés et saluent le décision du Groupe de presse Iwacu.

  25   Vos commentaires
  1. karundi

    REMA/RPA/BONESHA/ISANGANIRO/RENAISSANCE: des médias à la solde des politiques. La première pour le pouvoir, les 4 autres pour l’opposition. Mu Kirundi barayamaze bati: ICO UMUNTU AKORA NI CO KIMUKORA.
    Mmes Messieurs les journalistes veuillez prendre pour modèle la BBC, LA RADIO DE REFERENCE murabe ko mudakora mwubashwe. En effet la BBC fait uniquement son travail professionnellement et est respectée pour ça. Mais le reste, ils font le travail des politique et voilà le résulta: les problèmes.
    Mais je déplore ce qui est arrivé aux 5 médias, quoi que penchés, ils ont droits à la vie, dans l’espoir qu’ils se professionnaliseront fin des fins.

  2. Nyenyeri

    J’encourage le groupe de presse Iwacu. C’est ce courage qu’il faudrait que tous murundi ait pour que nous puissions traverser victorieusement ces moments difficiles. A côté des constructeurs, il y a toujours des destructeurs. Les premiers dépensent trop d’énergies pour mettre à jour le fruit de leur labeurs alors que les second utilisent quelques poussières de seconde pour détruire ce qui a été construits des années durant. Voyez, il a fallu des années et des années pour construire la liberté de la presse au Burundi mais en moins d’une nuit, cette liberté avait déjà été détruite. Il y a toujours un prix à payer pour organiser la société. Sûrement, le meilleur vient en courant. Courage au monde des médias burundais. Il a fallut que les israélites traversent la Mer Rouge, errent des années et des années dans le désert pour arriver dans le Terre Promise. Excusez-moi, je ne suis pas plus pasteurs que nos pasteurs qui sont à notre tête!

    • Amani Seyamani

      Au Journal Iwacu
      Mes sincères félicitations pour votre courage. C’est pendant les moments sombres qu’on voit mieux les étoiles et vous venez de le prouver. La liberté d’expression est au cœur du conflit actuel au Burundi. Elle est devenue comme le ballon rond que, dans un match de football, chaque équipe cherche à s’emparer. Sauf que dans un tel cas, c’est pour le plaisir. Pour le cas qui nous préoccupe, c’est clair que c’est la guerre de la Dictature contre la Démocratie. De même que tous les moyens sont bons pour tuer la liberté pour les dictateurs, tous les moyens sont bons pour défendre la liberté pour les démocrates. Gardez votre courage, donnez nous les informations dont nous avons soif et nous vous récompenserons.

    • ahubwo leta itegerezwa kuriha ivyononekaye vyose kuko niyo yabitumye.naho hazoza iyindi leta,leta igumari leta itegerezwa kubiriha.iyizohaja nmayo itegerezwa gufata abatumye ibintu vyononekara bakabiriha.

  3. Karadomba

    Courage IWACU, restez toujours professionnels, dites-nous la vérité que les médias publics n’osent pas nous dire puisqu’ils ont les mains liées. Soyez et restez le medium du peuple soif d’informations. Allez toujours de l’avant.

  4. MIZA

    Il ne me reste qu’à chanter ceci : https://www.youtube.com/watch?v=o0ge_nZ-Dp4

  5. JP-K

    Vous êtes une lumière dans les ténèbres Antoine et toute l’équipe ! Merci et bravo pour ce courage exceptionnel en ces moments difficiles pour votre profession.

    Je dénonce cependant le cynisme de Willy Nyamitwe qui – c’est ma perception en tout cas – nargue le monde des médias par sa présence à cette réouverture. Il jubilait certainement comme s’il tournait le couteau dans la plaie.

    JP-K

  6. Mudy

    Courage et que Dieu vous protege.

  7. Terimbere

    Lorsque l’on rencontre un adulte d’une insolence notoire, peut-etre qu’avant de le juger, on devrait plutot se dire que ce n’est pas de sa faute s’il n’a pas eu son papa a cote pour l’encadrer!
    Les temps sont tres graves!

    • Mbunde

      @Terimbere
      C’est très bien dit. Falait y penser …

  8. shshhshshs

    Jewe nibaza ko nubu nkiriko ndarota,, si ndategera ko RPA , BONESHA, ISANGANIRO, RENAISANCA bitakivuga,,,, nibaza ko mpava nikangura nkahava nsanga atarivyo,,,,kuko ni ibintu birengeye ubwenge bigoye gutegera,,,,ndavyiyumviriye nza numva ndiko ndayengerwa,,,

    • Mbunde

      @shshhshshs
      Jabuka Kanyaru, ugarutse uzobona ko kwugara RPA , BONESHA, ISANGANIRO, RENAISANCA ataco bivuze …

    • Mbunde

      @shshhshshs
      En revanche, ce qui est aussi ridicule qu’idiot, c’est de s’être acharné sur les locaux et le matériel de ces médias en les mitraillant. C’est d’autant plus ridicule qu’il s’agit là des biens du pays qu’ils ont démolis, alors qu’ils pouvaient juste les empêcher(ce qui n’était même pas utile) d’émettre le cas échéant. En plus de violer la constitution, Nkuru et les siens s’enfoncent.

