Intempéries

Inondations au nord de Bujumbura : témoignages et reportages

Tous les quartiers nord ont été touchés par les pluies diluviennes de ce dimanche soir. Les premières inhumations viennent d’avoir lieu en présence du président de la République et de plusieurs autres personnalités politiques. Reportages d’Iwacu.

Bilan provisoire

Jusque ce lundi vers 17h, Hélménegilde Harimenshi, porte-parole de la police dressait un bilan provisoire de 46 corps sans vie formellement identifiés, en plus de 118 blessés. Plus de 1.600 personnes sans abri sont déjà enregistrées et sont provisoirement logées dans les locaux du collège communal de Buterere, alors que 92 maisons ont été détruites dans la même commune urbaine.

_____________________________________________________________

Le marché de Kamenge fermé toute la matinée

Le marché de Kamenge fermé durant toute la matinée

Le marché de Kamenge fermé durant toute la matinée

Inondé par des pluies torrentielles, le marché de Kamenge est fermé depuis le matin de ce lundi. Les marchands, les portefaix, les consommateurs sont rassemblés aux alentours de ce marché. Personne n’a le droit d’entrer sauf les gardiens qui dépassent la corde et les barres tendues. « On essaie d’éviter qu’il y ait des cas de vol. Tout ce monde n’est pas considéré comme des vendeurs, il y’a des voleurs qui se cachent parmi eux », lance un des gardiens.

Pourtant, les commerçants crient haut et fort pour l’ouverture de ce marché : « Quand même il faut qu’ils nous laissent entrer pour constater les dégâts. S’il y a des produits imbibés d’eau, on peut les étaler au soleil », explique une vendeuse de pagnes.
A l’intérieur, tous les stands sont fermés. A voir le niveau atteint par les eaux, sûrement que les marchandises étalées par terre ont été touchées.

Quelques marchands de tomates, aubergines, manioc, oignons, légumes… qui ne stockent pas leurs biens à l’intérieur du marché ont eu la chance de les étaler.
C’est vers 14h que les usagers du marché vont pouvoir regagner leurs stands, par quartier, afin de ne pas causer un embouteillage : « Tous nos produits ont été inondés », s’exclame Bernard, un marchand de chaussures.
________________________________________________________

Une famille décimée !

Emmanuel Ndagijimana : « J’ai du relâché mes enfants »

Emmanuel Ndagijimana : « J’ai du relâcher mes enfants »

Du jamais vu ! C’est la parole qui revenait sur plusieurs lèvres sur la colline Gasenyi en commune Mutimbuzi ce matin : « C’est la première fois que j’assiste à pareille scène de ma vie », lâche un vieillard rencontré sur place.

Selon lui, la pluie d’hier soir était exceptionnelle par les orages et le vent : « En quelques minutes, nous avons vu arriver des eaux avec une forte pression et de grosses pierres qui se sont fracassées contre nos maisons. »
Sur place, l’on dénombre plusieurs morts et disparus. La tristesse et le chagrin se lisaient sur plusieurs visages. Policiers et agents de la Croix Rouge, évacuaient des cadavres d’enfants à l’aide de deux brancards.

Emmanuel Ndagijimana (la quarantaine) n’est pas prêt d’oublier cette nuit du 9 février : il a perdu cinq enfants. Il raconte que tout s’est écroulé vers 20h30 : « Nous étions dans la maison quand nous avons entendu quelque chose  frapper contre le mur. C’était l’horreur.»

Le moment tragique

Il indique qu’il a pris deux de ses enfants et qu’il a couru dehors. Sa femme est sortie avec leur bébé de trois mois. Arrivé à l’extérieur de la maison, Emmanuel Ndagijimana confie qu’un arbre lui est tombé dessus et qu’il s’est retrouvé pris au piège : « J’ai du relâcher mes enfants. » Pendant ce temps, sa femme s’est accrochée à un autre arbre pour éviter de se noyer mais elle n’a pas pu sauver le bébé qu’elle portait sur son dos.

Ce n’est qu’au petit matin qu’il a découvert l’horreur. Ses cinq enfants étaient morts noyés. Leurs cadavres ont été retrouvés à la frontière des quartiers Mirango et Carama. Seul l’aîné de 9 ans l’a échappé bel. Il est en train d’être soigné à l’hôpital Roi Khaled. Emmanuel Ndagijimana demande de l’aide rapide au gouvernement et aux bienfaiteurs pour reconstruire sa maison et l’enterrement de ses petits.

