http://www.iwacu-burundi.org/wp-content/uploads/2016/12/DG-Advisor-USAID-9-o-20-DEC.pdf
Archives

Inquiétudes sur la question de l’éducation à Ruyigi : l’Eglise Catholique a réagi

04-07-2011

Parents, administration et police sont appelés à s’investir davantage dans l’éducation… Cette demande découle des conclusions d’une réunion du bureau national de l’enseignement catholique (BNEC) ainsi que celui de la supervision des écoles sous convention catholique, organisé en début du mois de juin.

Les parents présents ont évoqué leur inquiétude : « Les enfants commencent à consommer des stupéfiants depuis l’école primaire surtout dans les milieux urbains. » D’après Abbé Aloys Toyi, superviseur diocésain des écoles sous convention catholique, même les écoles qui avaient une bonne réputation ne le sont plus. : « La régression de l’éducation est généralisée. Des filles qui tombent enceintes et des jeunes élèves qui consomment du cannabis sont vus partout, même dans les écoles primaires. »

Selon le professeur Joseph Ndayisaba, spécialiste de l’éducation, celle-ci a changé de face avec l’évolution du temps : « Certains parents, ont laissé leurs enfants à eux-même. Ils sont éduqués par la télévision et les films.» Pour lui, ces derniers peuvent influencer positivement et négativement l’éducation des enfants. « Il peut s’identifier à un tel ou tel autre acteur. Je propose aux parents de contrôler les films et les documentaires que les enfants regardent».

Il faut renouer avec la solidarité

Pour le Pr. Ndayisaba le manque de solidarité entre les parents est un autre fait qui contribue négativement à l’éducation des enfants. « Jadis, un parent ne pouvait pas laisser les enfants se droguer. Actuellement, même certains adultes partagent les drogues avec des mineurs», a-t-il révélé.

Les parents proposent que l’administration et la police des mineurs s’impliquent davantage. « Il faut punir sérieusement ceux qui vendent des drogues aux enfants mineurs. Certains sont connus mais rien n’est fait pour les traquer », déplorent-ils. Pour remédier à ces problèmes, les participants proposent de renouer avec la solidarité pour le bien de tous les enfants. Ils demandent à la police des mineurs ainsi qu’à l’administration de coopérer avec les parents dans le but de combattre la délinquance juvénile.

Étaient présents à cette rencontre, le professeur Joseph Ndayisaba, Monseigneur Blaise Nzeyimana du Diocèse Catholique de Ruyigi, les représentants des parents et éducateurs des provinces de Ruyigi et Cankuzo .

Publicité