  9. Loreline

    Bravo pour votre courage et votre professionnalisme !

  10. change

    A Jean Pierre Ayuhu,

    je te retourne la question.kubera iki abo ba diplomates baje gushigikira Kaburahe? Tout est dit!! nuko tutagira abatware ahandiho bari kubonako ataco bambariye. uvumwa na benshi ugatinda ugatota.ariko ntawokwihebura, Kaburahe courage kandi Imana igukingire hamwe n’ivyawe vyose. utubere itara mu mwijima turimwo.

    • karundi

      « Nuko tutagira abatware… » Ahubwo « nuko dufise abatware badashigikiwe n’abazungu ». Na PDC kuri Rwagasore yari ishigikiwe n’Abazungu bose. Ces gens savent toujours soutenir ceux qui sont de leur côté.

  11. Maso

    Courage Mr KABURAHE et votre equipe Groupe de presse IWACU .Soyez prudent

  12. Bugonaburimaso

    Imana ibazigame kuko murageramiwe. Ariko umuntu apfira aho Imana yamugeneye kandi akicwa n’ico Imana yanditse. Merci beaucoup Tony. Be blessed

    • Mbunde

      @Bugonaburimaso
      imana n’iki?

  13. mpitabakana

    Merci et bon courage cher compatriote.
    « Si le danger menace et que les esprits s’égarent ,l’homme de caractère garde sa serenité »

  14. Jean-Pierre Ayuhu

    J’ai eu la chance de côtoyer les continents et de vivre longtemps en Occident avant de vivre ce que je vis au Burundi.
    Je n’ai jamais vu un pays où un Journal attire les diplomates plus que ne le ferait le ministère des affaires étrangères..Autrement, il n y a plus d’Etat mais des états…état des journaliste, état de la société civile, état de Nkurunziza, état de l’opposition, gouvernement du clergé, etc…. bonjour les dégâts

    • Compris

      Cher Jean-Pierre Ayuhu ,
      Vous avez bien compris! Le pouvoir Nkurunziza est tellement sans éthique et sans vision sauf la vision matérialiste ou la philosophie de s’enrichir peu importe les moyens, une philosophie sans issue; le pouvoir Nkurunziza est tellement faible que tout le monde est maintenant chef. Les conséquences c’est ce que nous venons de vivre cette semaine et les semaines à venir. Les DD sont tellement dans les magouilles, la corruption et les tueries que le chaos règne partout et personne ne contrôle personne. Ni ubusimbirahamwe. Ceux qui crient haut et fort que Nkurunziza doit être reconduit c’est justement parce qu’il a permis, il encourage toutes ces magouilles pourvue qu’il reçoive sa part. Ce n’est pas parce qu’il est le meilleur c’est parce qu’il ne dérange personne dans les magouilles.

      Imagiez-vous pour avoir un passeport, il faut payer quelqu’un 10 000Fbu, un document qui devrait être disponible pour tout citoyen Burundais mais en plus de ce que le service officiel demande comme frais, il faut ajouter les 10.000Fbu. C’est pour cela que les DD aiment Nkurunziza. C’est un petit exemple que je donne, dans tous les services c’est comme cela que ça se passe.
      Vive Nkurunziza eh les DD!
      Il n’y a rien d’étonnant quand la société civile, les médias, l’Eglise, les généraux, les services des renseignements, les voyous de Bujumbura… font la loi au Burundi. N’est-ce pas que la nature à horreur du vide?

  15. Mzaliwa Mkungilwa

    Bonne nouvelle;reprise du service Iwacu.
    Je suis RdCongolais et j’apprécie votre travail;le médias est à la base de tous …avoir créée une véritable nation Burundaise…où les considérations ethniques laissent la place aux considérations idéologiques;c’est une maturité;continuez dans ce sens.Le peuple Burundais constitue un bon exemple dans notre région du grand lac Africain…La vie humaine est sacrée…
    Que le BON DIEU bénisse le Burundi et protège le peuple Burundais…

    • Bakari

      @Mzaliwa Mkungilwa
      « Que le BON DIEU bénisse le Burundi et protège le peuple Burundais… »
      Mêmement pour le peuple ami du Congo et merci! Même si je trouve, de mon côté, que le peuple congolais a plus de conseils à fournir aux autres pays des Grands-Lacs, en matière de cohabitation ethnique, que l’inverse!

      • Mzaliwa Mkungilwa

        La cohésion sociale ou la cohabitation entre nos tribus RdCongolaise tire sa base dans le BON VOULOIR du peuple RdCongolais de vivre ensemble et non à l’homme politique Congolais qui semble être l’ennemi de la RdCongo.
        Est-ce normal ??la RdCongo a 477 partis politiques dont seulement 4 partis avec une assise nationale.Donc 473 partis politiques sont les partis politiques de la mallette tribale et quand ils seront mélangé au découpage territorial précipité et sans préparation encours;une bombe à retardement pour la RdCongo.
        Que le BON DIEU nous protège…

Publicité