________________________________________________________

Gatunguru : après les pluies torrentielles, entre douleur et désolation

Un des cadavres d’une jeune fille trouvé dans les buissons le long de RN1©CSU/Iwacu

Un des cadavres d’une jeune fille trouvé dans les buissons le long de RN1©CSU/Iwacu

Deux cadavres (une fillette et son petit frère) ont succombé à la suite d’un effondrement de leur maison au quartier Gatunguru de la commune Mutimbuzi. Une autre famille a élu domicile sous le manguier en attendant qu’un bienfaiteur leur revienne en aide. Un autre petit garçon pleure en demandant après ses frères et ses parents.

Impuissantes, les femmes qui voient leurs enfants mourir de faim et de soif suite aux pluies diluviennes qui se sont abattues sur la capitale, ne trouvent pas de mots pour s’exprimer. « C’est la fin du monde », lance l’une des femmes trouvées sous le manguier au quartier Gatunguru, au nord le la capitale. « Ici vivaient ma voisine et ses 5 enfants…Regarde, il ne reste plus que la fondation de leur maison. Ils sont portés disparus et nous n’avons plus d’espoir de les revoir », raconte-t-elle en sanglots.

Toutes les constructions ont été endommagées, les maisons, les câbles électriques et les tuyaux d’eau potable.
N’eût été l’intervention de Sogea Satom, la RN1 (Bujumbura-Bugarama) était bloquée au niveau de la rivière Gasenyi (Chez Muswahili). De grosses pierres et des arbres, s’ajoutant aux voitures embourbées, avaient obstrué la route.

________________________________________________________

Ngagara Q8 : « Personne n’a quitté la maison »

La rue la plus inondée à Ngagara, Quartier 8

La rue la plus inondée à Ngagara, Quartier 8

Presque toutes les routes de ce quartier sont impraticables. Les caniveaux sont détruits et même certaines clôtures des maisons se sont écroulées. La troisième avenue à partir de la station se trouvant sur la route macadamisée menant à Mutakura, est la plus touchée par les inondations. D’après des sources sur place, cette avenue est beaucoup plus touchée car la rivière Nyabagere, passant tout près du quartier, est débordée et se déverse sur elle.

Emmanuel Ndayisaba, vivant à Ngagara Q8, indique qu’aucun membre de sa famille n’a quitté la maison, depuis le matin :  « Il y a tellement d’eau … Nous ne pouvons pas sortir.» déplore-t-il. « C’est  pire pour notre voisin. Cette nuit, les enfants se sont réfugiés chez moi parce qu’à l’intérieur de sa maison, l’eau arrivait à plus de deux mètres de hauteur » ajoute-t-il.

__________________________________________________________

Buterere sous les eaux

Des maisons effondrées à Buterere

Des maisons effondrées à Buterere

Au moins une femme morte, 6 blessés évacués à l’hôpital et plusieurs maisons détruites. C’est le bilan provisoire des inondations au quartier Buterere dans la matinée de ce lundi 10 février.
Quartier dit Dorsal. Des gens sont sur la route, les ustensiles de cuisine, le matériel de couchage et autres effets posés sur la tête ou sur le porte-bagage des bicyclettes. Ils déménagent pour trouver un ami ou une parenté pour les héberger. Leurs maisons sont désormais à terre, balayées par le flot d’eau de ruissèlement qui les a surpris pendant la nuit. Les habitants qui sortent du quartier doivent patauger dans la boue.
Un habitant explique : « Une femme est morte sous les décombres de cette maison-là ».Et de montrer du doigt une dizaine de maisons effondrées.

Au chef-lieu de la commune, un responsable administratif a affirmé qu’il a vu de ses yeux 6 blessés qui ont été vite évacués à l’hôpital. D’après la même source, au moins 6 personnes sont portées disparues.

Dans le quartier Buterere I, un homme visiblement riche a dû louer une pompe pour aspirer l’eau des sa parcelle. Ses voisins sèchent les effets de couchage au soleil. D’autres s’activent à chasser l’eau des maisons.

Dans son ensemble, la vie dans le quartier est presque normale : les bus circulent, boutiques et restaurants sont ouverts. Au petit marché local, des femmes vendent des vivres, des fruits et des légumes.

Circulation perturbée sur la route Gatumba et sur la RN3

La circulation sur la route menant vers l’aéroport était perturbée. Par endroit, le macadam était submergé par des eaux boueuses. Certains piétons étaient obligés de se faire porter sur le dos par des passeurs. Garages, restaurants, moulins, fermes et certaines usines des environs étaient sous les eaux. Les dégâts matériels sont importants.

Aux environs de 9h, le pont sur la rivière Kinyankonge (niveau Savonor sur la route Gatumba) a partiellement cédé. La police a dû interrompre la circulation. Aux environs de midi, les eaux continuaient à monter.
Un officier de police qui était sur place redoutait un effondrement total du pont.

_______________________________________________________________

Le Centre Hospitalo-Universitaire de Kamenge (CHUK) débordé cet avant-midi

Des blessés en train de recevoir des soins à l’hôpital Roi Khaled

Des blessés en train de recevoir des soins à l’hôpital Roi Khaled

De nombreux blessés venaient des quartiers nord de la capitale. Hommes, femmes et enfants étaient admis au service des urgences de cet hôpital. Certains avaient été gravement atteints.
La capacité d’accueil était déjà dépassée vers 10h30. Le personnel de l’hôpital avait monté des tentes afin de donner les premiers soins aux personnes blessées. «Certains présentent des fractures ouvertes d’autres fermées », a confié un médecin en train de soigner une dame qui dormait à même le sol. Des étudiants de la faculté de médecine avaient suspendu les cours pour appuyer les médecins de l’hôpital Roi Khaled visiblement dépassés par le nombre de blessés. Cependant, cet hôpital manquait cruellement d’eau alors que certains blessés saignaient beaucoup.

Aucun médecin ne pouvait donner un bilan provisoire des malades admis au CHUK. «Nous sommes préoccupés par les soins, nous n’avons pas de temps pour enregistrer les blessés », a révélé un autre médecin.

Même si les malades recevaient gratuitement les premiers soins, ceux à qui on prescrivait l’ordonnance médicale n’étaient pas en mesure de s’acheter des médicaments. Bienvenu Nduwimana de Gatunguru a trouvé sur la route un enfant blessé, dans un état comateux. «Je l’ai transporté au Roi Khaled. Le médecin a prescrit des médicaments et je n’ai pas d’argent pour les acheter », a-t-il expliqué. Jean Bosco Nduwimana de la même localité affirme avoir vu 18 cadavres.

Découvertes macabres à Isare

Pontien Barutwanayo, administrateur de la commune Isare, a indiqué que neuf personnes sont mortes, six blessées et une autre portée disparue à cause de ces pluies diluviennes dans la zone Benga. Dans la zone Kibuye de la même commune, deux personnes sont mortes et à Nyambuye, deux sont mortes et quatre blessées. Vers 10heures, 28 cadavres se trouvaient au camp Soquarti.
Hélménegilde Harimenshi, porte-parole de la police, a indiqué que le bilan provisoire est de plus de 50 personnes mortes.

  38   Vos commentaires
  1. Condoléances à toutes les familles éprouvées. Que Dieu accueille mes compatriotes victimes de ces catastrophes dans son Royaume.

    Laissons la politique de côté et mobilisons nous tous pour aider ces rescapés ,formons des petits comités pour aller les secourir

  2. Twikebuke

    Encore une fois ndifatanije n’abarundi bose cane cane ababuze ababo,ni vyabo, nagire nsabe leta ko yobonegwaho gufata ingngo yogukomeza les services ya météo niyaba ibaho ikaba naho atayo mugihugu mwoyishiraho kugira bashobore kugira des analyses pour prévoir, les catastrophes, l’ agricultures
    Au 21ème sicle muhagarike kubaka amazu n’importe comment anarchiquement avec IVYONDO
    Les stades de foot de Peter sont en matériaux durable
    le Rwanda à côté est un exemple à suivre en construction!!!

  3. Twikebuke

    Ndifatanije ni miryango yabuze ababo muri ubwo bubabare, ndahojeje ababuze

    Ariko nagire nsabe gouvernement ko ico ari icigwa nibareke les service de l’urbanisme igire igikogwa ishizwe par des ingénieurs et non des militants, kuko turavyo izo photo Q8 à Ngagara nta caniveaux tubona uretse ce semblant de sillon! pas suffisant dans les tropique il fallait s’y attendre malheureusement irabire namwe aho vyashitse murabe uko ayo ma quaetiers yatunganijwe???
    biteye akoba les services de l’urbanisme ont bien travaille sous notre Président BAGAZA irabire namwe aho bubatse les années 80 sans commune mesure

    Autre chose il disait:  » nimuce imikobeko » kwari kwirinda inzongorane zose en même temps érosion!
    Il y avait des terrains non constructible harimwa le coton,le riz …. aujourd’hui muriko murubaka partout, folie!!!
    BAGAZA niwe yateje ikaratus pour la pluviométrie il a fait construire des centres climatologique, et maintenant?
    Une autre catastrophe qui va nous tombe sur la tête, bientôt nous serons oblige d’importe la totalité des vivres alimentaire jusque à la tomate fraiche, mwubaka hose tous le pays!!!
    il y a plus de visionnaire au gouvernement? entoure vous des spécialistes le Burundi a des hommes et femme capable de vous faire une étude fiable
    mais le problème c’est la CORRUPTION mesdames et monsieur et le piloté dans l’avion, le laisse au commande automatique? et bien malheureusement dans pareil cas il y a CRASH
    Et bien tant que le pays connait un tel degré de corruption nous allons régulièrement pleure pour divers raisons
    Mon peuple mérite mieux mais vote mal voilà!

  4. Umunyagihugu

    Muratubwira si le drapeau national à la Présidence, à Kigobe et à la Mairie de Bujumbura a été mis en berne en signe de deuil national y’abo banyagihugu batikiye muri iyo mvura y’isegenya?

  5. KKRRR

    La période fin janvier à début février est une période des accidents et catastrophes :
    – 27/01/2013 : Incendie du marché centrale de Bujumbura à cause d’une batterie ( selon la version officielle du gouvernement)
    -09/02/2014 : Innondation causée par l’Isegenya : Plus de 150 morts et des centaines de bléssés et des maisons détruites
    – 03/02/1989 : Colonel Edmond Ndakazi disparaît dans le lac après un crash d’hélico ( la version officielle indique que c’est à cause de l’orage)
    – 28/01/1999: Accident d’hélico transportant Colonel Firmin Sinzoyiheba suite à l’orage (selon la version officielle)
    – Mi janvier 2007 : Inondation à Gatumba et Bujumbura : 549 maisons détruite à Gatumba, 379 maisons détruites à Kanyosha, 100 maisons à Carama et Buterere et 6500 personnes sans abris

  6. kimana

    Ndabasavye murye akara abanyamigambwe, société civile n’abanyamadini mubabaze cio biyumvira kuri iryo segenya, mubabaze n’igituma bataraseruka canke ngo bahoze ababuze. Ntibihumuriza tuzi ingene badatangwa kugira ico bavuze iyo hagize ikiba. Ce n’est pas normal que personne parmi eux n’ait adressé un message. Please do it.

  7. Kabizi

    Imana ibakire mu bwami bwayo!
    Abarongoye Urbanisme bahafatire icigwa mu gutunganya Ibisagara!Atari uko, Agafuni karacahamvye!

  8. Pole bavandimwe.

  9. Ndagijimana

    Ivyo bintu vyashitse birateye ubwoba nukuri, dusenge imvura nk’iyo ntisubire, hanyuma ayo mazu asigaye ahagaze murabe neza ko agikomeye kugira mu misi iza atazohava abomokera ku basigaye, sinon l’heure est au recueillement et à la rescousse des sinistrés. Duterere ivyiyumviro vyofasha muri izi moment difficiles que traverse notre Capitale nationale. Ainsi, je demande à S.E. Sebarundi Nkurunziza et le Chef d’État major de mobiliser au plus vite leurs troupes/militaires pour le travail sur terrain. Ni vyinshi bofasha en plus yogucungera umutekano notamment creuser des caniveaux de drainage pour faciliter l’évacuation rapide de l’eau de pluie qui stagne, aider à la recherche des cadavres ou des survivants dans les décombres, aider à récupérer les effets et matériaux réutilisables des sinistrés, donner un coup de main à la Croix-Rouge qui est présentement débordée, etc. Nukuza turubaka aussi des locaux et centres communautaires bien équipés zokuza zirafasha abanyagihugu na cane cane mu bihe bikomeye nk’ibi vyashitse muri capitale nationale. Aujourd’hui on parle de la pluie diluvienne et l’érosion, demain ça pourrait être un autre désastre dont on ignore aujourd’hui les origines et ampleur des dommages. Mbega nta Centre national de gestion des catastrophes dufise i Bujumbura pour coordonnées de telles actions mu gihe vyoshikira à la fois plusieurs quartiers, villages, collines, régions ou provinces?

  10. caka

    aho basemerey kureka kuropora amabuy abubaka ntibumve,aho hose bubaka ata etude ibanj kuba juste kubera gukunda ifaranga bagasuka abantu birateye isoni!

  11. JP-K

    Attention à la santé publique !

    Une catastrophe pareille amène toujours un lot d’épidémies si la santé publique n’y prend pas garde. Je sais que vous vous préoccupez des maladies diarrhéiques transmises par l’eau et les aliments contaminés. Mais je vous demande aussi de surveiller les maladies pulmonaires à cause de la prolifération inévitable de moisissures dans les maisons inondées. C’est terrible.
    Autre chose importante: la détresse psychologique. Ces gens qui ont tout perdu, famille, ibibondo, maison, biens, etc. Abo bantu nukubaraba neza: mubafashe à court et à moyen terme. Comprenez bien: je parle de la prise en charge psychologique, en plus de l’aide matériel.

    Au public: ndabona ko benshi basaba aho boshira amahera. Je ne conseille pas de verser l’argent sur un compte ouvert par le gouvernement ou une quelconque administration publique burundaise. L’histoire de l’incendie du marché centrale et de la mauvaise gestion des aides est encore dans notre esprit
    Que la Croix-Rouge burundaise nous donne un compte et que chacun y verse selon ses moyens. Sinon qu’une ONG YIGENGA nous donne son compte. Pas le gouvernement.

    JP-K

    • NOS VOLONTAIRES SONT SUR LE TERRAIN,
      LA CROIX-ROUGE A BESOIN DE VOTRE SOUTIEN !

      QUELS SONT LES BESOINS : Les victimes ont tout perdu. Ils ont un besoin urgent d’abris et de biens de première nécessité. Des kits de secours leur sont distribués qui leur permettent de contenir de l’eau potable, de cuisiner, et maintenir des bonnes conditions d’hygiène. Les volontaires ont également besoin de matériel de protection pour intervenir. Il faut également éviter que les maladies telles que le choléra et le paludisme puissent se développer.
      COMMENT AGIR : Trois types de dons sont possibles :
      • Les dons par virement bancaire : Un compte spécifique a été ouvert pour cette urgence:
      o Bancobu : 301-0027271-12-03
      o Intitulé : « CROIX-ROUGE DU BURUNDI/ Urgence inondation »
      o Code SWIFT pour les virements internationaux : BCBUBIBI
      o Banque Commerciale du Burundi, 84, Chaussée Prince Louis Rwagasore, Bujumbura
      • Les dons en cash : A déposer au secrétariat de la Croix-Rouge du Burundi, adresse : 18, avenue des USA, heures : de 9 heures à 15 heures. Un reçu vous sera fourni.
      • Les dons en nature : A déposer au secrétariat de la Croix- Rouge du Burundi
      o Bidons/Seau/Savons
      o Couvertures/Vêtements
      o Nourriture non périssable. (riz, haricots, farine,…)
      o Kit cuisine (Casseroles, assiettes, gobelets, fourchettes, cuiller, couteau, )
      A QUOI VA SERVIR L’ARGENT : le don servira directement à apporter du soutien aux victimes des inondations ou à appuyer les volontaires qui leur viennent en aide. L’aide pourra prendre la forme de kits d’hygiène ou de kits de cuisine pour les victimes, mais également de kits de protection pour les volontaires. Des infrastructures d’urgence seront également construites pour les sans-abris.
      • Avec un don de 50 000 Bif (25 euros) : kit d’hygiène pour 3 ménages
      • Avec un don de 100 000 Bif (50 euros) : sets de cuisine pour 2 ménages avec nourriture de base pour une semaine.
      • Avec un don de 200 000 Bif (100 euros), 3 abris d’urgence pour un total de 15 personnes

      Pour toute question ou information supplémentaire : Vous pouvez contacter M. Alexis Manirakiza, Responsable de la Mobilisation des Ressources à la Croix-Rouge du Burundi, au +25777958313, email : alexis.manirakiza@croixrougeburundi.org, karerwayohani@yahoo.fr ou M. Etienne Ndikuriyo, Responsable de la Communication au +25779936524, email : etienne.ndikuriyo@croixrougeburundi.org, endikuriyo@yahoo.fr

      La Croix-Rouge du Burundi vous remercie pour votre aide !

      Vous pouvez suivre l’action de la Croix-Rouge :
      • sur leur site internet : http://www.croixrougeburundi.org,
      • sur Facebook: Croix Rouge Burundi,
      • ou sur Twitter: https://twitter.com/croix_rougebdi

  12. MUYINGA

    Uyo yiyise IRAKOZE. F,Birababaje kubona abarundi bafise ivyiyumviro nkivyo!Igihugu cose kiri mu kigandaro wewe uzana politike mu kiliyo!!!Mushaka amajwi canke kwimenyekanisha ba mumenya ko hari umwanya wavyo mugabo mureke gukamisha amarira y abantu bibereye mu magogwa kandi muzi ko catastrophe naturelle atari Imana imenya ivyayo, ntawundi.Au lieu yo gutabariza abagowe muca mu profita kugumura abanyagihugu.
    Mana fasha u Burundi n Abarundi!!!!!!!!!!

  13. Yola

    The devastating effects of the flooding in Bujumbura are tragic and heartbreaking. What is more tragic is that although it has been pinned on the heavy rains, it is in no way a natural disaster. It calls to mind for me how un-natural most supposedly ‘natural’ disasters are. They really can’t be understood apart from political economy, historical geographical materialism, and the structural violences that create conditions where populations in certain places (neighbourhoods, regions, countries) are at higher risk than others. It recalls Neil Smith’s well known piece in response to Hurricane Katrina in the US, which puts it quite well: « It is generally accepted among environmental geographers that there is no such thing as a natural disaster. In every phase and aspect of a disaster – causes, vulnerability, preparedness, results and response, and reconstruction – the contours of disaster and the difference between who lives and who dies is to a greater or lesser extent a social calculus. »

  14. Triste journée pour les familles éporouvés

    BURUNDI : tirons les conclusions pour ne JAMAIS PLUS avoir les mêmes problèmes à la même période de l’année dans la même localité et avec les mêmes causes!!!

  15. uwimana

    Puisse Dieu illuminer les esprits des burundais afin qu’ils comprennent que rien d’autre pourra les rendre heureux si ce n’est que l’amour qui nous vient de Dieu, Lui qui nous a créés à son image malgré nos diversités! Ce moment n’est pas celui de nous lancer des mots incensés, c’est plutôt l’occasion de nous mettre ensemble pour chercher dans les meilleurs délais comment remédier à cette désastreuse situation dans laquelle se trouvent nos frères. J’exprime mes profondes condoléances à ceux qui ont perdu les leurs, et je pries le Seigneur pour qu’Il nous rétablisse dans son Amour et que notre chère patrie, le Burundi se revitalise; la Sainte Vierge Marie à qui nos Evêques l’ont confiée comme Reine de la paix intercède pour nous auprès de son cher Fils!!!!!!!! Courage mes chers compatriotes, Dieu vous aime et vous assiste!

  16. rumuri

    abarundi bazokira dyari hari ndibaza abadakomeye mumutwe gufata politique ukayivanga nivyago bishikira igihugu nkahandi hose sinzi ko ari ubwenge canke ko ari ubujuju !!!!

    • Rheka Shah

      Uti ntuzi ko ari ubwenge canke ubujuju.None wowe ntuzi kubitandukanya?
      nawe ntakuntu ari mumurwi wa kabori.

  17. baravuga

    Ces images font peur et nous rappellent de mauvais moments. So, le temps doit être à la solidarité nationale et appui aux victimes de cette catasptrophe naturelle. Abarundi turakwiye kuhakur’icigwa mu gutunganya neza aho tuba, leta nayo ikadufasha kuko abanyagihugu ata buryo dufise bwokwitunganyiriza ibisagagra n’aho tuba. God bless Burundian.

  18. Mudy

    Dawe wa twese uri mw ijuru,izina ryawe nirininahazwe.Ivyushaka nibibe kw isi no mw ijuru.Uduhe ivyokurya bidukwiriye uyu munsi,utababarire ibicumuro vyacu nkuko natwe tubabarira abandi,NYAMARA UDUKIZE AKABI(AMEN,AMEN,…)

    • Uwineza

      Seigneur, donne à CES fils et filles du Burundi péris dans ce désastre le repos éternel, et que, sur eux, brille sans fin Ta Lumière!…
      Ô Marie conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à vous!
      Ô Marie conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à vous!
      Ô Marie conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à vous!
      Gloire au Père, et au Fils, et au Saint-Esprit, comme il était au commencement maintenant et toujours pour les siècles des siècles. Amen!

  19. PEACE

    Pole kubabuze ababo n’utwabo. Geste leta incomplet yagize nayo nyene ni nziza. Leta ntishobora kudukingira ivyaduka nkivyo, yamara irashobora gufasha abarundi cane mu gutora n’ubwitonzi bwinshi bw’abahinga babijejwe no kwiga ibibanza vyubakwamwo ama quartiers mashasha, amasoko, amashure n’ibindi. Nta numwe biryohera kwubaka inzu canke ikindi cose hanyuma bigatwarwa n’umuvo (abarara mu vyondo mu vyumba bigera ku m2 baba batomboye!)! Ivyuko Leta yama yihutira gufasha IMIVYIMBA (ak. Gatumba ejo bundi) biratanguye kuturambira. Pourquoi ne pas faire des etudes geotechniques et faire des systemes de drainage correctement?

  20. phil

    Ndahojeje abazuze naje nabuzemwo incuti murivyo bintu..ntibikabe muga imvura nkiyo yogwa imisi itatu vyogenda gute?unomusi yosubira kugwa vyogenda gute?twoguma duhamba?ariko ubu tuzokwagiriza imvura canke tworondera ahakozwe amakosa hagakosogwa mbere nabateye ayomakosa bagahanwa?abategetsi bakurakuranywe mukuba maires de la ville, abajejwe environment na urbanisme, cadastre,ibibintu ntibavyiyumviriye kuki?baravyiyumviriye kuki atacakozwe?iyo ntiyari priorite?ndanka ingene usanga abategetsi bariko bashengerera mubandi batangara hamwe nabanyagihugu ukayobegwa qui est qui..zibira hakirikare reka gutangara mubandi..plan ahead please…hama Ego Imana niyo nyishu muga inyishu yayiduhaye mubwenge bwokwiyumvira nomunguvu zogukora..

  21. Faustin Mugande

    Mukomere, kandi Imana yihanganishe ababuze ababo muraya makuba…Turabasengera…
    ESAIE 40:1

  22. Toute mes condoleance pour mon peuple meme si je suis a l’etrange du pays je suis vraiment touche que Dieu benit notre pays.

  23. camille

    Burundais, Burundaises , Amis du Burundi,

    Je vous prie d’accepter, en mon nom et au nom de tous les Hommes de beaux Coeurs, mes sincères condoléances pour les conséquences catastrophiques des pluies fortes qui ont ravagé les quarties de la ville de Bujumbura . Je souhaite beaucoup de force aux proches des victimes, aux blessés et aux personnes sans abri.
    Nous savons qu’un jour l’existence se termine pour chacun d’entre nous.
    Ces quelques mots, bien que sincères, ne modifieront pas ce triste état de fait.
    Pourtant je tiens à vous témoigner ma profonde compassion.
    Je partage votre douleur mais les mots me manquent pour l’exprimer pleinement.
    Pour vous, j’espère voir cette épreuve s’effacer petit à petit, au fil du temps et que ca ne se repeterait jamais !

    Que Dieu acceuille dans son royaume celestre tous nos Burundais morts dans ces Pluies !

     »Si toute vie va inévitablement vers sa fin, nous devons durant la nôtre, la colorier avec nos couleurs d’amour et d’espoir »(Marc Chagall)

  24. rumuri

    uwobaza ADC ikibiri bohava bavuga ko cdd fdd ariyo yazanye iyomvura !!! hahah Turahaye pole ababuze ababo hanyuma bashireho agasandugu kugira dufashe abarokotse basizwe iheruheru niyo segenya

  25. Delta de la Rusizi

    Oh my God, la nature peut etre plus violante que l’homme. Ces images me rappellent celles de 1996 lorsque les DD ont massacrés les rescapés de site de Bugendana.

    • Habarugira

      Nawe niwapfa uzovuga ngo ni aba DD, ko aribo numva buzuye umutwe wawe!

  26. Coldman'Zi

    Iryo bara ryabaye mu gihugu cacu abanyagihugu barasandaba abandi barakomereka, amazu n’amabarabara arasiduka, birateye ikigongwe. Ni vyiza ko Leta yashoboye kugarukir’abarwaye n’ababuze ababo. Nibabandanye ariko Leta yihutire kubuza abantu kubaka aho babonye. Imbere ko amazu yubakwa, quartier ibwirizwa kuba yarategekanijwe kugire impanuka nk’izo ntizihitane abantu canke amazu. Amakanivo abwirizwa kubakwa hasinz’amategeko hama n’izo nzuzi zigakingirwa.

  27. Irakoze Fabiola

    « Uwuzokwitambika imbere y’isegenya ry’ubumwe, nta ntambuko n’imwe azogira…iryo ni ijambo  » Perezida Nkurunziza Petero,yashikirije aho yari yagiye muri komine Isale-Bujumbura rural le 05 -02- 2014.Uyumusi haciye imisi itanu gusa abivuze « Isegenya « ry’invura rihitanye abantu barenga 150 harimwo nabo muri komine isare nyene Nkurunziza yavugiyemwo iryo jambo ribi . Nkurunziza akunda kugenda kugirira imisi mikuru nugutukana muma komine aba azi ko adafisemwo abanywanyi ,aho yaragiye guserereza aba Fnl ba Rwasa ,ejo bundi ku musi mukuru wabakozi azoca aja kuwugirira i Bururi kwa Nditije na Busokoza .Ewe burundi waragowe!!!!Imana yakire abahitanwe niryo segenya kandi ifashe imiryango yabuze .Amen
    Irakoze Fabiola (Fnl Rwasa ) Londres

    • Kirinyota

      Non merci, qu’il ne vienne surtout pas. afate inzira yahora afata.
      Qu’à cela ne tienne, je présente mes condoléances aux familles éprouvées. C’est dommage mais on y peut rien. Imana yakire abarengutse mu bwami bwayo, abasigaye nabo mugire ukwihangana.

    • umurundi

      nibwira ko ingorane nini yabarundi n’abanya frika muri rusangi ari gukurikira ivyo tutazi bigatuma nnukuri guke twari dufise tutakubona ibi vyararaye bibaye muri bujumbura birababaje bitagira urugero ariko si akanya ko gufatafatanya ibi ntazi ngo duhebe du politize ni mpanuka kama nivyo ko intwaro yuno munsi itakora ivyiza gusa ariko tuje tumenya gupima ivyo tuvuga iyi segenya ntituyigire une aubaine propagandiste nahubundi twokwisanga dans cercle vicieux d’anarchie et de propagande mal ranger et incongrue imana ifashe imiryango yabuze inabafashe kwihangana muri ib bigeragezo merci au lecteur de iwacu…may burundi rise and ever shine

    • Habarugira

      sinzi ko ari commentaire canke uwayanditse. ariko muganga asuzuma imitwe arakenewe!

    • Ewe Irak.Fabio sha, uravuz’ubwashigaj’igihuna pe! kandi niyo mashure ufise, ubivuga nkande?, reke gucang’amavuta n’amazi ntibivangika, wewe uheruk’inzira muci abobanywany’uvuga basigaye buzuye hariya nyene wibaza ko batari wewe niwigumir’ur’impunzi. va kub’impunzi emanga nka shobuja kuko nawene yarabonye kw’atanahamwe bamwakira yemera gutaha ndaguhanuye reka kugum’uteranya kuko GATERANYA N’IGISIGA KIBI GIT’IRYOYA RIBI .Kimwe nongeye guhoz’imiryango yabuze ariko har’abandi ntarumv’aho bahagaze nka P.Nininahazwe, Ng.léonce, Nd.Domi, G.Rufyiri Ntibantunganya.

  28. YAKOBO

    Un compte de solidarité nationale s’avère indispensable pour sécourir aux réscapés de ce catastrophe naturel, je conseillerai au gvnmt burundais incomplet de prendre ses responsabilités d’arreter d’abord la corruption , le détournement des fonds pbc, l’enrichissement illicité, la démmagogie , et la terreur politique afin de s’en occuper d’urgence de ces pauvres populations victime de ce chao

  29. Didicov

    Il faut faire tout le necessaire pour eviter que dans le chaos ne se glissent les maladie liees au manque d’hygiene

    • anaclet nzenza

      It is a very sad moment for my country and my people . Stands together and be united.pole sana may God be with you at this sadness moment .

Publicité